AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253140016
416 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 68 notes)
Résumé :
Pourquoi et depuis quand notre orthographe est-elle si compliquée ? Combien de mots gaulois subsistent dans nos dictionnaires ? Doit-on redouter le franglais et le langage de la pub ? Qu'est ce qu'un patois, un dialecte, un parler régional ? Comment parle-t-on le français à Montréal, à Dakar, à Pointe-à-Pitre ? Faut-il créer des féminins à " professeur " ou " ingénieur " ? A ces questions et à mille autres, on trouvera réponse dans ce passionnant voyage au c?ur de l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Lorraine47
  07 septembre 2013
Henriette Walter, reine des linguistes, prof que j'aurais rêvée avoir, même dans mes rêves les plus fous!
Je viens de découvrir un ouvrage qui n'est pas récent puisque publié en 1988: "le français dans tous les sens" mais qui n'a pas pris une ride hormis les quelques pages concernant le français parlé à l'étranger et dont les statistiques auraient besoin d'un petit rafraîchissement!
Non, une fois de plus je n'ai pas boudé mon plaisir en ouvrant ce livre dédié à notre belle langue.
Henriette n'est pas seulement l'heureuse maman d'un critique d'art hors norme: Hector Obalk, empêcheur de passer la brosse à reluire du monde si moutonnier de l'Art avec un grand A, elle est aussi l'auteur d'ouvrages incontournables:
L'aventure des mots venus d'ailleurs (1998)
Honni soit qui mal y pense
L'aventure de la langue arabe avec Bassam Barahé (2006)
J'en passe et des meilleurs...
Ce livre vous embarque à bord d'une aventure épique, historique, celle de notre langue très chère...
Des mots qui nous aident à en dépasser bien d'autres!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
MicheleP
  06 juillet 2013
Ouvrage pour grand public. Lecture très facile et amusante, pour non-spécialistes. Ouvrage jubilatoire, nombreuses anecdotes, nombreux exemples érudition sérieuse, même si certains passages font grincer les dents de quelques spécialistes (sur les origines dialectales du français, en particulier).
Ce livre a le mérite d'avoir été le premier ouvrage de vulgarisation sur l'histoire de la langue française vraiment agréable et instructif. Il a fait un beau succès de librairie, mérité, à mon avis.
Commenter  J’apprécie          131
Sebastien95
  28 janvier 2020
Je m'intéresse depuis peu à l'étymologie et à la toponymie, et je dois reconnaître que c'est un ouvrage déterminant pour qui veut se familiariser avec les bases de ces notions, largement expliquées avec tact et pédagogie par l'une des pontes de ce domaine.
Seul point négatif: bien que datant de 2016, la réédition comprend encore un certain nombre de données anciennes, voire vétustes, datant parfois des années 80 et qui auraient mérité une certaine réactualisation. Deux conséquences: les cartographies, qui font très "ronéotypées" (donc très eighties) et certains paragraphes qui paraissent aujourd'hui largement dépassés (notamment celui sur le "langage des jeunes" de l'époque, jeunes qui tutoient aujourd'hui facilement la quarantaine, je suis bien placé pour le savoir...!)
Mais je conseille néanmoins!
Commenter  J’apprécie          90
frandj
  10 février 2014
Passionnante promenade qui a pour point de départ le latin vulgaire et qui, à travers les siècles, nous amène au français du XXème siècle, en passant par la langue "romane" et par le vieux français. L'auteure rend cette évolution d'une manière très vivante. Elle donne de nombreuses explications, parfois surprenantes, concernant l'origine des mots. Saviez-vous, par exemple, que le mot français "foie" ne dérive pas du mot latin correspondant, mais d'un mot signifiant "figue" - car on avait autrefois l'habitude de manger le foie des oies engraissées aux figues ? de même, H. Walter nous explique plaisamment pourquoi, en français, le pluriel de "cheval" est "chevaux".
Un point plus essentiel, pour notre langue dans son état primitif, c'est l'abandon progressif de la déclinaison d'origine latine et l'introduction systématique des prépositions. L'auteure explique ensuite comment la forme du français a été peu à peu fixée d'une façon rigoureuse, surtout à partir du XVIIème siècle. le français châtié a fini par supplanter les langues régionales et les patois locaux, au début du XXème siècle.
Mais H. Walter n'a pas une conception académique de notre langue: elle souligne le fait que, à l'écrit et surtout à l'oral, le français n'a jamais cessé d'évoluer – et elle considère que ça fait partie de son charme ! Voici donc un ouvrage de vulgarisation bien fait et agréable à lire, qui captivera tous ceux qui s'intéressent à leur langue, sans être déjà des spécialistes du sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lehibook
  31 mars 2020
Un essai passionnant sur les origines , le futur de notre langue et une quantité de questions à son propos . L'essai est de 1988 et pourtant le problème de la féminisation des noms de métier, la question de l'orthographe sont encore de pleine actualité. Des développement intéressants aussi sur la francophonie à l'échelle mondiale . Malgré les cris d'orfraie des prophètes autoproclamés de la décadence , notre langue va bien …elle.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
lehibooklehibook   31 mars 2020
On voit donc que le refus du féminin n'est pas lié à une impossibilité inhérente à la langue ,mais à une résistance qui tient à des préjugés très profondément ancrés chez les usagers.
Commenter  J’apprécie          20
Lorraine47Lorraine47   02 septembre 2013
Ces 71 mots gaulois, parvenus jusqu'à nous après plus de millénaires de vicissitudes, concernent surtout le monde agricole et reflètent le mode d'existence de populations vivant des produits de la culture, de la pêche et de la chasse. Parmi ces mots qui nous parlent de leur vie familière, il en est une qui mérite une attention particulière: la lieue.
À la réflexion, il est en effet assez curieux que ce peuple qui avait complétement adopté la civilisation romaine ait réussi à conserver et à transmettre de génération en génération et cela pendant des siècles sa propre unité de longueur, la lieue gauloise (2 222 mètres ) à la place du mille romain (1 485 mètres) .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Lorraine47Lorraine47   31 août 2013
Aujourd'hui encore, les armoiries de la Grande Bretagne portent en français, l'inscription: " Dieu est mon droit". De même, la plus haute distinction de la noblesse anglaise, l'ordre de la Jarretière, conserve respectueusement comme devise l'exclamation du roi Édouard III, renouant, au cours d'un bal, la jarretière de sa maîtresse: "Honni soit qui mal y pense."
On était en 1347, en plein XIVème siècle, et le roi d'Angleterre, comme toute sa cour, ne parlait pas moins français que son cousin, le roi de France Philippe VI, qu'il venait de battre à Crécy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Lorraine47Lorraine47   10 septembre 2013
L'origine de l'expression: "vingt-deux"! Pour "attention, voici les autorités!" est beaucoup plus incroyable. C'est ainsi que les premiers typographes avaient pris l'habitude de prévenir leurs collègues de l'arrivée du chef d'atelier par un signal codé, que ce dernier ne pouvait pas comprendre.
En effet, si vingt-deux correspond à chef, c'est que ce mot est composé d'un c (troisième lettre lettre de l'alphabet), d'un h ( huitième lettre ), d'un e (cinquième lettre) et d'un f ( sixième lettre): 3+8+5+6=22 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Lorraine47Lorraine47   08 septembre 2013
Si on ne sait pas que la place située devant l'Hôtel de Ville de Paris descendait à l'origine jusqu'aux berges de la Seine, et que c'était là, sur la grève, que les ouvriers sans travail se réunissaient en attendant d'être embauchés, on ne peut pas comprendre le lien entre le bord de l'eau et le fait de ne pas travailler, dans l'expression "faire la grève".
Commenter  J’apprécie          340
Videos de Henriette Walter (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henriette Walter
La linguiste Henriette Walter évoque la langue française d’ici et d’ailleurs
>Langues romanes. Français (558)
autres livres classés : linguistiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox