AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Pierre Sicre (Préfacier, etc.)
ISBN : 2859404635
Éditeur : Phébus (30/11/-1)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Les écrivains français qui ont traversé la guerre (la dernière, s'entend) sont restés dans l'ensemble remarquablement silencieux sur tout ce qui touchait d'un peu près aux déplaisantes réalités de l'époque. Il n'est que de lire la plupart des journaux intimes signés par les grands noms de la littérature d'alors pour le constater, non sans effarement. Rien de tel avec Jean Malaquais (prix Th. Renaudot 1939 pour les Javanais, qui le firent comparer à Céline : un Célin... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
steka
  05 octobre 2015
Début septembre 1939, Malaquais se trouve embarqué comme simple soldat dans « la drôle de guerre » et se retrouve en assez piètre compagnie à remuer de la boue et du ciment en Lorraine en prévision de l’invasion teutonne qui se doit de passer en ces lieux.
Si ce journal, fruit de ces circonstances particulières, démarre assez lentement et quelque peu laborieusement, notre auteur va progressivement trouver le rythme correspondant à cet exercice particulier et surtout, grâce à ses talents d’observation acérés, se saisir pleinement de l’esprit de cette époque où prédominent l’absurde et la confusion.
De ce qui aurait pu n’être qu’un simple témoignage individuel, il dresse un tableau plutôt accablant d’une France vivant dans de ridicules illusions et qui n’allait pas tarder à sombrer dans les plus médiocres renoncements et ignominies de la collaboration et du pétainisme.
Pas prétentieux le soldat Malaquais qui, alors qu’il patauge pour rien dans les champs de Moselle, apprend par son éditeur début décembre que son roman « Les Javanais » a décroché le prix Renaudot, événement qui restera pratiquement sans conséquences sur sa situation.
Ce qu’il pressent du désastre à venir, à travers ce qu’il constate, le tracasse beaucoup plus ; alors même que l’état-major y va encore de ses déclarations sur « l’invincible armée française ».
On sait la suite : c’est la Belgique qui subira l’assaut principal de l’armée d’Hitler et le dispositif "stratégique" de cet État-major s'écroulera comme un château de carte . Estimant avoir poussé l’abnégation assez loin, Malaquais s’évade avec un compagnon d’une colonne de prisonniers et après un long périple rejoint avec lui Paris le 13 juillet 1940.
Débute alors la seconde partie de l’ouvrage, dite Journal du Métèque.
Si Malaquais se désigne lui-même ainsi, c’est qu’il est d’origine juif-polonais et que la généreuse république française malgré son appel « sous les drapeaux » l’a laissé dans un statut d’apatride, tout désigné pour les camps d’extermination. Aussi ne se fait-il guère d’illusion avec sa compagne d’origine russe sur cette France d’alors où il voit que « Le diable ne sait plus où donner de la tête, tant le sollicite de toutes parts quiconque pense avoir un brin d'âme à vendre. »
En ce Paris désert de l’été 40, et malgré l’incertitude de sa situation, Malaquais sait encore saisir la poésie de l’instant, « Beauté de ce Paris vide de gens, de voitures, de fracas mécanique. Tout au long du jour, où que l'on regarde, et malgré la lueur du ciel, c'est l'aube. C'est l'heure paisible où la ville s'appartient, où la pierre est à la pierre. Émerveillement d'apercevoir un cycliste au loin, une charrette à bras, présences insolites qui soulignent la précarité de l'homme. »
Ce qui ne l’empêche pas de constater, « De même que le prétendu communisme stalinien, la peste brune vise la surexploitation toujours plus féroce du travail salarié. Tout habillage idéologique - nation, patrie, race – ne fait qu’occulter cette vérité première : plus que jamais, il n’y a guerre que de rapine. »
En octobre, Malaquais rejoint le sud de la France et Marseille où il va survivre tant bien que mal, en travaillant entre autre à la Coopérative Croquefruit, aussi avec l’aide d’André Gide et de Jean Giono. Pour comprendre la situation de tous les opposants fuyant les régimes totalitaires européens, dans lesquels il faut intégrer de nombreux antistaliniens, il faut se rappeler l’infâme article 19 de la convention d’armistice signé par le gouvernement pétainiste avec les nazis, par lequel celui-ci s’est engagé à livrer sur simple demande à ceux-là tous les ressortissants étrangers désignés. Ce qui correspondait à un passeport direct pour les camps d’extermination. Marseille était donc bien alors, pour tous ces réfugiés, la principale issue pour fuir la mort, où chacun espérait un visa pour le Mexique, l’Amérique du sud ou les Etats-Unis. Sachant également que la presse national-collaborationniste, par la voix des Rebatet, Brasillach, Maurras, Céline et leurs émules, crachait à jets de fiel continus sur les « ennemis de l’intérieur », appelant à leur extermination. A quoi Malaquais répond dans ce journal : « Nationalismes … Toute borne est arbitraire, qui désunit et compartimente les peuples. Tels qui, ici ou là-bas, exaltent leur chaumière, leur clocher natifs trucideraient, la conscience tranquille, leurs analogues que le sort aura fait naître de l’autre coté du poteau frontalier. Pour moi, qui récuse la moindre allégeance politique à l’idée d’Etat, de nation, il n’y a jamais eu de patriotisme que chauvin et belliqueux. »
Ce n’est que fin septembre 1942, que Malaquais et sa femme Galy réussiront à quitter la France et après avoir traversé l’Espagne avec de faux papiers, à embarquer à Cadix sur le Cabo de Buena Esperanza. Le 12 novembre 1942, les troupes allemandes rentraient à Marseille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
moravia
  20 février 2013
Déception.
Grande déception .
Commenter  J’apprécie          32
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
stekasteka   22 septembre 2015
5 janvier 1940
Me suis découvert des affinités avec un jeune catalan, Jordi de son prénom, militant du POUM, teniente sur le front de Madrid. Nous parlons Garcia Lorca, parlons Lope de Vega, jouons aux échecs. Il est polyglotte, d'une exquise finesse et lettré.
................................
16 janvier 1940
Nous marchions lentement, en silence, sur la route glissante, sombre malgré la neige fraîchement tombée. En me laissant, il dit : "Je crois savoir que nous, les Espagnols, on nous fera quitter Mittersheim demain ..." Je sens que, tout comme moi, il regrette que notre amitié naissante doive être coupée si tôt. Je le suis des yeux, fine silhouette fantomatique bientôt dissoute dans la nuit où pas une lueur ne brille, lorsque je l'entends qui revient sur ses pas.
- Adios, companero, dit-il. Ah, tu connais ce vers de Byron ?
Let me, or happy or unhappy,
Learn to anticipate my immortality.
Nous nous sommes longuement étreints.
En notant ceci, je me rends soudain compte que je ne connais pas son nom de famille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33
stekasteka   28 septembre 2015
22 juillet 1940
Beauté de ce Paris vide de gens, de voitures, de fracas mécanique. Tout au long du jour, où que l'on regarde, et malgré la lueur du ciel, c'est l'aube. C'est l'heure paisible où la ville s'appartient, où la pierre est à la pierre. Émerveillement d'apercevoir un cycliste au loin, une charrette à bras, présences insolites qui soulignent la précarité de l'homme.
Commenter  J’apprécie          60
stekasteka   26 septembre 2015
19 juin 1940
J'étais seul sur terre à en conserver la trace indélébile, seul comme tout un chacun ici et là-bas et ailleurs avec son mémorial à nul autre pareil, et j'ai su que ce par quoi vous m'étiez à jamais fraternels tenait à l'incommunicable unicité de notre solitude.
Commenter  J’apprécie          40
stekasteka   04 octobre 2015
L'absolutisme d'hier méprisait le vilain et le dévorait sans assaisonnement; le totalitarisme d'aujourd'hui flatte le peuple et le dévore en ragoût.
Commenter  J’apprécie          70
stekasteka   28 septembre 2015
Paris, aout 1940
Le diable ne sait plus où donner de la tête, tant le sollicite de toutes parts quiconque pense avoir un brin d'âme à vendre.
Commenter  J’apprécie          50
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1678 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre