AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2845638477
Éditeur : Xo Editions (08/11/2012)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 297 notes)
Résumé :

Oksa et les Sauve-qui-Peut sont de retour dans la maison londonienne des Pollock, au grand soulagement des Refoulés. Mais Orthon et ses fils se sont glissés parmi eux lors de la traversée du portail d’Edéfia.

Alors que les Sauve-qui-Peut entreprennent de soigner Gus et Marie en danger de mort, le Félon met en place une véritable armée sur une plateforme au large du Groenland.

Son but : infiltrer les principaux gouvernements pour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Oksambre
  31 octobre 2013
Pour vous mettre ou vous remettre dans le contexte, Oksa est une jeune héroïne d'apparence banale, c'est un personnage de nature impulsive mais également sensible qui apprend à ses dépens qu'elle est issue d'un "autre monde" que celui qu'elle a toujours connu et qui est le nôtre. Les deux mondes sont menacés et reposent désormais entre ses mains.
On retrouve dans toute la série des valeurs sûres, un attachement et un sens de la famille extrêmement forts. de ce fait les personnages secondaires ont une importance capitale. de plus, une psychologie détaillée des personnages permet d'approfondir et de comprendre ce qui motive les ambitions des « méchants ».
Côté personnages, on assiste à l'installation d'un quatuor impossible. Sans doute pour nous tenir un peu en haleine. Celui-ci est formé par Oksa, Gus, son éternel ami de toujours, un garçon plutôt pessimiste, réservé qui a le coeur sur la main. le ténébreux Tugdual, ou « le corbeau gothique » comme le surnomme Gus. Celui-ci évolue comme sur un funambule hésitant entre le côté obscur et le bien jusqu'à basculer à la fin du quatrième tome « Les liens maudits ». Enfin il y a Kukka, la cousine de Tugdual qui voue à celui-ci une haine sans précédents. Elle est d'une beauté polaire à couper le souffle, mais elle est aussi belle qu'exaspérante.
Il y a également un duo improbable formé par Zoé et Niall. Zoé est un personnage qui semble cacher un lourd secret. Elle est aussi sensible et gentille que triste et tranchante. Ayant été la cible du « dernier » diaphan, elle ne peut plus « aimer ». Cependant l'amour que Niall éprouve à son égard ne lui est pas indifférent. J'imagine que l'on en apprendra plus sur elle lors du tout dernier tome de la saga.
Et puis naturellement on retrouve les autres personnages, les du-dedans, les du-dehors, les félons, les refoulés, tout un tas de créatures rocambolesques, …
Si j'ai aimé le premier tome, notamment parce que je retrouvais une passion commune avec l'héroïne, à savoir le roller, j'ai moins aimé le second et encore moins les troisième et quatrième tomes de la série. Paradoxalement, je ressentais, et je ressens encore, malgré tout, un besoin essentiel de découvrir la suite. Or ce cinquième volet rehausse un peu les aprioris que j'avais par rapport aux précédents volumes. Je me suis sentie moins perdue entre je ne sais combien de créatures bizarres, entre des granoks, des sortilèges et des dons parmi lesquels je ne m'y retrouvais plus et toutes ces extravagances parfois un peu tirées par les cheveux. Je m'explique : lorsque vous lisez Harry Potter de J. K. Rowling, la série de l'Épouvanteur de Joseph Delaney, la série Les Secrets de l'immortel Nicolas Flamel de Michael Scott, la série Charlie Bone de Jenny Nimmo ou encore bien d'autres romans de fantasy, science-fiction et autre on retrouve des personnages et des créatures inspirés de légendes, voir légendaires. Ici en revanche, les créatures sont inventées dans leur intégralité, elles sont créées et imaginées de toute pièce, si bien que d'un roman à l'autre avec l'intervalle de sortie de ceux-ci, on ne s'y retrouve plus. On n'a absolument aucune référence face à ces êtres qu'il est même parfois très difficile de visualiser.
Enfin le "foldingot" m'exaspère toujours autant avec son langage sorti de nulle part, placé hors contexte et de façon complètement décalée. Il est assez répétitif finalement avec ses « fait la rencontre », « farci de », …
Il y a tout de même beaucoup de positif dans ce tome 5. En bref un retour à la normalité qui m'a permis de retrouver des repères et ainsi de me rassurer. J'ai aimé ce côté où le commun des mortels associe ce qu'il ne peut pas expliquer comme la magie, les faits extraordinaires et autres, aux extra-terrestres. L'évocation de la zone 51 dans le désert du Nevada. Les disproportions et retournements de situation. le côté un peu geek avec notamment l'usage d'images subliminales page 166. Les références musicales tout au long du roman comme Woodkid d'Iron page 76.
C'est donc contre toute attente que je reste curieuse de découvrir la suite, bien que ce ne soit pas sans appréhension. Je souhaite également découvrir Susan Hopper de ces deux mêmes auteures, car je pense qu'elles ont énormément de potentiel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Osmonde
  29 juin 2013
Dans ce 5ème tome, les Du-Dedans retrouvent les Du-Dehors. Les retrouvailles se font avec merveille, tout se passe pour le mieux. Enfin, pas vraiment. Durant quasiment tout le livre, l'histoire n'avance pas. J'ai trouvé ça, extrêmement long. Les Sauves-qui-peut essaient de cerner les plans d'Orthon, ce qui ne va être très compliqué à deviner. Bien vite, ils vont comprendre ce qu'il mijote, comme tout bon méchant assoiffé de pouvoir. La petite communauté fera des recherches, la télé aidera beaucoup aussi. Mais tout ça, pour rien finalement. Leur démarche est très vague. Tout ce qu'ils font n'aboutissent à rien. Cette partie fut très lente, ainsi que celle de la recherche de l'endroit où se trouverait Orthon.

Le point que j'attendais, et que j'ai apprécié, ce sont les relations entre Oksa, Tugdual et Gus. Tugdual les ayant trahi, Oksa trouve refuge auprès de… devinez qui ?… mais Gus, voyons ! D'un côté c'est assez culotté, mais faisant partie de la team Gus je ne pouvais qu'approuver. Les passages entre Oksa et Gus, sont assez rares sauf à la fin. Alors que j'aurai préféré que leur relation soit approfondi, j'en ai su plus sur Orthon qu'eux deux. Je me suis ennuyée dans ces moments-là. Comme par hasard "le grand méchant de l'histoire" veut conquérir le monde. Et on nous le rabâche, je ne sais combien de fois. Il s'empare, de toutes les alimentations, des matières importantes comme le pétrole etc… C'était assez gros, et lassant.

MAIS, la fin rattrape tous ces petits points négatifs. Les choses bougent, Oksa digne d'elle, et de son caractère farouche n'en fait qu'à sa tête et se rend à un endroit… intéressant (que je ne dévoile pas pour ne pas spoiler). Bon, je n'ai pas très bien saisi le résonnement de notre Jeune Gracieuse, car se rendre là-bas pour encore une fois comprendre ce que manigance Orthon est inutile. On se rend bien compte que ce voyage n'aura servi à rien… à part peut-être pour le ténébreux Tugdual. Je pense qu'elle s'est rendue là-bas seulement pour lui. En tout cas, les moments où il était présent étaient très très agréables. J'ai adoré les descriptions de son comportement, de tout en fait, donnés par les auteures. Et c'est là que je me suis mise à la place d'Oksa, qui choisir, qui préfère-je ? Ben je ne sais pas, ces deux personnages sont tous les deux attachants, différents, et drôles. Gus et ses répliques, elles m'ont fait sourire plus d'une fois. Oksa je ne l'ai pas vraiment apprécié, parfois elle traitait Gus injustement. Sa façon de parler et d'agir m'a paru trop exagéré.

Conclusion : Je pense que je n'ai pas su apprécier ce cinquième tome, comme il se doit. Avant de l'ouvrir, j'étais déjà assez réticente. Pourquoi ? Aucune idée. Je n'ai pas eu de problème pour regagner ce monde imaginaire, et peuplé de mots magiques. J'ai eu un peu de mal avec le style d'écriture des auteures. Les phrases sont complexes, et composées de trop de virgules. À plusieurs reprises j'ai dû revenir au début de certaines phrases pour en comprendre l'intégralité. Mais à force, on s'y habitue, et ça en devient plus plaisant, grâce aux précisions des auteures. Néanmoins, j'ai trouvé que quelques mots étaient assez inutiles. Je pense que lorsqu'il sera sorti, je lirai quand même le sixième tome. J'ai envie de savoir ce qui se passe pour ce triangle amoureux. J'en attends beaucoup du dernier livre, qui je crois, clôture la saga.
Lien : http://lemondedosmonde.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ema1
  18 mai 2013
Cela faisait un petit moment, maintenant que j'avais la suite des aventures d'Oksa et les Sauve-qui-Peut dans ma PAL. Bien que j'aime beaucoup cet univers, je n'avais pas vraiment envie de m'y replonger, jusqu'à ce que je lise le tome 1 de Susan Hopper. J'ai eu subitement envie d'une autre lecture jeunesse et c'est tout naturellement que je me tournais vers la jeune Gracieuse.
« Oksa et les Sauve-qui-Peut sont de retour dans la maison londonienne des Pollock, au grand soulagement des refoulés. Mais Orthon et ses fils se sont glissés parmi eux lors de la traversée du portail d'Edefia. Alors que les Sauve-qui-Peut entreprennent de soigner Gus et Marie en danger de mort, Orthon met en place une véritable armée sur une plate-forme au large du Groenland. Son but : infiltrer les principaux gouvernements pour prendre le pouvoir par la manipulation, le chantage et la soumission psychologique. Parallèlement, dans sa mégalomanie, il utilise à sa guise son fils biologique, Tugdual. Déterminée comme jamais, Oksa va se lancer dans cette redoutable aventure, alors que son coeur est soumis à rude épreuve, partagé entre l'espoir de sauver Tugdual et l'évolution de ses sentiments envers Gus. »
Comme d'habitude, je me suis facilement laissée entraîner dans cet univers. J'ai aimé retrouver Oksa et les Sauve-qui-Peut, mais surtout les Refoulés qui n'avaient pas pu traverser le portail d'Edefia et étaient donc retournés à Londres, dans l'espoir que leurs proches reviendraient. Quand la jeune Gracieuse et ses compagnons sont de retour, c'est un monde dévasté qui essaye de se reconstruire qu'ils retrouvent. Leurs proches sont épuisés et font du mieux qu'ils peuvent pour survivre. Oksa, bouleversée par la trahison de Tugdual et fortement agacée par la relation qui unit Kukka et Gus, va finalement se rapprocher de celui qui l'aime depuis toujours. J'ai apprécié ce côté du roman, Gus et Oksa sont plus matures et les auteurs ont parfaitement retranscrit les envies et les sentiments des jeunes adultes qu'ils sont devenus.
De leur côté, Orthon et ses fils mettent à exécution les plans du psychopathe en faisant évader de grands criminels au QI sur-développé afin de contrôler l'économie mondiale. Cet aspect de l'histoire est intéressant, Orthon est un fou, un vrai, et il n'hésite pas à tuer, manipuler et punir pour arriver à ses fins. Tugdual va -malgré lui, j'ai l'impression- participer aux plans machiavéliques de son père et Oksa va tout faire pour essayer de le sauver.
Ce cinquième tome est plus sombre, plus mature et m'a donné envie de lire rapidement la suite.
Note globale : 15/20
Lien : http://altervorace.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Colibrille
  03 avril 2014
Quel bonheur de lire ce cinquième tome ! Comme dirait le Foldingot d'Oksa: " La lecture rencontre le ravissement du coeur !" L'intrigue gagne à nouveau en intensité et s'assombrit à mesure qu'Orthon étend son emprise sur le monde. À travers la mégalomanie d'Orthon, les auteurs exposent les multiples dérives de l'humanité, l'incontrôlable soif de pouvoir de l'homme et les terribles ravages qu'elle entraîne. Anne Plichota et Cendrine Wolf donnent une nouvelle dimension à leur roman.
En ce qui concerne Oksa, son comportement évolue enfin. Moins égoïste, elle prend conscience des responsabilités et devoirs qui lui incombent. Même si elle reste butée et impulsive, la jeune fille gagne en maturité. La trahison de Tugdual et les retrouvailles avec Gus ne sont pas pour rien dans sa transformation. Tandis qu'elle réfléchit aux sentiments qu'elle nourrit pour Tugdual, Oksa réalise que ce qu'elle éprouve pour Gus est bien plus que de l'amitié. Enfin ! Il était temps ! Après toutes les douloureuses épreuves qu'elle a fait traverser à Gus, je doute d'Oksa mérite un garçon aussi fidèle et courageux que lui. Néanmoins, je me réjouis pour eux et savoure les quelques moments d'intimité qu'ils partagent dans ce tome. Espérons que les auteurs ne décideront pas d'organiser le come-back d'un Tugdual libéré de l'emprise de son père et désireux de regagner l'amour d'Oksa. Quoique, cela pourrait donner du piment à l'intrigue, à condition qu'Oksa n'agissent pas comme une girouette et change encore de petit ami…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mariedumont29
  01 décembre 2012
j'ai trouvé ce tome fascinant.... dans ce livre on redécouvre Oksa plus mature, ce qui m'a beaucoup plus. Mais aussi le rapprochement entre Gus et Oksa qui elle essaie d'effacer la trahison de Tugdual . J'ai aussi aimé la fin de ce tome et la rencontre avec Tugdual que j'ai trouvé si émouvante. Par contre a pars pour le concert du siècle ou je ne m'attendait pas du tout a ce que Tugdual saute dans le vide et que des milliers de gens le suivent, j'aurais aimé qu'il y ait plus d'action. J'ai été dessus qu'ils ne retournent pas a Edéfia j'espère qu'ils y retourneront dans le tome suivant
j'attendait la sortie de ce tome avec impatience et je ne suis pas dessus car j'ai ressenti beaucoup plus d'émotions que dans les tomes précédents et j'ai été tout simplement été transportée par ce livre
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
monaplun29monaplun29   21 janvier 2013
-Oksa...Qu'est-ce que...Qu'est-ce que tu as fait ? bredouilla Gus.Tu l'a...Pourquoi?
Agenouillée auprès de Tugdual, Oksa se retourna.
-Mais non, Gus, je ne l'ai pas tué ! fit-elle d'u ton rassurant.Si je devais tuer quelqu'un, ce ne serait pas lui...Je lui ai seulement lancé une Granok de Gom-Souvenance.
-Attend...Gom-Souvenance ?Ta grand-mère s'en était servie sur des policiers de Scotland Yard, non ?Ceux qui enquêtaient a propos de la mort de Peter Carter et de Lucas Williams !Elle les avaient orientés sur une piste complètement hallucinante.
-Tout juste !Et comme maintenant, je suis une vraie Gracieuse, je peux l' utilisée en combinaison avec mon dont de Fourre- Pensée!
-Et ...tu compte faire quoi exactement ?
Oksa inspira à fond , dépitée et pourtant pleine d'espoir .
Elle baissa la tête , regarda Tugdual , puis Gus à nouveau.
-Tu vas mettre dans la tète de ton corbeau gothique des idées positives qui le ramèneront à la raison... répondit le garçon à sa propre question .
-Le résultat n'est pas garanti, mais ça vaut la peine d'essayer, non ?murmura Oksa d'une voix oppressé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
JeannepeJeannepe   26 décembre 2016
Alors que la Rêvolerie demandait un certain abandon, le Camérœil, au contraire, exigeait une grande concentration et Oksa s’avouait terrifiée à l’idée de se tromper de souvenirs. Et si elle montrait des choses qui n’appartenaient qu’à elle ? Des parties de son jardin secret ? Réceptif, son Foldingot s’approcha et lui souffla discrètement à l’oreille :

– La domesticité de ma Gracieuse fait la recommandation de l’absorption d’un Capaciteur nommé Excelsior pour faire l’évitement d’une divagation de sa mémoire…

Ces mots dits, il ouvrit la paume de sa main grassouillette au cœur de laquelle se trouvait une gélule nacrée. Oksa s’en saisit en opinant de la tête.

– Tu as tout a fait raison…

Et pendant que son père et Abakoum tendaient un drap blanc sur le mur, elle s’empressa d’avaler le Capaciteur au singulier goût de terre, s’installa au centre du salon et fixa l’écran improvisé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Aurore666Aurore666   30 novembre 2016
Il ne fallut qu'une dizaine de secondes pour que les premières images apparaissent. Oksa les sentit littéralement sortir d'elle, puissantes et chargées de vie.

Les Refoulés furent les premiers à réagir. La main sur la bouche, ou bien les doigts crispés sur les accoudoirs de leur fauteuil, ils prenaient de plein fouet le spectacle de désolation qu'offrit Du-Mille-Yeux. Les traces de la terrible bataille ayant opposé les partisans de la Gracieuse Oksa à ceux d'Ocious, l'ancien cicérone tué et remplacé par son fils Orthon, crevaient les yeux et le coeur de ceux qui en étaient les témoins impuissants, groupés autour d'Oksa dans le salon.

Sur fond de décor de fin de guerre, des corps étaient alignés dans l'herbe poussiéreuse: Abominaris, Chiroptères Tête-De-Mort, serpents-zèbres, rhinocéros bleus, tigres aux dents de sabre... Mais aussi des Gétorix, des Merlicoquettes, quelques Insuffisants, tous fauchés en pleine lutte. Plusieurs personnes prenaient une à une les créatures défuntes pour les enterrer avec un respect égal, qu'elles aient été dans le clan Gracieux ou Félon. Le cimetière était vaste, déjà hérissé d'innombrables stèles, simples pierres plates sous lesquelles reposaient les corps des humains ayant perdu la vie lors du Nouveau Chaos. Oksa ne put retenir un frisson en revoyant ces images. En plein coeur de l'action, impossible de voir que tant de gens étaient morts. C'est en rêvolant que cette réalité lui était apparue dans toute sa cruauté et avait provoqué une explosion à l'intérieur de son esprit, de sa conscience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Draven-BanaDraven-Bana   11 novembre 2014
Il n'existe pas qu'une seule réalité, mais une multitude. Nous avons chacun la nôtre et un même évènement peut être vu, ressenti, vécu d'autant de façons qu'il y a de personnes. Ces différences, infimes nuances parfois, peuvent ne rien changer. Elle peuvent aussi engendrer des gouffres et séparer ceux qui s'aiment, surtout quand elles reposent sur un insupportable secret.Personne n'est réellement ce qu'il a l'air d'être. Pourtant, on veut tous être perçus, estimés, aimés pour ce que l'on est. Et tout au long de notre vie, on avance avec cette contradiction tapie en nous. On veut être quelqu'un de bien, alors on fait semblant de camoufler nos propres secrets, nos faiblesses inavouables, nos petites lâchetés du quotidien. La plupart des gens ne s'en rendent même pas compte. Ils croient être honnêtes, vrais, sincères avec eux-mêmes comme avec les autres. Sans doute préfèrent-ils rester aveugles. C'est plus facile. Ca fait moins mal.Ils allaient tous quitter un monde qu'ils aimaient, mais chacun d'eux s'apprêtait à retrouver des êtres qui lui manquaient tant... Et l'essentiel émergeait avec une évidence crainte : peu importait le monde dans lequel on vivait. Etre aux côtés de ceux qu'on aime, voilà ce qui comptait vraiment dans la vie !Et la vie se construisait ainsi, sans possibilité de retour en arrière, dessinant un chemin unique et personnel.Souffrait-on moins quand on n'était pas seul? Oksa s'était souvent posé la question, mais n'avait jamais trouvé la réponse. Il lui semblait juste que c'était moins dur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
candice42640candice42640   20 janvier 2013
J'ai beaucoup aimé ce cinquième tome. C'est, pour moi, le meilleur des cinq. Je l'ai dévoré en 3 jours, dès que j'avais du temps, je le lisais.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Anne Plichota (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Plichota
LES C?URS AIMANTS Une romance new adult par Anne Plichota & Cendrine Wolf ? http://bit.ly/coeursaimants
LIRE UN EXTRAIT ? http://bit.ly/coeurs-extrait
ACHETER LE LIVRE ? Version papier : http://bit.ly/coeurs-papier ? Version e-book : http://bit.ly/coeurs-ebook
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Avez vous bien lu

Pour qui Oksa craque t'elle?

Pour Tugtual
Pour Gus
Pour Olof

5 questions
110 lecteurs ont répondu
Thème : Oksa Pollock, Tome 3 : Le coeur des deux mondes de Anne PlichotaCréer un quiz sur ce livre