AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2363081358
Éditeur : Arléa (16/03/2017)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Au travers d’une méditation sur les fleurs, Pascal Quignard médite de l’aube à la nuit – et merveilleusement – sur le carpe diem : ne faut-il pas vivre l’instant plutôt que le cueillir ?

" Tout le monde – du moins à l’occident de ce monde – se souvient de ce fragment de vers que Horace a écrit dans son XIe Ode :
Carpe diem.
Cueille, extirpe, arrache le jour.
Je veux comprendre ce beau vers mystérieux : pourquoi songer à cueillir l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LN
  19 juillet 2017
"Vivre l'entièreté de la journée d'un jour encore, telle est ma prière. Telle est ma simple prière.
Vivre seulement un jour.
Avoir encore le bonheur d'un jour.
Passer encore sur cette terre seulement, en gros, douze heures de lumière, entre la gaieté et les irisations et les cris qui fusent dans l'aurore - et le ternissement, la douceur, l'obscuration, le silence crépusculaire et l'enténèbrement."

Le premier texte de ce recueil est une conférence intitulée"Tuer les fleurs" donnée à Lille en 2013 au musée des Beaux-Arts. Dans ce texte, Pascal Quignard veut "chercher à comprendre ce mouvement qui, s'il n'est pas universel, est invétéré (puisqu'il est attesté dès le paléolithique, il est documenté dès les tombes de Shanidar, en Irak), qui consiste à prélever des fleurs dans les champs, sur les rives, dans les forêts, au haut des montagnes, et à les disposer dans les demeures souterraines auprès des os rassemblés et teints d'ocre des morts." de là, il revient sur trois rituels : l'art floral de l'ikebana au Japon, la composition d'anthologies dans la Grèce ancienne et le fait de citer des morts à Rome, les mots des morts étant arrachés de leurs origines pour revivre ailleurs dans un autre recueil.
Il s'interroge sur "le carpe diem" cher à Horace et sonde l'obscurité que recèle ce célèbre vers. Paradoxalement l'acte de cueillir porte en lui la mort de la fleur, la mort de l'instant or il est nécessaire de choisir la mort pour faire croitre la vie, de s'abstraire du temps de la vie et de la mort pour vivre pleinement hors du temps, sans crainte du futur, sans désir qui pousse en avant. Sacrifier une fleur, pour donner plus de vie à la vie. La fulguration de la chute porte en elle un surplus de vie.
De la même façon, les heures crépusculaires durant lesquelles tout bascule fascinent l'écrivain poète :“Il s'agit toujours de ramener de la nuit une espèce de beauté qui éclairerait le monde” note-t-il dans ‘Performances de ténèbres'.
"Où cours-tu , Aurore ? Reste, si mince et bouleversante lueur ! Aurore, garde-toi de l'aube ! C'est l'heure que je préfère. C'est l'heure où le monde s'apprête à être le plus pur. Où l'air est le plus frais. Où l'oiseau tire de son gosier énorme et de sa tête minuscule le chant le plus liquide et le plus miraculeux. Où la feuille de l'arbre retombe, dans la première pâleur, couverte de la rosée que l'air mystérieusement pleure, attendant les becs des oiseaux et les lèvres si brèves des chats qui boivent l'aube sur leurs pétales ou la prélèvent sur leur peau." Dies est Dieu
Ainsi la vie se terre-t-elle dans les interstices, entre le jour et la nuit, entre la vie et la mort... Tout le talent de l'artiste sera de la débusquer...
Lien : http://www.lecturissime.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Nicolasriou
  24 juillet 2017
Ne nous mentons pas, si Pascal Quignard, le romancier est formidable à lire, l'essayiste est des plus difficiles à comprendre, non pas en raison d'un propos abscons mais d'une richesse d'informations et de notions que l'esprit non initié a bien du mal à assimiler aisément.
L'érudition de l'auteur est impressionnante, tout comme sa façon de réfléchir sur le langage, les mots et le monde. C'est donc le regard d'un véritable écrivain et d'un intellectuel qui nous est offert dans ce court ouvrage et il est parfois frustrant de ne pas comprendre certaines idées avec suffisamment de subtilité. Mais après tout, la réflexion fut certainement longue pour Quignard, comme en témoignent les nombreuses citations et références sur lesquels il s'appuie pour dérouler son argumentation.
Ainsi, est mise en évidence au début de cette oeuvre le parallélisme entre l'acte anodin de la cueillette et la sentence délivrée par le fameux "carpe diem". L'auteur s'interroge alors sur la signification de la cueillette pour l'homme puisqu'il s'agit d'une pratique ancestrale qui n'a pas la même valeur selon les époques et selon les régions du monde.
Je ne vous livrerai pas précisément la thèse soutenue par Pascal Quignard, vous laissant le soin de suivre le fil d'Ariane de sa pensée et ne souhaitant pas caricaturer grossièrement des idées d'une finesse remarquable.
La réflexion sur la symbolique du jour et de la nuit est aussi passionnante, tout comme celle sur le bonheur puisqu'il ne faut point omettre qu'il s'agit d'une des clefs de voûte de cet ouvrage qui s'achève sur un ultime chapitre aux allures d'un poème en vers libres de toute beauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
estellebl
  21 mai 2018
Une Journée de Bonheur est une réflexion poétique au travers des cultures et des âges. Elle débute par la retranscription d'une conférence donnée au retour du Japon par Pascal Quignard, romancier philosophe, sur la signification d'un bouquet de fleurs, prose freudienne qui mène au rythme des saisons, puis à celui du jour et de la nuit.
Vivre chaque jour de bonne heure, cueillir le jour Carpe Diem, vivre encore un jour "Lord, give us a day".
Un hymne à la vie, qui se lit au printemps, en prenant le temps d'apprécier chaque mot, chaque vers.
Une fois n'est pas coutume, voici quelques extraits d'une lecture reposante, car elle reconnecte à la nature, même si la démonstration en est parfois ardue.
"Les fleurs sont les moyens utilisés par les dieux pour descendre dans la maison des hommes et se révéler à leurs regards" Toshiro Kawase.
"C'est pourquoi il faut attendre le soir alors qu'elle [la lumière] peine, ou l'aube, alors qu'elle germe, pour méditer ce monde, quand sa lumière vient s'éteindre après la disparition du soleil, dans le crépuscule, ou quand la lueur tend à renaître avant son apparition, dans la prémonition de la lumière qui constitue l'aurore".
Et certainement mon préféré "Où cours tu, Aurore? Reste, si mince et bouleversante lueur! Aurore, garde-toi de l'aube! C'est l'heure que je préfère! C'est l'heure où le monde s'apprête à être le plus pur. Où l'air est le plus frais. Où l'oiseau tire de son gosier énorme et de sa tête minuscule le chant le plus liquide et le plus miraculeux. Où la feuille de l'arbre retombe, dans la première pâleur, couverte de la rosée que l'air mystérieusement pleure, attendant les becs des oiseaux et les lèvres si brèves des chats qui boivent l'aube sur leur pétales ou la prélèvent sur leur peau."
Lien : http://partageonsnoslectures..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
nadejdanadejda   18 mars 2017
Lire, en grec, c'est legein.
Le verbe legein, en grec, c'est tout à la fois ramasser, cueillir, collecter, dire, lire. Anthos étant la fleur, une antho-logie est une cueillette de fleurs sélectionnée pour leur beauté, dans le premier instant de leur magnificence. Un choix de couleurs, de pétales, de calices, de corolles, de parfums merveilleux afin de tresser une couronne ou de composer un bouquet.(...) Une "citation", à proprement parler, est une fleur que l'on a arrachée à un livre plus ancien et qu'on a introduite dans un livre plus récent. p 16
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
nadejdanadejda   21 mars 2017
Sénèque a écrit à Lucillius dans la lettre CI :
Pense chaque journée singulière comme une vie singulière. Pura singulas dies singulas vitas. Restreins ta vie au seul jour et referme ta paume sur cette durée unique où le temps s'accomplit de l'aube jusqu'à la nuit. L'ensemble de ces heures est une vie entière. Chaque sommeil est toute la mort. Pourquoi se réveille-t-on ? On ne sais pas. Ne demande pas à ce qui vient : " Où vas-tu ? " Va à la nuit. L'homme qui vit chaque jour pour sa vie totale achève en chaque crépuscule le temps lui-même et, lorsqu'il s'abandonne au somme sur sa couche, le refond à l'obscurité où il prend origine. Alors sommeil et mort ne se distinguent plus. p 108
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
nadejdanadejda   18 mars 2017
Je vous remercie d'être là, ce soir, dans cette grande salle sombre. Je reviens du Japon. Je suis revenu mardi. Je n'ai pas manqué, bien sûr, d'aller voir pâlir le soleil là où il prend naissance. Je suis allé voir mourir les fleurs et s'amasser les brumes. L'automne s'est étendu sous les branches des arbres comme un sang. J'ai senti s'élever, m'envelopper en marchant, le parfum si épais qu'invente, diffuse, puis alourdit la pluie. Je me suis accroupi dans les odeurs enchanteresses, j'ai enfin ramassé (et fait un voeu sur le chemin de pierres) la première feuille d'érable dans le jardin de la villa impériale Katsura à Kyoto. p 7
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nadejdanadejda   21 mars 2017
Shitao le Peintre a écrit : Nos demeures sont au mieux des consoles sous la lampe,
nos pavillons sont des dessertes sous le bois de la fenêtre,
des auberges sur les lichens de la lande,
abritées par trois ou quatre arbres que le vent couche,
brèves haltes offertes à Celui qui passe, tournoyant, s'étirant, bondissant, s'élevant,
fusant. p 100
Commenter  J’apprécie          90
DLNDLN   04 juin 2017
La dépression nerveuse confronte l'âme au jour.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Pascal Quignard (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Quignard
Dans « L?enfant d?Ingolstadt » paru aux éditions Grasset et Fasquelle, Pascal Quignard mélange les contes, l?histoire et la philosophie, pour mieux questionner notre attrait pour tout ce qui est faux, dans l?art comme dans le rêve.
autres livres classés : meditationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Tous les matins du monde

En qu'elle année Pascal Quignard a-t-il écrit Tous les matins du monde?

1816
1917
1991
1899

10 questions
218 lecteurs ont répondu
Thème : Tous les matins du monde de Pascal QuignardCréer un quiz sur ce livre