AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070765386
304 pages
Éditeur : Gallimard (02/03/2006)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 327 notes)
Résumé :
« Loin devant les villas sur la digue, elle se tenait accroupie, les genoux au menton, en plein vent, sur le sable humide de la marée.

Elle pouvait passer des heures devant les vagues, dans le vacarme, engloutie dans leur rythme comme dans l'étendue grise, de plus en plus bruyante et immense, de la mer. »
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  26 février 2019
Ann, grande musicienne, torturée par la vie entre un père qui l'a très tôt abandonnée et une mère anxiogène qui ne cesse d'attendre son mari en vain, décide de tout quitter. Son boulot, son homme, sa maison, jusqu'à oublier qui elle était jusqu'à lors. Elle donne peu de raisons à ce besoin obsessionnel de tout quitter, elle ne peut, elle ne veut, elle se tait. Elle change de look, teint ses cheveux, s'habille différemment, et s'en va rejoindre la petite île d'Ischia en Italie du sud. Là-bas, Ann renaît. Sa métamorphose s'opère dans les courbes de la nature aride, dans la berceuse de la mer. Elle tombe amoureuse de la villa de la vieille Amalia. Au début revêche, la vieille dame s'attache à Ann quand celle-ci en pleures lui demande de cesser de lui crier dessus comme sa mère en avait l'habitude. Amalia accepte de lui vendre la villa.
C'est une villa qui surplombe la mer, délabrée certes comme la vie d'Ann, le sentier pour y parvenir est semé d'embûches comme la vie d'Ann. Mais Ann est en amour. Elle s'y sent si bien. Elle plante des citronniers, elle va se baigner tous les jours dans la mer.
Après une première partie vaseuse auprès d'une héroïne mal dans sa peau et dans sa vie, c'est une très belle renaissance dans sa seconde partie. le soleil est omniprésent, le bonheur et la liberté sont palpables, les pages sourient de bon coeur. Il y a aussi de belles rencontres qui attendent Ann. Un docteur et sa fille Magdalena. La petite de deux ans est en totale admiration devant la pianiste. Ann va lui apprendre à entendre les sons, tous les sons, celui du vent, des vagues, des oiseaux, du silence qui ensemble forment un temps au temps.
Un très beau roman méditerranéen dans lequel je me suis sentie bien là-bas à Ischia qui est toute même une des plus belles régions de l'Italie avec sa côte almafitaine. Un roman doux sur la renaissance d'une femme éprise de liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          962
Eve-Yeshe
  10 juin 2015
L'auteur nous raconte dans ce livre, la souffrance d'une femme Ann Hidden musicienne, passionnée de piano, mais ne produisant plus sur scène, passionnées également d'oeuvres anciennes qu'elle retranscrit à sa manière. C'est une artiste, torturée par la vie, les abandons : son père est parti alors qu'elle était enfant, juste après la mort de son petit frère, et sa mère a passé sa vie à attendre son retour. Il n'a jamais donné de nouvelles.
Après l'échec de sa relation avec Thomas elle fuit, décide mener une autre vie, change la couleur de ses cheveux, sa façon de s'habiller, elle est devenue une autre.
Quand elle tombe amoureuse de la belle villa ancienne creusée dans le rocher qui surplombe la mer, elle s'installe. le chemin qui mène à la maison est raide, parfois impraticable mais la villa semble se mériter. Elle l'aima avant de penser qu'on pût aimer d'amour un lieu dans l'espace.
Elle se replonge dans la musique, les oeuvres anciennes toujours, devient amie avec la famille propriétaire de la maison, en particulier Amalia.
D'autres personnes vont entrer dans sa vie, Leonhardt, Magdalena, sa fille
La natation occupe une grande place dans sa vie, avant elle nageait en piscine, là elle a la mer pour elle toute seule. Elle l'explore physiquement, tactilement comme les touches du piano. Elle écoute sa musique, parfois même son vacarme : Elle pouvait passer des heures devant les vagues, dans le vacarme, engloutie dans leur rythme comme dans l'étendue grise, de plus en plus bruyante et immense, de la mer.
Mais un nouveau drame va se produire et elle prendra encore la fuite.
Pascal Quignard raconte les blessures de l'amour, de la petite fille abandonnée par son père, puis par l'homme qui partageait sa vie, les blessures de l'amitié que ce soit Georges, ou les autres personnes, Léonhardt, Charles Giulia, Magdalena… et comment on peut aimer une maison tout autant qu'un être humain : Elle aimait de façon passionnée la maison de zia Amalia, la terrasse, la baie, la mer. Elle avait envie de disparaître dans ce qu'elle aimait… Mais ce n'était plus un homme qu'elle aimait ainsi. C'était une maison qui l'appelait à la rejoindre. C'était une paroi de montagne où elle cherchait à s'accrocher.
Il nous raconte la solitude de l'être humain, de la souffrance que l'on cache en soi et qui entraîne bien des fêlures, dans le fond du coeur et du corps. Est-ce la bonne solution de fuir, de disparaître quand on souffre ? Ann a le don de couper les liens presque chirurgicalement. Sa personnalité se transforme chaque fois qu'elle fuit, elle change de lieu mais aussi de vêtements.

C'est difficile de parler d'un tel livre, il est tellement puissant dans son message et son écriture qu'on en reste abasourdi, assourdi, sans voix.
J'avais bien aimé « Tous les matins du monde » et « terrasse à Rome » de Pascal Quignard et la magie a encore marché. J'ai tourné la dernière page hier soir et je suis encore toute hébétée, remuée car l'auteur fait réfléchir.
Un livre plutôt sombre, une héroïne qu'on n'aimerait pas trop avoir comme copine, tant elle nous dérange, mais qui fascine par sa liberté, sa façon de tout abandonner, de tourner la page, de recommencer ailleurs (qui n'en n'a pas rêvé un jour ou l'autre?), des personnages attachants. mais quelle belle prestation.
Note : 9/10
Challenge ABC

Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          666
carre
  08 novembre 2013
Ann Hidden plaque tout après la trahison de l‘être aimé, pire elle efface tout jusqu'à changer d'identité. Mais peut-on disparaitre totalement ? Première incursion dans l'univers de Pascal Quignard. Peur de ne pas apprécier un auteur reconnu, de ne pas être à la hauteur. Et puis « Villa Amalia » m'a semblé être le roman pour entrouvrir la porte. Questionnements sur l'amour, fuir pour ne plus souffrir, pour se réinventer, direction vers le soleil, la lumière en guise de thérapie. Une histoire qui s'installe doucement, une petite musique qui vient triturer nos neurones, le roman de Quignard est joliment agréable. Une première rencontre donc pleine de promesse !!!
Benoit Jacquot l'a adapté fidèlement au cinéma avec une Isabelle Huppert envoutante et un Jean-Hughes Anglade tout en nuance.
Commenter  J’apprécie          671
blanchenoir
  14 mars 2014
Après la lecture d'un très beau livre de Christian Bobin, La plus que vive,ce roman de Pascal Quignard reflète une semblable atmosphère....
L'auteur s'attache à décrire et à nous faire ressentir une douleur, qui passe du coeur au corps... Une douleur pleine et vive qui grossit au fur et à mesure des pages que l'on lit, avec une attention extrême....
D'abord, un départ. Puis, une rencontre avec l'amour d'un lieu. Ensuite, c'est l'amour pour une petite fille qui prend toute la place... le Bonheur. Et de solides amitiés : une chaleur...
Enfin, la mort surgit. Des morts. Accompagnées d'une douleur diffuse et incontournable, à travers des mots d'une extrême beauté, et simplicité...
Du soleil, nous sommes passés à la nuit :
"Elle n'avait plus le courage de se lever, de marcher, de courir, de repartir, de mourir. Ici, elle commençait à avoir peur du soleil. Là-bas, quand elles étaient ensemble, quand elles vivaient ensemble toutes les trois, elle n'avait jamais peur du soleil, pelotonnées toutes les trois dans leurs chaises longues, buvant toutes les trois de l'eau glacée dans de grandes bouteilles de verre couvertes de buée, sur la terrasse, tout en haut de la colline, au paradis."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421
oliviersavignat
  21 septembre 2020
Premier livre de cet auteur que j'ouvre, et c'est une très belle surprise. Je ne pensais pas qu'un tel ouvrage puisse me happer encore moins m'émouvoir! Et pourtant les deux se sont produit... C'est un très beau portrait de femme compositrice, qui, entre deux gestes de vengeance et entre deux deuils, parvient à reconstruire une vie et une oeuvre. Entre le soleil d'Italie et la pluie de Bourgogne, c'est un très bel hymne à la nature et à la résilience. Mais c'est surtout un style!
Commenter  J’apprécie          402

Citations et extraits (108) Voir plus Ajouter une citation
blanchenoirblanchenoir   03 mars 2014
- (...) C'est terrible de manger tout seul. Tu ne peux pas savoir.
- C'est faux. J'ai toujours aimé manger seule, au calme, dans un coin de fenêtre.
- Je déteste cela.
- J'aime bien.
- On mange trop vite.
- Pas moi.
On est regardé.
- C'est vrai qu'on est regardée et que ce n'est pas ce qu'il y a de plus agréable. Mais manger seule, c'est pour moi un vrai plaisir.
- Je ne suis pas du tout d'accord avec toi. C'est à cause du silence que c'est moins bon. On ne peut pas exprimer ce qu'on éprouve en goûtant, en dégustant, en mâchant, en buvant. Je souffre tellement de manger seul. Tu mangerais avec moi ?
Il était suppliant. Cela lui fut aussitôt insupportable. Elle posa sa main sur son bras. Elle dit ferment :
- Un autre soir, Georges.
Ils traversèrent le jardin. Il cherchait dans sa veste son portefeuille.
- Ma carte, mon numéro de téléphone...
- Tu me les as déjà donnés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
araucariaaraucaria   01 mai 2014
Tous les amants ont peur. Elle avait terriblement peur de ne pas convenir à la maison. Elle eut peur de ne pas savoir s'y prendre en lançant les travaux. Peur d'en altérer la force. Peur de rompre un équilibre. Peur aussi d'être déçue. Peur de ne pas être aussi heureuse qu'elle pensait qu'elle allait l'être quand elle avait découvert la villa pour la première fois.
Le printemps balaya la peur.
Ce furent les grands jasmins sauvages.
Ce furent les buissons de roses.
Ce furent les anémones sans nombre, aux couleurs si profondes, aux beautés de soie.
Ce furent les pavots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
michelekastnermichelekastner   26 août 2012
Elle se retourna une dernière fois pour contempler la mer violente prise dans le lin brodé des rideaux des fenêtres.
Brodés un à un par sa mère dans la solitude.
Elle ouvrit les battants de la fenêtre.
Le bruit assourdissant de l'océan envahit le salon. sa mère avait vécu dans le bruit sans fin de l'océan toute sa vie. Sa vie de mère abandonnée par son petit garçon. Sa vie de femme délaissée par son époux. Et tout le restant de ses jours éloignée de sa fille.
Ann, angoissée, regardait les pieds des hortensias dans le reste d'écume, le grand escalier qui descendait en tournant sur la plage.
Les vagues de la nuit avaient rendu les marches toutes luisantes en se retirant.
Le sable était devenu aussi marron que les feuilles des arbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
araucariaaraucaria   30 avril 2014
(Par la suite) il lui expliqua qu'il s'était installé ici pour quelques jours, afin de ranger. Il avait décidé de vendre le pavillon où sa mère avait vécu seule après son remariage. Il ne souhaitait pas en avoir la charge plus longtemps. Il n'aimait pas cette ville. C'était un hasard miraculeux que cette rencontre à Choisy-le-Roi, pour peu qu'il y réfléchît. Quarante ans passent, un ange passe, une âme monte au ciel, une femme surgit sur un trottoir et plonge son visage dans les feuilles d'un laurier, le fantôme de soeur Marguerite se glisse tout à coup dans l'espace.
- Et deux fantômes boivent du thé ensemble, conclut-elle.
- Le thé de maman est bon, tu ne trouves pas?
- Georges, vous ne pouvez pas savoir combien ce que vous dites est vrai : je suis une femme devenue un fantôme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
araucariaaraucaria   01 mai 2014
Abritée dans la roche, la villa dominait entièrement la mer.
A partir de la terrasse, la vue était infinie.
Au premier plan, à gauche, Capri, la pointe de Sorrente. Puis c'était l'eau à perte de vue. Dès qu'elle regardait elle ne pouvait plus bouger. Ce n'était pas un paysage, mais quelqu'un. Non pas un homme, ni un dieu bien sûr, mais un être.
Un regard singulier.
Quelqu'un. Un visage précis et indicible.
Elle enquêta pour découvrir les propriétaires de cette maison longue, étroite, déserte, qui surmontait la mer au sud-est - ou au moins en connaître l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Pascal Quignard (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Quignard
{Conférence-performance de Pascal Quignard}Dans le cadre de l'exposition qui lui est consacrée à la BnF, l'écrivain Pascal Quignard propose une conférence-performance inédite en lien avec son dernier ouvrage, Sur le geste de l'abandon.Conférence-performance enregistrée le 29 septembre 2020 à la BnF I François-MitterrandEn savoir plus sur l'exposition Pascal Quignard, fragments d'une écriture : https://c.bnf.fr/G8O
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tous les matins du monde

En qu'elle année Pascal Quignard a-t-il écrit Tous les matins du monde?

1816
1917
1991
1899

10 questions
242 lecteurs ont répondu
Thème : Tous les matins du monde de Pascal QuignardCréer un quiz sur ce livre

.. ..