AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791028104108
Éditeur : Bragelonne (18/04/2018)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Depuis la nuit des temps, la cité engloutie de l’Atlantide fascine les esprits. Nina Wilde, une jeune archéologue new-yorkaise, le sait mieux que personne : ses parents, morts en mission au Tibet, ont donné leur vie pour la trouver. Après des années de recherches, Nina est parvenue à localiser l’Atlantide. Hélas, elle est désavouée par ses pairs. Alors, quand le célèbre mécène Kristian Frost propose de financer son expédition, elle saisit sa chance. En compagnie d’E... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  25 mai 2018
Les éditions Bragelonne relancent leur collection Thriller avec certaines nouveautés anglo-saxonnes. À la poursuite de l'Atlantide, d'Andy McDermott, est de ceux-là.
La quatrième de couverture promet tout d'abord « une civilisation perdue ». Nina Wilde est archéologue et personne ne la suit quand elle propose de monter une expédition pour localiser la mythique île d'Atlantide. En effet, son histoire familiale est lourde sur le sujet et l'aspect mythologique et inconnu de cette éventuelle découverte en rebute plus d'un. Cependant, un milliardaire philanthrope (apparemment c'est devenu pléonasme ces derniers temps) lui propose de financer le tout, sans autre condition que de la laisser faire ses recherches mais sans pour autant fournir d'autres informations sur les motivations d'un financement aussi gigantesque à part la philanthropie bien connue de ce type de fondations « à but non lucratif ». L'histoire part sur de bonnes bases quand une confrérie concurrente tente de ravir chaque objet trouvé dans cette quête et l'héroïne avec, qund c'est possible. Ce roman fait clairement partie de cette génération de thrillers à tendance ésotérique ou « découvreurs de complots » (pas non plus « lanceurs d'alerte », il ne faudrait pas déconner non plus) popularisés notamment par Dan Brown (mais il y en a tant d'autres). Au passage, cela peut paraître étonnant de voir publier en VF en 2018 ce roman qui date de 2007 ; comme il constitue le premier tome d'une série feuilletonnante, cela est peut-être de bonne augure pour la suite. Dans ce type de publications, le maître-étalon est sûrement le Da Vinci Code, de Dan Brown, qui, même s'il est un « page-turner » incomparable, mêlait habilement l'action classique avec des recherches poussées et des énigmes intéressantes. Ici, à l'inverse, l'impression documentaire qui est donnée est que les recherches ont manqué : à propos de l'Atlantide, le Critias de Platon est plusieurs fois cité, mais c'est bien là l'unique référence utilisée. Pour un roman mettant en scène une archéologue et des spécialistes des langues anciennes, c'est un peu pauvre, d'autant qu'il y a de quoi gloser sur des sources biaisées ou manquantes.
Ensuite, on nous promet « une quête plein de dangers ». Pour le coup, ce n'est pas faux du tout ! Ça défouraille dans tous les sens et à l'aide de tout ce qui peut constituer une arme, l'auteur étant plutôt calé sur les types d'armes et de véhicules qui sont très régulièrement mentionnés et détaillés. Pour le coup, tout saute à chaque scène, l'explosif étant le meilleur ami du scénariste. D'ailleurs, l'un des critiques largement cités en début d'ouvrage ou sur la quatrième de couverture précise que l'auteur « tourne le film en même temps qu'on tourne les pages », c'est certes un beau compliment, sauf si on considère que l'adaptation qui pourrait sortir de ce roman a déjà été tournée des milliers de fois par des réalisateurs peu scrupuleux de Hollywood. Ce serait probablement un peu gros de dire que c'est écrit « à l'américaine », mais il n'empêche qu'à chaque nouveau lieu visité, le groupe arrive, fait une erreur, s'en sort quand même avec souvent un sacrifice au passage et, ô miracle, « on a emmené des explosifs »… Voilà. D'ailleurs, les lieux sont multipliés volontairement tout au long du récit (de toute façon, impossible de revenir au précédent puisqu'ils sont détruits au fur et à mesure, suivez un peu !), ce qui en fait un argument théoriquement vendeur : du Tibet au Brésil, de New York à Paris, de l'Iran à l'Atlantique... il est d'ailleurs étonnant de se rendre compte que tout ce voyage ne conduit qu'à aller là où l'héroïne disait d'aller au départ. Cette intrigue « James Bond-like » est à l'image des archétypes convoqués par l'auteur. le commanditaire Kristian Frost et le chef de la mystérieuse confrérie Giovanni Qobras sont les deux faces d'une même pièce : celle des visionnaires qui se sont façonnés seuls, ce qui leur a permis de sortir de nouveaux millions de leur portefeuille à l'envi. L'une des pires scènes est sûrement celle qui voit ces dignitaires « marchander » pour des vies (à prendre ou à échanger, tout dépend des camps) à coups de « 5 millions pour le tuer maintenant ! non ? alors 10 ! ; et ceux-là surenchérissent tranquillement juste après pour acquérir un ridicule morceau de vestige archéologique (« 10 millions ! non ? 15 millions !). le tout est également agrémenté d'une quantité folle de gadgets et d'innovations technologiques (sous-marins, hélicoptères, radars, etc.) qui auraient pu être captivantes si elles ne sortaient pas juste du chapeau dudit milliardaire sans autre justification que « c'est le high tech du haut niveau de la crème de l'élite, alors je l'ai acheté ». C'est à peine s'il y a une toute petite prise de recul sur ce double aspect « seuls les riches entreprennent » et « l'argent fait tout » avec la résolution finale. Les dangers sont malgré cela présents partout, c'est bien vrai, et notamment pour les affreux antagonistes. Il ne fait pas bon s'opposer aux héros, car soit on est manchot (avec un magnifique crochet multifonctions, par contre), soit on est borgne, soit on est Iranien, autant vous dire que ce n'est pas facile tous les jours de lutter contre un stéréotype déjà battu et rebattu.
Enfin, est attendu « un secret mortel » ; forcément, dans une telle quête, me direz-vous, mais quand même ce récit a un rapport très intéressant avec la mort de masse. Tout d'abord, ce voyage à la poursuite de l'Atlantide est surtout mortel pour tous les « Jean-Jacques » de ce roman. En effet, il y a une foule de personnages tertiaires dont le destin est avant tout de se faire dézinguer ; ils sont très faciles à reconnaître : ils apparaissent au début d'une nouvelle mission (première et dernière) et n'ont pas le loisir d'avoir tellement de choses à dire. La palme du devoir de mémoire revient ainsi à un personnage secondaire qui finit par dire qu'il y a déjà eu beaucoup de morts et qu'il serait bon « de penser à Jean-Jacques, Jean-Jacques, Jean-Jacques et… Jean-Jacques » qui leur ont permis d'arriver jusque-là (certains diraient qu'on se souvient pas des mecs, de toute façon). Peine, sobriété, rapidité et on repart à l'attaque. Finalement, le plus gros moment de suspense et d'émotion réside sûrement dans le prologue qui est prenant et un peu intéressé par les émotions des personnages, même s'il dévoile aussi deux des révélations majeures qui apparaissent plus tard dans l'intrigue. le dernier acte ajoute un peu de sel à l'ensemble en choisissant d'étirer les enjeux à l'humanité tout entière, c'est gros mais pourquoi pas. Au fond, le véritable secret révélé dans ce roman n'est pas à propos de l'Atlantide, mais plutôt à propos de ces thrillers un brin ésotériques, se fondant sur des connaissances réservées aux initiés : un mythe bien vendeur, de l'action à gogo, des lieux exotiques pour le voyage et quelques références vaguement « geek » (Star Trek, Harry Potter un peu forcées pour faire genre, et hop le tour est joué !
En somme, À la poursuite de l'Atlantide remplit son office et correspond à ce que veut proposer la collection Thriller de Bragelonne, même si éditer quelque chose d'aussi stéréotypé est un peu dommageable. Plus personnellement, j'en attendais sûrement trop : le sujet atlante comme le déluge de critiques de presse sur l'ouvrage laissait espérer quelque chose de bien plus abouti, voire grandiloquent. Cette déception explique grandement la profonde ironie qui a pu poindre dans cette critique. Par contre, le deuxième tome des aventures De Wilde et Chase s'intitule le Tombeau d'Hercule, ce qui fait déjà espérer des révélations plus recherchées sur un sujet moins commun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Bleuopale
  27 mai 2018
Vous voulez du dépaysement et de l'aventure ? Alors n'hésitez plus et partez en vadrouille avec Eddie Chase et Nina Wilde. Pour ce premier tome de la série, nous faisons connaissance avec Nina Wilde, jeune étudiante qui, comme ses parents, est passionnée par l'histoire de l'Atlantide et consacre ses études d'archéologue à démontrer que l'île a bien existé et à la localiser. Sujet d'étude qui ne la rend pas vraiment populaire dans la profession mais qui va l'entrainer dans une aventure bien loin de son université New-Yorkaise. Car l'île censée avoir été engloutie par les flots et restée cachée depuis des siècles, attise les convoitises aussi bien scientifiques que marchandes ou idéologiques et Nina Wilde, qui pense avoir circonscrit la zone où les restes de l'île pourraient se situer, devient le centre de toutes les attentions et celles-ci ne sont pas qu'amicales. Une rencontre avec Eddie Chase ancien SAS de l'armée britannique et la famille Frost, milliardaires prêts à investir dans les recherches de l'Atlantide, et Nina se retrouve à arpenter le globe de l'Iran à l'Amérique du Sud sur les sentiers tissés par les Atlantes eux-même.Avec le premier tome des aventures De Wilde et Chase, Andy McDermott classe sa série dans les séries d'action qui ne nous laissent aucun temps morts et franchement c'est extrêmement divertissant. La lecture est fluide, l'histoire se déroule de mystères en découvertes en surfant sur nos souvenirs des aventures d'Indiana Jones mais sans chercher à marcher dans les traces du célèbres archéologue, ce qui à mon avis est vraiment une bonne chose. Avec ce livre, l'auteur nous offre du divertissement genre série américaine où les personnages principaux se sortent de toutes les situations et où les méchants ne sont pas toujours ceux que l'on croit. Je reprocherai tout de même à l'auteur quelques facilités narratives et un déroulement de l'histoire parfois trop linéaire qui, bien qu'efficace, parait un peu téléphoné. Les personnages sont cependant très attachants, ou très antipathiques, en fonction que ce soient des "bons" ou des "méchants" et même si le coté demoiselle en détresse de l'héroïne m'a parfois fait grincer des dents, j'apprécie tout de même le coté naïf de cette héroïne qui, loin de tout savoir, reste du coup plus "accessible". Si oui, alors foncez ! J'avoue j'ai beaucoup aimé voyager de la Norvège à l'Amérique du Sud en passant par l'Iran avec Nina et Eddie, le tout sur fond de recherche de l'Atlantide. Ce récit en forme de course poursuite avec une histoire se déroulant sur trois continents est un divertissement efficace qui ne laisse pas le temps de souffler au lecteur. Il faut dire également que le thème de l'Atlantide titille notre curiosité : le mystère de cette île englouti par les flots dans l'Antiquité ne peut que faire travailler notre imagination. Je ne serais pas étonnée d'apprendre que les aventures De Wilde et Chase feront bientôt l'objet d'une adaptation ciné ou série tellement le format s'y prête !
Au final, ce livre est un très bon divertissement, idéal pour se changer les idées en partant à la découverte des secrets des Atlantes ! Beaucoup d'action et de dépaysement, le duo Nina Wilde et Eddie Chase, entre humour et taquinerie, fonctionne très bien et entraine à coup sur le lecteur à sa suite. Un lecture idéale pour l'été !
Lien : https://chutmamanlit.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LiliDrawinthecity
  28 novembre 2011
À la poursuite de l'Atlantide par Andy McDermott est, pour moi, un très bon roman d'action. Riche en péripéties, on y retrouve les meilleurs ingrédients qui permettront à cette histoire de rivaliser avec les films de James Bond. Deux camps : un mécène richissime, Kristian Frost, qui offre son or à l'héroïne pour l'aider dans sa quête de l'Altantide, et un méchant, un vrai, comme on les aime, avec un nom de vil serpent et une bonne tête de mauvais, Giovanni Qobras, bien déterminé à trouver la cité perdue avant les gentils. Des scènes de combat à couper le souffle, décrite par l'auteur de façon très tangible. Une héroïne passionnée par ses recherches, un garde du corps, ex-agent des services secret britannique (comme par hasard), haut en couleur avec un humour décapant. Des complications, des revirements de situation, du mystère et le devoir de sauver le monde qui plombe sur les épaules des héros. Une aventure explosive dans laquelle on se plonge avec délectation.
Le grand atout de ce roman est bien sûr la manière dont l'auteur à choisi de nous emporter dans son histoire. Les événements s'enchaine comme dans un film, et rend ainsi le livre plus dynamique. Pas le temps de s'ennuyer, il s'y passe toujours quelques chose. Une attaque de Giovanni et ses hommes, Une tribu d'indigènes mécontents, une expédition sous-marine…Une histoire d'amour naissante, pour les fleurs bleues. On ne lâche les pages qu'après les avoir toutes lu jusqu'à la dernière. McDermott sait captiver son lecteur, rien n'est moins sur. le seul bémol que l'on pourrait énumérer serait sans doute la présence d'un trop grand nombre de clichés, mais qui au final de dérange pas plus que cela. On prend plaisir à se plonger dans cette expédition avec le docteur Nina Wilde et Eddie Chase, son garde du corps et chevalier servant.
On déplore néanmoins que la suite des aventures n'est pas encore été traduit en français…

Lien : http://lilibouquine.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FrereContrebandier
  27 septembre 2018
Contrairement aux autres romans du même genre qui donnent envie d'aller fouiller sur Wikipédia pour en savoir plus sur telle ou telle anomalie ou telle ou telle légende, ici l'auteur ne semble pas avoir fait de recherches qui dépasse le visionnement de deux ou trois courts documentaires sur You Tube et des principaux blockbusters d'action des 30 dernières années.
.
Pour faire simple, c'est l'équivalent d'une novélisation d'un film hollywoodien qui aurait lui-même été tiré d'un roman de Cussler ou de Brown. Ou, à tout de moins, depuis leur forme abrégée. Aucune innovation, tout est convenu. Aucune surprise, tout est prévisible. le peu de mystérieux se résume aux clichés du genre. Des méchants de dessins animés. Trois épreuves réglementaires. Des pieux qui sortent du plafond. Des hélicoptères qui sautent. Les plongeurs qui regardent leur jauge à oxygène. Des explosions et beaucoup, beaucoup, de scènes de fusillade qui emplissent 50% de la trame mais sans originalité particulière.
Commenter  J’apprécie          00
solera974
  08 février 2019
Un livre écrit comme un film d'aventure mi-Indiana Jones mi-James-Bond. La cité perdue de l'Atlantide a été reconstruite en Amérique du Sud.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
SciFiUniverse   14 février 2019
Dans la veine des aventures pulp et mouvementées d'un Indiana Jones ou d'une Lara Croft, ce premier volume permet de rencontrer nos deux protagonistes et de voyager de l'Amazonie au Tibet à la poursuite d'un des mythes les plus mystérieux de l'archéologie [...] Un livre qui sent bon le vieux film des années 80, à consommer sans modération.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   12 juillet 2018
Dans les années 1930, et même 1940, alors que la guerre faisait rage en Europe, l’Ahnenerbe organisait des expéditions au Tibet. À la demande de quelques nazis en vue, parmi lesquels Himmler, tous membres de la sinistre Société Thulé, trois expéditions avaient été envoyées en Asie sur la conviction que des cités construites par les légendaires descendants du peuple de l’Atlantide, lui-même issu de la race maîtresse aryenne, se trouvaient sous l’Himalaya. Les explorateurs avaient fait de nombreuses découvertes sur l’histoire du Tibet, mais n’avaient rien déniché sur le peuple de l’Atlantide et s’en étaient retournés bredouilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   12 juillet 2018
Le Führer, qui montrait moins de goût pour les mythes que ses lieutenants, avait décidé de façon pragmatique que, au plus fort de la guerre, les ressources du pays seraient mieux employées à entretenir la machine nazie qu’à financer des expéditions lointaines lancées sur les traces de légendes anciennes. Himmler, en revanche, y croyait dur comme fer, et les découvertes de l’Ahnenerbe l’avaient convaincu que la légende était sur le point de lui révéler son secret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   12 juillet 2018
Des années, plutôt ; presque toute sa vie, en fait. Ce qui n’avait été au départ qu’une simple curiosité d’enfant avait, au fil du temps, tourné à… Il hésitait à utiliser le mot « obsession ». Pourtant, c’était bien de cela qu’il s’agissait. Une véritable obsession qui avait fait de lui la risée du monde universitaire ; une obsession qui avait englouti l’argent de toute une vie.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   12 juillet 2018
Pourquoi faut-il que les légendes soient toujours truffées de noms abscons ? S’agit-il d’un chemin qui mène à la lune ? Qui suit les mouvements de la lune ? Quoi d’autre encore ?
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : atlantideVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1560 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre