AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2850259632
Éditeur : Fernand Hazan (28/09/2005)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Lié indissolublement à l'idée de deuil, de nuit (au propre comme au figuré), de désespoir, de folie, le noir se présente dans notre culture comme une couleur néfaste ou tout du moins avec de tristes connotations. Le combat titanesque du bien et du mal, de Dieu et de Satan, de la lumière et des ténèbres fait qu'on attribue au noir une valeur généralement négative. C'est vrai autant dans la théologie que dans la philosophie (ne parle-t-on pas de philosophie des Lumièr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
clude_stas
  09 juillet 2014
Je n'en fais pas un secret : je m'habille de pied en cap, et cela depuis mon adolescence, en noir. A l'époque, la mode était au noir, pour montrer à la face du monde, que nous n'étions pas dupes, que le futur était de cette teinte. Sombre. En art, le noir est fortement chargé de symboles. Expression même de la nuit et du nocturne, il est tout à la fois synonyme de deuil, de mélancolie et de satanisme (excusez du peu !) Même en médecine, il est la couleur d'une des humeurs chères à Hippocrate : la rate génère de la bile noire (d'où l'adjectif atrabilaire). Rien de bien positif dans tout cela, me direz-vous ! Mais alors pourquoi Gérard-Georges Lemaire, écrivain, éditeur, historien et critique d'art, consacre-t-il autant de pages à la symbolique du noir ? Pour y apporter tout un ensemble de nuances. Politique, littérature, théâtre et peinture sont envisagées. Et au fil des pages, nous rencontrons des oeuvres de Léonard de Vinci ou Dürer, du Caravage, de Monsu Desiderio, Goya, Ingres, Renoir, Bonnard, et même Man Ray ou Cy Twombly… Et que dire des fabuleuses encres de Victor Hugo, trop souvent ignorées du grand public ? Par ailleurs, dans « les Misérables », n'écrit-il pas à propos de Cosette dans la forêt : « Quand l'oeil voit noir, l'esprit voit trouble » ? Pourtant, de la grotte de Lascaux aux immenses tableaux de Pierre Soulages, les valeurs et les emplois du noir, en Occident, ont bien varié au fil des millénaires, du contour au noir de fumée jusqu'aux monochromes du musée de Rodez. Oui, cette couleur chargée de vices, de maléfices, de saletés, s'est métamorphosée en valeur de savoir (même Harry Potter s'habille en noir). Elle triomphe au XXe siècle sous le pinceau de Pablo Picasso (« Guernica », en 1937), devient l'absolu métaphysique, colle à l'existentialisme, tue à jamais l'image pour devenir à proprement parler le sujet du tableau.
Aujourd'hui, le noir de la mode est associé à l'élégance sobre d'un costume Armani. Et les « Hommes en noir » (Men in Black) restent ceux qui savent … et qui ont l'humilité de se taire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Gérard-Georges Lemaire (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard-Georges Lemaire
A l'occasion de la Foire du Livre de Brive, Gérard Georges dévoile l'histoire de son roman "A la Belle Marquise". En savoir plus sur le livre "A la Belle Marquise'" : http://bit.ly/2jdymmg
Début des années 1900, à Royat. Comment une petite fabrique artisanale de chocolats devient une entreprise au succès florissant, grâce à l'alliance d'une fille de confiseur et d'un jeune ingénieur des mines.
Dans la catégorie : Caractères propresVoir plus
>Arts : généralités>Philosophie et théorie des beaux-arts et les arts décoratifs>Caractères propres (11)
autres livres classés : noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fred Kassak cet inconnu !

Elle fume pas elle drague pas elle boit pas mais elle cause, l'un des films cultes de Michel Audiard dont Fred Kassak dira : Dans ma complainte d’auteur trahi, Michel Audiard figure à la place d’honneur. J’aime infiniment Audiard dialoguiste. Le malheur est qu’à une certaine époque, il s’est cru réalisateur et que deux de mes romans ont fait les frais de cette illusion. Dans Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas… mais elle cause!, le ton à la Queneau que j’avais voulu donner à l’histoire s’est là encore évaporé au profit de gags parasites et de guignolades consternantes comme Sim chantant « La Petite Libellule » ! le film est l'adaptation du roman ....?.........

On n'enterre pas le dimanche
Une chaumière et un meurtre
Carambolages
Voulez-vous tuer avec moi ?
Bonne vie et meurtres

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Fred KassakCréer un quiz sur ce livre