AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782246825838
96 pages
Grasset (29/09/2021)
4.5/5   206 notes
Résumé :
« C’est à nous, et à nous seuls, qu’il revient de réfléchir, d’analyser et de prendre des risques pour rester libres. Libres de nous engager et d’être ce que nous voulons. C’est à nous, et à personne d’autre, qu’il revient de trouver les mots, de les prononcer, de les écrire avec force, pour couvrir le son des couteaux sous nos gorges.
À nous de rire, de dessiner, d’aimer, de jouir de nos libertés, de vivre la tête haute, face à des fanatiques qui voudraient ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (62) Voir plus Ajouter une critique
4,5

sur 206 notes
5
47 avis
4
10 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Eric76
  18 décembre 2021
Comme ça paraît bien loin, les effroyables attentats du 7 janvier 2015 contre le journal satirique Charlie Hebdo et l'hyper Cacher de la porte de Vincennes… Comme elle paraît loin la gigantesque vague d'émotion qui a suivi cette tuerie… Toutes ces marches républicaines à travers le territoire… le « Je suis Charlie » qui fleurissait un peu partout dans nos villes…
Richard Malka est là pour nous rafraichir la mémoire, le temps d'une plaidoirie publiée dans son intégralité. Celle qu'il ne put déclamer haut et fort pour cause de Covid au moment du procès des attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher…
Ce livre m'a rappelé le souvenir cuisant d'une douleur diffuse, un moment de sidération, un temps arrêté où j'ai eu la sensation de perdre durant ces heures des êtres chers, quand bien même l'humour de Charlie Hebdo n'a jamais et ne sera jamais le mien…
Quel incroyable récit raconté avec verve et tendresse par Richard Malka ! Il part de loin pour nous faire comprendre comment on en est arrivé là… L'assassinat en 2004 de de Théo van Gogh, personnage peu recommandable, qui dénonçait le sexisme dans l'islam, ces imams Danois qui montent en épingle l'affaire des caricatures pour la transformer en crise internationale, voire en guerre de civilisation… Et Charlie-Hebdo avec son sens inné de l'irrévérence qui se met de la partie, entre dans cette danse macabre…
Tuer le juif, punir ce malheureux Hollande, surtout annihiler l'Autre, celui qui « est libre, libertaire, qui s'exprime sans entraves et, pire, qui rit de ceux dont la pensée totalitaire refuse la différence » : voilà la portée politique et philosophique de ces attentats.
Mais aussi porter un coup sévère à un peuple porteur d'un universalisme qui s'oppose frontalement à celui de l'islamisme radical.
Un universalisme malmené par les compromissions et les petites lâchetés de nos dirigeants et de nos intellectuels. Les nôtres aussi, car c'est bien nous qui portons ces gens là au pinacle… Toutes ces petites phrases qui cherchent à faire de l'islam une religion d'exception car elle est celle des nouveaux opprimés de la terre… le droit au blasphème remis progressivement en cause… le pape François, dix jours après les attentats, déclare que « si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s'attendre à un coup de poing, et c'est normal. On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision. » Mais qui tenaient les couteaux, dans cette histoire ?
Le Luron, Coluche, Desproges : au secours !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1176
Cannetille
  02 septembre 2022
Ce livre est la publication intégrale de la plaidoirie de l'auteur, avocat de Charlie Hebdo, lors du procès des attentats de janvier 2015. Richard Malka y revient sur la genèse de la crise des caricatures, retraçant comment une manipulation mêlant vrais et faux dessins a entrepris d'enflammer les esprits dès 2006, comment la plupart des personnalités en vue, politiques et intellectuelles, ont aussitôt cédé du terrain dans des prises de position visant l'apaisement, et comment la réprobation générale a fait de Charlie Hebdo la cible désignée aux exactions que l'on connaît.

Dans une argumentation remontant aux apports fondamentaux des Encyclopédistes et de leur esprit critique au siècle des Lumières, l'auteur s'alarme de nos doutes et de nos compromissions face à la terreur, tandis qu'ils ouvrent la porte à la remise en cause d'acquis aussi essentiels que la liberté de penser, d'objecter, de s'exprimer. Renoncer à critiquer une religion, c'est accepter la mise au pas de la pensée et de la raison, prôner l'inaccessibilité de certaines idées au débat, laisser la conviction s'imposer par la force. Reconnaître la supériorité absolue d'une religion, c'est permettre l'intolérance autant que soumettre l'intelligence, c'est faire le lit de l'obscurantisme et du despotisme : une triste réalité où se débattent bien des peuples aujourd'hui privés de la plus élémentaire liberté, et qui ne devrait pouvoir prétendre mettre un pied dans le pays des Droits de l'Homme sans rencontrer une réaction catégorique, franche et massive.

Alors quand, au nom d'une certaine conception – toute humaine –, de la suprématie divine, les locaux d'un organisme de presse sont incendiés, ses rédacteurs assassinés, un professeur décapité, rester sans réaction, ou pire, céder à l'intimidation d'une quelconque façon, revient à accepter le ver dans le fruit, comme s'il n'allait pas finir par le dévorer tout entier. Une forme de lâcheté dont, appliquée à un autre contexte d'extrême intolérance, celui des années trente, on a vu l'exorbitant prix qu'elle peut mener à payer ensuite…

Richard Malka nous livre un texte pesé dans chacun de ses mots, aussi fulgurant dans son imparable argumentation que touchant dans sa tendresse manifeste pour ses amis de Charlie Hebdo, tués pour quelques traits de crayon symbolisant notre liberté face à l'oppression de l'obscurantisme. Un livre essentiel, à mettre entre toutes les mains, qui ne peut que forcer le respect pour cet homme menacé et contraint de vivre sous protection. Coup de coeur.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          929
karmax211
  23 octobre 2021
Excellente initiative de Grasset que de publier l'intégral de la plaidoirie de Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo, au procès des attentats de janvier 2015.
Car lors du procès en question, cette plaidoirie dut être en partie amputée, écourtée... de nouveaux attentats et le Covid s'étant invités, contrariant le programme et le calendrier de la justice, l'obligeant à composer avec le temps.
Pour ceux qui, comme moi, n'ont pas assisté à ce moment particulier que fut cette plaidoirie, ce petit livre de 96 pages vous offre la possibilité d'un streaming, d'une rediffusion avec de possibles arrêts sur image... ce qui en soi est un privilège, un cadeau, une leçon, une pédagogie dont chacun d'entre nous devrait profiter... le livre est à 10 euros... Autant dire qu'une leçon d'histoire contemporaine sur un des fléaux civilisationnels vitaux de ce siècle qui est né un matin du 11 septembre 2001 à Manhattan... c'est un cadeau dont il ne faut priver personne.
Je ne vais pas écrire un long billet et vous détailler des mots qui se suffisent à eux-mêmes.
Quel sens cela aurait-il de résumer une plaidoirie sinon de l'édulcorer, de la banaliser, de la réduire à l'état d'histoire, de récit alors que sa vocation c'est d'être un face-à-face entre celui qui parle au nom des victimes, d'actes terroristes, du sens, fut-il délirant, de ces actes, de leurs origines jusqu'à leur sinistre et absurde aboutissement ?
Ce face-à-face entre L Histoire et le témoin qu'est chaque citoyen de cette Histoire, ne peut pas et ne doit pas être parasité par l'immixtion d'un ayant-déjà-lu au prétexte d'une démarche babelionienne pseudo-littéraire.
Toute la force de cette plaidoirie, c'est-à-dire du tête-à-tête entre Richard Malka et vous ne vaut que par la sobriété de ce billet.
Par mon désir pesé de m'effacer lorsque vous entendrez, je dis bien entendrez, les mots de Richard Malka.
Cet avocat, cet homme qui sait, qui a appris beaucoup de choses que nous ignorons, qui a connu l'équipe de Charlie, qui a partagé un peu, ou plus, de leur vie, qui connaît leurs parents, leurs amis, qui n'ignore rien de ce que savent aujourd'hui les experts du terrorisme.
Cet homme qui vit menacé et "protégé"... cet homme vous parle.
Écoutez et jugez !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          654
dannso
  10 janvier 2022
Le droit d'emmerder Dieu, un droit bien légitime, mais que certains ont payé de leur vie.
Richard Malka, avocat de Charlie, publie ici la totalité de la plaidoirie qui n'avait pas été soutenue entièrement, au procès du journal et de l'hyper Cacher de la porte de Vincennes pour cause de Covid et de reports d'audience multiples.
Je me souviens encore ce ce mois de Janvier, de l'émotion qui a soulevé la France, des "je suis Charlie" qui fleurissaient partout. J'ai l'impression que cela fait très longtemps et que rien n'a changé.
C'est un texte passionnant, érudit, intelligent, nécessaire.
Richard Malka revient d'abord sur le sens de ce procès le sens de ces crimes et la nécessité de comprendre.
" le Juif, c'est celui qui est différent, qui garde son identité à travers les millénaires, qui refuse de se fondre. C'est l'idée de l'irréductible singularité, donc de la diversité. Charlie Hebdo aussi, c'est l'Autre. Celui qui est libre, libertaire, qui s'exprime sans entraves et, pire, qui rit de ceux dont la pensée totalitaire refuse la différence. le sens de ces crimes, c'est l'annihilation de l'Autre, de la différence. Si l'on ne répond pas à cela, alors on se sera arrêté au milieu du chemin, on aura sanctionné l'acte, le crime, sans appréhender sa portée."
Il nous relate ensuite l'historique de ces caricatures et comment les Imams eux-mêmes ont créés les plus dérangeantes pour apporter de l'eau à leur moulin. Il décrit l'histoire du blasphème et celle de Charlie. Et pire que tout, il revient sur de multiples exemples de personnalités qui ont par leurs propos poussé à croire qu"effectivement ces caricatures allaient trop loin, que ces journalistes jetaient de l'huile sur le feu.
A la fin de ma lecture, j'ai eu besoin de laisser ces mots m'envahir, faire leur chemin en moi. Il m'a fallu un sas de décompression sans autre lecture pour absorber tout cela.
Ils ne sont plus. Lisez ce texte pour vous les rappeler encore une fois.
Merci infiniment aux éditions Grasset pour ce partage #LedroitdemmerderDieu #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6514
viou1108_aka_voyagesaufildespages
  05 novembre 2021
"Le droit d'emmerder Dieu" (j'adore ce titre) aurait pu être sous-titré "un éloge du blasphème". Ce texte de 96 pages est la transcription de l'intégralité de la plaidoirie de Me Richard Malka, l'avocat de Charlie Hebdo, au procès des attentats de janvier 2015 à Paris.
Une primeur, en quelque sorte, puisque lors du procès qui s'est déroulé en 2020, il avait dû écourter son intervention en raison de divers retards et de la pandémie de Covid.
Plus qu'une plaidoirie, c'est un véritable plaidoyer pour la liberté d'expression qui nous est livré. L'avocat retrace la chronologie des événements qui ont abouti aux attentats de 2015, ceux de Charlie et de l'Hyper Cacher. Il tire ainsi le fil conducteur à partir de l'assassinat de Theo van Gogh en 2004. le réalisateur néerlandais avait été tué à la suite d'un court-métrage dénonçant la soumission des femmes dans l'islam. En réaction à cet assassinat, un journal danois a publié quelques mois plus tard les fameuses 12 caricatures du prophète, reprises par Charlie en 2006. le comble, c'est que ces caricatures en tant que telles n'ont provoqué que peu de réactions au moment de leur publication. Il aura fallu la manipulation criminelle de ces dessins par des imams danois pour mettre le feu aux poudres, et pour longtemps. Lesdits imams ont fait circuler les 12 caricatures en y ajoutant 3 autres, totalement hors contexte, avec pour effet d'amplifier la polémique, de provoquer un scandale international monumental dans la communauté musulmane, et bientôt de déclencher l'ire sanguinaire des extrémistes fanatiques, qui se posent en victimes de l'islamophobie.
Me Malka rappelle alors l'attitude, lâche ou opportuniste, finalement tout aussi criminelle, de certains politiques et intellectuels ou autres personnalités (qu'il cite in extenso) qui s'empressent de reprocher à Charlie d'avoir publié les caricatures danoises et d'ajouter inutilement de la provocation à la provocation, taxant l'hebdo d'islamophobie alors que le seul but de celui-ci était de revendiquer la liberté de la presse. Mais qui, en réalité, ajoutait de l'huile sur un feu à retardement ? Me Malka n'y va pas pas 4 chemins : "Tous ces gens ont une responsabilité. Ils ont fait naître l'idée que les caricatures étaient injustes, que nous étions les ennemis des musulmans, des ennemis livrant une guerre injuste. Et ils nous ont collé une cible sur le dos. [...] Tous ont une responsabilité morale dans les crimes commis. Nous n'avons fait qu'exercer la liberté de critique des religions".
Le droit au blasphème, donc, en particulier, et la liberté d'expression en général, dont il retrace également l'histoire, profondément ancrée dans les valeurs républicaines qui ont émergé avec la Révolution Française, et là aussi, il est limpide (et cela résonne curieusement avec certains aspects de l'actuelle crise sanitaire) : "Les croyances ne peuvent jamais exiger le respect. Seuls les hommes y ont droit. Aucune croyance, aucune idée, aucune opinion ne peut exiger de ne pas être débattue, critiquée, caricaturée. Parce qu'à défaut, on n'accepterait plus de vivre qu'entre personnes pensant la même chose. Et tout débat, toute controverse serait estimée « offensante ». C'est le chemin de l'obscurantisme. Les idées, ça se confronte et ça se débat".
Plus qu'une plaidoirie, ce texte est la démonstration implacable de "la bêtise de ces tribunes, de ces articles, de ces prises de parole expliquant qu'il serait responsable d'abandonner les caricatures de l'islam pour en faire une religion d'exception". La bêtise, et la cruauté : à vouloir protéger les "sensibilités" de ceux qui s'estimaient "victimes" de l'islamophobie de Charlie Hebdo ("Ces personnes savent-elles que Charlie a été de tous les combats antiracistes avec SOS Racisme et l'UEJF* [...]?"), elles ont transformé les membres de Charlie en victimes sacrificielles d'une vengeance aussi dramatique qu'absurde.
Un texte brillant, intelligent, émouvant quand il évoque les victimes, percutant, amer, qui remet – oserais-je le dire - l'église au milieu du village.
"Le droit d'emmerder Dieu", nécessaire, salutaire, devrait être enseigné à l'école.
*Union des Etudiants Juifs de France
En partenariat avec les Editions Grasset via Netgalley.
#LedroitdemmerderDieu #NetGalleyFrance
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          606


critiques presse (1)
LesInrocks   07 octobre 2021
Contre une idéologie régressive et toxique, la plaidoirie de l’avocat de “Charlie Hebdo” prononcée lors du procès des attentats de janvier 2015 s’impose comme un texte-manifeste à lire d’urgence.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (83) Voir plus Ajouter une citation
viou1108_aka_voyagesaufildespagesviou1108_aka_voyagesaufildespages   29 octobre 2021
La liberté de critique des idées et des croyances, c'est le verrou qui garde en cage le monstre du totalitarisme.
Ce qui souille l’humanité, ce qui insulte Dieu s’il existe, ce ne sont pas nos caricatures, c’est le meurtre d’innocents, [...], c’est l’absence de doute qui caractérise le fanatisme, c’est ce puissant venin pour l’esprit qu’est l’idéologie victimaire, celle du fameux deux poids, deux mesures, ou de l’accusation d’« islamophobie », là où, en réalité, le droit s’applique de la même manière pour tous. Ce poison-là configure les esprits dans le rejet de l’Autre et la violence. Ce qui souille l’humanité, c’est la bêtise de ces tribunes, de ces articles, de ces prises de parole expliquant qu’il serait responsable d’abandonner les caricatures de l’islam pour en faire une religion d’exception. [...]
A chaque fois, ce qui est critiqué [par Charlie Hebdo], c'est le fanatisme religieux, pas la religion en elle-même. Ce n'est jamais gratuit. Autrement dit, ce que l'on nous demande, c'est d'abandonner le droit de nous moquer du fanatisme. On ne peut pas renoncer. Ce serait récompenser le vice, honorer la supercherie, célébrer l'infamie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
Eric76Eric76   17 décembre 2021
Le message des terroristes est clair. Ils nous disent : " Vos mots, vos indignations, vos résistances ne servent à rien. On continuera à vous tuer. " Ils nous disent : " Vos juges, vos procès nous sont indifférents, on ne les reconnait pas et on continuera à vous tuer. Vos lois sont des blagues. Nous ne répondons qu'à celle du Ciel et nous n'avons pas peur de mourir. Nous préférons la mort à la vie. " Ils nous demandent de renoncer à la liberté, parce qu'avec un couteau et un hachoir, ils seraient plus forts que soixante-six millions de Français, une armée, une police. C'est l'arme de la peur, pour nous faire abandonner un mode de vie construit au fil des siècles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Eric76Eric76   12 décembre 2021
Le juif, c'est celui qui est différent, qui garde son identité à travers les millénaires, qui refuse de se fondre. C'est l'idée de l'irréductible singularité, donc de la diversité. Charlie Hebdo aussi, c'est l'Autre. Celui qui est libre, libertaire, qui s'exprime sans entraves, et, pire, qui rie de ceux dont la pensée totalitaire refuse la différence. Le sens de ces crimes, c'est l'annihilation de l'Autre, de la différence. Si l'on ne répond pas à cela, alors on se sera arrêté au milieu du chemin, on aura sanctionné l'acte, le crime, sans appréhender sa portée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
CannetilleCannetille   02 septembre 2022
Je ne sais pas quelle direction nous prendrons, celle du crépuscule des Lumières ou celle d’une nouvelle aube. Dans tous les cas, il y aura probablement, et malheureusement, d’autres attentats, d’autres morts et d’autres procès. Alors autant que ce soit pour redevenir ce peuple qui, il y a bien longtemps, inspira l’idée de liberté au monde, celle de l’acceptation de l’Autre. C’est notre rêve commun depuis trois cents ans et nous n’en avons pas de rechange. Il n’y a pas de salut dans la lâcheté. J’espère que nous ne serons pas la génération qui aura tourné le dos à son histoire et à son avenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
dourvachdourvach   06 février 2022
Et puis — et j'en terminerai par là — il y a eu ce texte qui résume tout de ces ténébreuses compromissions. Celui de Virginie Despentes, icône d'une certaine gauche "Inrockuptibles". Nous sommes le 17 janvier 2015, dix jours après l'attentat, et elle écrit, à nouveau dans un texte publié dans "Les Inrockuptibles" : « Et j'ai été aussi les gars qui entrent avec leurs armes. Ceux qui venaient de s'acheter une kalachnikov au marché noir et avaient décidé, à leur façon, la seule qui leur soit accessible, de mourir debout plutôt que vivre à genoux. J'ai aimé aussi ceux-là qui ont fait lever leurs victimes en leur demandant leur identité avant de viser au visage. J'ai aimé aussi leur désespoir. » Elle les glorifie, elle les trouve virils. Pour elle, le courage, c'est ça. Je crois que cela se passe de commentaires. Je suggérerais juste à Madame Despentes de mettre sa belle plume au service de la rédaction des communiqués de revendication d'Al-Qaïda, confortablement installée dans un café de Saint-Germain-des-Prés. Elle pourrait se le permettre, personne ne lui a tenu rigueur de ces mots. C'est une bien étrange défaite.

[Richard MALKA, "Le droit d'emmerder Dieu", éditions Grasset & Fasquelle (Paris), 2021 — pages 84-85]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          818

Videos de Richard Malka (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Malka
C à vous https://bit.ly/CaVousReplay C à vous la suite https://bit.ly/ReplayCaVousLaSuite
— Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa —
Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5  | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/
Au programme : Invité : Richard Malka, avocat Procès « Charlie » : la plaidoirie d'une vie Édito de Patrick - Crise sanitaire : les contradictions du gouvernement Invité : Gilbert Deray Chef du service néphrologie de l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris) Le pass sanitaire est maintenu dans tous les départements Malgré la baisse de l'épidémie, le gouvernement reste prudent Le port du masque bientôt levé dans les écoles primaires sous conditions La Story - BAC 75 N, les oubliés du 13-Novembre Salah Abdeslam, de provocation en provocation La plaidoirie de Richard Malka contre les intégrismes Richard Malka, avocat de la liberté d'expression De quoi É. Zemmour est-il le nom ? Le 5/5 : Dans Paris-Match, Éric Zemmour et la femme de l'ombre Face à Éric Zemmour, le RN se cherche Entre E. Macron et LR, le coeur de N. Sarkozy balance Devoir de mémoire sur TikTok Ailleurs dans le monde Invitée : Emilie Lanez, grand reporter à “Paris Match”
+ Lire la suite
autres livres classés : plaidoiriesVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
696 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre