AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2000035884
Éditeur : Omnibus (01/01/1996)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Tout avait commencé très doucement. Certains malades de l'hôpital psychiatrique avaient entendu des voix (réelles ou imaginaires ?). Puis l'effroyable machine s'était mise en route...
Ce fut d'abord le professeur de musculation qui agonisa des heures durant, bâillonné, ligoté, emprisonné dans une camisole de force ! Puis un malade, le richissime Daniel Larribee, poignardé dans le dos d'un coup de scalpel. Enfin, il y eut le meurtre manqué de Geddes, l'Anglais... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
moravia
  22 avril 2015
Après la mort accidentelle de sa femme, Peter Duluth, producteur de théâtre à Broadway, avait sombré dans l'alcoolisme et pendant près de deux ans n'avait cessé de se saouler à mort.
Il était temps qu'il rentre dans la clinique du Docteur Lenz pour y suivre une cure de désintoxication avant que son cerveau ne ressemble à une éponge.
Mais cette clinique va s'avérer bien peu une maison de repos.
Peter Duluth se retrouve pris dans une atmosphère des plus angoissantes. Quelques jours après avoir entendu une voix mystérieuse le supplier de fuir, un crime va être commis.
Joe Fogarty, un membre du personnel, est retrouvé étranglé, prisonnier dans une camisole de force.
Dès lors Peter Duluth va tenter de démasquer l'assassin. Mais de quel côté doit-il chercher ? Parmi les malades mentaux ou le personnel soignant ? Est-ce l'oeuvre d'un déséquilibré ou d'un tueur rationnel ?
Peter Duluth va devoir faire vite d'autant qu'un second crime est commis. Sera-t-il le prochain sur la liste ?
Sans aucun artifice, Patrick Quentin parvient à créer une atmosphère pleine de tension et le lecteur va redouter de traverser les longs couloirs silencieux de la clinique du Docteur Lenz. Une belle réussite d'énigme policière classique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
hellrick
  12 avril 2019
Sous le pseudonyme de Patrick Quentin se cachaient deux romanciers, Richard Wilson Webb (1901 - 1965) et Hugh Wheeler (1912 -1987) qui écrivirent de nombreux policiers dont une fameuse série de « puzzles ». le premier d'entre eux, PUZZLE POUR FOUS, débute de manière originale puisque le héros, Peter Duluth, se retrouve dans un hôpital psychiatrique pour y soigner son alcoolisme. Peter y rencontre divers protagonistes (des médecins, des patients, des infirmières et même sa future épouse puisqu'il s'agit du premier volume d'une longue série de romans policiers) avant de se confronter au meurtre particulièrement sadique d'un membre du personnel retrouvé mort dans une camisole de force. Peter, qui soupçonnait depuis quelques temps que quelque chose ne tournait pas rond dans cet asile, va mener l'enquête pour découvrir le coupable.
PUZZLE POUR FOUS prend son temps pour établir son ambiance, poser son mystère et présenter ses protagonistes. le cadre, original voire inusité dans le domaine du whodunit, retient immédiatement l'attention et permet d'avancer dans la lecture jusqu'au premier meurtre qui survient classiquement au tiers du récit. Bien sûr, d'autres événements étranges se déroulent (quoi de plus étonnant dans un asile ?) et les responsables tentent de minimiser la situation, affirmant par exemple que le crime constitue, en réalité, un regrettable accident. Cette théorie s'écroule lorsqu'un autre patient est découvert poignardé durant la projection d'un documentaire animalier. Cette fois, c'est évident, au milieu des fous rode un assassin…
Le roman, écrit en plein âge d'or du récit de détection, se distingue par un lieu et un enquêteur inhabituel puisque le principal protagoniste, un homme de théâtre respecté, est placé dans un asile pour soigner son alcoolisme consécutif à la mort de son épouse. PUZZLE POUR FOUS mise donc essentiellement sur un climat d'étrangeté pour convaincre le lecteur : l'intrigue en elle-même n'est pas des plus élaborée et s'avère fort classique dans son déroulement (suspects nombreux, testament égaré, phénomènes bizarres, second crime qui relance le récit, réunion des suspects, etc.) mais l'originalité du détective amateur rend l'ensemble intéressant. D'ailleurs celui-ci n'est pas infaillible car, s'il cerne les motivations du tueur et sa manière de procéder, il se trompe complètement sur son identité.
Le bouquin se situe ainsi à la croisée du policier classique, du thriller à suspense et de la romance puisque notre héros trouvera parmi les patientes sa future femme. Comment seront leurs aventures dans un cadre plus traditionnel ? Il faudra lire PUZZLE POUR ACTEURS afin de le découvrir mais cette première enquête s'avère divertissante pour les amateurs de whodunit à l'ancienne agrémenté d'une légère touche d'humour en dépit d'un climat pesant.

Lien : http://hellrick.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
moraviamoravia   01 avril 2015
- J'ai cru que je devenais fou, dit-il d'une voix lente mais assurée. Vous comprenez : j'ai entendu ma propre voix qui parlait.
- Bon Dieu ! m'exclamai-je, soudainement alerté.
- Oui ma propre voix. Et je disais : " Sauve-toi, Martin Geddes, sauve-toi vite.
Il va y avoir un meurtre."
Il avait crispé ses mains sur ses genoux et me regardait avec des yeux emplis de terreur.
Commenter  J’apprécie          130
moraviamoravia   01 avril 2015
Cela empirait toujours avec la nuit. Et ce soir-là tout particulièrement car, pour la première fois, ils m'avaient laissé sans aucune drogue pour m'aider à dormir.
Moreno, le psychiatre de service, m'avait jeté un de ses noirs regards chargés d'impatience, en me disant :
- Il faut que vous recommenciez à marcher tout seul, Mr Duluth. Nous vous avons assez dorloté.

(Incipit).
Commenter  J’apprécie          70
moraviamoravia   12 novembre 2014
Après une brève période de désaccoutumance, je passais trois semaines sans alcool, invoquant l'enfer et y faisant vivre les pauvres diables qui veillaient sur moi. Des séances de gymnastique, d'hydrothérapie avaient alterné avec des tentatives de ma part de mettre K.O. les infirmiers par un direct au menton, ou conter fleurette à la hussarde aux jolies infirmières. En un mot, j'avais été une éponge à alcool des plus répugnantes, mais je faisais des progrès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : cure de désintoxicationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1653 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre