AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2378801041
Éditeur : L' Iconoclaste (02/10/2019)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Parce qu'il a réussi sa vie en passant son temps à la rater, Balzac est mon frère.

Il y a bien plus que vous ne le pensez entre une jeune femme d’aujourd’hui, féministe, écrivaine, blogueuse, et Honoré de Balzac…

À la suite du succès de son livre Délivrées ! Titiou Lecoq ne va pas bien. L’époque lui dicte de réussir, elle réussit. Mais pourquoi est-ce que cela ne la rend pas heureuse ? Elle ne sait pas quoi faire. Un jour, pour tromper ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Giraud_mm
  17 octobre 2019
Merci à Babelio et à L'Iconoclaste de m'avoir permis de découvrir ce livre.
Nous connaissons tous Honoré de Balzac, génial auteur de la Comédie humaine. Nous connaissons moins bien l'homme.= qui se cache derrière l'écrivain.
Avide d'argent mais piètre gestionnaire, ils vivra lourdement endetté toute sa vie.
Amoureux transis tout autant qu'infidèle, il mettra des années à conquérir les femmes de sa vie.
En recherche de reconnaissance et de pouvoir, il ne se satisfera jamais de ce qu'il avait acquis.
Egoïste, puéril et ingrat, il rejettera toujours la responsabilité de ses échecs sur les autres, notamment sa famille et particulièrement sa mère...
C'est cette homme là que nous raconte Titiou Lecocq avec sa gouaille. Elle nous le décrit sans chercher à embellir son caractère ou travestir ses actes. Mais elle y met tant d'amour, qu'elle finit par nous le rendre sympathique, ce diable d'Honoré !
Avec son langage et son sens de la narration, elle nous dessine le portrait jubilatoire d'un écrivain de génie qui n'a pas su surpasser ses démons pour s'imposer comme un homme d'influence, à l'image de Hugo ou Zola, au cours de sa courte vie.

Lien : http://michelgiraud.fr/2019/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
MaminouG
  14 octobre 2019
"Un matin, avachie sur le canapé, j'écoutais la radio quand quelqu'un évoqua la maison De Balzac à Passy. Je sentis un frémissement. Balzac, c'était le grand amour de ma jeunesse". Dès la cinquième ligne de l'avant-propos, je faillis refermer le livre. Comment ça, son amour de jeunesse ? Et Titiou Lecoq osait me l'avouer au début de son dernier ouvrage "Honoré et moi" ? Non, pas possible, c'était le mien !
Pour autant, je rangeai ma jalousie au fond de ma poche et je poursuivis ma lecture. J'étais invitée par Babelio et les Editions de l'Iconoclaste à rencontrer l'auteure. Je règlerais mes comptes plus tard. De Balzac j'ai lu, très jeune, sinon toute son oeuvre, du moins une partie importante. Mais, et c'est là qu'intervient l'auteure, je ne connaissais pas Honoré. Elle nous dresse le portrait d'un homme que j'avais simplement découvert à travers ses écrits. Sans doute avais-je lu quelques lignes le concernant dans le Lagarde et Michard du XIXème, mais pas davantage.
J'ai aimé cette biographie fouillée, parfaitement documentée, qui nous raconte la vie "d'un homme qui voulait gagner de l'argent et qui est resté fauché toute sa vie", d'un homme possédant "une tendance assez marquée à l'auto apitoiement", d'un homme qui "n'a pas un physique facile". Elle nous dépeint aussi un Honoré roi de la mauvaise foi. Il se plaint beaucoup de sa méchante mère tout en acceptant d'elle son argent sans aucun scrupule. Bref, pour amoureuse qu'elle est De Balzac, Titiou Lecoq n'est pas frappée de cécité et fait preuve d'une belle objectivité.
J'ai adoré son écriture enlevée, moderne, qui jure avec le personnage, si Honoré soit-il, mais rend ses propos jubilatoires. Faire de lui le Partick Drahi de l'époque c'était osé, évoquer Cofidis en abordant le surendettement de l'écrivain plutôt décalé, lui demander d'écrire à Eve Hanska "en cachant sa lettre dans une enveloppe au nom de la gouvernante de sa fille, pour ne pas se faire griller par son mari" drolatique.
En un mot comme en cent, "Honoré et moi" m'a donné envie de relire Balzac même s'il n'est pas sûr que j'eus pu tomber amoureuse d'Honoré "Il lui manque des dents…Les quelques chicots qui lui restent sont ébréchés et noircis…il a un cou puissant, un torse carré, mais des petits bras et des jambes courtes." A moins que ses yeux…"il n'en exista jamais de pareils." Et c'est Théophile Gauthier qui le dit.
Un bon point supplémentaire pour la jolie couverture colorée, surtout en violet, nuance préférée de ce cher Honoré.
Je remercie soncèrement Babelio et les Editions de l'Iconoclaste pour cette belle découverte.

Lien : https://memo-emoi.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
Mysstique
  11 octobre 2019
Honoré porte bien son nom !
Il honore l'argent,la richesse! les apparats !
C'est un libre penseur ! Un grand homme ! qui ne doute jamais .
Comme il dit "Je fais partie de cette opposition qui s'appelle la vie"
En effet , notre héros vis sans jamais se libérer des impératifs économiques !
il spécule,il est flamboyant!
Quelle biographie !
Passionnante, étourdissante mais aussi instructive!
Balzac protagoniste du 20e siècle ! alors merci à lui et à l'auteur de nous le faire découvrir
Commenter  J’apprécie          40
jab
  14 octobre 2019
Une biographie enlevée, marrante. J'ai découvert un Balzac à la fois crispant, enfantin, aimable et plein de contradictions. À dévorer sans modération.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
CannobiaCannobia   16 octobre 2019
La vie se résume à l'écoulement présent d'un temps toujours invisible.
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   11 octobre 2019
Balzac fut un génie et un loser magnifique, il aurait pu nous enseigner une manière balzacienne de mener nos vies en nous émancipant. Et pour une société comme la nôtre, obsédée par l'idée de réussite totale, c'est un flamboyant contre-exemple.
Commenter  J’apprécie          20
MysstiqueMysstique   11 octobre 2019
B fait le constat ecoeuré de l'emprise de l'argent sur l'ensemble de la société, au détriment des valeurs morales .
...être sans le sou,c'est le dernier degré du malheur dans notre ordre social actuel.Je suis de mon temps , j'honore l'argent ! il n'y a pas besoin d'honorer l'argent comme une valeur en soi pour craindre de se retrouver sans le sou.
Commenter  J’apprécie          00
MysstiqueMysstique   11 octobre 2019
B est convaincu que l'institution du mariage telle qu'elle fonctionne-tout pour le mari,rien pour les femmes-est une aberration injuste et socialement dangereuse qui vire à la guerre des unes contre les autres.Cette institution opprime la moitié de la population,qui cède alors à l'adultère.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Titiou Lecoq (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Titiou Lecoq
Il existe un Balzac intime, humain, fatigué, qu?on pourrait nommer le plus grand poissard de l?histoire littéraire. Balzac est un looser magnifique. Et pour une société comme la nôtre, obsédée par l?idée de réussite, c?est un flamboyant contre-exemple. ? Découvrez le nouveau livre de Titiou Lecoq aux Éditions de L'Iconoclaste : « Honoré et moi », une biographie sur l'écrivain, Honoré de Balzac. ? En savoir plus ici : https://www.editions-iconoclaste.fr/auteurs/titiou-lecoq/
autres livres classés : société françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
832 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre