AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842190009
Éditeur : La Baleine (19/05/1998)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 242 notes)
Résumé :
L'horreur! A l'état pur!
Deux adolescents menottés à des rails.
Leurs yeux grands ouverts, leurs bouches qui hurlent, les phares du train qui approche dans un grondement assourdissant et les roues qui s'immobilisent cent mètres trop loin ...
Suicide?
Le Poulpe n'y croit pas.
Il veut y voir de plus près ...
Comprendre aussi qui sont ces types qui l'attendent en ricanant pour le balancer du haut d'une falaise.
Tirer dan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Enki
  08 juin 2014
Faut-il encore présenter le poulpe ? Cet animal, ou plutôt ce céphalopode biturique, se caractérise par ses longs membres et sa grande intelligence. le mot « poulpe » vient du grec polypous, qui signifie « plusieurs pieds ». Il est réintroduit en 1995 dans la langue française par Jean-Bernard Pouy dans son roman La petite écuyère a cafté.
Doublant sa vessie presque toutes les trois heures à l'apéro le poulpe est doté d'un féroce appétit. Surtout friand de bières belges, il ne dédaigne cependant pas une petite stout de temps à autre. La bouche qui s'ouvre entre les tentacules, laisse paraître un gosier souvent raviné par la soif. En matière de reproduction, la copulation du poulpe peut durer de une à plusieurs heures.
Grâce à l'homochromie et de faux papiers l'animal peut changer la couleur et la structure de sa peau en fonction de son humeur et de son environnement immédiat. le poulpe fait preuve d'une intelligence étonnante pour un invertébré. Il serait capable de déduction, de mémorisation et d'apprentissage. Il n'hésite pas pour parfaire ses déguisements à ingérer quelques extraits d'encyclopédies pour donner le change, le cas échéant. En temps normal, il chasse en se déplaçant plutôt au ras du sol, qu'il effleure à peine de la pointe de ses tentacules. Naviguant dans les bas-fonds sans jamais se laisser corrompre, il cherche à confondre l'être humain dans ses penchants les plus sordides.
L'animal peut malgré tout entretenir une relation amicale avec l'homme. Il arrive qu'il tienne compagnie et même jouent avec des plongeurs, des barmans et peut pousser le vice jusqu'à côtoyer des dessalées, pour reprendre Artistide Bruant qui nomme ainsi les dames de petite vertu.
En gastronomie, s'il ne faut pas le confondre avec le calamar, sa préparation est similaire au San Antonio. Les amateurs de ce dernier retrouveront le goût prononcé qu'ils apprécient tant, quant aux autres …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          346
Orphea
  23 mai 2009
Jean-Bernard Pouy lance la série "Le Poulpe" avec "La petite écuyère a cafté" en 1995 ; premier roman des aventures de Gabriel Lecouvreur, dit le Poulpe à cause de ses longs bras tentaculaires.
Le poulpe n'est pas un justicier mais il aime fourrer son nez un peu partout, et connaître la vérité sur ces faits divers dont les journaux sont friands.
C'est dans son rade préféré de Paris, son pied-à-terre, "Au pied de porc à la Sainte-Scolasse", que Gabriel entend parler de ce suicide sous le train. le suicide de deux adolescents menottés au rails d'un chemin de fer et écrasés sous un train. Seulement Gabriel n'y croit pas une seule seconde, à cette théorie du suicide, à cette lettre d'adieu laissée par les deux petits jeunes. Il flaire une saloperie, un double meurtre camouflé. le Poulpe veut savoir la vérité. Il part alors pour Dieppe en Normandie, le théâtre des évènements. Avec ses méthodes peu orthodoxes, voire même criminelles, Gabriel enquête.
Un roman noir de grande qualité qui marque le début d'une série passionnante. le principe de cette série étant : un livre, un auteur, un titre qui joue sur les mots. Tous les romans du poulpe ne se valent pas, et s'il n'y en avait qu'un à lire c'est incontestablement celui-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
KiriHara
  03 novembre 2017
il m'est impossible de résister à un bon jeu de mots ; aussi, comment aurais-je pu passer à côté de celui du titre du roman de Jean-Bernard Pouy, le premier opus des aventures du "Poulpe".
"Le Poulpe", je ne le connaissais, jusqu'ici, qu'à travers le film éponyme tiré de la saga avec Jean-Pierre Daroussin dans le rôle titre. Un film que j'avais beaucoup aimé mais qui ne m'avait, curieusement, jamais poussé à lire, au moins, l'un des livres dont il était tiré.
Voilà qui est chose faite et, pour première expérience avec ce personnage, autant lire sa première aventure.
Il est important de préciser qu'il s'agit, là, de sa première aventure, car on ne le devine pas au départ, tant le roman ne cherche pas à présenter son personnage.
L'auteur ne cherche, d'ailleurs, pas à faire dans l'extension (qui est assez fréquente auprès des auteurs de polars un peu réputés. Oui, c'est à toi que je m'adresse Monsieur Grangé). Aussi, plutôt que de digresser pour faire progresser son histoire sur près de 600 pages, l'homme préfère aller droit au but pour ne pas dépasser les 100 pages. Petite histoire, petit format, petit prix, mais plaisir maximum.
Gabriel Lecouvreur est un personnage énigmatique, même pour le patron du bistrot du 11ème qu'il fréquente, tous les matins, en lisant son journal. Parfois, une affaire lui fait de l'oeil et il disparaît, plusieurs jours, pour la résoudre sans qu'il soit, pour autant, flic ou détective privé. Il n'est même commandité par personne. Il débarque sur les lieux, secoue le cocotier et essaye de gagner sa croûte sur le dos de l'un ou de l'autre des protagonistes. Son surnom ? le poulpe, à cause de ses grands bras. L'homme aux épaules larges sait manier ses battoirs ainsi que les armes et a la mandale plus facile que le compliment.
Ce matin, c'est un article sur le double suicide de deux jeunes des environs de Dieppe qui attire son regard. Se suicider, quand on a 17 et 19 ans, passe encore, mais se menotter à des rails de chemins de fer et avaler la clef pour se laisser écraser par le train à venir, voilà qui ne colle pas vraiment.
Aussi, Gabriel part illico pour Dieppe et va être confronté à une histoire glauque dans laquelle un fils de prolo tombe amoureux d'une jeune bourgeoise. Les deux tourtereaux se suicident après avoir laissé une lettre d'adieu. Tout est trop beau, Gabriel décide, alors, de donner un coup de pied à la fourmilière pour voir ce qu'il se passe et, il va s'en passer des choses.
Jean-Bernard Pouy, né en 1946, est un amoureux des mots, des jeux de mots et des contraintes. Adepte de l'Oulipo, du Cadavre exquis, il aime également initier des séries, dont celle du "Poulpe", mais également, "Pierre de gondole" et "Série grise"...
Le concept du "Poulpe" est donc intéressant à plus d'un titre. Des jeux de mots excellents (pas tous non plus) pour titre, un personnage énigmatique, un format court et, des auteurs différents pour chaque aventure.
Pouy initie, donc, la saga avec un personnage énigmatique et un style particulier. On ne sait rien de Gabriel Lecouvreur, est-ce son nom, d'ailleurs ? Il en use de plusieurs, selon les moments, et il a autant de fausses identités que de doigts aux mains.
Quid de ses motivations ? On ne sait pas, si ce n'est qu'il investit son argent dans la réhabilitation d'un vieux coucou, un Polikarpov.
Mais, il y a d'autres façons de gagner de l'argent que de risquer sa vie. Alors ? Pourquoi fait-il tout cela ? Cette première aventure ne répondra pas à cette question. Tout ce que l'on sait de lui c'est qu'il est déterminé, grand, bagarreur, amoureux d'une femme avec qui il vit une relation toute particulière où chacun fait sa vie de son côté. Il disparaît, revient, disparaît de nouveau, sans que plus personne ne s'en inquiète. C'est, le Poulpe.
L'auteur use d'un style direct, utilisant des images, de l'argot et des tournures de phrases courtes.
Pouy aime les contraintes et on retrouve ce goût jusque dans ceux de Gabriel puisque l'homme apprécie les Haïkus.
Malgré un temps de narration passé, habituel à ce genre de romans policiers, je dois avouer que tout le reste m'a conquis.
Le format court, permet d'aller directement aux évènements ou bien d'user d'une histoire bateau pour ne travailler que sur l'ambiance. Ce n'est donc pas un scénario ténu et machiavélique dont l'auteur tissera des toiles sur des centaines de pages pour, parfois, ne jamais réussir à les démêler (oui, c'est toujours à toi que je parle Monsieur Grangé). Là, les choses sont simples, violentes, directes, parfois glauques. Tout se résout, en quelques jours.
J'aime ce personnage énigmatique qui débarque, frappe et repart, sans que l'on ne sache pourquoi.
Bref, "La petite écuyère a cafté" est un livre qui se lit, très rapidement, du fait de son format court mais aussi d'une écriture simple mais pas simpliste. Il s'avère être un bon divertissement littéraire, pas un livre qu'on dévore pour suivre les méandres d'une histoire tortueuse, mais un roman que l'on grignote parce qu'il nous propose un style original et un personnage intéressant.
La saga du "Poulpe" est un phénomène littéraire à plus d'un titre.
Au départ, le but de JB Pouy, Serge Quadruppani et Patrick Raynal, trois amis auteurs, était de relancer le roman de gare et de contrecarrer les récits fascisants des SAS et consorts.
Pour se faire, il invente un personnage, Gabriel Lecouvreur et, avec ses amis, écrit la "bible" de la saga en déterminant les personnages et les passages obligés. Dans les obligations, le jeu de mots du titre, une histoire qui démarre par le meurtre, puis un deuxième chapitre se déroulant dans le bistrot où Gabriel prend connaissance de l'affaire, puis un passage chez Pedro, un gauchiste catalan, pour récupérer des armes ou des faux papiers, passage entre Gabriel et sa petite amie Cheryl, puis l'enquête, les coups pris, les coups donnés, résolution de l'enquête puis retour au bistrot.
Pouy se charge d'écrire le premier épisode, ses deux confrères se chargeront des deux suivants, puis, le concept est offert à qui le veut, du moment qu'il le demande et qu'il accepte de respecter la fameuse bible.
Directeur de la collection au sein de l'éditeur La Baleine, Pouy accepte volontairement tous les manuscrits qui lui parviennent, publiant dans l'ordre de réception. Comme l'aventure a attiré aussi bien des écrivains confirmés avides de se lancer dans un autre style, que des écrivains en herbe, il est normal de constater que tous les épisodes ne sont pas du même acabit. Pour autant, Pouy confesse qu'il souhaitait rendre compte de ce qu'il se faisait en matière d'écriture sans sélection.
Le début de l'aventure est fracassante et le succès inespéré. le premier roman se vend à plus de 47 000 exemplaires, si mes souvenirs sont bons, les trois suivants dépasseront tous les 20 000 exemplaires vendus. le poulpe devient un phénomène de société avec ses aventures anarchistes et son concept particulier. Un héros anarchiste, des histoires basiques, des romans courts, de l'humour, de la bière, des coups, et des auteurs différents pour chaque roman.
Si l'aventure est intéressante, le résultat n'est pas toujours au rendez-vous. Effectivement, vu le principe de Pouy de tout publier, on ne pouvait espérer que tous les romans soient d'un bon niveau. Pour autant, les premiers romans sont de très bonnes factures et l'ensemble s'avère très sympathique.
Malheureusement, un succès inattendu provoque souvent des retours de bâtons inattendus et, après avoir dilapider l'argent qui rentrait à flot, l'éditeur a fini par imploser, notamment à cause des ventes qui s'effondraient par faute du trop grand nombre d'épisodes qui sortaient chaque année.
Cependant, "Le poulpe" est un personnage qui mérite que l'on s'intéresse à lui et le concept est des plus réjouissants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          63
SZRAMOWO
  03 mai 2019
La lecture de la chronique de KiriHara m'a poussé à lire le premier Opus de la série le Poulpe, lecture que j'avais longtemps repoussée au profit de romans du haut de ma PAL.
Pour planter le décor dans lequel devra évoluer Gabriel Lecouvreur, Jean-Bernard Pouy convoque les fantômes d'une génération (disparue, perdue ?).
La guerre d'Espagne. le Polikarpov 15, avion soviétique utilisé par les républicains espagnols. Pedro l'anarchiste anti-Franco reconverti dans les faux papiers. le bistrot parisien, à la fois bar et restaurant de midi dans lequel les habitués aux options politiques souvent opposées débattent avec respect. Les Haïkus de Bashuo Matho. La Twingo violette et la blague les habits ça sert d'auto. La formule « Lundi c'est Ravioli. ». Little Bob Story, Too young to love me. La province endormie réceptacle des penchants les plus sombres d'activistes sociologiquement sur le déclin. Les huitres. le SCALP et la lutte contre l'extrême droite. le prestige du savoir et l'autorité qu'il confère, surtout la sociologie et le CNRS. le 11ème arrondissement de Paris avant les Bobos. Les Punks sympathiques. La vie sans le Web. Les vacances au Tréport. « La chambre d'hôtel spacieuse, agréable, tranquille. ». le 102 (double Pastis 51). La chanson Zorro est arrivé.
L'enquête menée par Gabriel importe peu, elle n'est là que l'occasion de donner un cadre afin de déployer la mythologie poulpienne pour notre plus grande joie.
Ce personnage, improbable, est une revanche sur tout ce que la société impose à nos rêves. Gabriel se démarque du personnage du détective qu'il soit Maigret, San Antonio ou Adamsberg. Lui n'a qu'une morale, celle du redresseur de torts, hédoniste et épicurien, à la Lupin, celui que nous rêvons d'être et que nous ne serons jamais.
« Et moi je suis Zorro » dit Gabriel.
Un grand moment de lecture et de plaisir :
« le jeune le regarda comme si on venait de lui dire que Balladur reformait Nirvana. »
« On appelle ça le syndrome négativo-rimbaldien. »
« Allez le baba ! Une deux, une deux ! Les chèvres t'attendent ! Au boulot ! »
« A bientôt, le Poulpe…Que Saint-Jambon te protège… »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
carre
  06 avril 2012
Le bien nommé Jean-Bernard Pouy est le créateur de ce génial et atypique personnage qu'est Gabriel Lecouvreur dit "Le poulpe", qui s'attache à enquêter sur des faits divers qu'il découvre dans les journaux et dont les conclusions lui semblent hatives ou douteuses. A Dieppe, deux adolescents sont retrouvés écrabouiller par un train, les mains attachés aux rails, l'enquête conclut à un suicide. le grand échalas se rend sur les lieux bien décider à éclaircir les zones d'ombre qui l'interpellent.
Un polar rondement mené, avec un sens de la dérision de l'humour (le titre en est le parfait exemple) dont Pouy est un adepte, font que l'on passe un excellent moment et que ce premier opus est une vraie réussite.
Le personnage de Lecouvreur est ensuite repris par d'autres auteurs pour de nouvelles aventures. Et comme le dit si poétiquement Pouy : "Un titre à la con, une couverture couleur et un prix qui ne dépasse pas quarante francs (pardon 6€ et quelques), ça si c'est pas idée géniale.
Commenter  J’apprécie          170
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
TREMAOUEZANTREMAOUEZAN   12 janvier 2018
En sortant du Balto, [Gabriel] fit un détour par le juke-box, d'où sortait une voix incroyable, immature et apprivoisée en même temps, une musique magnifique, lourde, simple, un trauma plus qu' une émotion.
Un type était accoudé près de l'appareil.
- C'est Green Day ? demanda, sûr de lui, Gabriel.
Le jeune le regarda comme si on venait de lui dire que Balladur reformait Nirvana.
-Non. Vous vous foutez de moi ? C'est PJ Harvey.

(Page 49)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
OrpheaOrphea   27 février 2016
Il ne savait pas trop ce qu'il cherchait, il n'avait que de vagues pressentiments, aucune preuve, que des intuitions. Et après, qu'est-ce qu'il ferait s'il trouvait quelque chose qui ne soit pas conforme à son éthique perso ? Il verrait bien, comme à chaque fois. Les évènements lui dicteraient sa conduite, il aurait bien un ou deux néfastes à qui il apprendrait le vrai goût du pain. Car c'était ça Gabriel. Pas le vengeur masqué. Simplement quelqu'un qui contrebalançait la vacherie du monde en tatanant quelques indélicats, en remettant des salauds sur le chemin de la rédemption, en expérimentant une technique toute personnelle de reprise individuelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
mgeffroymgeffroy   11 janvier 2008
Gabriel, il aime quand y'a du raisiné partout. Et là, il est gâté. Sur plus de cent mètres, ils ont repeint la voie, les deux petits jeunes... Et ils risquaient pas de se sauver! Ils s'étaient attachés avec des menottes, les menottes attachées à des antivols, les antivols passés autour des rails. Et on a retrouvé, enfin on, les toubibs de l'autopsie, ils ont retrouvé les clés des cadenas et des menottes dans l'estomac du type et de la fille. Ça c'est du suicide, c'est pas comme les pilules, où on se flingue en attendant l'ambulance. Quand on veut vraiment se bousiller, on met le paquet, honneur aux braves !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
paulotletpaulotlet   25 novembre 2012
-Ah c'est incroyable. Hier, il y a eu un commando anti-IVG à l'hôpital. Mme de Longueville est plus ou moins impliquée; plusieurs membres des croisés font partie des nombreuses associations qu'elle dirige; des plaintes ont été déposées; ça va cartonner. Et puis cette nuit, il s'est passé des trucs bizarres, coups de feu, explosion, tohu-bohu; des voisins ont immédiatement prévenu les autorités; des protestants, sans doute trop contents...
-Pourquoi vous dites ça?
-Ah vous savez, à Varengeville, il y a des luttes intestines; les de Baily de Longueville sont des catholiques assez intégristes; et ici, il y a une HSP assez puissante; l'édit de Nantes n'est pas vraiment passé sur les falaises;;;
-C'est passionnant la vie de province; On n'a pas ça, nous à Paris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EnkiEnki   05 juin 2014
 – Ecoute Cheryl…
 – Et ne m’appelle pas chérie, j’ai horreur de ça !
 – J’ai pas dit chérie, j’ai dit Cheryl, merde !
 – T’as qu’à m’appeler Bob comme ça j’pourrais pas confondre.
 – Bob ? Pourquoi Bob ? Tu t’appelles Robert, maintenant ?
 – Bob, c’est le diminutif de Bobonne, Ducon !
Et elle raccrocha.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Jean-Bernard Pouy (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Bernard Pouy
Nous étions au festival Quais du polar de Lyon pour sa 15e édition, du 29 au 31 mars 2019. Découvrez l'ambiance du festival, des rencontres, des interviews de lecteurs et d'intervenants présents dans cette vidéo. Et bien sûr, un résumé en images de l'activité de Babelio.
0:19 Véronique, lectrice de Marseille 0:46 Rencontre entre Chris Offutt, Ron Rash et James Sallis 0:49 Les fameux quiz Babelio 1:02 Présentation du jeu PCI Agent. Pour jouer : https://pciagent.com/fr/ 1:54 Rencontre Babelio avec Kristina Ohlsonn et Hans Rosenfeldt autour des adaptations de livres en séries scandinaves 2:05 : Gérald, lecteur de Paray-le-Monial 2:44 Hervé le Corre et James Sallis en dédicace 2:55 Jean-Bernard Pouy en dédicace 2:58 Librairies d'occasion dans l'hôtel de ville de Lyon 3:04 Les bouquinistes sur les quais de Lyon
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : ?Babelio, le site : https://www.babelio.com/ ?Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio ?Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ ?Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La petite écuyère a cafté

Qui est le personnage principal ?

Gabriel
Gérard
Cheryl

5 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Le Poulpe : La petite écuyère a cafté de Jean-Bernard PouyCréer un quiz sur ce livre
.. ..