AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782757866078
Éditeur : Points (20/04/2017)
3.27/5   13 notes
Résumé :
Il neige dru sur Belfast lorsque, tôt le matin, Karl Kane, allant chercher le lait devant sa porte, y trouve aussi une main sectionnée. La deuxième à se matérialiser dans la ville en quelques semaines. Que signifient ces macabres cartes de visite ? Attiré par la récompense substantielle qu’offre un homme d’affaires inquiet pour la réputation de la ville, Kane enquête. Un caïd local, brute impitoyable qui contrôle la drogue et la prostitution, retient son attention. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Roggy
  13 novembre 2019
L'écriture de Sam Millar est fluide, teintée d'humour et de dérision.
Dans Un sale hiver, on y retrouve la langue parfois âpre et radicale et cette mélopée courroucée et sa gouaille frontale.
Les paysages semblent avoir une influence directe sur la psychologie des personnages, et la nature environnante, ne réveille pas toujours le meilleur de l'humain.
L'auteur irlandais prouve que polar peut faire bon ménage avec humour et qu'entre le rire et la finesse, il peut nous ouvrir les yeux sur la société et bousculer nos idées reçues.
Malgré quelques rebondissements tirés par les cheveux, ce roman reste un mélange de genres plutôt divertissant.
Commenter  J’apprécie          610
pupucing
  16 janvier 2018
Karl Kane, ex-flic de Belfast, reconverti détective privé, à la répartie cinglante et l'humour douteux, trouve une drôle de surprise entre sa bouteille de lait et son journal sur le pas de la porte: une main sectionnée ! Tranchée nette, nickel !
Le fait que ce soit une seconde main, sans corps, qui apparaît, et qu'elle atterrisse sur le perron de Karl, sans oublier la coquette somme offerte par un homme d'affaire, titille notre privé, au grand dam de Naomi, son un-peu-plus-qu-assistante.
Sans oublier, la demande d'enquête sur un oncle disparu par une magnifique jeune femme, ce qui réjouit aussi Naomi ...
Une fois encore, la grande gueule de Karl lui sauvera la mise, ou pas :p
Que j'aime les romans de Sam Millar, que j'aime Karl, ce personnage ultra haut en couleur qui apporte un semblant de légèreté dans cet univers sanglant et glauque.
L'Irlande dépeinte par Sam Millar est bien loin de celle des Leprechauns et autres créatures légendaires ;)
C'est sombre, très sombre, il faut avoir le coeur bien accroché parfois, mais l'humour décapant de Karl fait passer la pilule, je me marre vraiment, alors que ce que j'ai sous le nez est horrible, c'est vraiment ce qui me plaît, ce contraste très fort.
Il me reste à me procurer "Au scalpel", publié l'an dernier et surtout lire (enfin) "Rouge est le sang" pour mieux comprendre certains faits évoqués dans "Un sale hiver".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lcath
  20 novembre 2016
Karl Kane, détective privé, trouve une main tranchée devant chez lui. C'est la deuxième main qu'on retrouve, mais la police se refuse à parler de sérial killer. Belfast doit offrir l'image d'une ville propre et rénnovée qui attire les touristes...
Karl, lui, se ballade dans un autre Belfast, celui des bas-fonds, drogue , prostitution, violence, meurtre sont un autre panorama de la ville . Pour Karl si tout ce monde là se porte si bien, c'est que police et politicien se tiennent la main pour arrondir leur fin de mois sur le dos de la pègre. L'ex-beau-frère de Karl, chef de la police, étant tout en haut de la liste du détective.
Un roman très moyen , peu palpitant qui est bien loin de Poussières tu seras qui reste pour moi le meilleur de Sam Millar, sans oublier sa biographie : On the brinks
Lien : http://theetlivres.eklablog...
Commenter  J’apprécie          10
Lalivrophile
  21 juin 2020
«Un sale hiver» m'a plu, tout comme les deux premiers tomes de la série. Là encore, l'auteur crée une énigme dont il donne rapidement certaines réponses, ainsi, le lecteur connaît certains éléments, et tente d'imaginer ce qui manque. Ce qui m'a plu, c'est que même si j'avais deviné des choses (que j'ai trouvées parce que l'auteur l'a bien voulu) je n'avais pas compris quel était le mobile. En outre, à un moment, quelque chose que je ne parvenais pas à caser dans l'enchaînement des faits est arrivé. J'ai eu beau chercher, je n'arrivais pas à tout assembler. Lorsque j'ai eu la réponse, je me suis dit que j'avais été stupide, et que c'était évident. Soit, mais je n'ai pensé cela qu'après avoir eu la solution. ;-) Pour moi, cela montre encore que l'auteur a habilement joué. D'autre part, malheureusement, les faits qui ont mené à cette série de meurtres sont très réalistes.
[...]
Lire la suite sur:
Lien : https://www.lalivrophile.net..
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LaPresse   07 juin 2016
Un roman noir passionnant qui met en scène un personnage haut en couleur issu de la tradition « hard-boiled » des durs à cuire.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
SpilettSpilett   15 juin 2021
Nous sommes tous condamnés à l'isolement à l'intérieur de nos propres peaux, pour la vie !

Tennessee Williams, (La descente d'Orphée)
Commenter  J’apprécie          110
SpilettSpilett   10 juin 2021
Les sots ne pardonnent pas et n'oublient pas. Les naïfs pardonnent et oublient. Les sages pardonnent mais n'oublient pas.

Thomas Szasz, (Le péché second)
Commenter  J’apprécie          81
emi13emi13   08 janvier 2018
C'est au sujet de mon oncle , thomas Blake. Il a disparu il y a quelques années et ma famille a essayé de retrouver ses traces. Mon père - son frère - voudrait entrer en contact avec lui avant que.... bon , disons que mon père est très malade , monsieur Kane......
- Je suis désolé mademoiselle.
- Jemma. Appelez-moi Jemma , s'il vous plaît.
- Jemma..... répéta Karl, en sortant son sourire colgate.
- Je sais que vous devez être très occupé. Votre secrétaire m'a fermement indiqué qu'il fallait que je revienne une autre fois, mais j'ai vraiment besoin que l'on retrouve oncle Thomas , avant qu'il ne sois trop tard......Elle sortit un kleenex et se mit à se tamponner les yeux. Sa voix tremblante menaçait de s'éteindre complètement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
emi13emi13   06 janvier 2018
Karl traversait une route de terre non banalisée , où un bâtiment aussi plat qu'informe sombrait dans une misère noire , infectée de la puanteur pourrie d'un gris sans espoir. Le Motel Royal fit Mécano , arrêtant sa voiture en faisant déraper les roues. Si vous avait besoin de quoi que ce soit pendant votre séjour dans notre charmante ville , passez-moi le mot. Tout le monde me connait. On m'appelle le Vert Noël.
- le Vert Noël ?
C'est mon surnom. Je vends un peu d'herbe , comme à-côté. Je peux vous en avoir dans les dix minutes , si vous voulez. Et je vous l'apporte directement dans votre chambre.
P 106
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
RoggyRoggy   22 novembre 2019
Tu devrais vraiment arrêter de bouffer des saucisses, Mc Cormack. Tu serais choqué d’apprendre tout ce qu’on fourre dedans. Ça détruit les cellules du cerveau. Mais j’y pense, elles ne te feront probablement aucun mal, après tout.
Commenter  J’apprécie          182

Videos de Sam Millar (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sam Millar
Sam Millar - Un sale hiver
autres livres classés : littérature irlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox