AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2746664828
Éditeur : The Bookedition (07/09/2013)

Note moyenne : 2.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Écrits pour la plupart entre 1950 et 1960, ces vingt poèmes de jeunesse ont le lyrisme naïf des angoisses et des passions adolescentes…
… Erreurs de jeunesse !


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
MaiaAlonso
  10 octobre 2013
Bénies soient certaines erreurs de jeunesse qui nous donnent à lire des poèmes bouleversants. Car la jeunesse ne sait pas encore que l'on peut survivre aux amours mortes.
Cette naissance à l'amour, qui est le propre de la jeunesse, est ce qu'il y a de plus troublant. D'ailleurs n'a-t-on pas cette mystérieuse conviction que l'amour est lié à la jeunesse, qu'ensuite et bien ensuite… on aime. Mais l'amour ! Cette ravageuse vague qui déferle du bout des mondes invisibles pour nous entamer l'âme et battre la chair, cette sublime torture aux délices infernaux, seule la jeunesse en a la clé.
Quand hélas le temps a fui, que cet âge d'or n'est plus qu'un lointain souvenir, parfois magnifié, parfois vomi, selon la façon dont on aura transcendé son parcours, on peut alors saisir un recueil de poésie, le plus humble soit-il, un écrit de jeunesse, le sien ou celui d'autrui, un poète de passage aussi éphémère que l'est la jeunesse, cette héroïne aux ailes de géant qui l'empêchent de marcher, d'être à l'aise, d'être « installée »… et là, on retombe en jeunesse.
J'ai entre les mains un de ces recueils réchappés de l'oubli ou du déni : « Erreurs de jeunesse » de Michèle Perret. Je l'aurais intitulé « Merveilles de jeunesse »… mais n'est-ce pas, à chacun son propre regard sur l'ineffable traversée…
Ce recueil peut s'ouvrir au hasard et vous recevez un jet de lumière archaïque. Cela vous baigne instantanément dans cette aura que vous avez connue et oui, autrefois. Je parle aux lecteurs d'entre vous qui n'ont plus vingt ans depuis longtemps mais…. Quant aux autres, à ces extraordinaires passagers de la jeunesse, inconscients de cette grâce fugitive, ils y liront leur âme…
Oublions la poussière du temps qui a voilé notre primitive gloire, et « Assourdie de bonheur/émerveillée d'amour… » « Tandis que j'aime en rêvant »… tirons le nectar de cette lecture. Non pas des yeux, mais de tout le poids de notre virginité réinventée.
Oui des mots tout simples, des mots sentis. Des évidences qui plantent leur glaive dans l'attente, « la tendre et longue absence » : « Tu m'as dit une seule fois que tu m'aimais/Tu me l'as dit j'en suis sûre… » . Et la fureur, sainte fureur qui nous boude désormais : « Que vous rencontriez votre honte/Et que vous mordiez en elle/A belle dent à pleine bouche/Comme dans le fruit juteux de l'amour »…
Plus qu'un essai, mieux qu'un roman, les poèmes lapidaires de jeunesse révèlent l'ouragan qui est passé, semant désordre, larmes, replis mais tant d'espérance aussi ! Construisant la femme, l'homme du devenir. Un recueil à lire en cet octobre aux lumières fanées, aux si plaintives plaintes du temps dépassé…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Otello
  25 septembre 2013
Je préfère de beaucoup la prose poétique de l'auteur. Quelques poèmes m'ont quand même plu, mais l'ensemble manque de maturité et d'originalité.
Commenter  J’apprécie          52
Nadiamilan
  16 février 2014
Moi, j'aime bien. Un petit air d'Eluard (est-ce un compliment ou une critique ? A vingt ans, on peut manquer d'originalité !).Manque d'unité, aussi, entre les poèmes d'amour et les comptines.
Commenter  J’apprécie          31
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
NadiamilanNadiamilan   16 février 2014
Il pleut à Paris
Il y a des flaques d’eau dans les rues
La vie continue
Mais c’est là-bas que je suis partie
Dans ton présent
Dans le printemps de février
Dans ta vie nouvelle que j’invente incertaine à mesure que tu la découvres
C’est là-bas que je suis partie
Et c’est mourir un peu
Et pour ceux qui restent c’est une autre agonie
Il neige étrangement à Paris
Il fait beau à Paris
Mais je ne suis plus ici
Je me suis en allée
L’absence la solitude me submergent
La lumière s’éteint le soleil s’endort les oiseaux se taisent
Il n’y a plus autour de moi qu’une vague et pénétrante odeur que je reconnais comme la tienne
Et je m’en vais dans ton présent
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Video de Michèle Perret (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michèle Perret
Vidéo de Michèle Perret
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
794 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre