AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369813644
Éditeur : Rue de Sèvres (13/09/2017)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 13 notes)
Résumé :
« Sous-officier d’élite, d’une bravoure hors pair, le sous-officier Darnand a été, en tout point, un serviteur modèle et un de nos artisans de notre victoire finale. C’est un beau brave ». Voici la phrase qui accompagne la croix de la légion d’honneur qui sera remise à Joseph Darnand en avril 1927, pour ses faits de bravoure pendant la Première Guerre mondiale.

Reims, 1918. On annonce l’attaque la plus brutale de l’armée allemande dans les prochains j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Sociolitte
  31 mars 2018
« Héros de guerre ou bourreau impitoyable ? »
Joseph Darnand, sergent de l'armée française en 1917 se distinguera par sa bravoure exceptionnelle durant la Première Guerre Mondiale. Une bravoure qui ne le quittera pas. Sa fidélité, sa pugnacité et son courage ne le feront jamais trahir ses frères d'armes, ni ses idées.
Et des idées, Darnand il en a plein ! Inspirées de ses valeurs militaires, Darnand aime l'ordre. le vrai, le grand. Celui qui fait que rien ne bouge. Que personne, surtout pas une femme, ne vient essayer de bousculer ses habitudes ou ses façons de penser (pages 19 à 21). Et encore les femmes, elles ont le beau rôle car elles sont utiles : pour tenir sa maison propre, car même quand on est habitué aux dures conditions militaires, il est toujours bon de rentrer dans un chez-soi propre et rangé. Et puis c'est utile pour assouvir ses besoins sexuels, car c'est un homme Darnand, un vrai. Il a des couilles Darnand ! Il aurait pu s'en servir pour démontrer son amour à sa femme, il préférera les mettre au service de la haine.
Car si pour Darnand une femme est utile, qu'en est il des homosexuels, des Tziganes, des juifs, des musulmans ou de tous ceux qui au fond sont différents de l'idée que ce patriote se fait de sa tendre et chère France ?
Reconnu comme héros de la Première Guerre Mondiale, décoré sous le titre d' « Artisan de la Victoire », durant l'entre-deux-guerres, Joseph Darnand s'engagera dans le mouvement fasciste de l'OSARN*, plus connu sous le nom de « La Cagoule ». Patriotes, royalistes, tout ce beau monde se rassemble « contre Blum et la juiverie » (p. 21) pour « rendre sa souveraineté à la France » et « redonner la fierté à ceux qui l'ont défendue » (p. 24).
Darnand ne tardera pas à s'engager contre un ennemi qui menace encore plus dangereusement la « grandeur de la France » que « les cocos » : la menace Hitler plane au-dessus de la nation. Mais l'Allemagne nazie cache peut-être des atours que Darnand ne soupçonne pas encore...
Avec un dessin incisif et efficace, et malgré un scénario qui manque un peu de chair, on suit avec un intérêt grandissant l'évolution de cet homme qui au fond ressemble à beaucoup d'autres : « Antisémite ? Pas plus que les autres. À cette époque, la plupart des gens rendaient les juifs responsables de leur misère. » (p. 32)
« Je suis un soldat, je n'ai pas une âme de vendeur de meubles. Les gars comme moi sont faits pour mourir à la guerre... pas pour vivre une existence de petit-bourgeois. » (p. 20). En effet, ce n'est pas un petit-bourgeois... mais il est au service de la bourgeoisie, sous le patronage de l'Église catholique.
Un album édifiant et captivant ! On attend la suite...
*OSARN : Organisation Secrète d'Action Révolutionnaire Nationale
Lu en janvier 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          830
bibiouest
  13 septembre 2018
Voici l'histoire d'un héros de la Première Guerre mondiale devenu collabo. durant la seconde...
Une «histoire française» qui aurait mérité plus d'explications de l'entre-deux-guerres.
Cet homme est un salaud et ce dès la Première Guerre mondiale il casse du «boche» comme il «cassera du juif ou du communiste et du gaulliste».
Un parcours atypique assez bien retranscrit (sauf l'entre-deux-guerres).
Les dessins sont expressifs surtout les regards.
Une bonne bd d'aventure mais une bd historique moyenne.
Commenter  J’apprécie          440
Enki
  17 septembre 2017
1918. Joseph Darnand est l'« artisan de la victoire », distinction suprême que seul Clemenceau et Foch obtiennent également. Il vient, avec ses hommes, de forcer les lignes allemandes, fait plus de vingt prisonniers et récupérer les plans de la future offensive ennemie. La guerre vient de basculer. Inimaginable, mais il l'a fait. Un héros, certainement, mais son histoire ne s'arrête pas là…
Rue de Sèvre est une de ces maisons dont la qualité des choix éditoriaux est incontestable. Darnand, le bourreau français en est une nouvelle preuve. Pat Perna revient dans cette bande dessinée prévue en deux volumes sur le destin de Joseph Darnand, personnage équivoque déjà dépeint en 2015 par le très contestable Eric Brunet dans un essai intitulé Un monstre à la française. Héros en 18 puis en 39 Darnand va basculer… Il serait dommage d'en dire plus. Perna brosse un personnage téméraire, brutal, convaincu… droit dans ses bottes. La finesse n'a pas droit au chapitre, si ce n'était l'association à un deuxième personnage, son compagnon d'arme, Ange Servaz. Sniper, il accompagne Darnand dans ses entreprises les plus insensées. Servaz n'a pas sacrifié sa part d'humanité sur l'autel de la guerre et du nationalisme. Parfait contrepoint, tantôt conteur ou conscience, oublié de l'histoire mais porteur de nuance dans le récit. Perna trouve avec ses deux acteurs un bon équilibre narratif.
Fabien Bedouel, à qui l'on doit les très bons Kersten avec le même scénariste et L'or et le sang, nous offre un très beau travail graphique, épuré mais précis. Sans aucun détail superflu, ses planches mettent à l'honneur, à travers des choix très cinématographiques de cadrage, les hommes, leurs gueules, leur passions, leur violence. Le dynamisme est la règle, le gros plan, l'instrument favori du dessinateur. Il en va de même pour la couleur tout en aplat, sobre mais efficace. Et quel meilleur encrage que le sien pour dépeindre la guerre des tranchés. En résumé, une esthétique actuelle et accomplie.
Un très bel album donc, où les auteurs nous offrent le trouble reflet de ce que fût la France de la première moitié du XXè… sans angélisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Ogrimoire
  07 février 2018
En commençant cette bande dessinée, je ne me suis pas posé de question sur le titre, et je n'ai pas regardé de quoi elle parlait. Ce n'est donc que progressivement que j'ai compris que c'est de Joseph Darnand que l'on allait parler. Et, j'avoue, je n'ai pas très précisément en tête le parcours de ce monsieur.
Aussi, pendant toute la première partie, celle qui se déroule en 1918, il apparait essentiellement comme un homme courageux, qui n'abandonne jamais ses hommes, qui fait tout, même si ce n'est pas raisonnable, pour les ramener.
Puis, lorsqu'on le retrouve en 1938, on découvre son côté sombre. Il est aigri, pratiquement marginalisé, il frappe sa femme, il est hyper-politisé. Bref, c'est un sale type, qui ne recule devant rien. Il n'hésite pas à tuer, il est prêt à renverser la république. Et encore, le peu que je connais de lui me permet d'anticiper sur le fait qu'il va aller encore bien plus loin…
Le scénario est agréablement construit : il laisse suffisamment de suspense, mais reste assez facile à suivre. La construction en plusieurs « moments » (en 1918, en 1938, en 1939) constitue une espèce de millefeuille, mais on ne s'y perd pas.
Les dessins et les couleurs sont très efficaces. Les variations d'ambiance sont bien rendues, elles accompagnent les changements d'époque, ce qui facilite aussi le fait de s'y retrouver.
Bref, une très bonne bd, qui permet d'apprendre des choses tout en restant agréable à lire. Alors vivement le tome 2 !
Lien : https://ogrimoire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
yanndallex
  23 mars 2018
Pat Perna et Fabien Bedouel n'en sont pas à leurs premiers coups d'éclat. On leur doit particulièrement les excellentes séries « Kersten » et « Forçats ».
Et ce coup-ci, ils récidivent en nous livrant ce premier tome d'un triptyque sur l'une des figures les plus « étranges et sombres » de l'histoire française : le héros, puis bourreau Joseph Darnand.
Le dessin :
Fabien Bedouel a un style réaliste avec un trait fluide et fin, propice au détail.
Et dès les premières pages il sait nous le rappeler. Les scènes de guerre sont magistrales et subjuguantes.
Par son dessin dynamique, il nous plonge instantanément au coeur de l'action, et pas besoin de ces nombreuses onomatopées pour entendre le bruit sourd et intense de la guerre.
La variété et l'enchainement des "prises de vue" intensifient le mouvement et la cadence.
Et à l'inverse les premières cases du début d'ouvrage sont justes exceptionnelles dans leurs torpeurs et leurs statismes grâce à ses plans "fixes".
Les effets sont simples et efficaces, et les proportions des perspectives sont impeccables.
Les couleurs sont bien choisies sur des tons pastels fort agréables à la rétine permettant du coup d'adoucir et de supporter la violence des faits de guerre, mais aussi d'accentuer quelques détails par des couleurs vives.
Quelques pleines pages forcent l'admiration.
C'est une très belle réalisation.
Le scénario :
A la lecture de ce scénario, indiqué comme une fiction dite "historique", on sent le travail de recherche conséquent du scénariste.
Tout en oeuvrant dans une ligne directrice scénaristique fictionnelle, Pat Perna a collé le plus fidèlement à l'histoire chronologiquement parlant mais aussi factuellement.
Ainsi sur une trame pas encore bien instaurée dans ce tome 1, dans le sens où le ne comprends pas encore totalement la direction du récit (mais on la soupçonne), les auteurs vont nous faire découvrir leur visions de la psychologie de ce personnage obscur et probablement essayer de répondre à la question " Comment peut-on passer de héros à bourreau ?".
Le tour de force, lorsque l'on traite un tel sujet, reste à garder la tête froide et une totale objectivité, ne porter aucun jugement pouvant influencer le lecteur et rester factuel.
Le découpage est très "rectiligne" alternant des bandes et des vignettes rectangulaires et parsemé çà et là de magnifiques pleines pages.
Il est chronologique et se colle habilement à du récit historique.
En bref, vous l'aurez évidemment bien deviné, j'ai hâte de lire la suite !

Lien : http://www.7bd.fr/2018/03/da..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (4)
ActuaBD   08 octobre 2018
Comment faire d’un salaud le héros d’une bande dessinée et éviter toute complaisance avec le discours nauséabond du personnage ? Un projet ambitieux qui n’est pas sans risque !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LaLibreBelgique   28 février 2018
Bedouel et Perna revisitent une part sombre de l’histoire de France.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
BDGest   17 janvier 2018
Efficace de bout en bout, ce premier acte lance de manière convaincante une biographie romancée sur une personnalité trouble de l'Histoire de France.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   08 janvier 2018
Ce premier tome est l'une des belles surprises en ce début d'année 2018. Une oeuvre que je vous recommande chaudement !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
SociolitteSociolitte   01 avril 2018
Je suis un soldat, je n’ai pas une âme de vendeur de meubles. Les gars comme moi sont faits pour mourir à la guerre... pas pour vivre une existence de petit-bourgeois.

Quatrième de couverture et page 20, Rue de Sèvres, 2018.
Commenter  J’apprécie          410
SociolitteSociolitte   03 avril 2018
– Je le fais pour vous et pour la France !
– Eh bien avant de penser à la France, commence par t’occuper de ta famille... Je ne sais même pas comment on va payer le loyer !

Page 20, Rue de Sèvres, 2018.
Commenter  J’apprécie          420
SociolitteSociolitte   04 avril 2018
– Antisémite ?
– Pas plus que les autres. À cette époque, la plupart des gens rendaient les juifs responsables de leur misère.

Page 32, Rue de Sèvres, 2018.
Commenter  J’apprécie          400
SociolitteSociolitte   02 avril 2018
Parfois les guerres créent des héros. Souvent la paix fabrique des monstres.

Page 4, Rue de Sèvres, 2018.
Commenter  J’apprécie          420
EnkiEnki   16 septembre 2017
Bah… Comme souvent à la guerre, la victoire ou la défaite tiennent surtout du hasard.
Commenter  J’apprécie          180
Lire un extrait
Videos de Pat Perna (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pat Perna
Retrouvez vos livres dans notre librairie en ligne ! :
Femme qui court de Gérard de Cortanze aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/136399-divers-litterature-femme-qui-court.html
Darnand, le bourreau français tome 1 de Perna Patrice et Bédouel Fabien aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/103195-bd-darnand-tome-1---le-bourreau-francais.html
Violette Morris (Tome 1): À abattre par tous moyens de Javi Rey et Bertrand Galic aux éditions Futuropolis https://www.lagriffenoire.com/128145-achat-bd-violette-morris-tome-1-premiere-comparution---a-abattre-par-tous-moyens.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
émission, Les coups de coeur des libraires, radio, Sud Radio, livre, bouquin, quel livre lire, libraire, librairie, La Griffe Noire, roman, polar, essai, histoire, jeunesse, BD, bande-dessinée, coup de coeur, Gérard Collard, Valérie Expert, Femme qui court, Gérard de Cortanze, éditions Albin Michel, Darnand, le bourreau français, tome 1, Perna Patrice, Bédouel Fabien, éditions Rue de Sèvres, Violette Morris, Tome 1, À abattre par tous moyens de Javi Rey, Bertrand Galic, éditions Futuropolis
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
863 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre