AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266112031
174 pages
Pocket (22/08/2002)
3/5   9 notes
Résumé :
À trente ans passés, Roger Luzac, avocat médiatique et engagé, s'ennuie. Mais il ne le sait pas encore. À vrai dire il n'a pas le temps d'y penser. Il plaide le jour et partage ses soirées entre réunions de jeunes socialistes et dîners en ville. C'est qu'en ce début d'année 1991, au cœur de la bourgeoisie parisienne, les salons bruissent où l'on attend, impatients et anxieux, que la guerre commence. Sa vie bascule lorsque Stéphane, musicien désinvolte et charmeur, a... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Juin
  05 juillet 2018
Je suis en train de relire les romans de Xavier Patier que j'avais découvert il y a quelques années déjà. L'avantage de les lire à la suite c'est que l'on comprend mieux l'écriture de cet auteur. On remarque ainsi que le lieux ont une grande importance dans son oeuvre, il aime les villes et sait superbement les décrire. Dans ces villes il y a souvent une rue qui est mise en valeur.
Après ce sont souvent des histoires d'hommes, de rencontres ( imprévus), des amours ratés ou contrariés et d'amitié. Après tout ceci est souvent assez négatif, plutôt désespéré.. Dieu et la religion sont aussi très présents, sauf dans celui-là qui est plus politique.
On sent l'influence de Mauriac dans ses livres, l'homme aime décortiquer l'âme humaine et nous place d'emblée dans l'univers de ses personnages.
Dans les trentenaires on est dans les années 1990 et c'est la crise du golfe. On la sensation que la guerre est vraiment à notre porte. Tout le livre tourne autour de cette crainte, c'est intéressant de se replonger dans la France de ses années là. Politique, bourgeoisie, tout semble assez futile. Les deux trentenaires, bien différents nous entraînent dans leur monde qui semble assez factice. Ils se comportent avec une fatuité assez naturelle qui finit par agacer légèrement.
Ces trentenaires ont fini par m'ennuyer....mais malgré tout on se laisse prendre par l'écriture. Roger Luzac devient peu à peu un homme torturé, lui l'homme imbu de sa personne, si sûr de son jugement.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
verocel
  15 décembre 2011
Petite plongée sympathique au début des années 90, pami des personnages middle-upper-class parisiens, dans les jours qui précèdent le début de la 1ère guerre du Golfe. Les protagonistes : un avocat engagé à gauche, un musicien "rock et baroque" désinvolte.
Leur rencontre (sorte de coup de foudre amical), les modifications qu'elle produit sur leur vie personnelle et sur leur façon de voir le monde est bien menée. Se voir dans le regard de l'autre et essayer de correspondre à ses attente va les amener où ils ne s'attendent pas.
Un style rapide, léger et enjoué, une histoire courte et efficace ont fait de la lecture de ce roman un moment très agréable.
Commenter  J’apprécie          30
ileana
  19 mars 2017
Délicieuse peinture de moeurs ; deux intellos parisiens se croisent et causent politique et culture. Cela se passe pendant la crise du Golfe. L'exaltation des personnages face au discours politique alimente le ton comique et le second degré. Quant au badinage de Roger et Laetitia, c'est juste un prétexte narratif. L'ensemble est bref, idéal pour les vacances.
Extrait :
« Ce fut Stéphane qui déclencha les hostilités en prenant à son compte les arguments de Gisèle Halimi. (« Cette guerre est une guerre gigogne »). Inspiré par le côté slave de cette image, il compara les événements de Bagdad à ces interminables romans russes dont on dirait toujours qu'ils vont se terminer alors qu'ils repartent dans un nouveau chapitre : l'invasion du Kovète (sic), la résolution de l'ONU, l'opération « Tempête du désert », l'offensive terrestre… du Tolstoï… » P155
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
fanfanouche24
fanfanouche24  
Comment, disait-il en lui-même, font-ils donc pour aller tous les jours d'un bureau à un appartement et d'un appartement à un bureau; pour partir le dimanche en vallée de Chevreuse avec une femme et des enfants, et au retour rester bloqués à Clamart dans des embouteillages; et aussi sortir dîner chez des raseurs qu'ils appellent leurs amis, et parler leur politique éperdument, comme si leur vie en dépendait, et aussitôt après descendre la poubelle et le samedi faire les courses, et pour tout dire s'acheminer vers la mort sans y penser jamais ? (p.7)
Commenter  J’apprécie          60
Juin
Juin  
Il se disait : " J'arrête la politique, je pars en vacances" Ou alors il s'imaginait menuisier, bibliothécaire, bistrotier, avec une fille simple qui lui ferait une cuisine grasse et traditionnelle. Le fait qu'il n'ait pas su parvenir à un objectif aussi modeste, il le vivait comme une injustice.
( p 63)
Commenter  J’apprécie          60

Video de Xavier Patier (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xavier Patier
Xavier Patier - Chaux vive .Xavier Patier vous présente son ouvrage "Chaux vive" aux éditions de la Table ronde. Rentrée littéraire automne 2012.http://www.mollat.com/livres/xavier-patier-chaux-vive-9782710369639.htmlNotes de Musique : Miles Davis - Ascenseur pour l'e?chafaud
autres livres classés : parisienVoir plus





Quiz Voir plus

L'Avare de Molière

Comment s'appelle l'avare ?

Cléante
Mr Jourdain
Harpagon
Mr Scapin

11 questions
126 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre