AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782377590247
Éditeur : In Octavo (27/06/2019)

Note moyenne : 4.64/5 (sur 7 notes)
Résumé :
L’inspecteur principal Tian Haifeng, en déplacement lors d’une conférence, assiste à la découverte d’un cadavre sur une plage enneigée qu’il arpente. Il y rencontrera « Jane Austen » un curieux témoin. L’enquête parallèle qu’il mène sur ce meurtre se trouvera étroitement mêlée à la disparition de son fils. Haifeng est un homme aux multiples talents : poésie, calligraphie et même cuisine, mais c’est avant tout une belle personne, un homme plein d’humanité qui n’hésit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Osmanthe
  04 décembre 2019
Après sa première enquête narrée dans les soeurs de Pékin, nous retrouvons notre inspecteur principal de Nankin Tian Haifeng. Il est cette fois appelé à prêter main forte loin de ses bases, à son homologue de Qingdao, Zhou Yongkang. C'est qu'un ponte du Parti basé à Nankin, Fu Gaofei, a été retrouvé assassiné sur la plage de cette ville côtière de la mer de Chine, connue pour ses cerfs-volants, sa bière et ses anciennes villas allemandes de l'époque des concessions 1920-1930. La victime n'est autre que le directeur de la commission du logement et de la construction urbaine et rurale de Nankin. Les deux enquêteurs se jaugent, se rudoient parfois, s'estiment clairement, ne se disent pas tout, sous la pression des chefs locaux du Parti qui tiennent à une enquête rapide et efficace, qui ne devra sûrement pas éclabousser l'image du Pouvoir. Pas simple, d'autant que Gaofei s'avérait avoir un certain goût pour les yachts de cette cité balnéaire en plein boom des affaires et du tourisme, pour les femmes qu'on achète pour une nuit et l'alcool. Pour l'aider, Haifeng rencontre par chance une zonarde aux cheveux rouges et baskets vertes, illuminée par sa passion pour les romans anglais de Jane Austen, dont elle a endossé les nom et prénom, et de Thomas Hardy. Elle a été de près ou de loin témoin du meurtre, en tout cas elle en sait beaucoup, mais ne livre des indices qu'au compte-goutte. Au fil de leurs rencontres, Haifeng gagne peu à peu sa confiance, et obtient l'arme du crime, une lame-à-lancer d'arts martiaux souillée qui a lacéré et infecté le corps. Cependant, après quelques jours, une mauvaise nouvelle l'inquiète : son fils de 17 ans, Wei, a disparu à Nankin. Les maigres indices récoltés à Qingdao et une explosion de pipe-line de la compagnie Chinoil en plein centre-ville qui fait 50 morts et lui blesse une jambe, le décident enfin à rentrer à Nankin. Alors qu'il perd espoir, son fils Wei réapparaît très amoché avec sa copine Xiao Lin. Les redoutables Chengguan, forces de police urbaine, les ont tabassés. Les deux jeunes ont un peu trop clairement contesté la destruction de la petite fabrique de lanternes familiale de Xiao Lin, monde traditionnel d'hier qui doit laisser place nette aux constructions modernes qui poussent comme des champignons à Nankin, comme à Qingdao, et comme toujours ailleurs en Chine, avec son lot de corruption et de conflits d'intérêts…Cette histoire ne va pas manquer d'éclairer Haifeng dans son enquête sur la mort de Gaofei, dont le nom revient décidément dans bien des sociétés et des affaires tant à Nankin qu'à Qingdao…Au bout de ces investigations, il découvrira qui avait intérêt à le supprimer…
Ce deuxième volet des enquêtes de notre policier chinois se lit avec tout autant de plaisir que le premier. L'essai est transformé. L'enquête a l'air d'avancer très tranquillement, mais on ne s'ennuie pas car les personnages et le paysage sont bien incarnés : c'est un plaisir de suivre les deux policiers s'observer, se jauger, dans une ambiance parfois tendue mais respectueuse et finement humoristique, souvent autour d'une bonne soupe et de savoureux raviolis. On regrettera, un peu comme dans le premier épisode de cette série qui s'amorce, que l'auteur laisse parfois tomber des personnages dont il n'a peut-être pas su quoi faire à l'avancée de son récit. de plus, il faut signaler à l'éditeur quelques coquilles, sans gravité cependant.
La grande force de Martin Long, écrivain qui vit à Paris et écrit en anglais, c'est de nous immerger dans la société chinoise actuelle comme personne. On sent qu'il la connaît bien, cette Chine où il voyage souvent, s'y imprègne de faits divers. Une Chine de tous les excès en terme d'urbanisation galopante et capitalisme triomphant, où les traditions et le patrimoine historique sont tristement saccagés et sacrifiés sur l'autel de l'argent-roi. Parlant chinois, il n'hésite pas à parsemer son récit de mots et expressions idiomatiques chinoises, avec l'excellente idée de les rassembler en fin de texte dans un lexique. C'est intelligent, absolument digeste, et renforce la couleur locale.
Un très bon livre donc, que j'ai, comme Les soeurs de Pékin, reçu par babelio et les éditions In Octavo, que je remercie chaleureusement. Vivement le prochain épisode des tribulations de ce policier chinois dans son fascinant pays !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
stef6534
  24 octobre 2019
La lecture de ce livre m'a permis de découvrir un auteur Martin Long, et une maison d'édition, In Octavo éditions, qu'au passage je remercie ainsi que Babelio pour cet envoi lors d'une opération Masse critique.
Avec ce roman Martin Long nous fait découvrir la Chine moderne. Celle-ci est en pleine transformation. Des traditions se perdent, les villes changent, d'anciens quartiers sont rasés, de nouveaux apparaissent. L'effervescence immobilière avec son lot de corruption permet à certaines personnes de s'enrichir et malheureusement d'autres personnes en pâtissent. Cette corruption est accompagnée d'une violence institutionnelle.
Le sujet principal du livre est l'enquête menée sur le meurtre d'un haut dignitaire corrompu par l'inspecteur principal Haifeng de Nankin et son homologue de Qingdao. Parallèlement Haifeng doit faire face à la disparition mystérieuse de son fils. le suspense est bien construit, avec ce qu'il faut de rebondissements pour entretenir l'intérêt tout au long des 397 pages.
Il y a peu de personnages ce qui facilite la lecture. Ceux-ci sont charnels très crédibles. Avec une plume alerte et une bonne intrigue Martin Long réussit à faire un bon polar, agréable à lire. J'ai bien aimé l'ambiance, les références culturelles de la société chinoise très présentes dans ce livre.
Un plaisir de lecture que je vous invite à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ADAMSY
  03 novembre 2019
Haifeng est loin de chez lui, à Qingdao, pour participer à une conférence nationale où il sera question de réforme de justice. Pendant la même période, Fu Gaofei est assassiné. Il était le directeur de la Commission du logement et de la construction urbaine et rurale de Nankin, donc un haut membre du parti. Alors que faisait-il là sur cette plage ? Haifeng se voit confier l'affaire au côté de l'équipe en place. Son rôle à lui est de tout faire pour ne pas ébruiter ce qui'on pourrait découvrir sur la victime : affaire de corruption, mêlant d'autres membres du parti.
L'enquête se déroule doucement mais Haifeng a la chance de rencontrer un témoin. Elle n'a pas vu la scène mais a découvert néanmoins des indices qu'elle dévoile petit à petit à l'inspecteur, comme un jeu. La situation devient difficile pour Haifeng quand il apprend que son fils a disparu. On comprendra ensuite que tout est lié.
L'auteur a voulu dénoncer par ses deux affaires la corruption permanente en Chine. Même si les policiers s'avèrent efficaces et droits, ils ont les pieds et mains liées quand il s'agit de politique. La culture chinoise tient aussi une place importante dans ce roman très réussi.
Merci à Babelio et aux éditions In Octavo pour cette opération masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ChenLin
  16 septembre 2019
Ayant déjà lu avec plaisir « Les Soeurs de Pékin » de Martin Long, je m'attendais à nouveau à un roman policier « Chinois » atypique avec « le Jeu du Témoin ». Je n'étais pas déçue. Les personnages ont de l'épaisseur, l'intrigue est finement menée et le décor est riche. J'ai retrouvé avec plaisir l'Inspecteur Tian Haifeng avec son intelligence et son humanité, ici confronté à des pièges de la politique Chinoise et les bas-fonds de la corruption. La ville de Qingdao, que je connais, devient un personnage principale aussi important que l'énigmatique Jane Austen – une jeune femme attachante à l'image des laissés-pour-compte de la Chine contemporaine. En même temps, à travers de ce roman, j'ai trouvé beaucoup de tendresse pour mon pays d'origine. le tout fait que ce roman soit un vrai régal.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
OsmantheOsmanthe   08 décembre 2019
Le président sortant Hu Jintao préparait le transfert du pouvoir à la clique de son choix au sein du Politburo lors du Congrès national du peuple 2013. Il annonça une campagne anti-corruption visant les tigres et les mouches. Il n'était pas surprenant que la campagne ait frappé de plein fouet le maire de Chongqing et ses partisans à travers le pays. Sa chute fut rapide et brutale, comme celle d'une flopée de cadres du Parti hautement placés ─ condamnation à perpétuité, condamnation à mort, et confiscation de biens. Le frère aîné de Yongkang en faisait partie.
- Je ne justifie pas ses pots-de-vin et les faveurs qu'il monnayait, mais trouve-moi un cadre du Parti qui n'a pas les mains sales ─ comment auraient-ils pu accéder à de telles positions de pouvoir autrement se plaignit Yongkang.
Avec son passeport confisqué, le frère aîné avait compris que son arrestation était imminente. Il avait vite expédié sa femme et ses enfants au Canada avec la promesse qu'il les retrouverait dès qu'il le pourrait. Il s'était ensuite jeté d'une fenêtre de son appartement de luxe au dix-huitième étage ─ l'un des nombreux appartements qu'il avait reçu en cadeau en échange de l'attribution des gros contrats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SylvieCharltonSylvieCharlton   06 septembre 2019
Le temps s'était arrêté, et il savourait le moment. Il déplaça un pied et entendit la neige s’écraser sous ses talons – un son délicieux. Il fléchit son genou dans la neige, oubliant son uniforme, et ramassa une plume blanche qui reposait sur des flocons de neige. Elle était douce au toucher et pas encore gelée. Pas celle d’une mouette, mais plutôt comme celle d’une oie sauvage, pensa-t-il, se rappelant une expression idiomatique pour la neige épaisse. Il savait que les oies et les cygnes hivernaient au Shandong pour échapper aux grosses gelées de Sibérie et de Mongolie. Il passa la plume entre ses doigts comme s’il était en communion avec le voyageur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
OsmantheOsmanthe   07 décembre 2019
- Une dernière question. Peut-être que tu sauras où je pourrais acheter de telles lames aujourd'hui. Un magasin ? Un fabricant ?
Ce n'était pas la première fois que Haifeng remarquait que les aveugles maîtrisaient mieux leurs oreilles que leurs expressions faciales. De toute évidence, la question troublait l'homme et il n'était clairement pas conscient que ses yeux élargis et sa mâchoire pendante l'avaient trahi.
- Aucune idée, mentit-il.
Ce n'était pas vraiment mentir, c'était plutôt fixer une limite à sa coopération.
- Ce n'est pas grave. Je retournerai bientôt à Nankin, et je n'aurai pas le temps de faire du shopping, mentit-il en retour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ADAMSYADAMSY   03 novembre 2019
Je détestais les mots, avant. J'ai grandi terrifié par les livres et les mots. Les livres étaient là pour être brûlés. Les mots étaient là pour dénoncer les voisins et les maîtres d'école. Ensuite, on nous a donné de nouveaux livres et de nouveaux mots.
Commenter  J’apprécie          30
OsmantheOsmanthe   08 décembre 2019
- Fu Gaofei avait apporté sa merde à Qingdao. Disons simplement que sa mort nous permet de soulever le couvercle de la fosse septique. Ce n'est pas ma faute si ça pue.
Il savait que ce n'était pas la faute de Yongkang. Comme sa mère le lui avait souvent dit, un pet qui s'échappe des fesses d'un boeuf ne peut pas être remis dedans.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
76 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre