AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1091447470
Éditeur : Ring (06/10/2016)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 115 notes)
Résumé :
Drogue, esclavage sexuel, meurtres, corruption, pédophilie... Au cœur d’un village qui borde l’autoroute, entre marécages lugubres et forêts profondes, un monstre se déploie.
Depuis la Souille, sa datcha située au cœur de la forêt, l'Ours dirige son clan d'une poigne de fer. Père incestueux et proxénète aux méthodes cruelles, l'ancien para ne recule devant aucune horreur pour étendre son empire criminel.
Sa fille, dealeuse et prostituée de force, trouv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (74) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  11 décembre 2018
Bienvenue à Viaduc-sur-Bauge.
Sa campagne, ses bois, ses rues.
Et ses pervers, violeurs, trafiquants et monstres en tous genres.
Ce livre est un coup de poing dans l'estomac. Véritablement. Il fait très mal.
Déjà il faut survivre aux 10 premières lignes, ignobles et terriblement dérangeantes tant elles résument l'horreur en peu de mots … Ensuite, commence un voyage effroyable et terriblement fort.
Nous partons à la rencontre de Kimy qui a eut la malchance de naître dans la famille la plus déglinguée qui puisse exister. Son père, véritable monstre, gère dans toute la région un empire clandestin du vice et de l'horreur. Pornographie, prostitution, trafic de drogues et autres réjouissances …
Une jeune fille qui va se battre et pour qui tout va véritablement commencer grâce à la découverte d'un livre … Mais je n'en dirais pas plus.
Rien n'est épargné au lecteur mais ce livre ne se lâche pas. Nous sommes sur du très bon livre dans ce registre.
C'est le récit d'une vengeance. A fond de train. le coeur au bord des lèvres et le poing serré. Chaque page dérange. Chaque page est un espoir. Chaque page est une déchirure.
Pourtant l'humanité qui pointe au beau milieu de la noirceur rend le récit encore plus prenant, encore plus vibrant.
C'est du grand art dans le thriller qui fait mal. du très grand art.
Premier roman de Mattias Koping, véritable coup de maître. Il va me falloir absolument lire le prochain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          603
aider
  13 décembre 2016
Dégoût, écoeurement, nausées. .....voilà les premières sensations que l'on ressent en lisant ce livre, surtout les premières pages .
On se demande même comment l'auteur va réussir à nous intéresser à une quelconque histoire au milieu de ces horreurs : viols, pédophilie, inceste, tortures, meurtres. ....la déchéance la plus totale, l'ignominie. ...
Et pourtant ça marche !! L'auteur arrive à construire une histoire passionnante. ....
On ne s'ennuie pas une minute, il n'y a aucun temps mort .
Je le recommande à tous les amateurs de sensations fortes !!!,
Par contre, ce qui explique les 3 étoiles ( au lieu de 4 ) c'est un vocabulaire et des expressions parfois à la limite du supportable. ...
Commenter  J’apprécie          313
LilieRbd
  14 février 2017
Attention, préparez-vous à avoir vos sentiments en charpies, attachez vos ceintures pour ne pas succomber à ce grand-huit émotionnel et surtout prévoyez une bonne boîte de mouchoirs…car ce roman est bien plus qu'un thriller…c'est un thriller qui nous prend aux tripes, un thriller coup de poing, qui nous fait sortir de notre petite zone de confort pour nous plonger dans un univers à la noirceur perpétuelle, suintante à toutes les pages.
Kimy est une gamine que la vie n'a pas épargnée. Violée dès l'âge de 13 ans, « objet » d'une tournante le jour de ses 15 ans. Chaque jour, Kimy subit la violence et l'acharnement de son bourreau et de sa bande…Son bourreau c'est son père, Jacky Mauchrétien, dit l'Ours, ancien para passionné de chasse. Un homme malsain, à la violence extrême, qui n'a de règles que celles qu'il s'est fixé. Dans ce petit village situé dans la bourgade normande à l'apparence paisible, l'Ours y règne en maître. Officiellement exploitant forestier honnête et propriétaire de boîtes de nuit, il a fait de ce village, avec l'aide de son frère Dany, son terrain de jeu et y a instauré un véritable empire criminel. Drogue, prostitution, corruption, pédophilie, l'Ours ne recule devant rien pour asseoir sa domination et n'hésite pas à écraser quiconque aura l'audace de se trouver sur son chemin.
À 18 ans, Kimy, forcée par ce père incestueux à devenir dealeuse de son lycée et vendue en tant qu'objet sexuel aux clients de ce dernier, rumine depuis des années sa colère et sa rancoeur envers le clan Mauchrétien. Bien décidée à se venger, elle est prête à tout pour faire tomber son paternel ainsi que tous ses complices responsables, eux aussi, de l'horreur qu'est sa vie. Mais comment s'y prendre alors que dans ce village beaucoup connaissent et couvrent ses agissements, corrompus par les vices abjects de ce dernier. Dans ce tunnel obscur, une lumière va pourtant peu à peu se dessiner et une rencontre hasardeuse va venir tout bousculer. Kimy va faire la connaissance d'Henri, professeur des collèges, être fragile et solitaire, qui a lui aussi subit des épreuves terribles dans sa vie. Alors que tout les oppose, la jeune femme va trouver auprès de cet homme une oreille attentive et une épaule sur laquelle se reposer. Peu à peu, un lien très fort va venir les unir et c'est ensemble qu'ils vont tenter de faire tomber le réseau Mauchrétien.
L'heure de la vengeance a sonné…
Pour cette première parution, le moins que l'on puisse dire c'est que Mattias Köping n'a pas fait les choses à moitié et n'a pas lésiné sur l'intensité émotionnelle que ce roman va provoquer sur nos petits coeurs de lecteurs.
Dès les premiers mots, le ton est donné. Premières lignes : « Joyeux anniversaire, salope ! Joyeux anniversaire, salope ! Joyeux anniversaire, salope ! Joyeux anniversaire. Ils l'ont encerclée, hilare, à poils. (…) Elle s'appelle Kimy. Ce soir, on fête ses quinze ans. » OK…ça promet !
Si je suis une personne dans la vie de tous les jours à fleur de peau et à la sensibilité exacerbée, j'arrive paradoxalement à me montrer plus forte dans mes lectures et à supporter des passages pouvant apparaître comme insurmontables pour certains. Bien évidemment, je ne suis pas hermétique face à des récits violents, touchant des sujets sensibles comme on peut le retrouver dans Les démoniaques, bien au contraire. Je suis touchée, émue, bouleversée, chamboulée (et autres superlatifs), la boîte de mouchoirs n'est jamais loin tant de tels récits provoque en moi un sentiment emphatique surdéveloppé. J'ai parfois besoin de faire une petite pause de quelques minutes histoire de reprendre mon souffle, mais j'arrive à surmonter cette avalanche d'émotions et à tenir le cap. Comme je l'avais déjà dit dans une précédente chronique, une des seules raisons qui pourraient me faire refermer un tel livre avant la fin, serait de me retrouver face à un récit où tout n'est qu'une surenchère de violences gratuites, mises bout à bout sans véritables raisons autres que celle de faire du trash pour du trash…Et là, j'avoue, je ne pourrais pas car tout simplement je n'en verrais pas l'intérêt.
Si, avec Les démoniaques, Mattias Köping nous plonge dans un univers noir, cruel, malsain et dérangeant, là n'est pas le but ultime de cette parution de nous confronter à un récit des plus violents. L'auteur a pris le parti de nous harponner dès les premières pages et de nous plonger dans l'enfer si je peux dire, sans préliminaires. La première partie de ce roman se veut brutale, sans détours ni compromis, laissant un goût âpre et amer sur son passage pouvant même nous amener, nous lecteurs, à un état nauséeux tellement Mattias Köping ne fait pas dans la dentelle et n'hésite pas à travers des scènes chocs et un langage cru à nous planter, sans concessions, le décor de son histoire démoniaque…Forcément, dès la lecture de la quatrième de couverture, le lecteur sait qu'il va plonger dans un monde répugnant : drogues, meurtres, esclaves sexuelles, pédophilie, les mots sont posés. Autant de sujets sensibles abordés par l'auteur d'une manière franche mais qui de mon point de vue, se révèle essentielle et sert parfaitement à faire de ce roman un thriller choc dans un contexte qui n'aurait sans doute pas eu le même impact s'il avait été différent. Dans cette première partie, nous sommes donc confrontés à ce qu'il y a de plus primaires chez l'homme et nous nous retrouvons spectateurs de la perversité sans limites dont font preuve Mauchrétien et ses acolytes. On grince des dents…Comme Kimy, on commence à ruminer notre colère et à transpirer tout le dégoût et l'écoeurement que ces êtres abjects provoquent en nous. J'avoue que l'idée d'en zigouiller quelques-uns de nos propres mains va venir nous titiller à de nombreuses reprises. Boom, face à ce déferlement d'actes ignobles, on est sonné..Ça pique, ça claque, ça foudroie, le coeur se comprime et l'ascenseur émotionnel se met en marche avec l'option empathie poussait à son maximum. Les questions, les doutes, la peur arrivent…Comment Kimy ce petit bout de femme, à la force mentale certes indéniable va-t-elle pouvoir stopper les agissements de ces hommes n'ayant d'humain que leurs apparences (et encore) ?!
Sa rencontre avec Henri va être un moment clé dans sa quête de vengeance et se révéler être un tournant incontestable, que ce soit pour l'histoire elle-même, mais également sur le chemin que Mattias Köping va désormais nous amener. Après cette première partie qui nous laisse au fond du gouffre, l'auteur va, dans cet océan obscur, nous envoyer une bouée de sauvetage qui fait office de lumière à laquelle Kimy mais également nous, lecteurs, allons, nous raccrocher. Et personnellement c'est ce qui m'a le plus touché dans ce roman. Ce message, délivré entre les lignes, que (malheureusement) certains peut-être ne sauront pas décrypter, s'arrêtant uniquement sur l'aspect violent mais qui de mon point de vue, n'est pas l'essence même de ce récit. Car NON (non et non), Les démoniaques n'est pas qu'un livre violent et obscur, c'est un livre qui malgré la noirceur des thèmes abordés, laisse place à une lumière qui va venir éclairer cette quête de vengeance et délivrer un beau message qui m'a profondément émue et qui saura toucher la corde sensible de votre âme de lecteur (du moins je l'espère car ce serait tellement dommage de passer à côté). de cette rencontre, entre deux êtres que tout oppose, va naître une relation sincère, touchante qui nous éloignera peu à peu de ce monde cruel pour nous plonger dans un univers où la douceur, l'affection, l'amour arrivent à reprendre un tant soit peu leurs places. Une rencontre improbable entre deux personnages à la vie si différente mais qui malgré tout révélera une complicité soudaine et inattendue faisant, à mon sens, toute la grande force de ce roman et en fera non pas un thriller…mais un grand thriller…qui fait figure d'une de mes meilleures lectures de ces dernières années (oui oui rien que ça ).
Coup de maître
Avec Les démoniaques, Mattias Köping signe un premier thriller étourdissant qui vous hantera longtemps. Difficile de croire qu'il s'agit là d'un premier roman tant l'auteur maîtrise son sujet et nous cloue le bec en nous délivrant un récit à la puissance émotionnelle d'une force vertigineuse.
Oui je suis une femme, non je ne reste pas anonyme et oui je revendique ce thriller comme étant un mega coup de coeur, et alors ??!! (comprendra qui pourra^^^)
Lien : https://polarsetcompagnie.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Frederic524
  25 janvier 2019
« Les Démoniaques« , rarement un titre ne m'aura semblé aussi révélateur de son contenu. Avec son premier roman, qui vient de sortir en poche chez Ring, Mattias Köping frappe très fort et s'inscrit, dès à présent, dans une lignée d'auteurs à la plume redoutablement efficace. Un thriller dont l'histoire nous marque durablement. Kimy, alors qu'elle n'est qu'une adolescente, est violée par son père Jacky surnommé l'Ours pour sa carrure et sa violence hors norme. C'est un être monstrueux à la tête d'un réseau de proxénétisme et de drogue. Kimy est contrainte de se prostituer mais également de dealer de la drogue dans son lycée. le jour de ses dix huit ans, elle décide de se venger. L'Ours doit payer pour ses crimes.. Elle rencontre Henri, un professeur. Il a perdu sa fille. Ils décident d'unir leurs efforts et d'agir. L'écriture de Mattias Köping est pleine d'une noirceur sans concession. Rarement un récit ne m'aura paru aussi dérangeant. Il y est question de pédophilie, de prostitution, de drogue.. L'auteur aurait pu tomber dans les travers de l'excès, de l'invraisemblance, mais c'est sans compter sur son immense talent d'orfèvre, car outre ses qualités d'écriture, Mattias Köping brille par l'ingéniosité d'un scénario machiavélique à souhait. Il est impossible de lâcher ce brûlot incandescent, ce feu d'artifice de terreur pure. L'angoisse mêlée de malaise nous embrase et nous immerge dans des contrées où toute trace d'humanité est remplacé par l'abject et la monstruosité. Un récit à ne pas mettre entre toutes les mains tant la violence y est omniprésente et radicale. Si vous aimez les thrillers très noirs, nul doute que « Les Démoniaques » trouvera une place de choix dans votre bibliothèque. Avec ce premier livre, Mattias Köping marque de son empreinte l'univers des thrillers français. La fin vous laissera sans voix.
Lien : https://thedude524.com/2019/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Sachacha
  14 octobre 2016
Tout d'abord, je remercie les Editions Ring et bien sûr Babelio et son opération Masse Critique qui m'ont permis découvrir ce livre
Tout commence ……..
Au sein d'une bourgade normande où sévi Jacky Mauchrétien dit l'Ours, un être malfaisant à la tête d'un trafic de drogue prolifique, proxénète doublé d'un pédophile incestueux. L'Ours aime la défonce et le sexe violent, la chasse et les orgies et puis comme l'Ours est partageur il n'hésite pas à faire profiter sa petite bande d'acolytes tous aussi pervers et malsains que lui. Après avoir usé et abusé de sa fille Kimy, il la vend à l'envi, car pour l'Ours tout se monnaye, il est dénué de conscience et d'empathie, le seul amour de sa vie étant sa bagnole à qui il susurre de jolis mots d'amour, de quoi vous donner des frissons…
Voilà seulement Kimy a grandi, et depuis toutes ses années sa vengeance n'a plus de limites, elle s'en est nourri à chaque viol subi et maintenant elle est prête à tout pour détruire ce simulacre de père qu'elle hait plus que tout au monde, et avec lui ses complices, son réseau, tout ce qui représente l'horreur qu'a été sa vie jusqu'à présent. C'est devenu son obsession, son moteur de chaque instant.
Sur sa route, elle rencontre un homme, Henri professeur de collège, personnage fragile qui porte en lui une tragédie insurmontable, qui survit sur le fil d'un rasoir. de cette rencontre fortuite et improbable va naître un sentiment ténu, une lueur d'espoir, une reconnaissance. Ces deux êtres que tout sépare vont s'unir pour le meilleur et surtout pour le pire ….
Je dois dire qu'au début de ma lecture, je me suis dit que je ne pourrai pas continuer, j'ai ressenti cette forme de rejet viscéral par rapport aux personnages, au langage cru et à cette vision nauséabonde du sexe véhiculée à chaque page, je ne suis pas prude, loin de là ! Mais ces êtres immondes et obscènes n'ont rien d'humain et en aucun cas je ne les comparerai à des animaux qui sont bien plus civilisés !
le thème de la pédophilie étant le plus trash à mes yeux, m'a profondément heurté, car l'auteur n'y met aucune forme et l'aborde de manière très sordide et brutale, bien que ce soit volontaire, j'avoue qu'il faut s'accrocher !
Nous avons affaire à des sous-êtres, des rebus et l'adjectif « démoniaques » leur sied incontestablement, pour eux les femmes ne sont que de la viande, comme celles de ces sangliers qu'ils chassent ni plus ni moins, elles sont violentées, humiliées, avilies et réduites au rang d'objet. Alors, oui, j'ai eu beaucoup de mal, jusqu'à ce que je comprenne le but ultime de l'auteur, que je me laisse emporter par l'intrigue, que « j'écoute » le coeur de Kimy parler, que je sonde son âme et celle d'Henry, et la magie à opéré, j'étais prise dans le tourbillon de cette folie, ce bain de sang, animée d'un désir de vengeance aussi violent que jouissif ! J'ai serré les dents jusqu'à la toute dernière page, et cette fin m'a hantée quelques jours, même si elle était prévisible.
Un conseil, si dès le départ de votre lecture vous ressentez cette horreur comme une agression insurmontable, laissez vous porter au-delà des émotions négatives, d'autres vous attendent, plus riches, plus constructrices, voire salvatrices ! de la noirceur peut naître la lumière, l'amour et la force de vivre.
C'est un livre dur, sans concessions, mais très puissant, qui vous marque au fer ! Soyez prêts !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
YdamelcYdamelc   03 janvier 2017
"Salut, Kimy. Je t'emmerderai plus, promis. T'as été chouette. J'irai me fournir au Big Ben. Ou je retournerai voir cet enfoiré de Malik. Si je le laisse m'enculer, il me donne parfois une dose. Au fait, en parlant d'amour : Lilou n'arrête pas de m'appeler, d'appeler tout le monde d'ailleurs, de pleurnicher et de brailler. Elle nous fait chier. Tu devrais peut-être la sextoter."
Commenter  J’apprécie          190
louvelouve   02 octobre 2016
Il ne s'était pas du tout attendu à ça, mais pas du tout ! Kimy et le mec étaient assis à une table immense, l'un en face de l'autre. Et il ne la besognait pas. une bouteille de l'ait, du chocolat en poudre et des bols étaient posés devant eux. Du chocolat ! Des bouquins traînaient auprès d'eux. Des bouquins ! Kimy en manipulait un. Le type blablatait, un péteux bon chic bon genre, en agitant les mains, tandis qu'elle lisait le dos du livre. C'était pire que ce qu'il avait imaginé. Si ç'avait été une histoire de baise, il n'y aurait pas eu trop de souci à se faire. La Kimy avait les yeux brillants tandis qu'elle l'écoutait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
louvelouve   02 octobre 2016
Mauricette n'ignorait rien des activités de Jacky : elle y participait. La vie lui avait été dure, à la vieille, et rien de ce qui était illégal ne la rebutait. Juste revanche, pensait-elle, un coup rendu pour un coup donné. Une partie de l'argent de Jacky se blanchissait dans son café épicerie et Mauricette touchait sa part. Les prostituées y exerçaient à tour de rôle leurs talents dans l'arrière-salle. Kimy ne le savait que trop bien. Cela ne jouait pas peu dans le succès du boui-boui. Nombre de petits pécores acnéiques y avaient laissé leur pucelage, emmenés là par un aîné. Des chasseurs y oubliaient la laideur de leurs épouses ou de leurs filles. Les tapineuses craignaient beaucoup la Mauchrétien. La vieille avait l'oeil à tout, connaissait toutes les ficelles du métier, et sa langue bien pendue sifflait loin dans l'oreille complaisante de son grand fiston. Mauricette Mauchrétien détestait toutes les femelles en général, et les femmes en particulier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SangpagesSangpages   20 janvier 2017
"Ils reprennent en chœur:
" Joyeux anniversaire, salope ! Joyeux anniversaire, salope ! Joyeux anniversaire salope ! Joyeux anniversaire !"
Ils l'ont encerclées, hilares, à poil. Ils sont tous là, son père, son oncle, Simplet, Waldberg, Delveau, Beloncle. Elle est à quatre pattes au milieu de la meute, fragile et nue, déchirée de sanglots. Son père la maintient par les cheveux.
Elle s'appelle Kimy.
Ce soir, on fête ses quinze ans."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   14 juillet 2018
Une fois les flics encasernés , les vautours remballèrent le matériel et s’envolèrent pour s’abattre sur les gens du cru. Il s’agissait maintenant de faire causer le plouc, de recueillir les impressions, tout le bon parler vrai du terroir , le Jean Pierre Pernaud point of view.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Mattias Köping (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mattias Köping
Retrouvez vos "Live Books" du dixième numéro saison 2 de Gérard Part En Live ici :
Dernière sortie pour Wonderland de Ghislain Gilberti aux éditions La mécanique générale https://www.lagriffenoire.com/138427-divers-litterature-derniere-sortie-pour-wonderland.html
Sa Majesté des Ombres - tome 1 La trilogie des ombres de Ghislain Gilberti aux éditions Ring https://www.lagriffenoire.com/108530-meilleures-ventes-polar-sa-majeste-des-ombres---tome-1-la-trilogie-des-ombres.html
Le Manufacturier de Mattias Koping aux éditions Ring https://www.lagriffenoire.com/126894-nouveautes-polar-le-manufacturier.html
Les Démoniaques de Mattias Koping aux éditions La mécanique générale https://www.lagriffenoire.com/110744-nouveautes-polar-les-demoniaques.html
November Road November Road de Lou Berney aux éditions HarperCollins Noir https://www.lagriffenoire.com/139836-article_recherche-november-road.html
Une colonne de feu de Ken Follett aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/139453-poche-une-colonne-de-feu.html
Bakhita de Véronique Olmi aux éditions livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/139449-divers-litterature-bakhita.html
Où s'embrasser à Paris : le guide des meilleurs endroits de Thierry Soufflard aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/111206-guides-de-voyage-ou-s-embrasser-a-paris-2018.html
Paris Visites privées 2018 : Faites-vous ouvrir les portes de la capitale de Valérie Appert aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/117074-divers-voyage-paris-visites-privees-2018-faites-vous-ouvrir-les-portes-de-la-capitale.html
Paris à chacun son resto de Vanessa Besnard aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/41180-cuisine-a-chacun-son-resto.html
Petites cantines de Paris Petites cantines de Paris de Antoine Besse aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/125933-livres-de-cuisine-petites-cantines-de-paris.html
Petits et grands musées de paris 2018 de Valerie Appert aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/106037-divers-arts-petits-et-grands-musees-de-paris-2018.html
Paris dans les pas de Patrick Modiano de Gilles Schlesser aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/138790-divers-litterature-paris-dans-les-pas-de-patrick-modiano.html
I hate Fairyland, Tome 4 : La pire contre-attaque de S
+ Lire la suite
autres livres classés : incesteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Mattias Köping (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1020 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..