AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.75/5 (sur 265 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Neuilly sur Seine , le 10/11/1948
Biographie :

Evelyne Bloch-Dano a suivi des études d’anglais et de lettres modernes.

Titulaire de l’agrégation de lettres modernes, elle a enseigné dans des établissements scolaires de la région parisienne jusqu’en 2000.

En parallèle à son activité pédagogique, elle a publié de nombreux ouvrages et articles sur la littérature, qu’il s’agisse d’études ou d’essais. Elle est aussi spécialiste des « maisons d’écrivains ».

Ses biographies, très remarquées, lui ont valu de prestigieux prix littéraires.

Ainsi Madame Zola, publiée en 1997, a reçu le Grand Prix des lectrices du magazine ELLE, Flora Tristan la Femme-Messie,le Prix François Billetdoux de la SCAM en 2001, et Madame Proust s’est vu décerné en 2004 le Prix Renaudot de l’essai, le Prix littéraire du Cercle de l’Union et le Prix du Cercle littéraire proustien de Cabourg-Balbec.

Son ouvrage, La Biographe, qui mêle dans une composition originale la biographie de sa propre mère et celle de l’actrice Romy Schneider, connaît dès sa sortie en 2007 un très grand succès en France.

Évelyne Bloch-Dano est membre du jury du Prix Femina depuis juin 2015, du jury du Prix François-Mauriac de la région Aquitaine et présidente du jury du Cercle littéraire proustien de Cabourg-Balbec.
+ Voir plus
Source : www.alliance-us.org
Ajouter des informations
Bibliographie de Evelyne Bloch-Dano   (24)Voir plus


Entretien avec Evelyne Bloch-Dano pour son ouvrage Jardins de papier.


Dans votre ouvrage Jardins de papier, vous analysez très finement le rapport de grands écrivains avec leur jardin. Avez-vous toujours cherché, dans vos lectures, la présence de cette nature apprivoisée ? Et vous êtes-vous méfiée des auteurs qui, comme Jean-Paul Sartre -"allergique à la chlorophylle" d`après Simone de Beauvoir- en parlaient peu ?

Non, il se trouve simplement que chez un certain nombre de mes auteurs favoris, tels que Jean-Jacques Rousseau, Honoré de Balzac, George Sand, Marcel Proust ou Sidonie-Gabrielle Colette, les jardins occupent une place importante. Ils ne sont pas un critère déterminant dans mes choix littéraires. Mais peut-être ai-je trouvé chez eux une communauté de goûts. Cela ne m`a pas empêchée de lire en son temps Jean-Paul Sartre avec grand intérêt, ou d`aimer Annie Ernaux, par exemple, chez laquelle les jardins sont absents – malheureusement pour mon livre !



L`un des premiers auteurs dont vous analysez le rapport au jardin est Jean-Jacques Rousseau. En quoi marque-t-il une rupture ? A-t-il ouvert la voie à d`autres auteurs ?

Jean-Jacques Rousseau n`invente pas le sentiment de la nature mais il lui donne une place et une forme nouvelles. Elle est au coeur de sa sensibilité et de sa pensée philosophique, de son écriture aussi. Les jardins n`en sont qu`une facette mais ils concrétisent le rapport possible entre l`homme et la nature. Les souvenirs d`enfance, ceux des Charmettes avec Mme de Warens, l`Elysée de Julie dans Julie ou la Nouvelle Héloïse sont autant de textes qui vont profondément marquer l`époque. C`est aussi par le jardinage que le jeune Émile s`initie à l`activité manuelle. Rousseau ouvre la voie à toute une partie du 19e siècle, comme le remarque George Sand.



Dans la première partie de votre ouvrage, vous retracez l`histoire du jardin, de son origine à ses évolutions au fil des siècles et des cultures. Vous écrivez que « le jardin reflète la nature profonde de celui qui le crée ou la possède et, au-delà de sa personnalité, de la civilisation qui le produit. » Les jardins ont-ils des significations très variées ou bien représentent-ils des idéaux différents pour chacune de ces cultures et civilisations ?

Ils sont le produit de ces civilisations. Un jardin persan, un jardin médiéval, un jardin zen, par exemple, renvoient à des modes de vie, des valeurs, des idéaux spirituels, des conceptions de la nature et de la place de l`homme dans l`univers, différentes.



Qu`est-ce que nos jardins peuvent dire de notre société actuelle ? Et de la littérature française contemporaine ?

Ils n`ont jamais été aussi en vogue qu`aujourd`hui sans doute à cause des menaces qui pèsent sur notre environnement. Ils seront de plus en plus nécessaires dans les villes pour compenser les méfaits du réchauffement. Mais ils m`ont semblé assez absents dans la littérature française contemporaine à l`exception de quelques auteurs.



Si vous donnez la parole à Patrick Modiano ou à Christian Bobin, vous constatez que les romanciers contemporains font moins appel à la nature et que l`on rencontre moins de jardins dans leurs romans. A quoi est-ce dû, selon vous ? Les auteurs actuels se définissent-ils plus par rapport à la ville ?

Notre littérature est plus urbaine, en effet. Mais c`est surtout que le jardin n`intéresse pas, en tant que tel, le grand roman contemporain. Il est tout au plus un décor rapidement traversé comme s`il y avait d`un côté la ville, de l`autre la nature « sauvage » mais que le jardin renvoyait à des schémas trop traditionnels.



Comment s`est opéré le choix des auteurs dont il est question dans l`ouvrage ? Avez-vous dû écarter certains auteurs ? Ou été surprise par d`autres qui ne s`imposaient peut-être pas au départ ?

De façon très évidente, à partir de mes goûts, de façon subjective. Je voulais aussi des auteurs « classiques », qui sont eux mêmes en quelque sorte le terreau de notre culture française. J`ai dû écarter quelques écrivains qui auraient été redondants, tels que la Comtesse de Ségur, que je cite dans l`introduction, ou François Mauriac, présent dans la conclusion. En relisant Mauriac, j`ai été étonnée de voir que le jardin occupait une place moins prépondérante que je ne le pensais dans son oeuvre. Il s`agit plutôt d`atmosphères, ou de paysages. Je lui ai préféré son contemporain André Gide, chez lequel les jardins sont omniprésents.



Nous vous avions déjà posé des questions concernant vos lectures dans une précédente interview. Nous ne résistons pas cependant à vous reposer la dernière : En ce moment, que lisez-vous ?

Nous sommes début juillet, et je suis plongée dans la rentrée littéraire à venir. Ma nomination récente au jury du prix Femina devrait me valoir l`envoi de quelques centaines de livres…Et pour me rafraîchir l`esprit, je relis François le Champi pour une conférence sur Sand et Proust !



Découvrez Jardins de papier : de Rousseau à Modiano de Evelyne Bloch-Dano aux éditions Stock :


Entretien paru le 3 juillet 2015.

étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retrouvez vos "Live Books" du seizième numéro saison 2 de Gérard Part En Live ici : Les Bidochon T22 : Les Bidochon relancent leur couple de Binet aux éditions Dargaud https://www.lagriffenoire.com/1002032-achat-bd-les-bidochon---tome-22---les-bidochon-relancent-leur-couple.html Où se cache Mickey aux éditions Hachette Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/1002564-divers-jeunesse-mickey---ou-se-cache-mickey-.html Les os des filles de Line Papin aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/146805-divers-litterature-les-os-des-filles.html Le fils de L?Usari de Xavier-Laurent Petit, Cyril Pommet et Isabelle Merlet aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/147052-achat-bd-fils-de-l-ursari-bd-le.html Mort par la France de Pat Perna, Nicolas Otéro aux éditions Les Arènes BD https://www.lagriffenoire.com/112865-achat-bd-morts-par-la-france.html La tuerie de Nicolas Otéro, Laurent Galandon aux éditions Les Arènes BD https://www.lagriffenoire.com/1000376-achat-bd-la-tuerie.html Bad Man de Dathan Auerbach aux éditions Belfond https://www.lagriffenoire.com/142091-nouveautes-polar-bad-man.html Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/79237-divers-litterature-les-delices-de-tokyo.html Le rêve de Ryôsuke de Durian Sukegawa aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=109362&id_rubrique=338 L?enfant et l?oiseau Durian Sukegawa aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/1001195-divers-litterature-l-enfant-et-l-oiseau.html O Senseï de Edouard Cour aux éditions Akileos https://www.lagriffenoire.com/42701-bd-o-sensei.html Madame Zola d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/14853-poche-madame-zola.html Madame Proust d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15018-poche-madame-proust.html Le dernier amour de George Sand d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/7050-poche-le-dernier-amour-de-george-sand.html Une jeunesse de Marcel Proust d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche 9782253091639 La fabuleuse histoire des légumes d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (98) Voir plus Ajouter une citation
Votre idée du malheur : Être séparé de maman, ainsi le jeune Proust répondait-il dans le questionnaire qui a fini par porter son nom.
Commenter  J’apprécie          390
Dans ses pages magnifiques qui dépeignent les jeunes filles « en fleurs » - pas seulement florissantes, mais évoquées sous la forme de fleurs -, il [Marcel Proust] nous fait saisir ce qu’il a mis longtemps à percevoir lui-même, et dont la Recherche se fait l’écho et la quête : le passage du temps, ces instants suspendus, il les savoure car il devine leur impermanence.
Commenter  J’apprécie          370
La perception que nous avons de Marcel Proust est celle d’un être unique qui, après des années mondaines et en apparences futiles, a vécu le reste de sa vie à l’ecart, protégé par le liège de sa chambre des bruits et des odeurs, loin de la foule, isolé de ses admirateurs et même de ses amis, tout entier consacré à son livre, dans une course contre le temps et la mort.
Commenter  J’apprécie          360
"Il n'y a plus personne, pas même moi, puisque je ne puis me lever, qui aille visiter. Le long de la rue du Repos, le petit cimetière juif où mon grand-père, suivant le rite qu'il n'avait jamais compris, allait tous les ans poser un caillou sur la tombe de ses parents. "

Marcel Proust

Cette phrase de Marcel Proust me touche beaucoup. Elle est tellement caractéristique de l'assimilation. J'ai écouté la conférence d'Antoine Compagnon à Bruxelles qui avait cette phrase comme repère.
Commenter  J’apprécie          331
- Après le décès d'Angèle Weil, maman de Jeanne


Tous les jours, à Cabourg, Jeanne est descendue s'asseoir sur la plage comme sa mère l'avait fait avant elle et a lu ses deux livres préférés, les Mémoires de Madame de Rémusat et les Lettres de Mme de Sévigné. Confite dans sa tristesse, endossant l'ombre de sa mère, elle ne sort de son rêve éveillé que pour exiger que son fils se promène un peu. Triste souvenir que ce séjour à Cabourg venue trop tôt après la mort d'Adèle ...

Marcel écrit : "Non seulement ma mère ne pouvait se séparer du sac de ma grand-mère, devenu plus précieux que s'il eût été de saphirs et de diamants, de son manchon, de tous ces vêtements qui accentuaient encore la ressemblance entre elles deux, mais même des volumes de Mme de Sévigné que ma grand-mère avait toujours avec elle, exemplaires que ma mère n'eût pas changés contre le manuscrit même des Lettres .... Tenant à la main l'"en-tout-cas" de sa mère, je la vis de sa fenêtre s'avancer toute noire, à pas timides, pieux, sur le sable que des pieds chéris avaient foulé avant elle et elle avait l'air d'aller à la recherche d'une morte que les flots devaient ramener."

page 241
Commenter  J’apprécie          310
On peut aimer son père et épouser un homme qui ne lui ressemble pas.
Commenter  J’apprécie          300
Plutôt que de ressusciter un lieu qui avait disparu. il (Marcel) préféra réinventer une maison qui existait encore : celle d'Illiers. Mais une partie de la magie de Combray venait d'Auteuil : le parfum des jours à jamais enfuis, le souvenir de Maman rayonnante
dans sa toilette d'été. les bandes de cousins, les charmilles, le peuplier de la rue des Perchamps, les marronniers roses, les aubépines en cercle autour de la pièce d'eau et et à jamais, les soirs d'orage "l'odeur d'invisibles et persistants lilas".
Et surtout, la tristesse infinie d'un baiser du soir......

,NdL : La maison d'Auteuil, vendue en 1897, disparut sous les coups de pioche et la percée de l'avenue Mozart allait eventrer le jardin.
Commenter  J’apprécie          272
Jeanne [Proust] a entendu des jeunes filles dire ... d'un ton pincé : " on ne me permet pas de jouer avec des israélites. " Son mariage avec Adrien Proust a pu lui donner l'illusion qu'elle était une Française comme les autres. Mais l'affaire Dreyfus a levé le voile ...
Commenter  J’apprécie          270
Grandir dans 50 m² au quatrième étage d'un immeuble parisien ne prédispose pas à manier la bêche. [...]
Mes jardins s'enracinent donc dans l'imaginaire. Ils ont germé sous la plume de trois femmes qui, chacune à leur manière, aimèrent la campagne et m'en donnèrent le goût : la comtesse de Ségur, Colette et George Sand. Lieux respectivement dévolus au jeu, à la maternité et la création, le jardinet des petites filles modèles, le potager de Sido et le parc de la dame de Nohant servirent de mire, à des âges différents, à mes rêveries champêtres - et parfois, à mes utopies.
Commenter  J’apprécie          250
« Ma vie a désormais perdu son seul but, sa seule douceur, son seul amour, sa seule consolation » écrivit Marcel. La descente aux enfers dura deux ans, avec des rémissions, des rechutes, des crises. Maman en mourant a emporté le petit Marcel, confia-t-il aussi.
Commenter  J’apprécie          250

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Evelyne Bloch-Dano (577)Voir plus

Quiz Voir plus

Quel est le bon titre des livres de Yasmina Khadra ?

Les ... de Kaboul ?

Tourterelles
Moineaux
Mésanges
Hirondelles

10 questions
29 lecteurs ont répondu
Thème : Yasmina KhadraCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..