AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782221084113
302 pages
Robert Laffont (11/05/1999)
3.78/5   30 notes
Résumé :
Depuis "Des grives aux loups" à "L'appel des engoulevents", les Vialhe, paysans corréziens, sont entrés dans le paysage sentimental de la France rurale. Pendant des siècles, du néolithique à l'agronomie triomphante des années 50, ces hommes et ces femmes, par leur labeur, leur intelligence et leur fidélité au sol natal, ont construit et maintenu un espace à leur mesure. Ils ont fait de leur territoire, et au-delà de leur pays, le plus beau jardin nourricier du monde... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique

1er livre de Claude Michelet que je lis (et peut-être le dernier ?). Intéressé par le sujet et curieux de voir comment il décrit la longue histoire des paysans en 370 pages. La forme est intéressante : des présentations des différentes périodes puis une histoire, une tranche de vie de personnages censée rendre plus concrète la vie des paysans. Intéressant et plutôt plaisant à lire. Michelet s'est documenté dans nombre de livres d'historiens (dont Georges Duby). J'ai trouvé que son style n'avait guère de défauts.. mais je n'y ai pas non plus trouvé de charme.

Un (gros) bémol : la lettre, à la fin, du grand-père, censé être écrite en 1985 (mais le livre est paru 10 ans plus tard, 2 ans avant la parution du dernier tome de la saga familiale à succès (Des Grives aux Loups etc.. qui se passe à Saint-Libéral, nom d'une chapelle de Brive-la-Gaillarde, nom choisi par Cl. Michelet et qui, en alliant la Religion et une idéologie économique, est peut-être révélateur de l'opinion de l'auteur), famille dont ce grand-père fait partie (les Vialhe). Cette lettre est celle d'un homme déçu et en colère (comme Claude Michelet ?) qui concentre tous les coups de gueule - voire les haines - entendus ça et là dans "le monde paysan" (guillemets car ce monde est loin d'être homogène, entre, schématiquement, l'omniprésente FNSEA productiviste, de droite, et la Confédération Paysanne, écologiste et de gauche). le personnage fustige les "bureaucrates de Bruxelles", la PAC etc, en omettant de dire certaines vérités : passage express sur le "remembrement", aucune critique du Crédit Agricole (qui a poussé les paysans - pardon, les "agriculteurs" - à s'endetter puis les a trop souvent lâché quand ça allait mal, oubli de dire qu'il y aussi des "exploitants" avides et cupides (la richesse des grands éleveurs de porcs à la fin des années 80..), omission sur l'absence de questionnement sur les effets des produits chimiques pour "exploiter la terre au maximum" etc.. Bref j'ai trouvé que ce laïus était partiel et partial, caricatural, simplificateur et disons-le assez nauséabond (toujours le même argument utilisé aujourd'hui : "on nous a demandé de nourrir les gens". C'est vrai mais ça n'excuse pas tout). Et je ne suis pas loin de supposer que c'est proche des idées personnelles de l'auteur, qui a un caractère bien trempé, " s'en fout de se faire des ennemis" et n'a pas l'air de se poser beaucoup de questions sur ce qui a été fait après guerre, comme s'il se laissait entrainer par son conscience du fait que les paysans ont énormément souffert au long de l'Histoire (ce qui est vrai et Claude Michelet le redit bien, après Duby etc) et qu'ils étaient forcément toujours les dindons de la farce organisée par des intellos et des politiques qui n'y connaissent rien. J'ai peut-être tord mais d'après ce que j'ai compris, ça n'est pas si simple que cela (les agriculteurs seraient toujours des victimes).

Du coup, cela ne me donne pas trop envie de lire les succès d'un écriveur (c'est le terme qu'il préfère à "écrivain", trop "intello" sans doute) qui me semble assez réactionnaire, conservateur et finalement malhonnête face à la vérité de la réalité.

Commenter  J’apprécie          01

Ce livre, très intéressant, décrit l'histoire du monde paysan.

Les parties documentées sur es débuts de l'agriculture, puis son évolution, sont les plus passionnantes. On y retrouve les grands progrès, les grandes crises, et enfin, les mesures du XXe siècle, qui n'ont fait qu'instaurer les difficultés actuelles.

Seule la dernière partie, surtout le discours tenu, m'a un peu dérangé.

Pour ce qui est de la partie romancée, c'est agréable à lire, mais pas transcendant.

Bon moment de lecture. A partager sans modération. A relire, peut-être.

Commenter  J’apprécie          70

J'ai mis quelques mois pour lire ce livre. Mi fiction, mi cours d'histoire de l'agriculture. Alors évidemment c'est parfois un peu répétitif, mais cela reste très intéressant.

La partie documentaire était peut-être un peu légère à mon goût.

L'avantage de ce type d'ouvrage, c'est qu'il n'est pas nécessaire de le lire d'une traite. Et d'ailleurs je ne me suis pas privée pour faire de longue pause.

Commenter  J’apprécie          50

Un livre que j'ai lu il y a plusieurs années, et que j'ai adoré. Ce livre m'a ouvert les yeux sur ce qu'était, ce qu'est la vie de paysan, d'agriculteur, de fermier.

Tellement actuel. Ce livre m'a donné une vision lucide du métier d'agriculteur. Et j'ai beaucoup de respect pour eux!

Commenter  J’apprécie          60

Une fabuleuse épopée de la paysannerie française et internationale racontée par le dernier des Vialhe du village de St Libéral (Corrèze) à son petit fils pour que le souvenir demeure.

Une fresque vivante des conditions de vie, sous la forme de 17 récits qui se déroulent à travers les siècles, et nous parlent des croisades, des guerres, de la famine omniprésente, des maladies, de l'exode vers les villes et de tout ce qui a contribué à faire évoluer l'agriculture.

Mais au regard de ces histoires dont les protagonistes nous émeuvent, l'auteur évoque, essentiellement, le dur labeur des hommes, des femmes, des enfants, pour la conquête d'un sol plus fertile afin d'endiguer définitivement la faim qui taraude plus souvent qu'il ne le faut, les pauvres estomacs.

Un livre passionnant qui nous plonge dans nos racines.

Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation

Car pour eux, qu'elles soient amies ou ennemies, les troupes ne sont jamais les bienvenues. Les soldats, quels que soient leurs bannières ou le nom de celui qui les commande, roi ou chef de bande, c'est toujours un ramassis de pillards, de voleurs, de soudards, de bons à rien. Les armées, française ou anglaise, ce sont ces cohortes d'affamés qui se servent au hasard de leur avance, dont les hommes égorgent les troupeaux, pillent les réserves, traquent les femmes, et dont les chevaux vont paître dans le blé en herbe ! Et quand une bataille est perdue, ce sont, pour les vaincus, de nouveaux impôts qu'il faut créer ou augmenter, gabelle, maltôtes, fouages, dîmes, pour engager et payer des troupes neuves qui, demain, viendront à leur tour saccager les campagnes !

Commenter  J’apprécie          50

Puis vint un jour où, pour nous remercier d'avoir trop bien réussi, on nous menaça d'amendes sévères si nous dépassions les quotas imposés. Bref, on nous incita fermement à oublier que le premier rôle et le premier devoir d'un agriculteur est de faire rendre son maximum à la terre dont il a la charge.

Commenter  J’apprécie          50

Enfin, comment auraient-ils su, dans leur majorité, ces pauvres bougres d'ouvriers de la terre, confinés dans leur région et souvent sans autorisation d'en sortir, qu'il se levait, cà et là, une nouvelle religion proclamant l'existence d'un Dieu unique, infiniment bon et miséricordieux ; un Dieu si parfait que ses adeptes allaient jusqu'à se laisser martyriser gaiement, persuadés qu'ils étaient d'atteindre ainsi la vie éternelle !

Tout ce qu'ils devaient savoir eux, ces paysans, ces ignorants, tapis dans leurs huttes, au tréfonds des provinces, c'est que ceux et celles qui ne travaillaient pas du lever au coucher du soleil n'avaient aucune chance d'apaiser leur faim et celle de leurs enfants.

Commenter  J’apprécie          10

Puis un jour, énormes progrès, alors qu'ils se révélaient déjà et depuis longtemps excellents peintres - bien meilleurs que nombre de nos barbouilleurs contemporains - quelques-uns d'entre eux, vers 7000 avant notre ère, sans doute dans un but de gardiennage et aussi pour rendre la chasse moins fatiguante et plus fructueuse, domestiquèrent les premiers chiens, lesquels, depuis longtemps, rôdaient autour des campagnes.

Mais des chiens sans moutons à surveiller, ça devient vite paresseux, donc nourris à perte et, en ces temps, les bouches inutiles étaient peu prisées. Il était donc logique d'entreprendre d'apprivoiser les moutons et de confier aux chiens le soin de les garder ; ce fut fait vers le sixième millénaire.

Commenter  J’apprécie          00

Tout aurait donc pu aller au mieux et dans la bonne direction, si les hommes, une fois de plus, n'étaient intervenus pour tout détruire.

Des hommes qui, il faut le rappeler, furent d'abord représentés par une femme, Aliénor d'Aquitaine qui, pour notre malheur, estima qu'un Anglais était meilleur amant qu'un Français ! Admettons, tout le monde a le droit à l'erreur.

Commenter  J’apprécie          00

Video de Claude Michelet (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Michelet
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Elizabeth II (nouvelle édition jubilé de platine) de Jean des Cars aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/elizabeth-ii.html • Des grives aux loups de Claude Michelet aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/des-grives-aux-loups-tome-1-vol01.html • Guerre de Louis-Ferdinand Céline et Pascal Fouché aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/guerre.html • Mort à crédit de Louis-Ferdinand Céline aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/mort-a-credit.html • Les Douces Choses de Alice Dekker aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/les-douces-choses.html • L'ami impossible: Une jeunesse avec Xavier Dupont de Ligonnès de Bruno de Stabenrath aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/l-ami-impossible-une-jeunesse-avec-xavier-dupont-de-ligonnes.html • La robe de Jérôme de Verdière aux éditions Cherche Midi https://www.lagriffenoire.com/la-robe.html • le Serment sur la moustache de Samuel Piquet aux éditions de l'Observatoire https://www.lagriffenoire.com/le-serment-sur-la-moustache.html • Nos âmes au diable de Jérôme Camut et Nathalie Hug aux éditions Fleuve Noir https://www.lagriffenoire.com/nos-ames-au-diable.html • Comme un enchantement de Nathalie Hug aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/comme-un-enchantement.html • Zéro viande zéro poisson de Jean-François Piège aux éditions Hachette Pratique https://www.lagriffenoire.com/zero-viande-zero-poisson-plus-de-50-recettes-veggie-et-gourmandes-qui-ont-fait-leurs-preuves.html • Ma double vie avec Chagall de Caroline Grimm aux éditions Héloïse d'Ormesson https://www.lagriffenoire.com/ma-double-vie-avec-chagall.html • Une princesse modèle de David Brunat aux éditions Héloïse d'Ormesson https://www.lagriffenoire.com/une-princesse-modele.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionsperrin #editions Pocket #editionsgallimard #editionsfolio #editionscherchemidi #editionsdelobserva
+ Lire la suite
autres livres classés : agricultureVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus