AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782707150141
154 pages
Éditeur : La Découverte (15/09/2006)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Vache folle, eau potable polluée par l'azote et les pesticides, inondations aggravées par l'arrache des haies, campagnes vides, production privilégiant la quantité plutôt que la qualité... : le bilan de l'agriculture productiviste est lourd. La solution ? Changer de modèle technique et, pour cela, vulgariser d'autres modes de production et réformer la politique agricole.
Avec la verve qu'on lui connaît, André Pochon dénonce ici avec vigueur les erreurs techni... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ErnestLONDON
  21 octobre 2016
Si les progrès des sciences et techniques ont permis d'éradiquer famines et épidémies, de prolonger l'espérance de vie, dans le même temps d'autres menaces sont apparues. Dans les années à venir, il faudra relever les défis environnemental, énergétique, de l'indépendance et de la sécurité alimentaire. Si l'industrie, les administrations, les ménages sont bien entendu concernés, l'agriculture est au coeur de cet enjeu.
Déjà à la fin des années 50, on sait comment produire des éléments sains et de qualité, en préservant l'environnement, avec une forte valeur ajouté. le productivisme qui a suivi a conduit l'agriculture dans une impasse : produire toujours plus en rejetant sur d'autres le coût des nuisances. Mais tout n'est pas perdu. André Pochon prône un retour aux règles agronomiques fondamentales, au bon sens.
Article complet sur le blog de la Bibliothèque Fahrenheit 451.
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
Commenter  J’apprécie          20
JulienDjeuks
  30 juin 2020
Explication historique limpide de la prise de pouvoir des industriels, de quelques scandales comme la vache folle. André Pochon insiste immédiatement sur le fait que le productivité ne vient pas de l'industrie mais de techniques et d'organisations qui existaient avant celle-ci. Il laisse l'image d'un immense gâchis et surtout l'impression que les paysans se sont fait entuber, tout comme la société entière, par ces industriels qui ont créé des techniques et des besoins inutiles, de plus en plus, pour grossir un secteur industriel qui brille de son dynamisme au détriment de la plus grande partie de la société, de campagnes vides... qui a la mainmise sur la production et la consommation, qui a trop de pouvoir pour être dévié politiquement, qui se fait passer pour le sauveur d'une démographie oppressante et affamée, quand elle ne fait qu'empoisonner, appauvrir et déséquilibrer toute une société qu'elle envoie droit dans le mur...
La supercherie paraît énorme, l'aberration du système évidente, les solutions simples et pourtant... L'auteur se veut positif mais ne parvient au final qu'à horrifier et révolter un peu plus, pas forcément à initier un nouveau mouvement.
Lien : https://leluronum.art.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JulienDjeuksJulienDjeuks   30 juin 2020
Sans parler des tempêtes, des inondations, dont la violence a été aggravée par l'arasage intempestif des talus et des haies, par les terres nues entre deux récoltes de maïs-fourrage, par les drainages des zones humides. Ces paysages saccagés sont les tristes symboles de cette démesure agricole. Et c'est aussi notre cadre de vie, qui fait notre joie de vivre, qui est ainsi brisé. L'agriculteur, façonneur et gardien du paysage au cours des siècles passés, en est devenu le principal destructeur, encouragé et subventionné pour accomplir ce forfait. Parfois de façon invisible : la terre nourricière, sa terre, est en sursis, à cause de la disparition de l'humus dans les zones de grande culture spécialisée, à cause de l'accumulation des métaux lourds comme le zinc ou le cuivre contenus dans les lisiers, à cause de l'accumulation des phosphates aussi. Où est passé ce bon sens paysan qui faisait entretenir ce patrimoine en – bon père de famille - ? L'eau, la terre, l'air dégradés par l'agriculture industrielle, c'est l'équilibre géologique ancestral qui est rompu par des techniques brutales qui ont fait fi des lois agronomiques les plus élémentaires. Tout cela signe la faillite du système au plan environnemental.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ErnestLONDONErnestLONDON   08 novembre 2017
La vache est un animal extraordinaire, elle a une barre de coupe à l’avant et un épandeur à l’arrière.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : agricultureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
125 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre