AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266254111
Éditeur : Pocket (18/06/2015)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Livre original Les Cavaliers Afghans aux éditons KERO, repris chez POCKET en 2015 sous le titre La terre des cavaliers.

Partir au bout du monde et vivre des aventures extraordinaires...
En 2002, Louis Meunier veut étancher cette soif de découverte et décide de se rendre en Afghanistan. Il est ébloui par la beauté du pays et la dignité des ses habitants. Mais surtout, fasciné par la lecture des Cavaliers de Kessel, il rêve d'assister à un buzka... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Pippolin
  07 juin 2017
D'où vient ce sentiment mitigé au terme de ce livre qui sent bon le sable chaud des plateaux arides d'Afghanistan ? Pas du style en tout cas, car le livre est bien écrit : vif, enlevé, il colle au sujet et la richesse du vocabulaire pousse à accepter les répétitions dans les derniers chapitres qu'une relecture attentive aurait pu éviter. Non, ce sentiment provient peut-être de la construction un peu curieuse du livre, dans lequel l'auteur, guidé par sa passion des chevaux alliée à celle de l'Afghanistan, suit des buts différents. Dans un premier temps, inspiré par la lecture du roman "Les Cavaliers" de Kessel, il veut participer à des rencontres de buzkashi - sorte de polo ultra violent dans lequel les cavaliers se disputent une carcasse de veau. Durant le premier tiers du livre, l'auteur n'aspire qu'à cela et met tout en oeuvre pour réaliser son rêve. Puis dans une deuxième partie, il n'est plus question, de buzkashi mais de la traversée à cheval de l'Afghanistan. Enfin, son voyage avorté, l'auteur en revient au buzkahi et c'est là la troisième partie du livre. Ces changements d'orientation déroutent. Et puis, surtout, il y a le fait que, malgré l'enthousiasme de Louis Meunier pour rendre hommage à l'Afghanistan et à son peuple fier et parfois très généreux, toutes les tentatives se soldent par des échecs et aboutissent à un départ précipité du pays. Quand l'échec ne résulte pas d'une maladie lors de la traversée du pays (une amibiase), il est lié aux agissements des hommes, qui soit le volent (l'auteur se fait voler le cheval qu'il a acheté puis élevé, puis une grosse somme d'argent), soit n'honorent pas leurs promesses, soit le menacent et qui, malgré tous les efforts de Louis Meunier pour partager leurs passions et leur mode de vie, ne voient en lui qu'un "Kalenji" - un étranger. Et c'est ce rejet définitif - et si regrettable - qui laisse un goût amer. Un témoignage intéressant cependant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MarielleBriffaux
  25 décembre 2015
L'auteur part sur les traces Joseph Kessel en Afghanistan à la découverte de ces hommes durs, âpres mais humbles, dans une nature sauvage et hostile mais ô combien magnifique et vierge, tous unis autour du sport national qu'est le buzkashi, véritable tradition séculaire, où le cheval tient une place à part entière, à égalité avec les hommes.
Louis Meunier nous offre une autre image de l'Afghanistan et de ce peuple divers et varié différente de celle que connaissent les Occidentaux à travers un prisme réducteur et péjoratif.
De ce roman souffle un vent d'épopée et d'initiations, d'amitiés fortes et indéfectibles.... initiation au voyage et au périple à travers un paysage à couper le souffle, beau, digne et austère à la fois, initiation à la connaissance des diverses ethnies qui forment l'entité du peuple afghan, initiation au buskashi.
Bref ce que j'appelle un "vrai voyage", loin des sentiers battus et des circuits touristiques, où l'on peut faire de réelles rencontres, de vraies découvertes et apprendre des autres donc de soi.
Merci Monsieur Meunier d'avoir marché sur les traces des "Cavaliers" de Joseph Kessel, vous avez apporté également votre empreinte. L'un et l'autre roman peuvent se lire séparément mais ensemble c'est encore mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
MarielleBriffauxMarielleBriffaux   24 décembre 2015
Le Coran appelle le cheval El-Kheir, la bénédiction suprême. Selon la tradition musulmane, Allah a fait le cheval à partir du vent, comme Il a fait Adam à partir de la terre. Allah a dit au vent du Sud : "Je veux créer une créature de toi. Concentre-toi". Et le vent s'est concentré. ensuite, Allah a dit au cheval ainsi créé :

" Je te ferai sans pareil, et le préféré de tous les autres animaux, et il y aura toujours de la tendresse dans le coeur de ton maître. Tu seras le seul à voler sans ailes, car toutes les grâces du monde seront placées entre tes yeux, et le bonheur pendra de ton toupet".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
emma34emma34   02 novembre 2015
Ici, il n'y a encore pas si longtemps, chaque foyer avait son cheval et, dans les temps de disette, la famille vivait mal mais le cheval mangeait toujours à sa faim. En Afghanistan, les hommes accordent plus de soin à leur monture qu'à leur femme ... Le cheval est dressé, génération après génération, pour la guerre et le buskashi, si bien qu'il conjugue vitesse et endurance, puissance et intelligence, force et élégance. Il est au centre de toutes les attentions et de toutes les rivalités, et il procure honneur et respect à celui qui a le privilège de s'asseoir sur son dos.
Une lueur de fierté traverse son regard.
- Vois-tu, poursuit-il notre histoire a commencé avec le cheval. Il nous a permis de parcourir les distances, de semer la vie ou de la prendre en nous battant. Nous sommes les descendants des peuples des steppes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
emma34emma34   02 novembre 2015
- Le buzkashi est l'une des manifestations de notre culture de cavaliers. C'est la forme organisée du tudabaraï, une tradition plus ancienne par laquelle deux clans qui s'opposent sur une question de terre, de récolte, de femme ou d'honneur soldent leur différend par un duel. Il n'y a aucune règle dans le tudabaraï, pas d'arbitre ni de spectateur, pas de cercle de justice sur le sol ni de drapeau autour duquel tourner. Il s'agit seulement de s'emparer de la chèvre et d'en rester le maître.
Les tchopendoz peuvent parcourir plusieurs dizaines de kilomètres, la carcasse coincée entre la jambe et la selle. Ils forment des alliances, jouent de leurs poignards, poussent leurs adversaires aux pieds des chevaux lancés en plein galop ou les attirent dans le lit d'une rivière pour les noyer. Quand des tchopendoz acceptent un tudabaraï, ils savent qu'ils ne rentreront pas tous vivants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MarielleBriffauxMarielleBriffaux   24 décembre 2015
J'ai appris l'équitation en France, de manière rigide et académique. Pendant des années, j'ai suivi des cours d'hippologie et tourné en rond dans un manège en obéissant aux injonctions martiale d'un instructeur. (...) Maïmana m'offre aujourd'hui un terrain de jeu infini pour pratiquer une équitation où le cheval n'est pas un animal de compagnie, mais un compagnon d'aventure.
Commenter  J’apprécie          10
MarielleBriffauxMarielleBriffaux   25 décembre 2015
Les chevaux comme ceux de Habibi sont les descendants des destriers qui ont traversé la région avec les envahisseurs successifs. Issus d'un long processus de sélection naturelle, ils savent se contenter d'une nourriture spartiate et d'une eau saumâtre et peuvent supporter le froid glacial de l'hiver et la chaleur accablante de l'été. Ils sont élevés pour la guerre et, en dehors de leur robe, leur apparence physique importe peu. Leur valeur est déterminée par leur courage, leur rapidité et leur endurance car, sur la steppe ou en montagne, que ce soit à la bataille ou au buskashi, l'homme le plus fort est celui qui possède le meilleur cheval.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Louis Meunier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louis Meunier
Kabul Cinéma est le troisième film de Louis Meunier consacré à l'Afghanistan, making-off de la fiction « Kabullywood » à sortir prochainement sur les écrans. Un superbe témoignage sur la situation difficile que vit actuellement l’Afghanistan, qui vient de remporter le Grand Prix du Festival de Val d'Isère. L'interview de son réalisateur, Louis Meunier, par le directeur de la rédaction de Grands Reportages, Pierre Bigorgne
autres livres classés : afghanistanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
844 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre