AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Édith Ochs (Traducteur)
ISBN : 2266174118
Éditeur : Pocket (01/04/2010)

Note moyenne : 3.08/5 (sur 97 notes)
Résumé :
1791: Sud de la France. Alors que la révolution bat son plein, les biens de l'église sont menacés. Au cœur des Pyrénées, la mère supérieure de l'Abbaye de Montglane charge ses religieuses de disséminer à travers le monde les pièces d'un mystérieux jeu d'échecs. trés convoité, ce jeu recèle un secret, et bien vite les grands de ce monde deviennent des pièces, blanches ou noires, figures ou simples pions qui vont se livrer, à l'échelle du globe une partie sans merci.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Mestrale
  10 décembre 2013
Autant j'avais beaucoup aimé le Huit, autant sa suite, le feu sacré, m'a pour ainsi dire assommée et pas de façon agréable.
L'auteur semble avoir voulu suivre la même recette mais le dosage a été manqué : les personnages du premier livre n'ont plus leur lustre d'antan, les nouveaux (la fille de Katherine et son rival d'enfance aux échecs) semblent bien fades, l'érudition de l'auteur nous est balancé en permanence à la figure au lieu d'être savamment distillé et quant au scénario et diverses péripéties, ils défient toute vraisemblance ! le nombre de coïncidences et grosses ficelles utilisées pour faire tenir la route à l'histoire est presque insultant.
Je suis arrivée malgré tout au bout de ma lecture et j'ai trouvé un certain plaisirs a suivre les aventures des célèbres anciens joueurs du Jeu comme Talleyrand ou Byron mais reste tout de même passablement déçue de cette suite.
Commenter  J’apprécie          70
Chiwi
  12 septembre 2011
Catherine Velis et Alexander Solarin ont réussi à cacher les pièces du Jeu de Montglane. En 2003, leur fille se retrouve confronté à des énigmes qui ont un rapport avec le Jeu. Elle va alors se lancer dans une recherche pour trouver des réponses à ses questions.
Autant le dire tout de suite, cette suite du Huit est nulle et inutile. L'alternance entre récit contemporain et récit historique est inexistantes et le peu qu'il y avait j'ai ressenti un ennui sérieux.
Le personnage d'Alexandra, la fille de Catherine et Alexander, est exaspérante. Elle se pose toujours des questions, elle m'a paru d'une bêtise.
Ce fut aussi une lecture éprouvante parce que les personnages changent de camps toutes les dix pages, on ne sait jamais à quoi s'en tenir.
J'ai eu l'impression que Katherine Neville avait écrit un roman pour donner satisfaction à ses lecteurs et à ses éditeurs, c'est une suite à un roman qui dans sa structure n'en avait pas besoin.
J' avais bien aimé le Huit, original et prenant mais j'ai détesté lire le Feu Sacré. Je l'ai fini parce que ça n'aurait pas été honnête de le critiquer sans l'avoir lu en entier.
0.5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
petite-fee
  07 janvier 2011
J'ai abandonné à la moitié du livre... et pourtant, cela n'a dû m'arriver que deux ou trois fois de ne pas aller au bout d'un livre.
Autant je me suis attachée au Huit, autant là j'ai lâché.
Erudite est l'auteur certes, mais je ne suis pas arrivée à rentrer dans l'histoire et pourtant j'ai poussé quand même jusqu'à la moitié, poussivement, avec ennui, sans trouver l'attrait et le charme du premier livre.
Sans grand intérêt, revenant sur l'intrigue du Huit sans vraiment sortir quelque chose d'intéressant...
Elle n'aurait pas dû faire une suite à mon avis...
Commenter  J’apprécie          60
cali4
  31 août 2014
"Le feu sacré" est la suite du roman "le huit" qui a pour thème central un jeu d'échecs, le jeu de Montglane, qui confère la toute puissance à celui qui l'obtient. Les deux romans sont construits de manière identique, une alternance de récits historiques et de récits dans le présent.
Autant j'avais apprécié cette alternance dans le "huit" qui permettait de comprendre la genèse du "grand jeu". Autant j'ai fait une overdose de ces récits historiques dans "le feu sacré". A mon sens ces chapitres sont longs , ennuyeux et n'apportent pas grand chose à l'histoire. L'auteur aurait pu faire beaucoup plus court.
Quant à l'histoire dans le présent, on découvre une héroïne complétement perdue, qui se retrouve prise dans "le grand jeu" parce que ses parents y ont joué 10 ans plus tôt. Elle est trimballée telle une poupée, de droite à gauche, par des protagonistes du "grand jeu" sans vraiment comprendre ce qui lui arrive. le temps que les gentils et les méchants soient mis dans les bonnes cases et le roman s'arrête là. On n'en saura pas plus. La fin n'a ni queue ni tête.
Un seul mot me vient en tête : déçue. Et une question : Pourquoi ?
Pourquoi l'auteur s'est telle fendue d'une suite à son premier roman ? Une suite qui n'apporte rien, une suite sans saveur, inutile.
Une belle déception pour moi alors que j'avais adoré ce premier roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lilyrose87
  18 octobre 2013
Voici le livre que j'attendais impatiemment depuis ma lecture de le Huit...malheureusement, cette suite ne fut pas à la hauteur de mes espérances. Certes, on y retrouve les mêmes ingrédients qui m'a éblouie dans le premier (reconstitutions historiques, aventures épiques...) mais la sauce ne prend plus cette fois.
Pour ma part, je pense que la faute en revient aux nouveaux héros de cette histoire, beaucoup moins charismatiques que leurs prédécesseurs. Il s'agit ici de la fille de Catherine Velis (beaucoup plus niaise que sa mère) et de celui qui fut sa Némésis aux échecs lorsqu'elle était petite.
Peut-être que j'en attendais trop, le premier livre étant tellement excellent à mes yeux...Peut-être devrais-je le relire avant de le condamner définitivement.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
SB59SB59   18 septembre 2014
Les échecs ont un seul et unique but : démontrer sa supériorité sur l'autre. Et la supériorité la plus importante, la plus absolue, est celle de l'esprit. L'adversaire doit être anéanti. Totalement réduit à néant.
Le GM Garry KASPAROV, champion du monde d'échecs.
Commenter  J’apprécie          30
SB59SB59   04 octobre 2014
[...] il me disait : "Seuls les gens embêtants s'embêtent".
Commenter  J’apprécie          50
Didier_TrDidier_Tr   05 mars 2014
Leda disait toujours que le sagardoa lui rappelait la pisse de bouc, bien que je n'aie jamais su ce qui lui donnait le droit de formuler un pareil jugement gastronomique.
Commenter  J’apprécie          10
Acerola13Acerola13   20 août 2012
Peut-être était-ce un effet de mon imagination ou seulement ma connaissance limitée de la langue, mais j'étais sûre que j'avais saisi deux mots qui étaient sortis ensemble dans la récente diatribe de Rodo. Et si j'avais raison, ces deux mots particuliers n'avaient rien pour me rassurer. Loin de là.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Katherine Neville (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Katherine Neville
Non sous-titré.
autres livres classés : échecsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1649 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..