AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Rina Viers (Traducteur)
ISBN : 2070389332
Éditeur : Gallimard (21/03/1997)

Note moyenne : 2.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Juif errant du XXe siècle, Elisha Pomerantz incarne toutes les fuites, toutes les quêtes d'une hypothétique Terre promise.
Son périple, poétique mais tragiquement circulaire, le mène du fracas des canons nazis dévastant les forêts de Pologne au grondement des chars syriens sur les hauteurs du Golan. Aux fureurs humaines, Pomerantz, maître ès mathématiques et musicien, oppose son art.
C'est en échappant en quelque sorte aux lois de la gravité qu'il fuit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Sachenka
  03 août 2017
Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire, « Toucher l'eau, toucher le vent » ? La quatrième de couverture était intrigante, pourtant. Il y était question d'un Elisha Pomerantz, un mathématicien juif fuyant la persécution nazie à travers l'Europe de l'est pour atterrir en terre d'Israël, où l'attendent d'autres conflits. Il y a de cela, oui. Mais l'intrigue se divise plutôt en deux, le lecteur a droit aux aventures de l'épouse du mathématicien, Stepha, qui trouve son chemin jusqu'en Russie où elle devient un instrument (volontaire !) du régime communiste. Et, dans les deux cas, beaucoup de considérations scientifiques, philosophiques, historiques, blablabla… Elles finissent par se recouper mais, rendu là, je ne m'y intéressais plus suffisamment. C'est que, aucune de ces deux trames narratives de l'excellent Amos Oz n'a réussi à me captiver, à me retenir. J'ai continué à lire uniquement parce que je n'aime pas refermer un livre sans le terminer, et aussi parce que secrètement j'espérais que l'auteur me surprenne. Je suis vraiment déçu de ne pas avoir aimé… Ce n'est que partie remise !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Danieljean
  13 avril 2016
Une bien étrange histoire, que celle que nous raconte ce roman pas toujours facile à suivre. le récit, tant en ce qui concerne Stepha qu'en ce qui concerne son mari, prend assez souvent un tour symbolique ou elliptique qui m'a, je l'avoue un peu désarçonnée. Beaucoup de métaphores me laissant le sentiment gênant que je ne les comprenais pas bien, pas complètement ou pas toutes. Sans doute fallait-il y voir une entrée de la poésie dans l'oeuvre romanesque d'Oz, de l'onirisme en tout cas. Ce sera ma grosse réserve concernant ce roman, qui par ailleurs présente beaucoup de qualités, alliant un arrière-ton d'humour (juif ?) à un récit profondément humain et assez souvent dramatique.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SachenkaSachenka   31 juillet 2017
Pourquoi les savants, même dans les kibboutzim, s'enferment-ils dans une tour d'ivoire et font-ils des manières avec toutes sortes de problèmes «universels», au lieu de partir en guerre contre la corruption et la dégradation du pays et du gouvernement?
Commenter  J’apprécie          211
SachenkaSachenka   28 juillet 2017
Stepha fut envahie d'une déception secrète : malgré toutes ses horreurs et sa bassesse, la guerre avait offert à l'Europe une possibilité de retrouver la jeunesse, de rafraîchir des idées usées et de prendre part à une exaltation historique exceptionnelle, mais en fait partout régnaient la bêtise et la mesquinerie.
Commenter  J’apprécie          160
DanieljeanDanieljean   13 avril 2016
….la langue, de par sa nature même, nous induit toujours en erreur. Et particulièrement quand il s’agit des problèmes fondamentaux de notre existence. C’est pourquoi il est de notre devoir de purifier la langue, de créer une langue adéquate avant de lever l’ancre et de partir vers des mondes inconnus, vers les limbes de l’être et du temps.
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   13 avril 2016
Rien ne presse ; lorsque nous atteindrons la rivière, nous verrons bien comment la franchir. Peut-être même n’y aura-t-il pas de rivière.
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   13 avril 2016
Ernest fut prié d’éclairer quelques aspects de la vie du kibboutz en général et en particulier. En choisissant bien ses termes, il insista, de sa voix lente, sur l’existence de l’homme qui crée au sein d’une société collective.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Amos Oz (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amos Oz
Écrivain et militant israélien, Amos Oz a été pressenti pour le Nobel de littérature et de la Paix. Il maniait avec perfection ces "deux stylos". Il est mort ce 28 décembre.
Retrouvez les émissions de France Culture à propos d'Amos Oz : https://www.franceculture.fr/personne-amos-oz.html
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/francecult... Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Amos Oz (1939-2018) R.I.P

Mon père parlait 11 langues, mais il a fait mon éducation en Hébreu, j'étais alors un « petit chauvin déguisé en pacifiste». Un «nationaliste hypocrite et doucereux », un « fanatique », qui jouait à la guerre et s’enflammait contre les Anglais et les Arabes, j'étais, j'étais, comme une panthère dans la .....?......

Nuit
Cave
Tourmente
Neige

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Thème : Amos OzCréer un quiz sur ce livre