AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Monsieur le Chien (Autre)L'Odieux Connard (Autre)
EAN : 9791038200838
56 pages
Audie-Fluide glacial (03/03/2021)
4.15/5   24 notes
Résumé :
Connaissez-vous l'histoire de la résistance héroïque des fusiliers marins bretons à Dixmude ? Et celle des héros de Menton ? Si les deux Guerres Mondiales furent un énorme gâchis en vies humaines, elle fut aussi le théâtre d'actes de bravoure individuels et collectifs et d'anecdotes aussi drôles qu'improbables.
Et au cas où vous vous poseriez la question, oui, tout est vrai.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
saigneurdeguerre
  13 mai 2022
1914. La France manque de troupes. C'est quoi tous ces marins qui glandent sur leurs bateaux alors qu'on a besoin d'hommes à terre ?
« Contre-amiral Ronarc'h, rassemblez autant d'hommes que vous le pourrez et envoyez-les à terre. »
Rornac'h rassemble tout ce qu'il peut : 6500 hommes, parmi lesquels des cuistots, des électriciens, des mousses…
Un appel à l'aide, envoyé par les Belges qui, à Dixmude, ont en face d'eux 50.000 Allemands alors qu'ils ne sont que 5000, pousse l'état-major français à leur envoyer ce qu'ils ont… Disons de moins utile… Les 6500 marins ! Leurs ordres sont de tenir 4 jours, ils vont tenir trois semaines et se retireront après que les Belges aient ouvert les écluses et inondé, pour quatre ans, toute la plaine. Les marins ont perdu 50% de leurs effectifs, alors que les troupes du Kaiser auront 14.000 hommes hors de combat.
Campagne de France. 1940.
Vous croyez tout savoir sur l'usage des armes en 1940 ? Il y en a pourtant dont l'usage va vous faire croire que c'est une blague, mais ça, c'est parce que vous ne connaissez pas encore Mad Jack Churchill ! Pour se battre, rien de tel que l'arc long et l'épée ! Ajoutez-y un zeste de cornemuse…
18 juin 1940. Menton.
Mussolini, devant l'effondrement de l'armée française, décide d'envoyer ses soldats faire un peu de tourisme en France. le pont Saint-Louis qui relie la France à l'Italie est verrouillé. Neuf hommes reçoivent pour ordre de s'enfermer dans la casemate et d'empêcher les Italiens de passer. En plus de leur armement individuel, ils disposent d'une mitrailleuse et d'un canon…
1939. URSS.
Anna Iegorova devient pilote. Quoi ? Une femme pilote militaire ? Ah ! Ah ! Comme c'est drôle ! Bon ! Allez ! Puisqu'il faut lui confier un avion, pourquoi pas un Po-2, un biplan de reconnaissance lent et fragile ? Hein ? Pour une femme, c'est déjà bien, non ?
1941, la guerre contre l'URSS éclate. Anna a pour mission d'aller porter un message urgent au front. Son avion est descendu en flammes. Bien que légèrement cramée, Anna s'en sort et fait des kilomètres à pied pour remplir sa mission. Pour la récompenser, on l'affecte à une escadrille de Il-2 Sturmovik, avion blindé d'attaque au sol, où elle s'éclate et éclate quelques ennemis. Jusqu'au jour où elle est abattue, expulsée de son avion, elle s'écrase au sol sans parachute…
Janvier 1942. USA.
Un dentiste a une idée de génie (amis des animaux, vous n'allez pas aimer). Pourquoi ne pas attacher à des chauves-souris des bombes ? On les met en cage, on les largue au-dessus d'une ville japonaise, où pour rappel, les maisons sont essentiellement construites en bois et sont très inflammables, les petites bêtes vont se réfugier dans des greniers, et, à l'heure prévue… BOUM ! des incendies par milliers ! Génial, non ?
16 août 1916. France.
René Fonck capture un avion d'observation ennemi en le cueillant en plein vol alors qu'il pilote un avion de reconnaissance, non armé ! Très vite, il va devenir un très grand as avec 75 victoires homologuées, 126 en comptant les non-homologuées (pour être homologuée, l'avion ennemi devait tomber dans les lignes françaises, ou alors avoir trois témoins sans lien pour en attester). Il abat en moyenne un avion ennemi avec seulement neuf balles. Il ne sera jamais abattu et vivra jusqu'en 1953, mais sera pratiquement ignoré après la Seconde Guerre mondiale parce que… Zut ! Mon rôti au four, faut pas qu'il crame !
1914. Marine allemande.
Un officier a une idée de génie : transformer des navires civils en bateaux corsaires ! L'armement est dissimulé et n'apparaît qu'à la dernière minute pour couler l'ennemi ! Encore plus génial : faire ressembler un navire corsaire à un navire civil existant réellement ! Chouette idée ! En un lieu secret du Brésil, on transforme ainsi le SMS Cap Trafalgar, un paquebot allemand, en RMS Carmania, un paquebot anglais. le bateau est fin prêt pour sa première sortie ! Chic un navire civil en vue… Mais c'est le RMS Carmania !!!
1914. Drôme (France).
Albert Roche boude ! L'armée ne veut pas de lui ! Trop frêle ! Finalement, il réussira à se faire engager chez les chasseurs alpins, faut dire que la guerre a déjà liquidé beaucoup de monde et qu'il devient délicat de faire la fine bouche ! Albert va réussir à faire, au cours de la guerre, 1180 prisonniers ! 1180 ! Non ! Non ! Ce n'est pas une erreur ! Blessé neuf fois, au terme du conflit, il est toujours là. Il mourra le 14 avril 1939 d'une façon incroyablement stupide pour un type qui a survécu à tant d'horreurs…

Critique :
Je connaissais déjà l'« Odieux Connard » par ses émissions délirantes sur YouTube ! Délirantes, certes, mais authentiques ! Il raconte avec beaucoup d'humour des faits qui se sont déroulés durant la Grande Guerre et durant la Seconde Guerre mondiale. Les sujets sont graves, très graves, alors la dérision est tout ce qui reste pour éviter de larmoyer. Monsieur le Chien a un dessin qui convient parfaitement au style de l'« Odieux Connard ». Férus d'histoire, ou simplement d'humour, cet album est incontournable. Chaque séquence BD se termine par un texte plus « sérieux » qui rapporte en une page les faits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
deidamie
  18 mai 2021
« Bonjour les Babélionautes ! le billet d'aujourd'hui est sponsorisé par l'opération Masse critique et les éditions Audie. Nous allons parler d'une BD titrée le petit théâtre des opérations, de Monsieur le Chien et de l'Odieux Connard.
-HIIIIIIIIIIIIIIII ! L'Odieux Connard, je suis tellement fan ! J'adore ses vidéos et ses critiques de films ! Quelle classe, quelle distinction, quel raffinement dans l'humour ! On a un mot avec la BD ? Il a mis un truc ?
-Non, il n'y a rien dans le paquet.
-C'est normal, il a autre chose à faire de sa vie grandiose que de s'adresser à nous, pôvres insectes sous le talon d'un géant de l'écriture virtuelle !
-Euuh… oui… Alors, une fois n'est pas coutume, c'est Méchante Déidamie qui va présenter le bouquin et dire tout ce qu'elle en pense de bien, et moi, Gentille Déidamie, qui vais exprimer mes réserves. Méchante, à toi.
-Ouaip ! Or donc le petit théâtre des opérations constitue l'adaptation en BD de vidéos relatant des anecdotes historiques, authentiques et insolites de nos dernières guerres. Albert Roche (un de mes préférés) le Captain America français, Anna Iegorova l'aviatrice au courage extraordinaire, Mad Jack Churchill et ses originales stratégies n'auront plus de secrets pour vous !
-Moi, les histoires de baston, hein, ça ne me branche pas trop…
-Evidemment, toi, tu préfères les trucs de fille, Marie-Antoinette, l'évolution des robes et de la lingerie à travers les âges...
-Méchante Déidamie, on en a déjà parlé, on appelle ça l'histoire du costume, c'est pas un truc de fille !
-Si tu veux... Il n'empêche que tu as rigolé pendant la BD.
L'Odieux Connard présente donc quelques faits et personnes héroïques en dédramatisant les horreurs que cette chochotte de Déidamie réprouve. Ainsi, la guerre devient l'occasion de lancer d'amusantes taquinades en forme de grenades à l'ennemi. Cependant, les gens meurent, saignent, la guerre, quoi. Et cette dérision n'amoindrit pas les actes de bravoure, pas du tout. Au contraire, elle leur rend hommage et elle vous enseigne des faits intéressants !
-Moui, mais bon, si les renseignements se trouvent déjà sur Toituyau, quel intérêt ?
-L'intérêt ? La BD contient des histoires qui ne se trouvent pas sur Toituyau, le voilà, l'intérêt !
Moi, je regrette quand même qu'on reste un peu à la surface des choses, que des questions restent sans réponse : les Bretons à la Dixmude, par exemple, rassure-moi, on a fini par ramasser et soigner les blessés ?
-Euuuuh… je ne sais pas. J'espère, en tout cas.
Bref, j'ai parlé du fond, donc de la partie de l'Odieux Connard, gloire sur lui, mais je n'ai pas encore parlé de la forme, signée Monsieur le Chien ! C'est lui qui dessine et, si vous êtes fan de Franquin, vous apprécierez son travail qui s'inspire du papa de Gaston Lagaffe.
Franquin se reconnaissait un défaut : celui d'en faire trop, de vouloir à tout prix ajouter une blague de plus en arrière-plan, ou sur un côté, ou n'importe où… il trouvait qu'il y perdait en lisibilité.
Monsieur le Chien reprend ces procédés, en ajoutant ici ou là de menus détails inattendus, mignons, anachroniques voire fantastiques.
-Fantastiques, carrément ?
-Ben oui, quand tu comprends qui est en taule avec Anna Iegorova… Et chaque histoire se termine avec des signatures différentes, comme le faisait le regretté Franquin, pour ajouter encore une ultime plaisanterie.
Le petit théâtre des opérations vous propose plus de culture générale et d'humour dans votre vie, ce serait dommage de passer à côté… et si vous voulez approfondir les sujets abordés, rien ne vous empêche de creuser. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Diabolau
  13 mars 2021
J'ai très longtemps suivi le blog de Monsieur le Chien (qui n'est plus mis à jour depuis 2017) et suis de façon épisodique celui de l'Odieux Connard (et ses légendaires spoilers de films sortis au cinéma, bien qu'ils soient parfois longuets à mon goût) dont j'adore précisément la rubrique "le petit théâtre des opérations" qu'il alimente depuis quelques années, et qui narre à sa manière déjantée des anecdotes notables et cocasses liées aux deux guerres mondiales.
Quand j'ai vu que ces deux joyeux drilles collaboraient sur un album chez Fluide Glacial, et précisément sur cette rubrique, je ne pouvais pas décemment rester de... glace.
Je dois dire que je n'ai pas été déçu, même si certaines des histoires racontées, je les avais déjà vues sur internet, mais revues et corrigées à la sauce de Monsieur le Chien, ça vaut son pesant de cacahuètes.
Les Bretons à Dixmude et Albert Roche, en particulier, j'ai encore un peu de mal à m'en remettre tellement c'est drôle.
Quelques autres histoires sont malheureusement un peu plus survolées, et ce sera mon seul regret, mais franchement, pour tous ceux qui ont toujours été allergiques aux cours d'histoire, c'est une excellente façon de vous y intéresser, et pour les autres, c'est juste du bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Quentin_Tournon
  14 mai 2021
Je tiens à commencer en remerciant grandement les éditions Fluide Glacial pour l'envoi de cet ouvrage. Je remercie également Babelio pour l'organisation de la Masse Critique qui m'a permis de le recevoir.
Peut-on rire de l'histoire militaire ? Vous avez quatre heures. Ce que je sais, c'est que Monsieur le Chien et l'Odieux Connard (Kamoulox?) ont tranché. le Petit Théâtre des Opérations fait le choix de l'humour et de la légèreté, couplé avec une des approches les plus courantes en vulgarisation historique : les récit d'anecdotes. le choix n'est pas mauvais, il rend le ton léger plus adapté, et permet de fermer les yeux sur les inexactitudes ou interprétations discutables. Attention concernant ce dernier point, il n'y a pas d'erreur majeure ou de contre-vérité, simplement des simplifications, inévitable vue le format court et dynamique. Disons le tout de suite, il s'agit plus d'un ouvrage de divertissement que d'un véritable livre sur l'histoire. Cela n'est pas honteux, d'autant plus que les différents récits sont suffisamment claires et identifiés pour que le lecteur curieux fasse ses propres recherches sur le sujet.
Le choix de ces sujets mêle une originalité bienvenue et un classicisme confondant. Originalité car l'Odieux Connard a fait le choix louable de mêler les nationalités des histoires. Chauvinisme, et volonté louable de réparer les injustices de l'imaginaire collectif, oblige, la moitié parlent de l'armée française. Les autres sont équitablement répartis entre Royaume-Unis, URSS, États-Unis et Empire Allemand. Là où l'originalité se perd, c'est que toute se limitent aux deux Guerres Mondiales. Alors oui ce sont des sujets passionnant, et il y a déjà beaucoup à dire. Mais pour le coup on reste face à des sujets déjà très étudiés, et un peu de nouveauté aurait été rafraîchissante. Ou au moins une introduction pour justifier de ce choix.
La bande-dessinée en elle même est plaisante à lire. On peut regretter que certaines des histoires passent vite, mais en relecture on s'aperçoit que les auteurs ont choisi la longueur avec doigté. Les différents chapitres parviennent tous à délivrer leur propos de façon complète, mais sans trop d'égarer ou faire de digressions. Même les encarts de fin de chapitre évitent toute répétition.
Venons-en maintenant à l'aspect humoristique de l'ouvrage. Nous ne sommes pas tout à fait devant un chef-d'oeuvre comique, mais le ton léger et drolatique tiens le lecteur tout du long. le dessin aide aussi beaucoup à cette tonalité. Il est toujours bon, dynamique et adapté au contexte. Souvent drôle, régulièrement majestueux, parfois violent, le travail de Monsieur le Chien est une réussite, et accompagne le texte à merveille.
En somme une bonne bande-dessiné, plaisante à lire et qui titille la curiosité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PostTenebrasLire
  23 mars 2021
Je suis le blog d'un odieux connard ainsi que ça chaine spécialisée dans de sympathiques vidéos « le petit théatre des opérations ».
J'ai donc retrouvé avec bonheur des histoires que je connaissais et d'autres non.
Des histoires racontées en BD, et donc différemment.
Différemment ? Plus drôle avec des petits détails amusants glissés dans les coins. Plus court également. J'ai trouvé les épisodes que j'avais vus en vidéos plus courts lorsqu'ils sont dessinés.
Bonne surprise : les histoires racontées ne concernent pas que la France.
En conclusion
Des anecdotes, drôles qui, en passant, tordent le cou a des préjugés que l'on se fait (le rôle des femmes dans la guerre, la retraite française…) Mais trop court : j'en aurais aimé plus.
Lien : https://post-tenebras-lire.n..
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (5)
ActuaBD   29 juillet 2022
Sur un ton décalé mais toujours remarquablement documenté, les auteurs nous offrent 8 tranches d’histoires oubliées ou inconnues sous forme de chapitres indépendants les uns des autres.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   28 avril 2021
Le dessin réaliste de Monsieur le Chien est efficace, les gueules de ses héros sont à la hauteur de leurs prouesses ! Foncez sur Le petit théâtre des opérations, c’est de la bombe !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Bedeo   30 mars 2021
Le Petit théâtre des opérations : faits d’armes impensables mais bien réels retrace sur un ton décalé l’histoire de héros et héroïnes de guerre, auteurs d’actes de bravoure aussi impressionnants qu’improbables !
Lire la critique sur le site : Bedeo
BoDoi   19 mars 2021
Entre documentaire et humour, l’album se picore sans déplaisir, malgré une inégalité entre les anecdotes inhérentes à l’exercice.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   15 mars 2021
Le petit théâtre des opérations – Faits d’armes impensables mais bien réels est une lecture imparable et indispensable à tous les amateurs d’Histoire contemporaine.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   13 mai 2022
[...] quantité d'idées saugrenues apparurent durant les deux conflits mondiaux. Par exemple, l'idée de se servir de pigeons... comme photographes. Bon, certes, l'animal est un peu con, mais vu le niveau moyen sur Instagram, un pigeon est-il vraiment hors-compétition ?
Commenter  J’apprécie          102
AluminiumAluminium   26 décembre 2021
- Et maintenant, nos ordres sont de nous enfermer tous les neufs dans la casemate et d'empêcher l'armée italienne de passer. Le tout avec deux canons et une mitrailleuse.
- C'est une blague ??
- HAHAHA ! Oui. En fait, on a qu'un canon.
Commenter  J’apprécie          10
AluminiumAluminium   26 décembre 2021
On l'ignore souvent, mais la région est restée sous l'eau... durant les quatre années que dura la guerre ! Des marins aidés par une inondation pour arrêter l'ennemi... Une vraie histoire belge !
Commenter  J’apprécie          10
AluminiumAluminium   26 décembre 2021
- Vous voulez pas un fusil, chef ?
- Nan. Un vrai anglais ne se bat qu'avec un arc long et son épée.
Commenter  J’apprécie          10
AluminiumAluminium   26 décembre 2021
Et effectivement, les français vont ainsi huiler le canon... à l'huile d'olive !
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Video de Monsieur le Chien (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Monsieur le Chien
Des livres et Vous (Saison 7) Episode #049​ (avec Monsieur Le Chien et Odieux Connard)
autres livres classés : soldatsVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18105 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre