AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203008502
316 pages
Casterman (06/10/2008)
3.95/5   48 notes
Résumé :
Ce nouveau titre de Kim Dong-hwa se compose de onze récits courts, indépendants les uns des autres, tous parfaitement autonomes. Ils ont pour thème récurrent la vie des femmes dans la Corée d’autrefois, dominée par la morale confucianiste. Toutes les histoires se déroulent à peu près au cours de la même période et ont pour cadre ce monde rural que Kim Dong-hwa aime tout particulièrement, déjà mis en scène dans Histoire couleur terre. Le dessinateur y développe plusi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 48 notes
5
5 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Shan_Ze
  05 mai 2022
Un recueil de nouvelles en manhwa, onze nouvelles pour un petit 375 pages.
Toutes ces nouvelles de la Corée d'autrefois parlent de jeunes filles, de femmes ou de femmes rencontrant des hommes. Les hommes travaillent la terre (ou vont en mer), les femmes doivent être pures avant d'être unies... Il y a des histoires d'attirance, d'éveil de la sexualité (seulement évoqué dans le dessin), d'amour. Celui-ci triomphe souvent mais quand le destin est plus fort que l'amour, la conclusion est accablante pour nos héros coréens.
La nature est très présente dans ces nouvelles : la fleur est faite pour être offerte mais représente aussi quelques qualités chez l'homme ou la femme. Elle apparait souvent dans les nouvelles... J'ai aimé la nostalgie de la première nouvelle (Chagrin d'enfance), la douceur de la fin de l'enfance de la seconde (Les balsamines), l'amour naissant dans Les iris, la tendre découverte de l'alcool dans L'alcool des fleurs...
Commenter  J’apprécie          190
mh17
  17 février 2020
Onze contes poétiques
Ne vous fiez pas au titre ! Autrefois, en Corée, "la mal-aimée" désignait aussi bien l'objet de l'amour que son contraire. Ainsi si l'on fait trop attendre sa bien-aimée, elle est mal aimée !
L'auteur a écrit ce recueil en pensant à tous les mal-aimés qui ont peuplé son enfance humble et rurale. Certains sont sans doute autobiographiques, d'autres relèvent des contes ou des légendes. En tout cas, ces onze histoires sont des chefs d'oeuvre de grâce, tant au niveau des textes que des illustrations. Il est toujours question d' amour: des premiers émois, du désir, de l' attente, du manque... , de passion et de devoir. le ton peut être léger, amusant, dramatique ou tragique. Difficile de ne pas être ému, de ne pas se sentir pissenlit ou pâquerette. Ah oui ! Il faut aimer les fleurs sauvages et les lanternes citrouilles et puis les lycénidés...Les dessins pleine page évoquent des estampes ou des peintures chinoises.
Bref, si vous ne connaissez pas Kim-Dong-Hwa, précipitez-vous sur ce recueil...Réservez-le...Au besoin séquestrez la bibliothécaire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          166
zazimuth
  01 février 2013
C'est en fait un recueil d'histoires, principalement d'amour, mettant en scène des fillettes, des jeunes femmes et des femmes plus âgées, certaines déjà en couple, d'autres célibataires, certaines fiancées, d'autres veuves. A travers ces récits, l'auteur explore la complexité des sentiments autour des thèmes du mariage, de la fidélité, de la liberté et de l'amour sous toutes ses facettes. Les personnages principaux sont des femmes (si l'on excepte le premier chapitre) et c'est leur point de vue qui est analysé mais la plupart des aventures mettent en scène le jeu des relations homme-femme et il y a aussi des personnages masculins tendres et dévoués.

La place de la nature et des thématiques florales sont aussi importantes, la balsamine ou les roses sauvages servent de fil dans les chapitres portant leur nom.

Le dessin est très beau et chaque histoire finement présentée. Il y en a de légères mais certaines sont douloureuses voire tragiques. J'ai eu un faible supplémentaire pour « Les iris » et « le pissenlit » mais elles sont toutes superbes et émouvantes.
Lien : http://toutzazimuth.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Yvan_T
  20 novembre 2020
L'auteur coréen Kim Dong-hwa ("La Bicyclette rouge", "Histoire couleur Terre"), nous livre ici un shunjun (l'équivalent coréen du shojo) plein de sensibilité, qui mérite à nouveau amplement sa place dans cette belle Collection Ecritures de chez Casterman.
"La Mal aimée" est un recueil de onze histoires courtes totalement indépendantes, qui abordent toutes le thème de l'amour. du premier amour au dernier, de l'amour éclair qui éblouit sur le moment au modeste feu du foyer qui tient chaud toute la vie, de l'amourette plein d'innocence à l'amour passionnel en passant par l'amour impossible et le simple désir : Kim Dong-hwa l'aborde sous toutes ses formes et aux différentes étapes de la vie, toujours avec la même délicatesse.
L'auteur situe ses récits dans la Corée d'antan, dans une Corée rurale qu'il a déjà admirablement mis en scène dans "Histoire couleur Terre" et qui semble évoluer hors du temps. le lecteur attentif ne retrouvera d'ailleurs pas seulement l'ambiance et les décors de la trilogie paru dans cette même collection, mais également certains personnages.
Mais, la grande force de ce manhwa se situe dans la manière dont Kim Dong-hwa va exprimer les sentiments qui animent les différents personnages. En utilisant les formes, les couleurs, les odeurs et la symbolique de la nature (surtout les fleurs : azalée, pissenlit, camélia, ...), Kim Dong-hwa va parvenir à exprimer des sentiments amoureux avec une délicatesse extrême. En utilisant métaphores et fleurs, ce poète coréen va libérer un parfum de sentiments avec subtilité et grâce. A l'aide d'histoires tantôt naïves, souvent cocasses et parfois tristes et en utilisant les mêmes ingrédients (poésie, nature, métaphores, ...) que dans "Histoire couleur Terre", Kim Dong-hwa rend à nouveau un bel hommage à l'amour et aux femmes. Même les moments de légèreté et d'humour qu'il intègre parfaitement à son récit sont emplis de poésie, de subtilité et de délicatesse.
Si la poésie est un art, Kim Dong-hwa l'illustre également à merveille. Alternant des cases qui se concentrent sur les personnages et leurs sentiments, à des plans plus larges qui lui permettent de tirer la symbolique vers la nature en utilisant un maximum d'espace et de liberté, l'auteur nous livre un dessin gracieux qui contribue considérablement au côté poétique de cet album. D'un autre côté les enfants apportent avec leurs bouilles plus rondes une touche d'espièglerie au milieu de cette poésie.
"La Mal aimée" rend donc un nouvel hommage aux femmes et à l'amour, dans le fond comme dans la forme, et plaira indéniablement à ceux qui, comme moi, ont adoré "Histoire couleur Terre".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
OverTheMoonWithBooks
  25 janvier 2018
Douze histoires servies par un graphisme très fin et tout en délicatesse.
Chaque histoire a pour cadre le monde rural de la Corée, et grâce à la liberté dont dispose les gens du peuple, les personnages vivent pleinement l'épanouissement de leurs sentiments amoureux au fil des saisons... Par amour, les êtres humains - comme la nature ! - évoluent ! ...
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
NadaelNadael   18 février 2011

-Ici nous serons à l'abri des regards indiscrets.
-Tu oublies la lune.
-Je pense que nous pouvons compter sur sa discrétion.
-Mais elle nous verra quand même.
-Plus maintenant. Elle a eu la délicatesse de se coucher derrière les nuages pour nous laisser en tête à tête.
-Oui...en effet. Il n'empêche que je n'oserai plus jamais regarder la lune en face.
Commenter  J’apprécie          130
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   24 janvier 2018
Les femmes de pêcheurs d'étiolent dans une interminable attente sans jamais songer à refaire leur vie.
Nous continuons à y croire même lorsque tout est perdu car une attente sans espoir est toujours préférableau deuil de l'être aimé.

(dans Chapitre 5. "La barque de camélias")
Commenter  J’apprécie          100
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   22 janvier 2018
L'attente et le chagrin sont le lot des femmes de pêcheurs. Et quand tout est fini, elles n'ont que leurs yeux pour pleurer.

(dans chapitre 5. "La barque de camélias")
Commenter  J’apprécie          130
okkaokka   29 novembre 2018
p.366.
« Meeh »
Te voilà enfin ! J'ai cru que c'était mon mari qui revenait du marché avec le veau. Pourquoi tarde-t-il tant à rentrer ?! Son absence me pèse affreusement alors qu'il n'est parti que depuis un jour. Je plains les pauvres veuves. Jamais je n'aurai la force de supporter pareille solitude !
Commenter  J’apprécie          20
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   24 janvier 2018
Il y a toujours une bonne raison de boire ! Un coup pour se rafraîchir, un coup pour se réchauffer, un coup pour se motiver, un coup pour se consoler... Ainsi va la vie et à la fin, il ne reste plus qu'à trinquer à la santé du défunt.

(dans Chapitre 6. "L'alcool de fleurs")
Commenter  J’apprécie          20

Video de Kim Dong-Hwa (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kim Dong-Hwa
Trailer du coffret des quatre volume de "La bicyclette rouge"
autres livres classés : coréeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1127 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre