AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2363710789
Éditeur : Pierre-Guillaume de Roux Editions (06/02/2014)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« Eh bien quoi, le Moyen Âge ? C’était une époque concrète. Pour manger on ne réchauffait pas de barquettes aux micro-ondes, pour faire la guerre on n’envoyait pas de missile téléguidé. Les choses avaient l’apparence de ce qu’elles étaient. Prends une épée, ou une masse d’armes : pas besoin de réfléchir pour saisir le danger ! Alors que les mines actuelles, avant que ça explose on pourrait aussi bien les prendre pour des roues de brouette, ou des essoreuses à salade... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Bazart
  06 mars 2018
Alix mal dans sa peau, Alix se questionne, Alix questionne ses parents, Alix questionne son couple, Alix se cherche. Alix es-tu sur d'avoir autre chose à trouver dans ta petite vie de doctorante en histoire médiévale ?
Dans ce chalet abandonné à flanc de montagne, la jeune femme se laisse envahir par des souvenirs, les pièces du puzzle de sa jeune vie peuvent se mettre en place.
Naissance d'un couple, apprentissage de l'autre à deux âges différents : Alix adolescente, Alix jeune adulte, et si l'un n'était que la reconstruction d'un autre inabouti ? Chercheuse dans l'âme, elle quittera les Alpes différente mais libre.
Quel drôle de roman qu'une fois attaqué on ne peut plus lâcher. Une description méticuleuse de notre monde et des étranges insectes qui le composent. Olivier Rey en bon scientifique, décortique, classifie et analyse les comportements humains avec la distance d'un entomologiste.
La classe moyenne en ce début de siècle épinglée dans un laboratoire littéraire. Ce roman surprenant, réédité sur les conseils de Michel Houellebecq, est tout de même moins cynique et désenchanté que ceux de ce glorieux parrain.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Mistigrif
  04 juillet 2014
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, qui prend différentes facettes, dans une langue toujours affûtée et exigeante. Dans certains chapitres, l'auteur déploie une profondeur à partir de détails qui paraissent insignifiants au premier abord. La beauté d'un paysage de montagne dépréciée par la cuve de fuel sur son socle, des poubelles à roulettes, des chaises en plastique moulé… « Est-ce ma faute si je suis plus sensible aux laideur proches qu'aux beautés lointaines ? »
L'art de contenir tout une vie (ou tout un âge, l'enfance, l'adolescence…) dans quelques situations types, des images clés, des répliques définitives… « Les chagrins sont insupportables, on est en enfer. C'est cela l'enfance. L'enfance vraie, pas celle qu'on raconte ».
« Incroyable… On est là, gentille petite fille, à collectionner les images d'animaux sur les plaques de chocolat, à s'attendrir sur le sort des bébés phoques ; à bien tenir ses classeurs d'école, à souligner les titres, à coller des oeillets sur les perforations pour éviter que les pages ne s'arrachent. Et puis subitement, on suce une bite. »
Des inventaires à la précision Houellebecquienne, sans le cynisme, mais avec une ironie très fine, à peine amère… Oui, il y a une profondeur qui vous happe.
Et puis dans d'autres chapitres, on est dans un roman « ordinaire », qui raconte tout simplement une histoire. Mais il y court toujours un humour distancié, une lucidité qui nous place devant les mensonges que nous faisons à nous-mêmes. Par exemple sur le journal intime : « Que fallait-il écrire ? Ce qui était vécu ou ce qui ne l'était pas ? » Dans les passages qui parlent de la dépression que traverse la narratrice (l'auteur masculin fait usage d'un « je » féminin), c'est par des détails infimes que l'on prend conscience de la détresse et du désarroi du personnage. Plus efficace que les tirades lyriques !
La fin du livre nous ramène au début, la boucle est bouclée, l'ironie du sort ramène la narratrice à son point de départ : pareil, et pourtant si différent. Pareille et pourtant si différente. Faut-il revenir sur soi-même pour pouvoir enfin prendre ensuite une autre route ?... Pour vivre debout, faut-il d'abord connaître la chute ?
Un roman aigu, qui pique, qui fait mouche…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
clairpickworth
  28 juillet 2014
Découvert grâce à La Masse Critique de Babelio.
L'histoire d'Alix, jeune doctorante en histoire médiévale à l'humour caustique, lucide sur son époque et sur sa propre condition mais prise d'une inquiétude, une sorte de mal-être qui finit par l'embarquer dans une quête étrange, à la recherche d'un être disparu.
J'ai beaucoup aimé l'humour d'Alix et ses délicieuses descriptions du quotidien, son piquant, l'écriture très affûtée d'Olivier Rey.
J'ai été émue devant sa dépression, j'ai été intriguée de la suivre pendant son "évasion" vers la montagne.
Mais je dois avouer que je suis restée sur ma faim. Je ne voulais pas forcément plus de "réponses" à la fin du livre ...les "mystères" restent entiers mais nous voyons le boucle bouclé pour Alix. Ceci dit, m il me manquait quelque chose pour vraiment apprécier pleinement cette lecture.
Commenter  J’apprécie          70
Alyla
  21 septembre 2014
Une sympathique tranche de vie dans laquelle se retrouveront beaucoup de lecteurs, de nombreux bons mots (certains sont jubilatoires, de ceux que l'on note sur un petit carnet pour plus tard), une belle intrigue.
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire cet ouvrage ; une montée en puissance (peut-être un peu trop puissante, justement) jusqu'à son dénouement qui m'a déçue, que j'ai trouvé trop facile, pas assez torturé pour cette héroïne qui, tout au long du roman, ose oser.
Commenter  J’apprécie          40
Sauf
  16 septembre 2015
Une histoire très agréable à lire, drôle, bien écrite. Puis tout d'un coup, vers la fin, on ne sait pas pourquoi, la machine s'emballe une intrigue se met trop rapidement en place, avec une chute décevante.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   04 mars 2018
C’est triste à dire : la parole sert surtout à exprimer ce qui ne va pas, ou ce qui allait quand cela ne va plus. Quand tout va bien, quand on est au comble du bonheur, on est transporté. Transporté où ? Hors du langage probablement.
Commenter  J’apprécie          190
MistigrifMistigrif   05 juillet 2014
Chez Vincent, tout me va. (...). Un garçon harmonieusement développé tel qu'on s'applique maintenant les faire s'épanouir dans les milieux éclairés, protégés dès le plus jeune âge des méfaits du soleil par une casquette, de la crème d'indice élevé, des lunettes et l'interdiction de s'exposer aux heures les plus chaudes de la journée, préservés plus tard des ravages de l'acné, au besoin par des comprimés de Roaccutane, nourris avec les bonnes vitamines, les acides gras polyinsaturés, les produits laitiers, légumes verts et fruits en nombre suffisant, des dents bien alignées et brossées avec application, non pas de grosses mains ballantes aux ongles épais et noirs mais des doigts fins et des ongles réguliers, pieds idem, grandis dans des chaussures souples aux pointures adaptées, un entraînement physique avec des méthodes efficaces et bien dosées tenant compte des nouveaux savoirs sur le corps, ce qui fait qu'en bout de chaîne on obtient quelques spécimens très réussis, grands, forts et au teint de pêche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MistigrifMistigrif   05 juillet 2014
C'est triste à dire : la parole sert surtout à exprimer ce qui ne va pas, ou ce qui allait quand ça ne va plus. Quand tout va bien, quand on est au comble du bonheur, on est transporté. Transporté où ? Hors du langage, probablement.
Commenter  J’apprécie          30
MistigrifMistigrif   05 juillet 2014
Au Paradis, Adam maîtrisait parfaitement ses érections. En voyant passer Ève il se disait parfois : ne serait-il pas temps que je fasse usage de cet appendice dont Dieu m'a pourvu pour m'unir à elle ? Et l'appendice se dressait, avec la même docilité que le bras se tend pour prendre un objet. Jamais de panne, jamais d'excitation hors de propos... Ensuite, il y eut la Chute. Et la désobéissance de l'homme a été punie par la désobéissance de sa bite. Ça tracasse pas mal les hommes, ce manque de contrôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MistigrifMistigrif   05 juillet 2014
Mes parents, ma victoire ne les a pas vraiment intéressé. Ah, c'est bien... Tu es une championne. Mais non, je ne suis pas une championne ! Ca m'exaspère, cette façon de s'envoyer des félicitations outrancières à la tête. Soi-disant pour faire plaisir. En fait pour dissuader d'aller plus haut, pour saper l'ambition et maintenir dans la médiocrité.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Olivier Rey (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Rey
Olivier Rey. Vivre dans une société& boursoulée.
autres livres classés : journal intimeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15058 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre