AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782385530631
336 pages
La manufacture de livres (07/03/2024)
3.77/5   33 notes
Résumé :
Sophie Cauchy, après des années dans la gendarmerie en région parisienne, s’installe à Millau pour débuter une nouvelle vie, loin de la relation de couple toxique qu’elle a fui. Estéban Perrault est un adolescent qui grandit dans une communauté écologiste radicale des Causses du Tarn. Marginal, harcelé par les autres collégiens, il se lie d’amitié avec Cassandra qui vient d’être placée en famille d’accueil dans la région. Leurs chemins vont se croiser quand deux par... >Voir plus
Que lire après Les loups de BabyloneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 33 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
J'aime beaucoup cette auteure.
Qu'elle mette le Larzac à l'honneur me ravit.
Qu'elle analyse aussi finement "l'emprise"
est intéressant du point de vue adopté.
Après le cauchemar une renaissance possible
même si...
L'enquête et son contexte sont du genre simpliste.
Cet ouvrage pourrait relever du secteur jeunesse.
L' Aveyron vue du haut de sabots Louboutin...
Déception donc, même si la lecture est plaisante .
Mon chauvinisme oriente sans doute mon ressenti.
.
Commenter  J’apprécie          212
De toutes les sortes de loups que l'on peut croiser, les plus dangereux ne sont par forcément ceux que l'on imagine. L'homme est un loup pour l'homme dit-on, encore plus pour la femme semble-t-il. Un loup, l'adjudant Sophie Cauchy en a côtoyé un de près, jusque dans son lit pendant quelques années. D'où son départ de la région parisienne et son arrivée à la caserne de gendarmerie de Millau. Nouvel environnement, nouveaux paysages à apprivoiser, faits de causses grandioses et sauvages, parfois piégeux. L'un d'eux abrite une communauté radicale, de celles qui ont fait la renommée de la région et dont le mode de vie suscite toujours une certaine méfiance chez les riverains. Pas simple pour le jeune Esteban, fils de l'un de ses membres et soumis à un harcèlement larvé au collège. Il trouve en Cassandra, adolescente qui collectionne les familles d'accueil, une compagnie qui pourrait ressembler au début d'une amitié. Lorsque la disparition d'une jeune fille qui aurait séjourné dans la communauté est signalée, Sophie Cauchy voit dans cette enquête l'opportunité de détourner son attention de la douleur passée.

La première réussite de ce roman ce sont ses personnages, blessés mais déterminés. L'intelligence affûtée par les obstacles du côté de Cassandra et d'Esteban, la douloureuse quête de résilience de la gendarme qui n'aurait jamais imaginé être "ce genre" de victime. L'exploration des modes de vie alternatifs qui se heurtent aux préjugés, le jeu complexe et pernicieux des apparences sont au coeur de l'enquête orchestrée avec finesse et empathie par Anne Percin. le décor est superbe, imposant, tantôt accueillant tantôt hostile. Mais tellement présent, enveloppant. L'autrice a la bonne idée de le faire entendre par des interludes étranges et poétiques qui replacent les minuscules humains à leur toute petite place. Sur ces causses où l'on se perd facilement, où rôdent loups et vautours, les dangers sont peut-être plus faciles à appréhender que ceux tapis dans la trop forte lumière des villes. Anne Percin tisse habilement son récit, offre de très beaux moments d'échanges inattendus où passe le temps d'un regard l'espoir d'une compréhension malgré les différences. On en oublierait presque qu'il pourrait bien y avoir un cadavre quelque part...

Encore une fois plus que séduite par les talents de conteuse d'Anne Percin, testés et approuvés dans des genres très différents (Les singuliers, Sous la vague) mais tout aussi ambitieux.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
Commenter  J’apprécie          120
Sophie Cauchy, adjudante de gendarme a demandé sa mutation à Millau pour fuit son compagnon toxique. Elle commence juste à s'acclimater à cette nouvelle région quand un père et une mère viennent signaler la disparition depuis plusieurs mois de leur fille de 22 ans, une jeune activiste. La dernière fois où elle aurait été vue est dans une communauté écologiste radicale de bergers située non loin sur les Causses du Tarn.
Esteban est collégien et vit dans cette communauté, harcelé par ses camarades de classe, il sympathise avec Cassandra, une jeune fille qui va de famille d'accueil en famille d'accueil.
Quand l'enquête de gendarmerie commence à s'intéresser de plus près à plusieurs membres de la communauté, Esteban et Cassandra n'en sauraient-ils pas plus qu'il n'y paraît ?
En tout cas pour Sophie, la recherche de vérité va lui permettre d'aborder sa nouvelle vie d'une autre façon qu'elle n'aurait crue.
Dans une nature omniprésente, comme un personnage, autant accueillante qu'hostile, Anne Percin questionne nos façons de vivre dans notre société de plus en plus incandescente.
Dans cette fresque sociétale respectant les codes du roman policier, elle confronte, sans jugements, deux mondes grâce à ses personnages touchants pris entre leurs fêlures et leur déterminisme.
Entremêlant le récit de Sophie et la vie des deux adolescents dans une écriture d'une douce mélancolie, elle crée un léger suspense dans son récit pour mieux semer le doute et entrainer le lecteur dans une nature sauvage dans laquelle l'homme est un loup pour l'homme.
Un roman d'ambiance en plein coeur des Causes du Larzac aux thèmes forts et tellement d'actualité.
Commenter  J’apprécie          20
A la lecture de ce titre, je me suis dit : chouette, un roman historique, mais la couverture n'était pas en adéquation. Alors j'ai lu la 4e de couverture et je me suis dit : chouette, un thriller.. mais ce n'est pas ça non plus. Je vous explique..

Anne Percin utilise deux angles pour nous raconter cette histoire. D'abord, c'est Sophie Cauchy, gendarme récemment mutée à Millau à sa demande, qui raconte son installation et sa lente adaptation à ce nouvel environnement. Et puis, l'auteure alterne avec un récit plus classique, un narrateur qui nous parle d'Esteban et Cassandra. Deux collégiens. L'un vit dans une communauté écolo-radicale au pied du Causse. L'autre est une jeune fille en famille d'accueil tout aussi mal intégrée que lui dans ce collège où les harceleurs leur mènent la vie dure. Et à cela se greffe bientôt une enquête. Une jeune femme, Jessica, est signalée disparue. Elle fréquentait les milieux qu'on appelle alternatifs. Esteban et Cassandra pourraient bien avoir vu ou savoir des choses. Là, on se dit : ah, encore un tueur en série, ou, ah encore une charge contre les écolos ou les agriculteurs ou les gendarmes ou les chasseurs etc... Non non non...

Alors oui, il y a la punkette à chiens agressive et contre tout, le chef de village diplomate avec "les autorités", le mec issu d'une secte, la "vieille" qui enseigne aux enfants de la communauté. Mais Anne Percin nous parle magnifiquement de la nature, des paysages, des causses, des animaux et tout à coup on a très envie de voir ça. de respirer. de voir le ciel, écouter la rivière couler, dormir en plein air.. Elle va nous parler aussi de harcèlement scolaire, des enfants placés, des écolos et des zadistes qui sont contre "Babylone" (notre société de consommation), d'un pervers narcissique, des enfants de sectes... alors je dirais que ce livre est un roman à suspense sur des thèmes de société. Sans manichéisme, sans idées préconçues. Les gendarmes ne sont pas d'un seul bloc, les babas cools non plus.

Jessica a disparu. Victime d'un rôdeur ? de chasseurs ? perdue en forêt ? vivante ? morte ? séquestrée ? Qui sont les Loups ? Comme on dit habituellement dans ces cas-là : Les enquêteurs n'écartent aucune hypothèse..

Et vous ?
Lien : https://mgbooks33.blogspot.com
Commenter  J’apprécie          51
Aïe. Qu'il est difficile de chroniquer le livre d'une autrice dont on aime autant les livres que la personne. Tous les livres d'Anne Percin m'ont plu jusqu'ici, mais las, pas ce dernier roman.

Une jeune flic quitte la région parisienne et un conjoint particulièrement toxique (qui va encore la hanter tout au long du roman) pour la ville de Millau. Dès son arrivée, des parents désemparés viennent signaler la disparition de leur fille, brillante étudiante en biologie devenue zadiste qui a trouvé refuge dans une communauté hippie post-soixanthuitarde, perchée dans les causses du Larzac, vivant en "autonomie", refusant toutes les nouvelles technologies. Y compris les téléphones portables, d'où plus de nouvelles de la part de la jeune fille. Sophie va mener l'enquête, qui sera compliquée car la "secte" est difficile d'accès, à tout point de vue. En parallèle, on suit l'enquête menée par deux ados, Enzo, membre de la communauté, et Cassandra, une ado placée en famille d'accueil (deux personnages proches du cliché).

J'ai éprouvé quelque malaise à la lecture de ce roman. Je l'ai trouvé très manichéen, avec les gentils vivant selon de nobles idéaux et les méchants urbains qui polluent la communauté avec leurs téléphones portables et leurs jeux "de bonbon" abêtissants. En fait, j'ai trouvé les hippies bien plus violents que les urbains, avec leurs certitudes et leur intolérance qui les rend aux aussi violents, d'une certaine manière.

Par contre, j'ai trouvé très intéressant que l'intrigue policière serve la dénonciation des travers sociaux, mais sans que cela tombe dans le piège de l'évidence.

Pour finir, j'ai un avis très mitigé sur Les loups de Babylone, qui fait tout de même pencher la balance vers le négatif. Et c'est bien dommage, tant les romans précédents d'Anne Percin m'ont enthousiasmée.

Commenter  J’apprécie          51


critiques presse (1)
Liberation
27 mars 2024
Elle sait avec subtilité décrire la fragilité d’un personnage hésitant, la peur d’une gamine mal aimée, le mensonge qui se transforme en mauvaise conscience. Mais surtout, elle transforme le décor en personnage essentiel, d’une beauté menaçante. Il exprime sa puissance dans les dernières pages de ce livre en secouant nos certitudes de lecteur.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Dans une sorte de vertige, il s'aperçut qu 'il avait plongé dans un monde dont il ne connaissait rien. Un monde où le Mal était possible, non pas le grand Mal qui fait peur aux enfants dans les contes de fées qu'on lui avait lus, enfant. Mais un petit mal ordinaire, un peu sale, veule. Un Mal de tous les jours.
Commenter  J’apprécie          10
Des rochers qui émergent de la pelouse sèche, comme si la terre sortait les crocs.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Anne Percin (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Percin
Bande annonce du téléfilm réalisé par Yann Samuell, avec Emilie Dequenne, Lorette Nyssen et Jérôme Robart d'après le roman d'Anne Percin.
Diffusion sur France 2, mecredi 13 février 2019 à 21 h
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (95) Voir plus




{* *} .._..