AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782890378339
Québec Amérique (25/10/2006)
4.02/5   23 notes
Résumé :
Sa mère morte, Sara habite Toronto avec son père et sa belle-mère. Elle suit des cours d'art dramatique et s'adapte plutôt bien à sa nouvelle vie. Elle retourne à Montréal où elle a été acceptée au conservatoire. Plus de trois années se sont écoulées. Greta et elle habitent ensemble et décident d'inviter leurs amis à pendre la crémaillère. Sara renoue avec Lena, Mandoline et les autres dont Emmanuel qui fut son meilleur copain.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Cielvariable
  17 février 2014
Merveilleuse suite et très belle histoire d'amour.
Commenter  J’apprécie          30
mpasb21
  20 septembre 2020
Malgré la rapidité du style jeunesse, on a droit à des thématiques beaucoup plus matures puisque Sara a maintenant 18-19 ans. C'est intéressant de la suivre dans son parcours professionnel. C'est aussi très difficile pour Sara les relations interpersonnelles puisqu'elle a vécu beaucoup de choses très difficiles pendant son enfance. Y'a un bon revirement de situation vers la fin, j'ai hâte de voir où ça va mener dans le dernier tome. le passage sur les ravages de la drogue et la prostitution est poignant.
Lien : https://youtu.be/OMF0goAKN6E
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   26 février 2013
Sara, ma chère fille,
Lorsque tu écouteras cette cassette, je serai déjà partie. J'aurais voulu te parler en face, mais je n'en ai pas eu le courage ni la force. Pour la femme orgueilleuse que je suis, c'est difficile de l'admettre.
Excuse mon hésitation. Je cherche mes mots. Je ne suis pas une championne en démonstration de tendresse... mais aujourd'hui je ne veux pas passer à côté de cet élan qui me pousse à t'exprimer tout ce que j'aurais voulu pouvoir te dire depuis toutes ces années.
Tout d'abord, je dois t'avouer que je ne me suis jamais sentie à la hauteur dans mon rôle de mère. J'ai toujours eu l'impression que les femmes que je connaissais savaient naturellement comment s'y prendre avec leurs enfants, tandis que moi je tâtonnais, sans jamais être certaine de faire ce qu'il fallait avec toi.
Quand j'étais enfant, puis adolescente, je savais où je m'en allais dans la vie. En fait, je l'ai toujours su, sauf avec toi... et avec ton père. Ce n'est pas peu, je te l'accorde. C'est curieux, mais je ne me sens plus autant rongée par les remords et les regrets. Je suis trop fatiguée pour me taper sur la tête et trop occupée à préparer mon départ. Je viens de mettre de l'ordre dans mes papiers et mes effets personnels. Pendant que j'effectuais ce rangement, j'ai senti l'urgence d'en faire de même avec toi. Alors que je ressens très fort le désir, et la difficulté, de me rapprocher de ma fille, je sens aussi fortement le manque de ma mère, cette femme que je n'ai pas connue et à qui j'en ai tellement voulu d'être morte si jeune. Lorsque tu étais dans mon ventre, à peine grosse comme une graine de fleur, je t'avais juré de t'aimer doublement, de te donner tout ce que ma mère n'avait pas eu la chance de me donner. Je t'ai donné ce que j'ai pu.
Depuis quand, ma belle, est-ce que je t'ai dit simplement que je t'aimais? C'était si facile avant... Avant que tu quittes la maison, déterminée comme je l'avais été, pour t'en aller, sûre de toi, à la maternelle. T'en souviens-tu, Sara?
Tu commençais à peine ta vie de petite fille que j'avais déjà du mal à te serrer dans mes bras et à t'embrasser. Et je ne réussis pas davantage à faire les pas vers toi, autrement qu'en cachette, avec ce magnétophone. Au moins je sais que tu m'entendras un jour, et cela me console.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CielvariableCielvariable   16 mars 2016
J'ai fini par aller m'asseoir sur le banc du piano. Je suis restée là, je ne sais pas combien de temps. J'entendais dans ma tête un certain air de Chopin que ma mère aimait beaucoup. J'ai soulevé le couvercle. Mes main se sont placées sur le clavier, puis ont fient de jouer le prélude. Je revoyais maman sourire. Tout à coup, mes doigts se sont enfoncés pour de vrai, comme s'ils avaient voulu tirer la musique hors de moi. Ils s'accrochaient dans les fausses notes, mais ce n'était pas grave.
J'ai dit: "C'est pour toi, maman."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   26 février 2013
«En définitive, nous devons nous préoccuper de ce qui crée le bonheur s'il est vrai
qu'avec lui nous possédons tout, et que sans lui nous faisons tout pour l'obtenir.»
Épicure, Lettre sur le bonheur
Commenter  J’apprécie          60
CielvariableCielvariable   01 avril 2018
je sens aussi fortement le manque de ma mère, cette femme que je n’ai pas connue et à qui j’en ai tellement voulu d’être morte si jeune.
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   01 avril 2018
Ma belle, quand est-ce que je t’ai dit simplement que je t’aimais? C’était si facile avant...
Commenter  J’apprécie          10

Video de Anique Poitras (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anique Poitras
Québec en toutes lettres - Oeuvres de chair avec Anique Poitras
autres livres classés : adolescentesVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4518 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre