AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Johan-Frédérik Hel-Guedj (Traducteur)
EAN : 9782848930381
382 pages
Éditeur : Les Deux Terres (15/02/2007)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 68 notes)
Résumé :
Mix, un garçon un peu perdu, pas si méchant du reste, a la superstition du chiffre 13. Il habite à Notting Hill, sous les combles d’une maison délabrée, au milieu des cadavres d’insectes. Son idée fixe est Jon Christie, un tueur en série mythique qui a rendu célèbre le 10 Rillington Place. Il est obsédé par une Noire, superbe mannequin, qu’il harcèle. Sa logeuse, Gwendolen Chawcer, est tout aussi recluse - elle s’enferme peu à peu dans ses livres, et dans la lecture... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  20 mai 2015
Meurtres et tueurs en série, dans un polar britannique sans policier, une étude de moeurs avec touches d'humour et héros pathétiques.

Une octogénaire est obsédée par ses bouquins et ses amours d'autrefois. Elle vit avec son chat dans la solitude d'une très vieille maison, d'autant plus vieille qu'on n'y a pas fait de rénovation depuis plus de cinquante ans et à peine un peu de ménage depuis. La vieille fille a aussi une notion originale du rangement, elle conserve toujours sa lampe de poche dans le frigo !

Pour l'aider à subvenir à ses besoins, elle s'est résignée à louer l'appartement du dernier étage à un homme qui lui semblait honnête. Ce réparateur d'équipements d'exercices est cependant obsédé par un tueur en série qui a vécu dans le quartier, obsédé aussi par une célèbre mannequin qu'il est sûr de séduire s'il arrive à la rencontrer, obsédé par le chiffre 13 qui lui porte malheur et même par un fantôme qui hanterait la demeure !
Bien qu'on y trouve le crime, il ne faut pas s'attendre ici à un thriller haletant, car l'intrigue prend beaucoup de temps à se mettre en place. Il faut plutôt profiter des travers des différents personnages et des descriptions amusantes des menus événements. Imaginez par exemple comment réagira la vieille dame lorsqu'elle trouvera un string rouge dans son lavoir…
On peut aussi penser au sourire de l'auteure lorsqu'elle décrivait ces vieilles dames, car Ruth Rendell avait elle même près de 75 ans lorsque ce roman a été publié !
(Ruth Rendell est décédée le 2 mai 2015)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
hellza24
  25 août 2014
C'est un roman d'obsessions.
Il y a Mix Cellini tout d'abord. Jeune homme passionné par un tueur en série mort il y a plus de cinquante ans, il a déménagé pour vivre plus près du domicile du meurtrier. Il est amoureux de Nerissa Nash, manequin célèbre, et est persuadé d'en être aimé en retour.
Nérissa est amoureuse depuis l'adolescence du fils de ses voisins. Elle veut se transformer pour lui, s'améliorer, persuadée qu'elle est vraiment trop superficielle pour lui et que jamais il ne verra en elle une femme digne de partager sa vie.
Et la vieille Gwendolin Chawcer, chez qui loge Mix : enfermée dans ses habitudes de vieille fille, elle a traversé sa vie sans participer au monde ni découvrir les progrès de la science ou de la technologie. Elle garde dans son coeur son 1er et seul amour de jeunesse , persuadée qu'il était réciproque . Elle pense que c'est le bon moment de le recontacter, puisqu'il vient de perdre sa femme.
Ces trois personnes vivent enfermées dans leurs certitudes, coupées de tous, de la "vraie vie". A des stades différents bien entendu ! Ce qui est très angoissant, c'est lire comment Mix interprète le moindre mot, le moindre évènement, comme étant un signe du destin. Il est convaincu de son droit à posséder Nérissa, et de la justesse de chacun de ses actes. Ça file la frousse !
C'est un roman surprenant, original. Agréable à lire et dérangeant à la fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
mariech
  13 octobre 2011
Un de mes préférés de Ruth Rendell pour son étude des personnages , Ruth Rendell n'a pas son pareil pour faire une analyse psychologique de ses personnages . J'ai le souvenir particulier de la vieille jeune fille amoureuse de son médecin de famille , qui croit que ses sentiments sont partagés . Un livre pour les personnes qui privilégient les personnages à l'intrigue policière .
Ruth Rendell a aussi comme particularité qu'elle observe son époque attentivement et fait une fine critique de la société .
UN vrai coup de coeur .
Commenter  J’apprécie          100
girafe83500
  23 octobre 2015
Livre que je viens de lire à nouveau dans le cadre du challenge "Dévoile ta consigne". Dans mes souvenirs les personnages étaient tordus et l'histoire peu passionnante, je ne me rappelais plus de la fin. A l'occasion de cette seconde lecture, je n'ai pas plus été conquise que ça, pourtant il s'agit d'une auteur que j'aime.
L'histoire est longue et plate, les personnages n'ayant pas d'attrait particulier hormis leur singularité mentale. L'auteure n'a pas du s'attacher à ses personnages et le lecteur le ressent. le sujet aurai du être traité avec plus d'enthousiasme car tous les ingrédients sont réunis.
Ce roman a fait parti de la sélection 2008 du prix des lecteurs du livre de poche, ça laisse perplexe car Ruth Rendell s'est faire du meilleur cru !
Commenter  J’apprécie          70
pyrouette
  26 octobre 2011
Je ne devrais pas rire en lisant un policier, il y a les crimes, les assassins, les gens douteux mais avec Ruth Rendell je ne peux m'en empêcher. J'avais le temps de déguster ce livre, privée d'internet et de téléphone, ma seule survie qui me reliait au monde extérieur à ce moment là était la bibliothèque du village, dix fois plus petite que dans mon ancienne ville mais où des trésors m'attendaient rangés sagement sur les rayons (je pense que le bibliothécaire qui est aussi mon voisin a un faible pour Ruth, sinon comment expliquer la présence de cet auteur sur deux rayons entiers ?)

L'ambiance de cette histoire est lente, c'est vrai. Mais c'est pour mieux vous imprégner ! Les mauvaises odeurs, la crasse, les fantômes et la treizième marche. Vous voilà installé dans la maison et vous pouvez suivre les deux protagonistes de cette triste affaire. Vous allez vous apercevoir qu'un rien peut faire sombrer une personne fragile dans la délinquance voir le meurtre, que tous les livres ne sont pas bons à lire, que le harcèlement n'est que de l'amour. Bref pour moi ce livre est une comédie satirique comme je les aime. Une mention spéciale pour les amies de la logeuse, sacrées bonnes femmes. Si vous avez du temps je vous conseille cette lecture mais si vous courrez après le temps, pas la peine vous passerez à côté de tous ces petits détails qui font de ce livre une perle dans son genre.

Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   20 mai 2015
Vivre ici trop longtemps, il y avait de quoi rendre fou. Vous sentiez les lieux se désagréger et lentement pourrir autour de vous, le bois et les suspensions, et les vieux tapis se désintégrer de minute en minute. Si vous restez immobile, et si vous écoutez, vous pouvez presque entendre le bois se fendiller, la rouille et la moisissure se transformer en poussière.

(Libre Expression, p. 324)
Commenter  J’apprécie          200
namelessnameless   06 octobre 2019
"Plus je connais les gens, disait-elle en citant son père, plus j'apprécie les livres". Elle redescendit et passa dans la cuisine. Là, elle sortit un sandwich tout fait de la boutique du coin, au fromage et aux pickles et, avec un verre de jus d'orange, regagna son canapé au dragon et retourna à Middlemarch.
Commenter  J’apprécie          150
namelessnameless   10 octobre 2019
Il y avait des moyens de retrouver les gens de nos jours, des moyens bien plus simples et bien plus sûrs que dans sa jeunesse. On opérait avec un ordinateur, sans qu'elle sache trop comment, d'ailleurs. On se servait de cet ordinateur pour aller sur quelque chose qui s'appelait le "Net" ou la "Toile", et là on vous disait tout.
Commenter  J’apprécie          131
bilodohbilodoh   20 mai 2015
Queenie avait toujours cru, et agi selon cette croyance, que si l’on voulait obtenir quoi que ce soit d’un homme, si l’on désirait seulement exister en sa présence, il fallait se montrer excessivement polie, délicieuse, adorable et même flirteuse. Cela n’avait pas contribué à son bien-être, mais à rendre son mariage heureux, si.

(Libre Expression, p. 308)
Commenter  J’apprécie          50
pyrouettepyrouette   26 octobre 2011
Pendant un long moment, elle ignorait combien de temps, elle eut l’impression d’avoir perdu toute existence physique et de n’être plus qu’un esprit tourbillonnant de colère et de pensées vengeresses. Ensuite, elle se sentit passer tour à tour de la fureur au vide et à l’immobilité.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Ruth Rendell (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ruth Rendell
Pedro Almodovar - "En chair et en os"
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Promenons-nous dans les bois" de Ruth Rendell

Comment s'appelle la femme qui devait garder les deux enfant du couple Dade ?

Paula
Joanna
Tania

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Promenons-nous dans les bois de Ruth RendellCréer un quiz sur ce livre