AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782203008502
316 pages
Éditeur : Casterman (06/10/2008)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 44 notes)
Résumé :
Ce nouveau titre de Kim Dong-hwa se compose de onze récits courts, indépendants les uns des autres, tous parfaitement autonomes. Ils ont pour thème récurrent la vie des femmes dans la Corée d’autrefois, dominée par la morale confucianiste. Toutes les histoires se déroulent à peu près au cours de la même période et ont pour cadre ce monde rural que Kim Dong-hwa aime tout particulièrement, déjà mis en scène dans Histoire couleur terre. Le dessinateur y développe plusi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
mh17
  17 février 2020
Onze contes poétiques
Ne vous fiez pas au titre ! Autrefois, en Corée, "la mal-aimée" désignait aussi bien l'objet de l'amour que son contraire. Ainsi si l'on fait trop attendre sa bien-aimée, elle est mal aimée !
L'auteur a écrit ce recueil en pensant à tous les mal-aimés qui ont peuplé son enfance humble et rurale. Certains sont sans doute autobiographiques, d'autres relèvent des contes ou des légendes. En tout cas, ces onze histoires sont des chefs d'oeuvre de grâce, tant au niveau des textes que des illustrations. Il est toujours question d' amour: des premiers émois, du désir, de l' attente, du manque... , de passion et de devoir. le ton peut être léger, amusant, dramatique ou tragique. Difficile de ne pas être ému, de ne pas se sentir pissenlit ou pâquerette. Ah oui ! Il faut aimer les fleurs sauvages et les lanternes citrouilles et puis les lycénidés...Les dessins pleine page évoquent des estampes ou des peintures chinoises.
Bref, si vous ne connaissez pas Kim-Dong-Hwa, précipitez-vous sur ce recueil...Réservez-le...Au besoin séquestrez la bibliothécaire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          167
zazimuth
  01 février 2013
C'est en fait un recueil d'histoires, principalement d'amour, mettant en scène des fillettes, des jeunes femmes et des femmes plus âgées, certaines déjà en couple, d'autres célibataires, certaines fiancées, d'autres veuves. A travers ces récits, l'auteur explore la complexité des sentiments autour des thèmes du mariage, de la fidélité, de la liberté et de l'amour sous toutes ses facettes. Les personnages principaux sont des femmes (si l'on excepte le premier chapitre) et c'est leur point de vue qui est analysé mais la plupart des aventures mettent en scène le jeu des relations homme-femme et il y a aussi des personnages masculins tendres et dévoués.

La place de la nature et des thématiques florales sont aussi importantes, la balsamine ou les roses sauvages servent de fil dans les chapitres portant leur nom.

Le dessin est très beau et chaque histoire finement présentée. Il y en a de légères mais certaines sont douloureuses voire tragiques. J'ai eu un faible supplémentaire pour « Les iris » et « le pissenlit » mais elles sont toutes superbes et émouvantes.
Lien : http://toutzazimuth.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Under_the_Moon
  25 janvier 2018
Douze histoires servies par un graphisme très fin et tout en délicatesse.
Chaque histoire a pour cadre le monde rural de la Corée, et grâce à la liberté dont dispose les gens du peuple, les personnages vivent pleinement l'épanouissement de leurs sentiments amoureux au fil des saisons... Par amour, les êtres humains - comme la nature ! - évoluent ! ...
Commenter  J’apprécie          120
chocobogirl
  18 janvier 2017
Kim Dong-Hwa est l'auteur de l'amour, de la féminité, de l'éveil à la sensualité. Ce recueil de 11 histoires ne fait pas exception et reprend les thèmes fétiches de son auteur. On retrouve ici la Corée d'autrefois, au coeur d'un monde rural et encore très traditionnel, ancré dans une morale confucianiste où les femmes sont empreintes d'une certaine pudeur et naïveté.
Les femmes sont d'ailleurs au centre de chacune de ces histoires où leur beauté, leur sensibilité sont célébrés. Jeunes ou âgées, célibataires, mariées ou veuves, les récits font la part belle aux relations amoureuses toujours poétiques, souvent romanesques et parfois mélancoliques.
Nous pouvons suivre un petit garçon qui, trompé par les explications des plus grands, s'imagine être bientôt papa de la belle Dallye qui l'a serré contre lui sous un pont un jour de pluie. Son innocence et sa préparation à l'arrivée de l'enfant fait sourire tandis que son coeur se tourmente.
PLus loin, c'est un herboriste veuf et son fils qui parcoure la campagne et font halte tous les ans dans une auberge tenue par une femme et sa fille. On découvre avec subtilité comment chacun des 2 hommes tombent sous le charme de la femme de leur âge.
On y croise une jeune fille libre comme les graines de pissenlit qui fera de son indépendance une force.
C'est aussi l'amour tragique d'une jeune fille et de son marin amoureux de l'odeur de camélia de cette dernière qui, même après son naufrage en mer, lui ramènera sa belle.
Les fleurs toujours, comme les roses sauvages ramassées par un jeune garçon pour conquérir l'élue de son coeur, sans que les paroles soient utiles.
Tendres, subtiles, les histoires de Kim Dong-hwa nous parlent d'amour. Un amour authentique et simple qui, à l'image de la nature, s'épanouit naturellement dans le coeur des hommes et des femmes. Un amour parfois sensuel qui évoque les premiers émois, l'éveil à une sexualité mise en scène avec poésie et douceur. Un amour qui peut aussi être corseté dans des traditions d'un autre temps.
La nature s'offre d'ailleurs une belle place ici avec notamment l'omniprésence des fleurs : balsamines, iris, roses sauvages, pissenlits, azalées, … Les fleurs condensent en elle la beauté, la puissance enivrante des odeurs associée symboliquement à la femme qui éveille tous les sens.
La simplicité et l'élégance du trait de l'auteur magnifie ses instants dédiés aux sentiments et aux émotions. Les personnages sont souvent travaillés de façon légère et presque stylisée tandis que les paysages et la nature sont rendus avec un maximum de détails. Les arrières-plans sont parfois de vrais tableaux et en disent beaucoup sur cette Corée rurale et séculaire.
Ode à la Nature, à la femme, à l'amour, La mal-aimée est un petit bijou de poésie à ne pas manquer.
Lien : http://grenieralivres.fr/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nadael
  18 février 2011
La mal-aimée de Kim Dong-Hwa est un manwha, une bande-dessinée originaire de Corée. Onze brèves histoires, indépendantes les unes des autres y sont rassemblées. Les illustrations en noir et blanc sont délicates, le tracé est fin et léger, en arrière-plan les paysages sont de véritables tableaux.
On découvre la Corée ancienne et rurale à travers ses traditions et coutumes séculaires. L'auteur-illustrateur se livre à une vraie ode à la nature à travers les fleurs, les arbres, la mer, les rivières... Les personnages à fleur de peau sont attachants et d'une grande empathie.
Les thèmes abordés sont la naissance du sentiment amoureux, l'enfance qu'on quitte, le passage à l'âge adulte, les chagrins d'amour, l'éveil aux sens... le parfum des fleurs ( iris, azalée, camélia...) a une place essentielle dans la plupart des nouvelles, très souvent lié à la féminité, à la sensualité, à la beauté.
Un reccueil empreint de délicatesse, de douceur. Une lecture très agréable.

Lien : http://lesmotsdelafin.wordpr..
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
NadaelNadael   18 février 2011

-Ici nous serons à l'abri des regards indiscrets.
-Tu oublies la lune.
-Je pense que nous pouvons compter sur sa discrétion.
-Mais elle nous verra quand même.
-Plus maintenant. Elle a eu la délicatesse de se coucher derrière les nuages pour nous laisser en tête à tête.
-Oui...en effet. Il n'empêche que je n'oserai plus jamais regarder la lune en face.
Commenter  J’apprécie          130
Under_the_MoonUnder_the_Moon   24 janvier 2018
Les femmes de pêcheurs d'étiolent dans une interminable attente sans jamais songer à refaire leur vie.
Nous continuons à y croire même lorsque tout est perdu car une attente sans espoir est toujours préférableau deuil de l'être aimé.

(dans Chapitre 5. "La barque de camélias")
Commenter  J’apprécie          100
Under_the_MoonUnder_the_Moon   22 janvier 2018
L'attente et le chagrin sont le lot des femmes de pêcheurs. Et quand tout est fini, elles n'ont que leurs yeux pour pleurer.

(dans chapitre 5. "La barque de camélias")
Commenter  J’apprécie          130
okkaokka   29 novembre 2018
p.366.
« Meeh »
Te voilà enfin ! J'ai cru que c'était mon mari qui revenait du marché avec le veau. Pourquoi tarde-t-il tant à rentrer ?! Son absence me pèse affreusement alors qu'il n'est parti que depuis un jour. Je plains les pauvres veuves. Jamais je n'aurai la force de supporter pareille solitude !
Commenter  J’apprécie          20
Under_the_MoonUnder_the_Moon   24 janvier 2018
Il y a toujours une bonne raison de boire ! Un coup pour se rafraîchir, un coup pour se réchauffer, un coup pour se motiver, un coup pour se consoler... Ainsi va la vie et à la fin, il ne reste plus qu'à trinquer à la santé du défunt.

(dans Chapitre 6. "L'alcool de fleurs")
Commenter  J’apprécie          20

Video de Kim Dong-Hwa (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kim Dong-Hwa
Trailer du coffret des quatre volume de "La bicyclette rouge"
autres livres classés : coréeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
924 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre