AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782355221279
Éditeur : Zones (26/08/2021)
4.2/5   5 notes
Résumé :
Le célèbre couple de sociologues de la bourgeoisie livre son autobiographie, des mémoires qui retracent près de six décennies d’une vie studieuse, amoureuse et engagée.
L’un issu d’une famille ouvrière des Ardennes, l’autre fille d’un notable de Lozère, ils se rencontrent en 1965 à la bibliothèque de la faculté de Lille. Ils ne se quitteront plus. Études de sociologie, mariage précipité, séjour en coopération dans le Sahara marocain, rencontre avec Pierre Bo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
PGilly
  31 août 2021
C'est d'abord un couple indéfectible, pétri d'une connivence joyeuse. Elle et lui piquent du nez lors de séminaires et de colloques pompeux. Ils contournent l'obstacle en lançant des promenades sociologiques à travers Paris, agrémentées de pique-nique fraternels.
À deux, les sociologues unis forment un collectif de recherche. Ils signent toujours leurs travaux de leurs deux noms, ce qui irrite le CNRS payeur. le jour de leur retraite (2007), ces iconoclastes balancent leurs archives dans onze grandes poubelles vertes de la ville. Ils refusent aussi le titre de chercheur émérite. Les voilà frais et disponibles pour affûter leurs traits. Seuls maîtres à bord, ils peuvent adopter une approche plus ouvertement critique à l'égard des positions sociales dominantes, instituées et transmises au sein de la noblesse et de la grande bourgeoisie françaises. Récemment, ils ont concentré leurs recherches sur N.Sarkozy et E.Macron, présidents des riches et des ultra-riches.
Auparavant, ils ont observé, rencontré, conseillé parfois, un milieu clos, au cours de cocktails, de dîners, de week-ends au château, de rallyes huppés, de remise de médailles. Leur statut de couple marié représente un passeport précieux aux yeux d'une classe sociale pour laquelle "l'institution familiale est au coeur du dispositif de reproduction de génération en génération."
Monique et Michel font flèche de tout bois. Ils flairent les champs d'investigation propices à l'analyse de la façon la plus incarnée possible des modes de fonctionnement d'une classe sociale "profondément mobilisée dans des stratégies d'enrichissement et de pouvoir afin de conserver ses privilèges sans ruissellement pour les autres." Effectivement, les auteurs sont proches des communistes, non encartés. Mais leur humilité et leur écoute ouverte séduisent des interlocuteurs aux antipodes de l'univers des Pinçon-Charlot.
Michel et Monique pratiquent la sociologie de terrain, biberonnés aux textes de Bourdieu sur la reproduction sociale. Chasse à courre, beaux quartiers, dynasties familiales, essayage de tailleurs Chanel, autant de terres à défricher, à ausculter, à révéler (même en bande dessinée) au grand public. Ils constatent la transformation d'un capitalisme industriel de type paternaliste en un capitalisme néo-libéral et financiarisé encore plus favorable aux riches. Les chiffres de la répartition des fortunes mondiales sont édifiants. La pandémie a creusé les inégalités, avec une augmentation de 30% du montant des 500 fortunes professionnelles de France en 2020.
La lecture des mémoires (condensées) d'un couple de sociologues est stimulante, intéressante et amusante. Les auteurs alternent le récit à la troisième personne, en je, en nous et même en "Tu". L'ouvrage confirme l'extrême violence d'une classe sociale soucieuse de préserver ses privilèges au détriment des moins nantis et des plus démunis.
J'ai rarement lu de la sociologie aussi accessible. Mais surtout, j'ai été touché par la ténacité d'un couple soudé dans l'amour et le travail.
Lien : http://cinemoitheque.eklablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
marcbali
  06 septembre 2021
Aujourd'hui je vais évoquer Notre vie chez les riches, autobiographie de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Ce texte est sous-titré Mémoires d'un couple de sociologues. Dans cet ouvrage ce couple fusionnel retrace les principales étapes de leur parcours de chercheurs spécialisés dans les riches et les nobles. Parmi leurs essais et bandes dessinées citons Panique dans le XVIe, Tentative d'évasion (fiscale), Les Ghettos du Gotha et le président des ultra-riches.
Comme la plupart de leurs ouvrages depuis plusieurs décennies ce texte est écrit à quatre mains mais une seule voix s'exprime ; ce qui frappe avec eux est leur osmose et leur entente intellectuelle sans anicroche. Bien avant de se spécialiser dans l'étude sociologique de la noblesse et de la bourgeoisie Michel et Monique se sont rencontrés en 1965 à Lille où ils étaient étudiants. Elle est un peu plus jeune que lui, ils sont issus de milieux sociaux différents. Il est originaire des Ardennes et vient d'une famille ouvrière. Pour sa part elle a grandi en Lozère et appartient à la petite bourgeoisie. le récit laisse à penser à un rapide coup de foudre, les deux jeunes gens suivent un cursus identique à la faculté. Lorsque Michel doit partir au Maroc pour son service militaire, Monique n'est pas suffisamment âgée pour pouvoir travailler sur place si elle n'est pas mariée. Qu'à cela ne tienne ils organisent en urgence leur mariage sans avoir totalement l'assentiment des familles (en particulier celui des Charlot qui souhaitaient une cérémonie religieuse). de retour en France ils vont poursuivre leurs études et obtenir leur diplôme. Ils intégreront ensemble le CNRS. Ils sont adeptes des théories de Bourdieu dont ils suivent les enseignements. Leur situation est intéressante puisqu'ils s'émancipent et ne sont pas directement victimes de reproduction sociale. L'institution scolaire leur permet de s'élever socialement puisqu'ils deviennent chercheurs en sciences sociales. Cependant ils sont assez rebelles et leur carrière n'est pas leur préoccupation première. Leurs travaux sociologiques princeps portent sur la sociologie urbaine. Ils utilisent également leurs observations faites durant la période de coopération pour toucher un peu d'ethnologie. Ils se spécialisent rapidement malgré les réticences du milieu académique dans l'étude de la noblesse et des riches. Ils arpentent les quartiers huppés et font de la sociologie de terrain. Ils racontent avec humour leur introduction au sein de ce milieu élitiste et fermé. Ils utilisent différents réseaux pour parvenir à approcher ces populations souvent à l'abri de quartiers sécurisés. Leurs travaux sont plutôt bien accueillis par les intéressés qui les invitent dans les cercles et cénacles pour présenter leurs analyses. Ils manifestent une affection pour leurs sujets d'étude dont ils sont socialement très éloignés. Les sociologues scrutent les chasses à courre et la fraude fiscale. Après leur départ à la retraite ils poursuivent de façon autonome leurs recherches et leurs bouquins deviennent de plus en plus critiques vis-à-vis du capital. Récemment Monique a tenu quelques propos outranciers et infondés, pourtant leurs travaux demeurent importants. L'ouvrage est illustré de quelques photographies mettant en scène le couple qui semble toujours aussi amoureux et complice. Dans cette autobiographie ils donnent quelques éléments de leur vie privée. Ils ont un fils Clément, ils utilisent dans le bouquin quelques archives personnelles où ils lui racontent leur surprise en participant à quelques cocktails mondains. le père de Monique est évoqué en quelques mots peu louangeurs sur son comportement, mais sans détailler. Elle a souffert d'un cancer en 2002 mais semble guérie et les retraités sont en pleine forme et toujours aussi combattifs et virulents dans leurs dénonciations des excès de la finance.
Notre vie chez les riches est une autobiographie agréable à découvrir. Ce texte constitue une pertinente introduction aux travaux de ces sociologues engagés à gauche. Ce livre délicieux a le goût d'une dernière oeuvre. La compilation de ce parcours sentimental et professionnel centré sur la sociologie des riches et des nantis montre la cohérence et l'exigence portées par les Pinçon-Charlot.
Voilà, je vous ai donc parlé de Notre vie chez les riches de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot paru aux éditions Zones.

Lien : http://culture-tout-azimut.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
stef6534
  06 septembre 2021
Voici les émouvants mémoires de Monique et Michel Pinçon-Charlot. Devenus chercheurs au CNRS en 1982 ils se spécialisent dans l'étude sociologique des "riches". le couple a publié une vingtaine de livres à quatre mains, avec toujours la même démarche : analyser de façon empirique les us et coutumes de la grande bourgeoisie et “documenter la mobilisation inlassable de cette classe pour la défense de son pré carré”. Ces ouvrages sont recensés dans leur livre de mémoires.
Le livre regorge de récits et d'analyses souvent très intéressants sur leur approche sociologique de la bourgeoisie française, et revient sur l'engagement politique des deux intellectuels.
Grâce à leur rigueur et honnêteté le couple pourra pénétrer dans la classe sociale des grands bourgeois et en faire leur objet d'études.
Le livre est agrémenté de quelques photos en rapport avec les études réalisées.
Commenter  J’apprécie          50
N_M
  11 septembre 2021
Livre passionnant qui permet d'embrasser en quelques heures seulement des décennies de travail et de vie à deux. On y découvre les méandres d'une oeuvre colossale inscrite dans une généalogie intellectuelle claire (dignes héritiers de Pierre Bourdieu). On mesure ici à la fois la rigueur, la volonté et l'humilité qu'exige un effort intellectuel si long. Ce couple a fait grandir notre compréhension du monde dans lequel nous vivons quotidiennement. Il nous a permis d'incarner, dans des lieux, des corps et des pratiques, les concepts de "grand capital", de "bourgeoisie" encore flous à la fin des années 1960. Il donne chaire à la domination et la violence de classe subie par l'immense majorité.
On est tour à tour émus, en colère, attendris en découvrant cet opuscule. Celui-ci est tendu vers nous tel un précieux relais donné aux prochaines générations de chercheurs et de citoyens qui prolongeront ce combat d'une vie entière.
Commenter  J’apprécie          31


critiques presse (1)
LesInrocks   25 août 2021
Dans leurs “Mémoires”, les deux sociologues spécialistes de la grande bourgeoisie reviennent de façon touchante sur leur parcours.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
PGillyPGilly   31 août 2021
La complexité des montages financiers, fiscaux et juridiques empêche le tout-venant d'en saisir d'emblée le fonctionnement. C'est pourquoi les lanceurs d'alerte, ou tout simplement les salariés qui acceptent de témoigner sous anonymat, sont indispensables dans ce type de recherches sociologiques.
Commenter  J’apprécie          40
PGillyPGilly   31 août 2021
La présence de jeunes adolescents, voire d'enfants en bas âge face à ce drame où un cerf joue sa vie dans la forêt, deux fois par semaine, pendant six mois, d'octobre à mars, nous fait penser la vénerie comme une allégorie d'un monde social de luttes et d'inégalités.
Commenter  J’apprécie          20
PGillyPGilly   30 août 2021
À Neuilly, son regard est tout particulièrement attiré par les "entrées de service". Qui n'a pas été obligé de les emprunter en catimini ne peut prendre conscience du mépris de classe que manifestent ces petites entrées étroites, ménagées sur le flanc de riches bâtisses afin que le personnel de maison s'y faufile et que les hôtes de marque évitent de croiser la valetaille dans le vestibule.
Commenter  J’apprécie          10
PGillyPGilly   31 août 2021
Une lame de fond puissante tend à remplacer les demeures des aristocrates et les appartements des vieilles familles bourgeoises par des bureaux et des boutiques de luxe. Un processus d'éviction paradoxal car, en balayant ceux qui créèrent cette belle adresse, ces autres puissances d'argent détruisent une partie du captal symbolique qui en a fait l'attrait.
Commenter  J’apprécie          10
PGillyPGilly   31 août 2021
La vénerie proprement dite se double d'une pratique efficace pour créer un capital social, une confiance mutuelle qui peut se révéler d'une grande valeur dans le champ incertain des affaires.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Monique Pinçon-Charlot (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Monique Pinçon-Charlot
Monique Pinçon-Charlot vous présente son ouvrage "Notre vie chez les riches : mémoires d'un couple de sociologues" qu'elle a écrit avec Michel Pinçon-Charlot aux éditions Zones. Entretien avec Jean Petaux.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2544389/michel-pincon-notre-vie-chez-les-riches-memoires-d-un-couple-de-sociologues
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : Chasse à courreVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le joueur d'échecs de Stefan Zweig

Contre qui Mirko Czentovic fit-il sa première partie d'échecs ?

Le curé de son village
Le maréchal des logis de son village
Le barbier de son village

15 questions
445 lecteurs ont répondu
Thème : Le Joueur d'échecs de Stefan ZweigCréer un quiz sur ce livre