AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782911188091
63 pages
Éditeur : Allia (29/02/1996)
3.5/5   7 notes
Résumé :
Ô ! le luxe imprévu de la fainéantise !
La grève générale sur une grève ensoleillée !

Rédigée en 1917 et publiée en 1921, L’Apologie de la paresse n’a pas la violence cacophonique des textes dada, mais possède un charme mélancolique singulier, un ton qui ne ressemble à aucun autre.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Apoapo
  06 février 2016
1917. Début du dadaïsme, avec tout ce qu'il réservait alors de déconstructif. Cette oeuvre qui inspira beaucoup Henri Michaux se compose de fragments de quelques lignes, souvent introduits par les points de suspension. Dans les premiers chapitres, j'ai essayé d'imaginer un monologue dans lequel la Paresse personnifiée s'adresserait à un personnage caractérisé : la petite prostituée (I), le philosophe (II), l'artiste (III), le mécène (IV)... Ensuite, je me suis rendu compte que je pouvais tout aussi bien renoncer à cette hypothèse...
Est-ce utile de préciser que la paresse n'est pas le thème unique ni même principal du texte ; éventuellement un refrain qui émerge inopinément.
Pourtant, c'était bien ce qui m'intéressait. Donc je prends ma revanche en ne piochant, pour mes citations, que dans ces mélodies-là...
... Je suis affamé de liberté.
Et me soûle à la paresse.
Déjà je te vois submergé
par l'innombrable des nuances,
bouilli sous les éboulements,
quand les pioches te déblaient.
(p. 36)
La pensée te domine -
la faim guide l'affamé.
Ici la paresse éblouit l'idée
domine la pensée et la guide.
Le merle, toujours, a chanté une valse lente.
A d'autres les trilles et les arpèges.
(p. 40)
... Tu t'obstines ?
La paresse est la grande volonté
qui tourne le ciel et la terre !
(p. 55)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
stekasteka   19 septembre 2014
… Je paresse…
Le fier mutisme indifférent du poisson dans l’eau.
La silencieuse insouciance de l’escargot sous la feuillée.
Je sens les arômes de la miellée…
Les arbres déambulent.
Le soleil broute l’herbe.
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   30 mars 2020
         AH… VOILÀ L'ARTISTE


Extrait 5

… Saveur ?
      Énormes.
      Saveurs royales, impériales, extra-dry.
      Tu es un aventurier subalterne.
      La vie est gouvernementale, oui –

… Chroniqueur ?
      Il y a toujours des places à louer.
      Écris au pamphlétaire –
      Ministère de la guerre.

… Gloire ?
      Les métropolites sont baptisés glorieux
      ‒ en un éditorial le jour de leur naissance.
      Mais toi, tu n'as pas assez le nez œnanthique
      Tu bats trop le bitume –
      petit lévrier de course.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   30 mars 2020
         AH… VOILÀ L'ARTISTE


Extrait 4

… Névrosiaque ?
      À l'auberge, il y a des poètes neurasthéniques.
      Ils forgent des poèmes à sonneries électriques –
      à nuances innombrables,
      redondances mystiques.
      Et il y a beaucoup d'applaudissements.

… Intéressant ?
Un intérêt prestigieux
      — prestidigitateur précieux —
      Seins à pralines — frissons citrins
      Mollets à bananes — saveurs de crin
      Circoncisions opalines –
      fumées de havanes en caravane.

Tu aimes la marmelade mêlée d'officielles cendrées –
arrosée de haschisch…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   30 mars 2020
         AH… VOILÀ L'ARTISTE


Extrait 2

… J'écoute l'hymne de la paresse –
      Synthèse merveilleuse –
      Étends-toi — les pavillons aux écoutes.

… Des merveilles ?
      Je porte un dossier entre les mamelles.
      Je plaide le divorce de la vérité –
      accouplée, immoralement, à l'utilité.
    Blague ?
      Tu es membre de la confrérie des pleureurs…

… des thuriféraires, alors –
      autour un catafalque empaillé
      Un sou la larme à l'oignon,
      même prix la bouffée de fumée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
stekasteka   19 septembre 2014
… C’est fâcheux.
Mon encéphale est désaccordé.
Impossible de remettre mon entendement
au diapason des volitions cosmiques à la mode
Commenter  J’apprécie          50

Video de Clément Pansaers (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clément Pansaers
Clément Pansaers. Contre l'oubli.
autres livres classés : oisivetéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
957 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre