AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Joseph Dobrinsky (Traducteur)Jacky Martin (Traducteur)
EAN : 9782221114780
700 pages
Robert Laffont (14/01/2010)
3.9/5   69 notes
Résumé :
Médecin de formation, grand voyageur et agent secret, Somerset Maugham mit à profit ses diverses expériences pour en tirer la matière de son oeuvre d'écrivain. Raymond Chandler et George Orwell ont dit tout haut l'admiration qu'ils vouaient à ce formidable raconteur d'histoires. Ses très nombreuses nouvelles, en particulier, ont fait de lui l'un des auteurs les plus populaires de sa génération et lui ont valu le surnom de " Maupassant anglais ". Voici le premier d'u... >Voir plus
Que lire après Les trois grosses dames d'Antibes et vingt-neuf autres nouvellesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Challenge Solidaires 2023

Le grand écrivain britannique, célèbre dramaturge, maintes fois adapté au cinéma, est peu connu en France, pays dans lequel il a pourtant longtemps vécu.

On peut classer grossièrement ces nouvelles en deux catégories : les comiques et les tragiques. En effet, William Somerset Maugham semble prendre un même plaisir à dépeindre des vies pathétiques et des drames silencieux que des histoires mondaines, cyniques et délicieusement moqueuses.

Dans la première catégorie par exemple “Home” ou encore “The Rain”, longue nouvelle pluvieuse, située aux îles Samoa, où un drame se noue entre un missionnaire chrétien rigoriste et une fille de mauvaise vie. La nouvelle est immersive, l'atmosphère étouffante, la tension de plus en plus vive, Maugham est tout en suggestion pour le lecteur qui devine progressivement avant la fin de quoi il retourne. L'occasion pour l'auteur William S. Maugham, grand voyageur, d'exposer, sans militantisme mais sans concession, les mesquineries très coloniales des soi-disants missionnaires de l'Amour du Christ. Cette nouvelle fut plusieurs fois adaptée au cinéma avec Joan Crawford, Gloria Swanson ou encore Rita Hayworth.

On peut aussi penser à “Gigolo and Gigolettes” où, même si on ne voit pas immédiatement où veut en venir l'auteur, qui passe par certain nombre de personnages et de situations pas forcément liés entre eux. Mais quelqu'en soient les acteurs, Maugham raconte l'envers des caprices bourgeois, avec ces hommes et ces femmes au service des divertissements les plus divers, voire intimes, et dont la précarité constante est au centre de la nouvelle.

Des nouvelles plus légères, comme “Three fat Women of Antibes”, “Mr Know it All”, “Louise”, “The Ant and the Gasshopper”, ou encore “The Luncheon” prêtent à sourire ; “Mr Know it All” est d'ailleurs disponible en petit film sur Youtube, la chute étant d'une savoureuse et espiègle délicatesse.

Certaines nouvelles échappent néanmoins à ces catégories, comme “The Happy Man” petite occasion pour Maugham de développer par l'exemple certaines idées morales : “it is a dangerous thing to order the lives of others and I have often wondered at the self-confidence of politicians, reformers and suchlike who are prepared to force upon their fellows measures that must alter their manners, habits, and points of view. I have always hesitated to give advice, for how can one advise another how to act unless one knows that other as well as one knows oneself ?”

Cette marque de tolérance n'est pas surprenante, Maugham mena sa vie durant une existence un peu à coté des normes corsetée de son temps, ne serait-ce qu'en raison de son homosexualité, discrète mais pleinement vécue et essentielle pour son oeuvre, son compagnon, Gerald Haxton, moins timide que lui faisait souvent la conversation lors de leurs nombreux voyages ensemble, ce qui permettait à Maugham de s'imprégner de ces liens sociaux et d'étudier les narcissismes et leurs écorchures à l'oeuvre dans leurs interactions en apparence mondaines. Des matériaux bruts pour sa création littéraire.

Celui que l'on appela le “Maupassant anglais” n'est à mon sens pas aussi redoutable que son prédécesseur français, qu'il admirait, ni que le maitre russe de la nouvelle Anton Tchekhov, mais on aurait cependant tort de ne se fier qu'à la simplicité apparente de ces nouvelles, écrites avec une langue très accessible (pour qui veut lire en anglais sans trop souffrir !), et souvent attachées aux détails de situations de vie sur lesquelles nous passons parfois trop rapidement et qui, par le truchement de situations fictives bien senties, visent justes.

Qu'en pensez-vous ?
Commenter  J’apprécie          815
Vous reprendrez bien une petite dose de cynisme?
Ils et elles sont riches ou font semblant de l'être. Ce petit monde a des bonnes manières pétries d'un colonialisme condescendant. Ce sont les personnages de Somerset Maugham. Au gré des nouvelles de tailles variées (dont deux malheureusement trop longues, au-delà de 45 pages, fais un roman coco), il nous dévoile tous les petits travers de ses créatures et aussi toutes les facettes de l'humanité.
Je n'avais jamais lu Somerset Maugham, grâce à un bookclub ce manque à ma culture est comblé. L'auteur prolixe a lui même choisi d'organiser ses nouvelles en différents recueil pour donner une cohérence aux ouvrages (condition essentielle pour que j'adhère réellement à un recueil de nouvelles). Celui-ci est clairement orienté vers l'exotisme et le voyage (je veux retourner à Séville). Alors, ne ratez pas une occasion de vous moquer des autres (et un peu de vous mêmes) dans un rayon de soleil et un cocktail à la main (ah ouais ça picole sec) !
.
Commenter  J’apprécie          84

"Le voyageur avisé ne se déplace qu'en imagination. (…) Les voyages qu'on accomplit au coin du feu sont les plus beaux, car, ainsi, on ne perd aucune de nos illusions." (134)

Somerset Maugham a longtemps fait partie de ces fantasmes littéraires qui nourrissent mon romantisme charnel au même titre que certains acteurs de cinéma ou de télévision (Ah, Nicolas le Floch !). du fait de son nom, peut-être, de sa sonorité, de l'aura mystérieuse qui se dégage de son évocation. Petite désillusion avec ce livre – mais point trop douloureuse, j'ai d'autres fantasmes en réserve ! – puisque je l'ai abandonné en cours de route. le style est un peu vieillot, très structuré. On sait que la chute va être calibrée et à sa juste place. Il s'en dégage un charme chic et suranné mais assez ennuyeux sur la longueur. La torpeur s'installe, Somerset Maugham ne donne pas grand-chose à ressentir. Platitude d'une mer calme. Il faut un moment pour voir passer une mouette. Je trouve que ces textes ont vieilli, comme des articles de journaux tributaires de leur époque, de ses moeurs, de sa morale, de ses codes sociaux. Ils paraissent si peu féroce aujourd'hui. Tout juste élégamment taquin.

"Mais il en est qui mettent du sel dans leur café. Ils prétendent que cela lui donne un arôme, une saveur originale et fascinante. de même, il y a certains lieux auréolés de romanesque auxquels l'inévitable désillusion que vous éprouvez en les parcourant confère un certain piquant." (134)

Lien : http://versautrechose.fr/blo..
Commenter  J’apprécie          40
J'avoue tout de suite n'avoir pas terminé ce livre, sans que cela soit une question d'incompatibilité entre lui et moi, puisque je compte bien le lire entièrement. Simplement, j'ai choisi de l'alterner avec d'autres lectures, mais comme je l'ai reçu de l'éditeur il y a plusieurs semaines déjà, je préfère en rendre compte maintenant, parvenue à la moitié environ, plutôt que dans un mois ou deux.
Je crois n'avoir jamais rien lu de cet auteur auparavant, et sans idée préconçue, je suis entrée dans cet univers cosmopolite, colonial où l'auteur, d'un bout à l'autre du monde, épingle des spécimens humains sous sa loupe. Rien ne lui échappe des défauts humains, et son ironie pour les hypocrites touche autant que son empathie pour les plus tendres. Une petite touche de misogynie m'a un peu agacée parfois et je me suis posée la question du racisme éventuel de l'auteur sans parvenir à trancher, mais j'ai toujours apprécié ce que j'ai lu dans sa diversité, en particulier la description des caractères. A noter que ces nouvelles ont été écrites de 1920 à 1945 et qu'il s'agit du premier tome d'une parution intégrale en quatre volumes.
Lien : http://lettres-expres.over-b..
Commenter  J’apprécie          53
Quel don de conteur que celui du romancier anglais Somerset Maugham !
Je comprends pourquoi il fut surnommé le "Maupassant anglais"...
Maugham est un romancier prolifique, et ce premier ouvrage découvert, recueil de nouvelles, m'incite à lire d'autres de ses oeuvres.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
"Ce qu'elle aimait avec Beatrice Richman et Frances Hickson, c'est qu'elles étaient toutes deux beaucoup plus grosses qu'elle, ce qui lui donnait l'air d'être assez mince.

What she liked about Beatrice Richman and Frances Hickson was that they were both so much fatter than she, it made her look quite slim."
Commenter  J’apprécie          284
Honolulu est le point de rencontre de l’Orient et de l’Occident. Le modernisme côtoie l’archaïsme le plus extrême. Et, si vous n’avez pas trouvé le romanesque que vous escomptiez, vous avez découvert quelque chose de singulièrement fascinant. Tous ces peuples étranges vivent côte à côte avec leurs parlers et leurs mentalités différentes : ils vénèrent des dieux différents et reconnaissent des valeurs différentes ; ils n’ont que deux seules passions en commun : l’amour et la faim.
Commenter  J’apprécie          30
Il fallait leur faire comprendre que des conduites qu’ils croyaient naturelles constituaient des péchés : non seulement l’adultère, le mensonge et le vol, mais encore l’exhibition de leur corps, la danse, le manque d’assiduité au culte. Je leur ai fait admettre que c’était un péché pour une jeune fille de montrer sa poitrine et pour un homme de ne pas porter de pantalon.
Commenter  J’apprécie          20
 Quand nous sommes arrivés dans l’archipel, le sens du péché y était inconnu. On y manquait à tous les commandements sans jamais savoir qu’on faisait le mal. Et je crois pouvoir dire que le plus dur de ma tâche fut d’inculquer aux indigènes le sens du péché.
Commenter  J’apprécie          30
Quand j’étais tout petit, l’on me faisait apprendre des fables de La Fontaine, et l’on m’en commentait soigneusement la morale. Parmi elles figurait la Cigale et la Fourmi, dont la leçon pratique tend à persuader la jeunesse que ce monde imparfait récompense les efforts et punit la frivolité.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de William Somerset Maugham (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Somerset Maugham
"Servitude humaine" Livre vidéo. Non sous-titré. Non traduit.
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (166) Voir plus



Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
1058 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

{* *}