AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266161806
Éditeur : Pocket (27/02/2006)

Note moyenne : 3.1/5 (sur 62 notes)
Résumé :
A Sowerbridge, jolie petite ville d'Angleterre, une vieille dame fortunée et sa garde-malade sont sauvagement assassinées.
Patrick O'Riordan, ouvrier irlandais sans emploi, est immédiatement inculpé de ce double meurtre et mis sous les verrous. Il n'en faut pas plus pour ranimer la flamme d'un racisme séculaire dans la cité. Face à la montée de la violence et par solidarité avec ses compatriotes irlandais, Siobahn Lavenham alerte les autorités et tente de déf... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  13 avril 2019
The tinder box, paru en 1999, étrangement traduit par Ni chaud ni froid, est un court roman dont je n'ai pas bien saisi l'intérêt dans la bibliographie de Minette Walters, coutumière d'ouvrages plus consistants, aux intrigues plus retorses.

Bien que Patrick O'Riordan soit présumé innocent jusqu'à son procès après le meurtre d'une vieille dame et de sa garde-malade, la population de Sowerbridge, charmant petit village anglais à la mentalité arriérée, s'érige en juges et bourreaux, sous l'égide de quelques meneurs qui décident de ce qui est bon ou mauvais pour la communauté. Pourquoi tant de haine ? Parce que Patrick et sa famille sont Irlandais, « ces gens méprisables qui inondent le pays comme une armée de rats en demandant l'aumône ». Or, le problème n'est pas d'être Irlandais mais de savoir si Patrick est un assassin. C'est donc par solidarité avec ses compatriotes que Siobhan, s'insurge contre la vindicte populaire et tente d'introduire un peu de raison et de modération dans le déferlement quotidien et haineux des justiciers auto-proclamés qui expliquent leurs insultes, menaces, incendie volontaire en s'appuyant sur des dictons tels que : « Le léopard ne change pas ses taches », « La pomme ne tombe jamais loin de l'arbre », « Un chien ne fait pas un chat ». C'est vrai que le passé des O'Riordan n'est pas glorieux mais doit-on condamner un homme à cause de ses antécédents ?

Si l'intention de l'auteure est claire et louable, dénoncer l'ostracisme, les préjugés, la haine ordinaire, l'intolérance, le résultat n'est pas à la hauteur de cette noble ambition. Ni chaud ni froid est un roman qui paraît bâclé, dont les idées et rebondissements interviennent en ordre dispersé, créant un fouillis littéraire sans grande rigueur ni profondeur. Un roman que l'on peut lire. Ou pas. Qui laissera dans ma mémoire un souvenir périssable. C'est mon avis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
Ellane92
  19 juillet 2017
Une vieille femme et sa garde-malade ont été battues à mort dans un petit village d'Angleterre. Très vite, les soupçons se portent sur le fils de ce couple d'infirmes irlandais qui ne plait à aucun des vrais Anglais qui habitent ledit village, et personne n'est étonné lorsque la police retrouve des bijoux ayant appartenu à la vieille dame dans sa chambre. Personne, sauf Siobahn, à moitié irlandaise elle aussi, qui s'est toujours bien entendu avec ses voisins irlandais et emploie même leur nièce pour s'occuper de ses enfants.
Ni foid, ni chaud... Voilà exactement ce que je pense de ce livre de Minette Walter : c'est effectivement une lecture plutôt tiède.
Le livre est très court, écrit en gros caractère, et tant mieux, tant l'intrigue n'est pas épaisse elle non plus. J'ai trouvé les personnages et les comportements de chacun stéréotypés, ce qui est fort dommage puisque, en général, ce que j'apprécie le plus, chez Minette Walter, c'est le portrait psychologique des personnages qu'elle met en scène. Même si les dernières pages rattrapent un peu la sauce, j'ai trouvé l'ensemble assez insipide, une sorte de petite histoire basée et dont le sujet est les apparences, permettant de mettre en exergue l'animosité qui existe aujourd'hui encore entre les Irlandais et les Anglais. Peut mieux faire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
zabeth55
  15 avril 2013
Dans un tout petit village anglais bien pensant, le fils d'un couple d'irlandais tendance gitans, vient d'être accusé du meurtre de la propriétaire du manoir et de son infirmière.
On ressent bien l'esprit anglais et l'opposition irlandais/anglais.
Les dates en tête de chapitres qui ne sont pas chronologiques perturbent un peu la lecture.
Sinon, c'est du pur style Minette Walters et le suspens est bien mené.
Commenter  J’apprécie          130
HORUSFONCK
  07 décembre 2016
Ce polar british, assez "short", est assez malin même si sa chronologie déstructurée ne sert à rien (coquetterie de l'auteure?)
Minette Walters dessine un tableau peu flatteur d' anglais assez raides et imbus, mais aussi d' irlandais pas toujours très nets.
Le comportement moutonnier et ignoble des villageois qui font chorus, pour rejeter l'Irlandais et condamner le coupable présumé; est - hélas - d'une intemporalité, d'une universalité et d'une actualité assez désespérante.
By jove!
Commenter  J’apprécie          80
raynald66
  01 avril 2014
Une riche vieille dame et son infirmière sont tuées dans un petit village en Angleterre. le fils d'une famille irlandaise est accusé du meurtre.
Petite histoire policière sur fonds de racisme entre irlandais et anglais
Extrait :
Lavinia Fanshow, âgée de 93 ans et sa garde malade ont été rouées de coups avant que l'assassin n'arrache à Mrs Fanshaw les bagues qu'elle portait aux doigts
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   12 avril 2019
Les secrets sont choses si délicates. Des fragments de notre être qui, une fois exposés au grand jour, peuvent inciter autrui à modifier totalement l'image d'ensemble qu'il a de nous.
p. 37
Commenter  J’apprécie          232
raynald66raynald66   01 avril 2014
- Patrick s'est toujours montré si gentil avec les enfants et moi. Je n'arrive pas à croire que ce soit un assassin.
Il sourit de sa naïveté.
- Les deux ne sont pas forcément contradictoires, Mrs Lavenham.
Je suppose que les voisins de Jack l'Eventreur disaient la même chose de lui
Commenter  J’apprécie          80
BlackKatBlackKat   23 octobre 2013
Curieusement, je commence à l’apprécier. C’est un peu comme manger une pomme de terre rôtie cramée. L’extérieur est rebutant, mais l’intérieur est délicieux et plutôt tendre.
Commenter  J’apprécie          40
raynald66raynald66   01 avril 2014
Il était tellement hors de lui que, comme sa mère tentait de l'en empêcher, il l'a jetée par la fenêtre, de sorte qu'elle s'est fracturé le bassin et qu'elle n'a jamais pu marcher depuis.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   03 juillet 2013
Elle adore créer la pagaille. Elle n’est jamais aussi satisfaite que lorsqu’elle peut pousser les gens à bout. Cela lui donne le sentiment de sa propre importance que de forcer chacun à faire ses quatre volontés.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Minette Walters (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Minette Walters
Interview de Minette Walters pour The Last Hours.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La disparue de Colliton park" de nom de Minette Walters.

Quel est le prénom de Miss Gardener ?

Henry
George
Andrew

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : La disparue de Colliton Park de Minette WaltersCréer un quiz sur ce livre
.. ..