AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782840550112
48 pages
Éditeur : Delcourt (01/01/2004)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 64 notes)
Résumé :
Si son horloge murale n'avait pas accidentellement avancé, Julius Corentin Acquefacques n'aurait jamais plongé dans un nouveau tourbillon d'aventures kafkaïennes : perdu dans son rêve, il devient voyageur dans sa propre histoire... prisonnier d'une troisième dimension !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
HORUSFONCK
  21 septembre 2019
Après la case vide de L'origine et La qu... mystérieuse, Marc-Antoine Mathieu continue crescendo les aventures oniriques et étranges de Julius Corentin Acquefacques.
Cette fois, le maelstrom de la couverture de l'album va pouvoir se déployer et entraîner le héros dans quelques chutes dont il a l'exclusivité... non sans rappeler au lecteur quelque souvenir de ses lectures enfantines.
Car, l'art de Marc-Antoine est là: toujours progresser en surprenant et captivant le lecteur qui a poussé la porte de son univers.
Commenter  J’apprécie          290
colimasson
  05 novembre 2014
Avec le troisième album de la série des Rêves, le défi de Marc-Antoine Mathieu consiste à prolonger notre surprise de lecteur. Quiconque connaît en effet les aventures de Julius Corentin Acquefacques sait déjà qu'il sera capturé par les écheveaux graphiques kafkaïens de Marc-Antoine Mathieu, mais il ne sait pas précisément de quelle manière il le sera, et c'est là tout l'intérêt de la lecture.

Un monde inhumain et morcelé, angoissant et périlleux, se déploie sans foi ni loi pour engendrer les paradoxes temporels et spatiaux les plus déroutants. Malgré la reprise d'une thématique déjà deux fois exploitées avec les volumes précédents, Marc-Antoine Mathieu renouvelle la nature des paradoxes de son univers et réussit à illustrer une forme d'inquiétante étrangeté qui ne nous est pas totalement inconnue non plus. A la question de savoir si nos rêves nous appartiennent encore, nous ne pouvons émettre aucune certitude sauf celle, aveugle, qui cherche seulement à nous rassurer…
Commenter  J’apprécie          170
folivier
  14 décembre 2011
Marc Antoine Mathieu poursuit sa réflexion autour du rêve, de l'imaginaire, du réel et nous entraîne à nouveau dans un jeu sans fond entre l'histoire qu'il nous raconte, l'objet que l'on tient entre ses mains et le monde en-soi qu'il représente. Cette fois-ci Julius Corentin Acquefacques va être confronté au phénomène du syndrome du plafond et du processus de création du rêve. Les cases des planches de la bande dessinée deviennent des appartements sans plafonds dont une carte a été dressée. Julius perdue doit retrouver sa case de départ. Sa recherche permet à Marc Antoine Mathieu de jouer sur des multiples interrelations entre les planches en cours de création, les personnages, le temps. Nous retrouvons ce qui faisait l'humour et l'absurdité kafkaïenne des albums précédents, la crise du logement, la surpopulation et les difficultés de déplacement, une administration tentaculaire, tout cela poussé encore plus loin et encore plus . A souligner la conception de cet album avec une surprise inimaginable dans un album de bande dessinée. C'est absolument génial d'intelligence et d'imagination. On sourit à toute les pages et en même temps on est amené à réfléchir sur l'acte de création et les différents niveaux de réalité, la réalité du créateur, la réalité de la bande dessinée en tant qu'objet, le monde de Julius Corentin, le monde de ses rêves et tout cela interfère dans un joyeux bazar. A découvrir et à déguster impérativement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Kabuto
  05 janvier 2018
Julius Corentin Acquefacques se réveille un matin dans son tout petit appartement mais malheureusement, son horloge avance légèrement ce qui l'entraine dans une histoire étrange et délirante que j'ai adorée. Marc-Antoine Mathieu se joue des règles du récit et sort même son personnage des cases de la BD. Dans un dessin noir et blanc qui accompagne à merveille ce récit onirique, Nous voilà plongés dans une aventure incroyable où les surprises arrivent presque à chaque page. Une BD pas comme les autres aussi surprenante qu'indispensable.
Commenter  J’apprécie          20
wolvie
  29 octobre 2014
Encore un délire de l'artiste. Un délire maitrisé, tant sur le fond que sur la forme. Moi, je me régale pour ainsi dire à chaque fois. Je pense néanmoins que le délire ultime de la série est atteint avec le décalage.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
colimassoncolimasson   05 novembre 2014
- La Bourse est bien calme aujourd’hui…
- Calme ? Elle est pétrifiée ! Transie ! Paralysée ! C’est la récession ! Voyez, les cotations… Toutes les valeurs reculent ! C’est une véritable crise des valeurs ! Et ceci en dépit des « B.A » lancées par le gouvernement…
- Les « B.A. » ?
- Oui ! Les Bonnes Actions. Attention au virage.
Commenter  J’apprécie          60
michel.carlier15michel.carlier15   07 octobre 2012
Vous avez quitté votre rêve , vous vous êtes perdu et vous voulez savoir comment faire pour y retourner .... je sais , je connais la musique .
-Bon , quel était votre rêve ?
-Eh bien , je me réveillais dans mon lit et ...et il n'y avait plus de plafond ...et alors ...
-Ah! ah! ah !
-Je m'en doute que vous n'aviez plus de plafond ! Ici , il n'y a de plafond nulle part ! Ce sont les rêves sans plafond ici !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   06 novembre 2014
L’usine était le théâtre de la réalisation du 42e plan quinquennal. Celui-ci avait pour le but (ambitieux) de contrôler le dernier espace vital qui subsistait encore : le rêve.
Commenter  J’apprécie          70
issablagaissablaga   05 mars 2017
L’immensité des cases renfermait toute mon histoire, classée comme dans un tiroir à une infinité de double- fonds. Ma vie n’était-elle donc qu’un rêve sans plafond ? Ou une réalité sans fond ?
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Marc-Antoine Mathieu (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc-Antoine Mathieu
La 8e édition du SoBD, le salon de la bande dessinée au c?ur de Paris, s'est tenue les 7, 8 et 9 décembre 2018. Rencontres avec quelques artistes présents, ballade dans les allées du salon. Avec les propos d'Évariste Blanchet, Julie Delporte, El Don Guillermo, Laurent Gerbier, Marc-Antoine Mathieu, Catherine Ocelot, Joe Ollmann, Yoon-sun Park, Seth, Siris.
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16038 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre