AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Colin Du Terrail (Traducteur)
ISBN : 2847201335
Éditeur : Gaïa (09/02/2009)

Note moyenne : 3.11/5 (sur 19 notes)
Résumé :

A la tombée de la nuit, la petite ville d'Arpikilâ, située au nord de la Finlande, s'illumine d'étranges lueurs cuivrées. Pourtant, la haute tour de la mine qui surplombe la ville a fermé ses portes depuis des décennies. Maria Kallio aurait pu rêver de contrées plus exotiques pour passer le cap de la trentaine ! Mais c'est bien ici, dans sa ville natale, qu'elle accepte une mission de six mois comme chef int&#x... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
christinebeausson
  25 avril 2017
Pour une fois le titre français traduit mot pour mot le titre finnois.
Je ne retrouve pas trace de la petite ville de Arpikilä, au nord de la Finlande.
Nous n'allons pas découvrir ce pays avec une leçon de géographie, mais plutôt par un cours d'économie.
"Jadis sous-développée et isolée, la Finlande a connu plusieurs miracles économiques au cours du dernier siècle qui ont fait de ce pays nordique l'un des plus riches de la planète. de l'industrie forestière à celle des technologies de l'information, en passant par son industrie du cuivre et ses chantiers navals, l'économie finlandaise s'est toujours développée de manière stable. Retour sur un parcours d'exception."
Dans les années 30 la Finlande a pu prospérer grâce à une immense mine de cuivre découverte et mise en chantier par la société Outokumpu, dans l'est du pays.
C'est à la fois le nom de l'entreprise mais aussi le nom d'une ville qui ne se trouve pas très loin du lieu de l'intrigue du roman.
Il est plaisant de plonger dans la vie de Maria Kallio, son incertitude sur ses choix de vie, sur sa nostalgie par rapport à son enfance, ses parents, ses amours de jeunesse.
La ville de ses origines est nommée cicatriceville ... c'est déjà presque tout révéler de la difficulté de vivre à Arpikilá !
Les seconds rôles sont eux aussi attachants, une percée sur la tolérance d'une société par rapport à l'homosexualité féminine en plus dans le milieu des sportives de haut niveau.
Nous pouvons aussi réfléchir sur l'anorexie, une autre vision des lieux communs habituellement donnés, nous en est proposée.
Mon seul petit bémol, mon coeur de midinette n'a pas été charmé par les retrouvailles amoureuses dans le dernier chapitre.
Finalement je n'aime pas trop quand "Tout est bien qui finit bien".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Malivriotheque
  21 septembre 2012
Maria Kallio, 30 ans et la peur au ventre de s'engager définitivement à son petit ami Antti, se retrouve propulsée au poste de chef intérimaire de la police d'Arpikilä, une petite ville située au nord de la Finlande. Bien mal lui en a prit de croire qu'elle se tournerait les pouces : lors de l'inauguration de la mine de la ville, un décès suspect survient. le corps d'une artiste est retrouvé mort au pied de la Tour qui surplombe la mine. Une enquête débute. Parallèlement, comme ce poste intervient dans sa ville natale, Maria retrouve de vieilles connaissances et en l'occurrence son amour de jeunesse qu'elle semble ne pas avoir totalement oublié.
Ce polar ne « casse pas trois pattes à un canard ». Il fait carrément plus : il le décapite. Non seulement il n'y a aucun style, mais en plus le personnage principal fait peur. On a beau avoir affaire à une femme de trente ans, celle-ci agit comme une gamine de quinze quand elle retrouve son amour de jeunesse Johnny. A chaque fois que ces deux-là se croisent, ils font la même chose que quand ils étaient jeunes et ça chamboule la pauvre Maria qui ne sait plus si elle doit penser à Antti, son officiel, ou à Johnny. le ridicule est à son paroxysme quand on apprend que Johnny fait toujours partie du groupe de musique qu'il a monté quinze ans plus tôt. En gros, on a affaire à des adulescents qui ne s'assument pas car l'auteur présente cette situation comme tout à fait normale.
Outre ce point, il ne se passe rien, sauf 50 pages avant la fin où enfin l'action fait irruption dans le récit, et ce parce qu'on approche de la fin et qu'il faut bien révéler le nom du coupable… En gros, je déconseille.
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sharon
  25 mai 2011
Je me suis forcée à terminer ce livre : 230 pages, ce n'est pas la mer à boire, j'en ai lu d'autres. Je me force maintenant à écrire cet avis en tachant de ne pas m'énerver inutilement.
Si vous aimez la chick-litt et les chefs de la police midinettes qui interrogent de manière informelle des suspects possibles en partageant une glace avec eux, ce livre est fait pour vous ! J'ai rarement lu une enquête aussi insipide, et une héroïne d'une naïveté confondante. Il est toujours génant d'avoir compris bien avant l'héroïne des faits pourtant évidents. Il faut dire qu'elle a tellement d'interrogation sur sa vie privée, la pauvre. Je me marie, ou pas ? Je fais un enfant, ou pas ? Qu'est-ce que ça fait, la grossesse et l'accouchement ? Ce ne sont pas ses interrogations qui me dérangent - encore que, ses deux soeurs sont mamans, et il est étonnant qu'elles n'aient pas partagé leur expérience avec leur soeur - c'est la manière dont elles sont racontées. L'héroïne raisonne comme une gamine de quinze ans, pas comme une jeune trentenaire. Certes, elle est revenue dans sa ville natale, elle se rapelle ses blessures d'adolescente, sans parvenir à nous toucher - un comble, non ? N'est pas Jane Rizzoli, l'héroïne de Tess Gerritsen, qui veut.
Surtout, Jane Rizzoli enquête. Maria, non. Les autres enquêtes pour elle et lui livrent de temps en temps des résultats. Son comportement d'enquêtrice est le même que celui de femme : immature et presque dangereux (pour elle et pour les autres). Quant au dénouement, il est digne des meilleurs romans à l'eau de rose.
Dommage, car certains personnages avaient un véritable potentiel, come Kaisa, la cousine du principal suspect, Pena, l'oncle de l'enquêtrice ou Aniliina, la fille de la première victime. Les préoccupations de la narratrice ne nous permettent pas de les découvrir suffisamment. Bref, je ne lirai pas un autre roman de cette auteur.
Note : si vous êtes intéressé malgré tout, le livre sort en poche le 1er juin.

Lien : http://le.blog.de.sharon.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
aleroy62
  28 avril 2012
J'ai beaucoup aimé l'histoire mais j'ai par contre eu du mal à accrocher car les prénoms ne sont pas simples et j'ai parfois cherché de qui on parle, homme ou femme. Ce qui fait que la lecture n'est pas très fluide.
Cependant l'histoire est assez bien et même si je n'ai pas les premières enquêtes de Maria, j'ai tout compris :-)
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
christinebeaussonchristinebeausson   22 avril 2017
À vingt ans, j'étais certaine que je n'aurais jamais ni mari ni enfants. J'étais tout aussi sûre, à l'époque, que je ne porterais jamais de tailleur ni n'écouterais de musique classique. Enfin, tant que je ne possédais pas de bigoudis, il restait quand même quelque chose de mes principes.
Commenter  J’apprécie          20
christinebeaussonchristinebeausson   22 avril 2017
J'ai vu une fois une émission, à la télé, où on disait que l'anorexie était due à un mauvais rapport à la mère, a conclu Jaska d'un ton guilleret.
– Ce qui m'étonne, c'est qu'ils n'aient pas encore démontré que les hémorroïdes sont dues à un mauvais rapport à la mère, ai je eu le temps de grogner .....
Commenter  J’apprécie          00
SharonSharon   30 octobre 2015
Rien n'effacerait jamais le fait que j'en étais originaire, née avec du cuivre dans le coeur.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Leena Lehtolainen (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Leena Lehtolainen
Sarjakuvafestivaalit 2011 - Korkkaripäivä
autres livres classés : littérature finlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1784 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre