AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2818962501
Éditeur : Bamboo Edition (26/09/2018)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 32 notes)
Résumé :
L'histoire vraie de trois innocents sacrifiés par la nation. Le 21 août 1914, les soldats provençaux du XVe corps sont lancés dans la bataille de Lorraine, sans appui d'artillerie. C'est un massacre. 10 000 soldats sont fauchés par les obus et la mitraille avant même de voir un seul casque à pointe. Pour Joffre, généralissime des armées françaises, cette défaite est catastrophique, car elle ruine ses plans. Afin de se dédouaner, il rejette la faute sur les soldats d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
BazaR
  17 janvier 2017
Cette BD m'a fait monter dans les tours grave !!
Jean-Yves le Naour extrait une fois de plus une « péripétie » de son livre 1914 pour la développer sous forme BD. Cette fois, il se concentre sur les effets terribles du racisme intérieur auquel étaient soumis les « gens du Midi ».
Au début de la 1ère guerre mondiale, le généralissime Joffre ordonne à la IIème armée de s'enfoncer en Lorraine le plus vite possible. Son leader, Foch, veut en découdre. Citation du dossier : « Pourquoi être prudent quand la doctrine dominante est celle de l'offensive à outrance, quand on croit que c'est le courage, la détermination, l'élan, la volonté qui font la victoire ? ». Bref, c'est le retour De Crécy et D Azincourt ; on fonce et notre noble courage prévaudra. Les flèches des Anglais ont été remplacées par des canons nettement supérieurs à ceux des Français. Résultat : la chair à canon est livrée aux aigles du Deuxième Reich.
Évidemment, il faut un bouc émissaire à jeter en pâture à l'opinion. Facile ! On dit que ce sont les soldats du Midi qui ont flanché. On ne va pas accuser les Lorrains qui sont considérés comme l'élite militaire du pays, alors que le provençaux, avec le racisme intérieur qui les considèrent paresseux, indolents et profiteurs, c'est super crédible.
Une petite allusion à la presse, et voilà, le pastis est servi ! Et il est indigeste.
La volonté de « maintenir le moral du pays » ira jusqu'à condamner à mort deux hommes qui ont pourtant courageusement affronté le feu terrible des adorateurs de Wotan (hum, je m'égare). Soit disant parce qu'ils se sont automutilés pour éviter de retourner au front, témoignage de médecin (influencé par la presse, et de Lorraine) à l'appui.
Il faudra attendre un an pour que le dossier soit rejugé et ces hommes réhabilités.
Je n'ai pas vraiment envie de commenter le dessin ou le scénario. Voyez-vous, je suis du Midi moi-même (bon, du Languedoc mais vu de Paris c'est comme la Provence) et j'ai sauté au plafond une vingtaine de fois pendant ma lecture, au point de me faire de sacrés bosses sur le crâne. Quand je suis monté à Paris, je me suis bien rendu compte du regard spécifique porté sur moi lorsque je parlais de mannnger, ou de painnn. Mais ce regard était plutôt amusé, nostalgique des vacances d'été (et un certain succès auprès des filles). Cela ne m'a jamais nui. Lire donc que, dans des circonstances plus tragiques, ce « regard spécifique » a servi de prétexte et provoqué la mort d'hommes m'a profondément choqué.
Une BD à mettre entre toutes les mains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          416
cicou45
  27 décembre 2016
Ayant moi-même travaillé dans un établissement d'Archives départementales, il m'était impossible de passer à côté d'un tel ouvrage, d'autant plus que la préfacière n'est autre que mon ancienne directrice.
Ici, le lecteur découvre l'Histoire de deux hommes probablement passés inaperçus parmi les milliers de morts qu'a fait la Première Guerre mondiale et qui pourtant méritent d'être mentionnés : il s'agit de Joseph Tomasini et Auguste Odde. Tous deux originaires de Corse et du Midi de la France, ils rejoindront le Nord pour participer à la bataille de Lorraine. Pourquoi souligner ces deux hommes parmi tant d'autres ? Tout simplement parce que ces derniers ont été accusés à tord de vouloir fuir le combat et de s'être auto-mutilé affin de pouvoir retourner chez eux. Fusillés pour l'exemple, ce n'est que plus tard que l'Armée reconnaîtra ses erreurs et les réhabilitera en offrant la croix de guerre à leur famille. Mais que vaut une décoration lorsqu'on a pris la vie de vos enfants, époux et parfois pères de familles ? Pas grand chose en effet et c'est pour cela que l'historien Jean-Yves le Naour, en collaboration avec les Archives départementales des Bouches-du-Rhône a décidé de les faire sortir de l'ombre et de les mettre à l'honneur ici.
Un ouvrage puissant, extrêmement bien documenté avec un documentaire qui suit cette bande-dessinée pas si anodine que cela...bien au contraire ! Un graphisme très appliqué et un scénario, bien qu'il fut brai, très bien adapté. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
Gudulle
  24 juillet 2016
Ouvrage pris au hasard sur les étals de la bibliothèque.
Lors du centenaire de la Première Guerre mondiale, l'idée d'une exposition à partir d'une bande dessinée pour sensibiliser et donner une approche ludique aux jeunes générations dans un devoir de mémoire.
Très vite cette idée s'est orientée sur une injustice qui a frappé les soldats provençaux désignés comme responsables de la défaite d'août 1914 en Lorraine, à travers l'histoire vraie d'un Varois Auguste Odde et d'un Corse Joseph Tomasini, fusillés pour l'exemple.
Cette histoire méconnue et touchante à bien des égards m'a beaucoup plue car ces traces d'histoires méritent d'être connues, ne serait-ce que pour rendre hommage, encore de nos jours, à tous ces jeunes soldats.
Cela prend d'autant plus de sens que j'ai pu admirer l'étonnante exposition au Panthéon, jusqu'au 11 septembre "Les monuments aux morts de la Grande Guerre 1914-1918".
Un bel ouvrage.
Commenter  J’apprécie          140
ninoule69
  30 octobre 2017
Voici un nouvel opus engagé de A. Dan, qui est aussi l'auteur de Pour un peu de bonheur, voici donc une autre bande dessinée, traitant de la première guerre mondiale.
Ici, il est question du départ, pour le front de l'Est, de poilus mobilisés dans le Sud. C'est d'ailleurs pour cela qu'on les appelle "ceux du Midi".
Une histoire vraie est, bien malheureusement, à l'origine du livre. En fait, les jeunes mobilisés issus de ce fameux contingent, qui, on le comprend très vite, a mauvaise presse, et qui souffre d'une image stéréotypée au possible (celle d'une bande attardée de fainéants, aficionados invétérés de siestes, qui, conséquemment, ne peuvent être fiables, tout doreurs de pilules qu'ils sont censés être !) , ainsi donc ces poilus du Sud se retrouvent littéralement otages au sens figuré d'une situation d'échec inextricable dans laquelle le commandement militaire, et quasiment jusqu'à son sommet, a brillé par son obstination aveugle, son incompétence sans mesure et ensuite par son extrême mauvaise foi et sa volonté infinie de sauver coûte que coûte la face et les apparences. Je n'en dis pas plus.
On connaissait déjà grâce à "Un long dimanche de fiançailles" de Sébastien Japrisot le sort injuste réservé à certains soit disant mutiniers, et à présent, on découvre -en tout cas, moi j'ai fait une découverte ! - la folie d'une poignée d'hommes hautains et méprisants que seuls, le rang, les honneurs, la renommée et le pouvoir importent ! Une sorte de clan où sacrifier la chair à canon fait partie de la routine. Un monde fou et désespérément cruel !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MissAlfie
  28 avril 2014
J'ai découvert ce nouvel album de Dan scénarisé par Jean-Yves le Naour lors de mon passage chez le dealer. Dan était en dédicace en compagnie de Laurent Galandon et Damien Vidal venus pour un autre ouvrage dont vous parlera la miss en temps utile. du coup, dessin de Dan que j'aime beaucoup et histoire (méconnue) sur la Première Guerre Mondiale, j'ai rapidement dit banco. Passons donc vite sur le dessin, on retrouve le trait caractéristique du dessinateur avec des personnages très bien foutus et, notamment, les politiques de l'époque, reconnaissables.
L'histoire s'attache donc à un épisode méconnu (pour ne pas dire ressorti des oubliettes) de la Première Guerre Mondiale. Avec la complicité du sommet de l'armée et du gouvernement, la responsabilité de la défaite dans une bataille a été portée sur un régiment méridional. Avouons que pour remobiliser les troupes et unir un pays face à l'ennemi, il y a quand même mieux. Les conséquences seront multiples : démission du ministre mais, surtout, condamnation à mort pour mutilation volontaire d'un blessé de cette bataille par un Conseil de Guerre fantoche. Tout est détaillé dans cet album qui est, en outre, complété par un carnet de huit pages en fin de livre. le carnet reprend les différents aspects de l'histoire (le contexte, la bataille, les soldats) et rentre un petit peu plus dans le détail, le tout étant accompagné d'esquisses de Dan. Au final, ce carnet fait un peu redondant avec l'album puisque, s'il rentre un peu plus dans le détail, ne nous en apprend pas beaucoup plus. Il n'empêche que, à l'image des albums de la série Explora, l'ajout de ces carnets explicatifs est toujours un plus dans une bande dessinée qui se veut culture-généralienne. Aussi, La Faute au Midi permet sous le joli dessin de Dan permet de connaître cet épisode méconnu mais néanmoins intéressant.
Lien : http://croqlivres.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (4)
BulledEncre   28 avril 2014
En cette année de commémoration, cet album livre un récit souvent ignoré. A lire absolument.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Culturebox   22 avril 2014
Une bande dessinée "La faute au Midi" de J-Y Naour et A. Dan revient sur cette tragédie. Une exposition est organisée sur le même thème "La faute au Midi, soldats héroïques et diffamés" aux archives départementales à Aix-en-Provence.
Lire la critique sur le site : Culturebox
BDGest   22 avril 2014
Habitué de cette période et de ses tourments qu'il avait déjà dépeints dans Pour un peu de bonheur Daniel Alexandre (A.Dan) reprend ses pinceaux pour dépeindre avec simplicité et conviction ces événements dramatiques.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   04 avril 2014
La Faute du Midi est une œuvre à découvrir, à lire, à faire découvrir, à faire lire, à partager pour un devoir de mémoire. Un titre indispensable dans toutes bonnes bibliothèques !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BazaRBazaR   17 janvier 2017
- Hé, les gars ! On n'a rien touché depuis hier. Vous n'auriez pas un pétong de pain où un chicoulong de pinard ?
- Vous n'aurez rien. Vous autres du Midi vivez assez comme ça sur le dos des populations du Nord.
- Parce que vous croyez que le pain pousse sur les arbres chez nous ?
- Je dis que vous vivez d'abord de nos impôts. pour ça, vous êtes forts.
- Ouais, toujours en train de faire la sieste aussi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
BazaRBazaR   15 janvier 2017
- M'sieur l'officier ! i' faut pas continuer par là ! Les Allemands vous attendent de l'autre côté des collines. i' vont vous tomber dessus !
- Tiens donc ? Vous parlez bien le français pour des Allemands !
- Ben, c'est qu'on est en Lorraine annexée ici: on parle le français.
- Arrêtez-moi ces espions: ils veulent nous dissuader d'avancer.
- Ah ben ça ! C'est trop fort !
Commenter  J’apprécie          260
BazaRBazaR   18 janvier 2017
- La preuve de notre innocence, je l'ai !
- Ah oui ?
- Notre officier nous a vus tomber après l'explosion d'un schrapnell, un obus à balles. Vous n'avez qu'à lui demander son témoignage.
- Cela demanderait un certain temps... un temps précieux que nous n'avons pas.
- C'est pas juste !!
- Détrompez-vous, les cours martiales en ont l'autorisation.
Commenter  J’apprécie          150
cicou45cicou45   27 décembre 2016
"En temps de guerre, un bon mensonge patriote vaut mieux que le potion amère de la vérité !"
Commenter  J’apprécie          200
Lire un extrait
Videos de Jean-Yves Le Naour (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Yves Le Naour
Fusillé sur son brancard - L'affaire Chapelant et les fantômes de la Grande Guerre
Le 11 octobre 1914, au Bois-des-Loges, le sous-lieutenant Julien Chapelant est fusillé pour reddition à l?ennemi. Blessé, la jambe fracturée, il est ligoté à son brancard pour pouvoir être maintenu debout face au peloton d?exécution. Cette affaire, qui a révolté l?opinion, a suscité une grande campagne en faveur de sa réhabilitation, soutenue par les associations d?anciens combattants et la Ligue des droits de l?Homme. Mais comment faire un récit honnête et impartial de cette affaire ? En effet, il est des témoins qui accusent Chapelant et d?autres qui le disculpent intégralement. Où se situe la vérité ? Plutôt que de bâtir une narration unique qui enfermerait le lecteur dans la vision de l?auteur, Jean-Yves le Naour a fait le choix de présenter deux versions différentes, délibérément partiales : la thèse de la culpabilité du sous-lieutenant et celle de son innocence. Ainsi, derrière l?histoire de ce fusillé, c?est aussi une réflexion sur la subjectivité de l?histoire et la relativité du témoignage à laquelle nous invite ce livre à la forme inédite.
Pour la première fois, l?historien s?efface derrière le lecteur. À lui de se faire juge.
Jean-Yves le Naour

--- Découvrez le livre : https://www.armand-colin.com/fusille-sur-son-brancard-laffaire-chapelant-et-les-fantomes-de-la-grande-guerre-9782200625139
*********************************
Retrouvez-nous sur : --- https://www.dunod.com --- Facebook : https://www.facebook.com/editionsdunod/ --- Twitter : https://twitter.com/DUNOD --- Instagram : https://www.instagram.com/bienetredunod/
+ Lire la suite
autres livres classés : poilusVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
893 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre
.. ..