AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Catherine Chardonnay (Illustrateur)
ISBN : 2352894409
Éditeur : MEMO EDITIONS (19/09/2019)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Cette nuit, le petit garçon s’est métamorphosé en mouche. Depuis, la tête à l’envers, le monde sans dessus dessous, il marche au plafond.

Aujourd’hui, ou peut-être plus tard, il a mangé beaucoup de purée, des assiettes et des assiettes, il est devenu rond comme une balle qui n’arrêtait pas de rouler. Il ne voulait plus être ce petit garçon, plus petit que le chien et le chat, il voulait que sa tête touche la lune.

Surtout que sur la lun... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Ileauxtresors
  19 septembre 2019
Il paraît que Roald Dahl a dit que savoir captiver les jeunes lecteurs exige d'« avoir préservé deux caractéristiques fondamentales de ses huit ans : la curiosité et l'imagination ». Pour avoir le bonheur de côtoyer quotidiennement un spécimen, je peux confirmer que ces deux propriétés font tout le charme de cet âge-là. Expériences de physique dans le bain, raisonnements absurdes suivis aussi loin que possible, jeux si prenants qu'ils en deviennent parfaitement sérieux, composition de blagues, examen des hypothèses les plus délirantes, fous-rire, bavardages imaginaires avec les peluches qui ont chacune leur nom à coucher dehors et leur personnalité, longs moments de contemplation rêveuse en cultivant des plantes carnivores, histoires sans fin déclamées jusqu'à s'effondrer de sommeil… Je dois bien admettre que toute cette énergie n'est pas toujours de tout repos et que je mesure souvent à quel point mes huit ans sont loin. Certains auteurs parviennent toutefois merveilleusement à réveiller l'esprit de l'enfance chez leurs lecteurs de tous âges et à bouleverser leur imaginaire. Leurs mots illuminent nos lectures du soir, nous permettant, le temps d'un livre, d'avoir le même âge, de rire sous cape et de vagabonder dans des territoires où tout est possible.
C'est précisément ce plaisir partagé qui a fait tout le charme de la lecture à voix haute de ce Petit Garçon, de Francesco Pittau, qui paraît aujourd'hui dans la magnifique collection Petite Polynie des éditions MeMo. Ce garçonnet nous a entraînés, mon fils et moi, dans un univers malicieux où les idées fusent, la magie se déploie et les choses s'animent. Là bas, chaque jour apporte son lot d'émotions, de surprises et d'expériences fantaisistes qui se dégustent avec bonheur et de nombreux éclats de rire ! Comme ce jour où le mouflet a dû traquer son vrai reflet, parti en vadrouille, où lorsqu'il s'était transformé en mouche. Ou encore la fois où il s'est fait réprimander par les motifs de son dessin qu'il avait certes un peu bâclé ! Un monde que nous découvrons à hauteur d'enfant. Un enfant encore petit dans ce vaste monde. Mais qui grandit, mine de rien…
Nous avons beaucoup ri des (més-)aventures du petit garçon qui ont complètement parlé à mon fils qui a souhaité les relire seul. Les illustrations crayonnées de Catherine Chardonnay, un brin loufoques, donnent la touche finale à l'univers enfantin du roman.
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Nadael
  28 octobre 2019
L'imagination est partout. Elle se love dans l'air. L'air que respire le petit garçon du livre, et tous les petits garçons, et toutes les petites filles. Et enveloppe même les grands, mais ça, le petit garçon ne le sait pas encore… Il aspire tant à devenir grand, il se figure tellement de choses… Pourtant, l'imaginaire n'a que faire de la taille, de l'âge. Il est toujours là, tapi, blotti. Et quand il surgit, il bouscule tout. Surtout qu'il arrive souvent à l'improviste! Quand le petit garçon mange, s'endort, joue avec ses amis tout doux – Zork le crocodile, Bouh l'hippopotame, Pelote le mouton, Touit le perroquet, Triny le chien -, lorsqu'il regarde son reflet dans le miroir ou les fourmis sur les brins d'herbe, quand il dessine, quand il s'ennuie. Il débarque les jours de grand soleil ou de pluie chagrine, les jours roses les jours gris, les jours nets les jours flous, les nuits aussi. Il métamorphose le réel ; tour à tour le rend léger, bizarre, grave, doré, pastel, fuyant, captivant, prenant… il arrondit les angles ou pas, et ne tient jamais en place. Il dépasse sans cesse les limites, s'envole, s'enroule, se glisse, s'immisce dans la vie quotidienne du petit garçon. Et je crois bien qu'ils adorent cela tous les deux!
Roman de l'imagination, de la fantaisie, de l'invention. Roman de l'enfance avec ses joies ses interrogations ses attentes ses rêves ses couleurs ses caresses ses doutes. Roman tissé d'histoires, d'instants en cadence, de moments en latence… liés merveilleusement sous les crayonnés sauvages et amusants.
Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
IleauxtresorsIleauxtresors   18 septembre 2019
Le petit garçon dessinait toujours les mêmes choses. Et ce jour-là, comme d'habitude, il dessina ce qu'il aimait dessiner. Sauf que le bonhomme tout tordu était encore plus tout tordu que d'habitude, que le chien n'avait que deux pattes, que les oiseaux ressemblaient à des éléphants ailés, que la montagne de déchets montait jusqu'au ciel, que l'île était à moitié enfoncée dans l'eau et que le palmier penchait comme s'il était malade.
Le petit garçon était quand même fier de son dessin. Aussi fut-il étonné quand le bonhomme tout tordu lui lança :
- Tu exagères, mon petit gars ! Tu deviens de plus en plus négligent ! Tu ne soignes plus tes dessins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NadaelNadael   28 octobre 2019
« – Mais qui es-tu? Et pourquoi tu risquais de mourir? – Je suis un bout de nuit resté ici par distraction. Je me suis endormi. Je n’ai pas entendu les autres partir avant le lever du jour. Et quand il a fait clair, je ne pouvais plus partir. J’étais cloué ici en espérant que la lumière du jour n’entre pas dans la salle de bains. À la lumière, je disparais. (…) Le petit garçon proposa au bout de tissu de venir avec lui. Il allait le mettre en sûreté, au fond de sa poche, tout au fond, là où règne l’obscurité. Et il allait l’emporter avec lui en attendant la nuit. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
IleauxtresorsIleauxtresors   18 septembre 2019
Le petit garçon aurait voulu être grand, plus grand que ses copains du jardin d'enfants, plus grand que maman, plus grand que papa et plus grand que tout le monde. Même le chien, même le chat étaient plus grands que lui.
Parfois il rêvait qu'il devenait si grand que sa tête atteignait la Lune. Et même encore plus haut quand il rêvait très longtemps.
Commenter  J’apprécie          10
NadaelNadael   28 octobre 2019
« Aller sur la lune, le petit garçon le faisait souvent. Il n’avait pas besoin de fusée ou de soucoupe volante. Il lui suffisait de fermer les yeux et de ne penser à rien. «
Commenter  J’apprécie          10
Video de Francesco Pittau (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Francesco Pittau
C'est dégoûtant - Album paru en 2001 aux éditions Seuil jeunesse par Francesco Pittau
autres livres classés : grandirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1078 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre