AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221084113
302 pages
Éditeur : Robert Laffont (11/05/1999)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Depuis "Des grives aux loups" à "L'appel des engoulevents", les Vialhe, paysans corréziens, sont entrés dans le paysage sentimental de la France rurale. Pendant des siècles, du néolithique à l'agronomie triomphante des années 50, ces hommes et ces femmes, par leur labeur, leur intelligence et leur fidélité au sol natal, ont construit et maintenu un espace à leur mesure. Ils ont fait de leur territoire, et au-delà de leur pays, le plus beau jardin nourricier du monde... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
MarcoKerma
  06 janvier 2021
1er livre de Claude Michelet que je lis (et peut-être le dernier ?). Intéressé par le sujet et curieux de voir comment il décrit la longue histoire des paysans en 370 pages. La forme est intéressante : des présentations des différentes périodes puis une histoire, une tranche de vie de personnages censée rendre plus concrète la vie des paysans. Intéressant et plutôt plaisant à lire. Michelet s'est documenté dans nombre de livres d'historiens (dont Georges Duby). J'ai trouvé que son style n'avait guère de défauts.. mais je n'y ai pas non plus trouvé de charme.
Un (gros) bémol : la lettre, à la fin, du grand-père, censé être écrite en 1985 (mais le livre est paru 10 ans plus tard, 2 ans avant la parution du dernier tome de la saga familiale à succès (Des Grives aux Loups etc.. qui se passe à Saint-Libéral, nom d'une chapelle de Brive-la-Gaillarde, nom choisi par Cl. Michelet et qui, en alliant la Religion et une idéologie économique, est peut-être révélateur de l'opinion de l'auteur), famille dont ce grand-père fait partie (les Vialhe). Cette lettre est celle d'un homme déçu et en colère (comme Claude Michelet ?) qui concentre tous les coups de gueule - voire les haines - entendus ça et là dans "le monde paysan" (guillemets car ce monde est loin d'être homogène, entre, schématiquement, l'omniprésente FNSEA productiviste, de droite, et la Confédération Paysanne, écologiste et de gauche). le personnage fustige les "bureaucrates de Bruxelles", la PAC etc, en omettant de dire certaines vérités : passage express sur le "remembrement", aucune critique du Crédit Agricole (qui a poussé les paysans - pardon, les "agriculteurs" - à s'endetter puis les a trop souvent lâché quand ça allait mal, oubli de dire qu'il y aussi des "exploitants" avides et cupides (la richesse des grands éleveurs de porcs à la fin des années 80..), omission sur l'absence de questionnement sur les effets des produits chimiques pour "exploiter la terre au maximum" etc.. Bref j'ai trouvé que ce laïus était partiel et partial, caricatural, simplificateur et disons-le assez nauséabond (toujours le même argument utilisé aujourd'hui : "on nous a demandé de nourrir les gens". C'est vrai mais ça n'excuse pas tout). Et je ne suis pas loin de supposer que c'est proche des idées personnelles de l'auteur, qui a un caractère bien trempé, " s'en fout de se faire des ennemis" et n'a pas l'air de se poser beaucoup de questions sur ce qui a été fait après guerre, comme s'il se laissait entrainer par son conscience du fait que les paysans ont énormément souffert au long de l'Histoire (ce qui est vrai et Claude Michelet le redit bien, après Duby etc) et qu'ils étaient forcément toujours les dindons de la farce organisée par des intellos et des politiques qui n'y connaissent rien. J'ai peut-être tord mais d'après ce que j'ai compris, ça n'est pas si simple que cela (les agriculteurs seraient toujours des victimes).
Du coup, cela ne me donne pas trop envie de lire les succès d'un écriveur (c'est le terme qu'il préfère à "écrivain", trop "intello" sans doute) qui me semble assez réactionnaire, conservateur et finalement malhonnête face à la vérité de la réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
badpx
  13 octobre 2020
J'ai mis quelques mois pour lire ce livre. Mi fiction, mi cours d'histoire de l'agriculture. Alors évidemment c'est parfois un peu répétitif, mais cela reste très intéressant.
La partie documentaire était peut-être un peu légère à mon goût.
L'avantage de ce type d'ouvrage, c'est qu'il n'est pas nécessaire de le lire d'une traite. Et d'ailleurs je ne me suis pas privée pour faire de longue pause.
Commenter  J’apprécie          50
Canasuc
  31 juillet 2015
Un livre que j'ai lu il y a plusieurs années, et que j'ai adoré. Ce livre m'a ouvert les yeux sur ce qu'était, ce qu'est la vie de paysan, d'agriculteur, de fermier.
Tellement actuel. Ce livre m'a donné une vision lucide du métier d'agriculteur. Et j'ai beaucoup de respect pour eux!
Commenter  J’apprécie          60
steph5977
  19 juillet 2020
A travers ce livre on découvre l'histoire de l'agriculture et de ses paysans de la préhistoire jusqu'aux années 60. Ses progrès, les catastrophes, les famines, les guerres qui de tous temps ont bouleversé la vie de nos campagnes. Très instructif et malgré tout distrayant, chaque chapitre est découpé dans un premier temps par un récit explicatif sur la période historique concernée et ensuite illustré par une nouvelle. Les chapitres sont courts ce qui évite toute lassitude, et surtout l'éciture est très accessible.
Commenter  J’apprécie          20


Video de Claude Michelet (2) Voir plusAjouter une vidéo

Des romans de la rentrée
Emission consacrée aux romans de l'été qui réunit sur le plateau de Bernard PIVOT plusieurs auteurs. Nella BIELSKY pour "Si belles et fraîches étaient les roses" elle évoque l'intrigue de son roman (Odessa 1918), sa vie en France, depuis qu'elle a quitté l'URSS Claude MICHELET, pour "Les palombes ne passeront plus" (la suite des"grives aux loups), la vie d'une famille dans un petit...
autres livres classés : agricultureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox