AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782818053942
P.O.L. (07/10/2021)
1.75/5   14 notes
Résumé :
« Je suis un artiste. Je suis ma prison et ma liberté, mon intelligence et ma connerie, mon courage et ma lâcheté. Je suis un artiste de la haine, comment faire autrement ? Vous rêvez de m'isoler mais je suis un artiste, je reste dans mon coin en plein milieu de chez vous, en plein milieu de votre chambre et de votre tête et de votre sang. Je suis un contre tous et je vous contamine parce que j'apporte ce contre quoi vous n'êtes pas immunisés, n'ayant jamais eu de r... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Didjmix
  18 janvier 2022
L'auteur a décidé de parler d'un seul sujet : les cons. Et de dénoncer le monde grandissant et se réinventant sans cesse de connerie. Et son corollaire inversement proportionnel : la pénurie d'intelligence. Qu'il est difficile d'être intelligent dans un monde de cons, pourrait être le résumé. C'est vrai que le con est usant, énervant, mais à ce point ! C'est vrai que ce monde qui s'est abonné à la médiocrité peut décourager, mais on sent que M. Lindon est parti en guerre, violemment. Au début, j'ai trouvé ça osé tant de colère. Puis, plus on avance, plus c'est haineux, malpoli, à gerber (je me permets, puisqu'il écrit vomir, ou merde, un nombre de fois qui tend vers un record). Au final, je me suis forcé à le finir, tant c'est (très) pénible toutes ces récriminations incessantes, sans exemples et abstraites - un bel exemple de masturbation intellectuelle. Et en même temps, il en a de l'idée pour les insulter presque soixante pages durant ! Quelques phrases bien placées mais tellement noyées dans du bavardage !
"On ne laisse plus personne dire Mort aux cons parce que l'idée est ancrée que ça signifie crime de masse, alerte rouge sur la race humaine". Par exemple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Titaye
  07 janvier 2022
Ce livre ne parle de rien et il m'a été impossible de rentrer dedans. La première phrase du livre est aguicheuse, après ce n'est que déception. Ça ne parle de rien. Lire ce livre est une connerie et une perte de temps. Mais je suis probablement trop con pour comprendre...
Commenter  J’apprécie          90
CARATJAS
  10 juillet 2022
Ce livre, ou plutôt cette logorrhée de 140 pages, aurait pu s'écrire en quelques mots, tenant en une seule phrase : Vous êtes tous cons et moches, je vous hais, je veux vivre sans vous, vous devez exister sans moi. Fin du livre, fin de l'histoire............................................................................
Commenter  J’apprécie          10
telle17
  21 mars 2022
Horreur, malheur !! Si seulement on pouvait en rire…
L'auteur a décidé de dénoncer notre société, d'exprimer sa haine contre ce monde de « cons », mais le texte n'apporte rien. Il est une succession de grossièreté.
Le texte n'est ni cruel, ni drôle, ni scandaleux, il tourne en rond, « on est cons et moches ».
Grande déception.
Commenter  J’apprécie          00


Videos de Mathieu Lindon (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mathieu Lindon
Cela fait trente ans qu'Hervé Guibert nous a quittés, emporté par les effets du sida à 36 ans, laissant derrière lui une oeuvre fascinante qui occupe une place unique dans la littérature française et que redécouvrent aujourd'hui de nouveaux lecteurs. On a tout dit de Guibert, l'enfant terrible et subversif, à la fois doux et provocateur, précurseur dans l'autofiction, auteur de romans, nouvelles et récits mais aussi de photographies où surgissaient avec éclat tous les protagonistes et les objets d'un petit théâtre personnel parcouru par le désir ; Guibert qui poussait si loin l'introspection qu'il alla jusqu'à filmer sa maladie.
Écrivain et journaliste à Libération, Mathieu Lindon a été très proche, et ce de longues années, d'Hervé Guibert, apparaissant de manière récurrente dans plusieurs romans de l'écrivain disparu en 1991. Si Lindon est resté plutôt discret sur cette amitié qu'il a commencé à aborder dans ses romans avec le sublime Ce qu'aimer veut dire paru en 2011, Hervelino (du petit nom affectueux qu'il donnait à son ami) sorti au printemps 2021, revient sur cette amitié hors norme, sur « leurs années romaines » lorsqu'ils séjournaient tous les deux à la Villa Médicis de 1988 à 1990, alors qu'Hervé était déjà malade et diminué physiquement par le sida.
Interviewé par Tewfik Hakem, Mathieu Lindon replonge dans Hervelino, court texte mélancolique et souvent drôle qui n'est pas une collection de souvenirs à proprement parler, mais plutôt un livre sur la difficulté à raconter l'être aimé. Autre compagnon de route d'Hervé Guibert, le photographe Hans Georg Berger partageait avec lui sa passion pour l'image et a réalisé parmi les plus beaux portraits de l'écrivain. Certains  nourrissent cet entretien passionnant.
__
À lire : Mathieu Lindon, Hervelino, P.O.L, 2021. Hans Georg Berger, Hervé Guibert, Un amour photographique, Éditions le Quai et Michel de Maule, 2020. __
Un entretien avec Mathieu Lindon animé par Tewfik Hakem et enregistré en public le 18 juillet 2021 au Mucem à Marseille, lors de la 5e édition du festival Oh les beaux jours !. https://ohlesbeauxjours.fr/
__
Un podcast produit par Des livres comme des idées. Montage : Clément Lemariey Voix : Benoît Paqueteau Musique : The Unreal Story of Lou Reed by Fred Nevché & French 79 https://ohlesbeauxjours.fr/evenement/the-unreal-story-of-lou-reed-by-fred-neche-french79/ 2022 © Oh les beaux jours !.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus