AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782824619323
256 pages
City Editions (08/09/2021)
3.85/5   62 notes
Résumé :
Pour sa première réunion de famille en compagnie de Marc, son nouveau petit-ami, et de ses beaux-parents coincés, Camille a tout prévu : les cours de bridge pour plaire à belle-maman et les bouquins de philosophie pour impressionner beau-papa. Evidemment, rien ne se passe comme prévu !
Les choses se corsent encore lors de la fête du village. Alors qu’elle sert une coupe de champagne à l’un des pensionnaires de la maison de retraite, il s’écroule, mort. Pour s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 62 notes

Lornaric
  03 juillet 2021
Camille doit passer les fêtes de fin d'année en compagnie de son petit-ami et des parents, plutôt coincés, de ce dernier. Camille a tout prévu pour que cette visite se passe au mieux : cours de bridge et bouquins audios de philosophie pour impressionner sa belle-famille. Mais, évidemment, rien ne se passe comme prévu et le séjour vire au cauchemar lorsque Camille est accusée d'avoir empoisonné un vieil homme lors de la fête de village ...
Un agréable "cosy mystery" pétillant et plein d'humour qui se lit d'une seule traite. L'écriture est légère et fluide. On ne s'ennuie pas un seul instant. Parfait pour se changer les idées !
Commenter  J’apprécie          300
domi_troizarsouilles
  17 janvier 2022
Une déception ! et les notes quand même assez élevées qui sont données à ce livre me laissent perplexe…
À vrai dire, ça commençait mal : on apprend d'emblée, grâce à quelques notes de bas de page dès le 1er chapitre, que ce livre est en quelque sorte la suite de « On n'attire pas les hirondelles avec du vinaigre ». Certes, je pense que les deux livres peuvent se lire indépendamment ; autrement dit, ce second tome n'est pas incompréhensible si on n'a pas lu le précédent… mais c'est quand même dans ce dernier que le lecteur avisé aura pu faire connaissance avec les personnages, ce qui ne semble pas inutile. Lecteur avisé, ou tout simplement informé ! mais la mention que ce livre-ci est une suite n'apparaît nulle part, si ce n'est dans les notes de bas de page précitées, ce qui est un peu pauvre, et « invisible » lors de l'acquisition du livre ! En effet, ni l'autrice ni l'éditeur ne semblent avoir trouvé utile de faire savoir aux lecteurs, de façon claire, que ce livre-ci a un prédécesseur ; pour moi c'est une forme de manque de respect envers le lecteur, et je trouve ça extrêmement dommage ! C'est du pur commerce, « lisez-moi ! » et vous vous débrouillez avec ça…
Car oui, il faut bien le dire, ce livre est très vendeur. La couverture est tout à la fois attirante et sympathique, mais aussi intrigante, avec ce verre de champagne en avant-plan, les lampions, l'esprit de fête malgré ce homard à l'oeil triste… et cette fiole de poison qui laisse entrevoir un autre aspect sur lequel les ventes jouent beaucoup : du cosy mystery !
Et c'est bien là qu'intervient la deuxième grosse déception : non ce n'est pas du cosy mystery, ou si c'en est, alors il est noyé dans une histoire qui s'apparente bien davantage à de la chick-lit qu'à tout autre genre, avec une vague enquête policière qui commence réellement à plus de la moitié du livre, et qui ne prend pas plus de 20 à 30% du roman au total – je n'ai pas fait de statistiques exactes, mais je pense ne pas être loin du compte. Pire : enquête ou pas, j'avais compris dès sa première apparition qui était le tueur, son mobile et son procédé ; c'était tellement flagrant qu'on se demande comment l'autrice a encore pu trouver 20% de son livre à tourner autour de l'évidence qu'elle expose elle-même. Quoi qu'il en soit, on est très, très, très loin d'une Agatha Raisin par exemple !
S'il faut comparer à un personnage emblématique d'une littérature légère mais agréable, alors on serait plutôt du côté de chez Bridget Jones… mais en version encore plus décérébrée que l'originale (si seulement c'est possible ! je précise pourtant : j'ai beaucoup apprécié le roman de Helen Fielding lorsque je l'ai découvert il y a une vingtaine d'années, peu après sa sortie en français), d'ailleurs Camille ressemble furieusement à Bridget : journaliste sans envergure, gaffeuse au possible, et qui répète à l'envi qu'elle ne s'intéresse à rien – ni à la philosophie comme son futur beau-père, ni à l'histoire comme sa future belle-mère, ni à la politique comme son compagnon, ni aux mathématiques ou aux sciences auxquelles elle ne comprenait rien à l'école dit-elle elle-même.
Mais alors, dites-moi, elle s'intéresse à quoi, cette journaliste ? et de quoi peut-elle bien parler dans ses articles ?? de ses romans peut-être ? car là, ouf, on est presque sauvés : au moins elle lit !
Cela dit, même si Bridget était un personnage ultra-stéréotypé, elle avait quelque chose d'infiniment crédible et attachant… ce qui n'est hélas pas le cas de Camille ! Elle est présentée comme une jeune quadragénaire, mais agit en permanence comme une ado à peine pubère. Elle se montre énamourée comme une gamine de son homme parfait (alors qu'ils sont quand même à 8 mois de relation ; certes c'est beau l'amouuuuuuuuur ! mais là on est dans l'adoration gnangnan, qui dès lors ne parvient pas à émouvoir d'une quelconque façon), ou bien surexcitée face à une ex qui s'avère une vraie peste… mais soyons sérieux : ma fille de pas tout à fait 13 ans utilise le mot « peste » à tort et à travers pour désigner les filles qui ne lui plaisent pas pour telle ou telle raison… mais à 40 ans, ça devient du domaine de l'ado attardée, et si après 8 mois de relation stable (ce qui semble être le cas) avec un homme merveilleux, on craint encore une ex certes entreprenante mais à moitié hystérique, au point de l'attaquer physiquement pour quelques mots malencontreux, alors il y a un problème…
Est-ce de l'humour ? c'est en tout cas un autre argument de vente de ce livre. Eh bien, il faut croire que j'y suis peu sensible ! Certes, je reconnais que la plume est légère et ultra-fluide, et on se prend à sourire à plus d'une reprise – si on fait fi de toutes les invraisemblances relevées plus haut. Si cet humour, par ailleurs, a le mérite de ne pas se moquer des autres quels qu'ils soient (contrairement à plusieurs de mes lectures précédentes, ce qui m'irrite toujours beaucoup), mais au contraire brandit une espèce d'autodérision qui ne manque pas d'une certaine saveur, il est aussi carrément au ras de pâquerettes : c'est de l'humour « tarte à la crème », sans aucune subtilité, mais à tel point que même un Louis de Funès ultra-agité paraîtrait un enfant sage en comparaison…
Je conçois que ça puisse plaire à certains, à beaucoup peut-être même si on considère la note globale qu'a obtenue ce livre sur les différentes plateformes de vente ou de lecteurs… mais il faut croire alors que je ne suis pas dans la bonne disposition d'esprit actuellement (et peut-être n'y serai-je jamais ?), et sans cette écriture que je reconnais agréable, je n'aurais peut-être pas été jusqu'au bout.
Bref, au vu du succès qu'a remporté ce livre malgré tout, je pense qu'il peut trouver son public, mais clairement je suis passée à côté. Je retiens toutefois que sa couverture est vraiment sympathique, et la plume légère et ultra-fluide est agréable. Mais il faut oublier l'idée de trouver un cosy mystery humoristique, et se préparer à lire une chick-lit déjantée façon tarte à la crème – si j'avais su, alors la déception aurait peut-être été moins grande pour moi, en tout cas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
placedesbouquins
  20 septembre 2020
Mon résumé.
Vous souvenez-vous de Camille, cette quarantenaire désopilante, célibataire, journaliste à la gazette de Perclin ? Oui ? Non ?
Si, si, Rappelez-vous …
Désespérant de trouver l'amour et amère de la réussite de son ex, elle était partie seule en quête d'un scoop meurtrier dans l'espoir de voir sa carrière décoller ailleurs qu'à la rubrique des chiens écrasés.
Entre situations cocasses, caractère bien trempé, plutôt difficile de l'oublier !
Aujourd'hui, elle est de retour et surprise ! Elle est en couple avec le mec parfait qui n'est autre que Marc, son patron.
Dans ce cas, pas d'autre choix que d'accepter de le suivre à Vazalot, petit patelin paumé et peuplé d'une poignée d'habitants, à la rencontre des parents de son amoureux.
Mais entre la passion pour le bridge de belle-maman, les bouquins de philosophie de beau-papa, ses parents à elle qui débarquent et l'ex de Marc qui réapparaît, elle qui s'attendait à s'ennuyer ferme, ne tarde pas en plus à s'agacer sévère !
Alors, accepter de participer à la fête du village en famille devrait pouvoir la détendre un peu et lui permettre de rencontrer du monde.
Oui, bonne idée ! Mais non, fausse bonne idée ! A la première gorgée d'une coupe de champagne servie par Camille, un vieux monsieur de la maison de retraite s'effondre raide mort ! Accusé à tort, pas d'autre solution que de trouver elle-même le meurtrier avant de se retrouver définitivement derrière les barreaux !
Notre héroïne est dans un sacré pétrin et ce n'est pas la police locale qui va l'innocenter ! Loin de là !
Mon ressenti sur cette lecture.
Ce n'est désormais plus une surprise. Après avoir lu ses deux premiers livres, je suis déjà sous le charme de la plume agréable, fluide, rafraîchissante et pleine d'humour de Juliette Sachs. Alors, à chaque nouvelle découverte, je me plonge avec un certain plaisir dans cette promesse d'une bonne lecture Feel-Good, no stress, pleine de fantaisie, d'ironie et d'auto-dérision. de plus, aujourd'hui, il se trouve que c'est une suite que j'attends depuis longtemps. Donc je n'ai qu'une envie : retrouver Camille avec une petite appréhension quand même. Est-ce que je vais aimer autant que le premier et comment vais-je pouvoir en parler s'il n'est pas à la hauteur du premier opus ?
Heureusement, ce ne fut pas le cas.

Bien que moins piquant et audacieux que les hirondelles, j'ai dévoré ce livre en deux petits jours tant il produit toujours cet effet délicieux ! Impossible d'interrompre sa lecture, une folle envie de finir, que de bons signes !
J'ai été surprise de retrouver Camille en couple avec son patron dans un cadre familial et non professionnel comme je l'attendais. Mais il faut bien dire aussi que j'ai regretté de ne pas m'être réapproprié le tome 1 avant de me plonger dans cette nouvelle histoire, ce qui aurais ravivé bien des souvenirs. J'ai finalement adhéré à cette continuité où l'on découvre notre journaliste à la rencontre de ces beaux-parents quelque-peu originaux comme sa famille à elle finalement. Je crois que Juliette à un petit penchant pour les mères exaspérantes (petite parenthèse à Vacances Mortelles aux Paradis où j'avais une envie de meurtre envers la mère de l'héroïne) et cela donne du piquant à l'histoire.
En tout cas, ce n'est pas fait pour déplaire finalement.
Se sentant peu à sa place au milieu de la famille de Marc qu'elle trouve si parfaite, Camille va s'infliger, malgré elle, toutes sortes de situations cocasses pour le plus grand plaisir des zygomatiques des lecteurs que nous sommes. Et tout cela par manque de confiance en elle!
J'ai adoré l'adolescent dont les grands-parents ne savent plus quoi faire ! Contraste saisissant entre deux générations si éloignées l'une de l'autre !
Evidemment, ne vous attendez pas à une grande enquête sanglante, pleine de noeuds à vous retourner le cerveau pour trouver un coupable, ou alors passez votre chemin car ce n'est pas du tout l'objet de cet ouvrage.
A vrai dire, tout y est assez prévisible (peut-être un peu trop, cette fois à mon grand étonnement).
Car à la manière de notre célèbre Agatha Raisin, tout est plutôt axé sur le capital sympathie et caricaturaux des personnages.
Comme Agatha, Camille a le don de se mettre dans des situations pas possibles et pleine d'humour. Un peu grosses les situations et pourtant, en même temps, bizarrement cela passe. Pourquoi ? Qui n'a jamais acheté un plat tout prêt en se faisant passer pour une parfaire cuisinière ? Allez, avouez ! du coup, ce que je veux démontrer, c'est que l'imagination est belle et bien là mais d'une si subtile façon qui fait qu'on se retrouve en elle, ce qui la rend attachante.
Pour moi, c'est sûrement ce qui fait que la sauce prend si bien : on rit du quotidien, tout juste un peu surjoué. Et finalement, avec la touche d'humour dont on aurait tellement besoin dans notre triste réalité.
Vous l'aurez compris, c'est un super livre pour décompresser : un régal entre deux lectures « plus sérieuses », une bouffée d'air frais.
Camille commence à se dévoiler peu à peu et j'aimerais bien encore la retrouver dans de nouvelles aventures.
Je suis sûr qu'avec son métier de journaliste, il y a de quoi creuser encore un peu !
Pour Conclure.
Pour moi, c'est bien la confirmation d'une jolie comédie policière à découvrir et à partager autour de soi sans modération.
Le début d'une série que j'avais déjà qualifiée comme version française et moderne d'AGATHA RAISIN de la regrettée MC BEATON pour ceux qui connaissent.
Tout simplement, c'est le genre d'ouvrages qui fait du bien et dont on a besoin, alors pourquoi s'en priver ?
J'ai juste une préférence pour le premier tome que je vous conseille, bien évidemment, avant cette lecture, bien qu'il soit tout à fait possible de lire « Fête de Famille Fatale » indépendamment.
Lien : https://placedesbouquins.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Snoopythecat
  11 janvier 2021
Il y a des auteurs qu'on découvre par hasard et qui nous font tout de suite vibrer, d'une façon ou d'une autre.
Juliette Sachs fait partie de ces heureuses trouvailles et qu'est ce que ça fait du bien.
Camille est bien mal à l'aise à l'idée de passer un week-end avec les parents très intelligents de son petit ami et patron.
De quoi vont-ils parler ? Comment ne pas être larguée ?
Camille désire mettre toutes les chances de son côté pour faire bonne impression, quitte à mentir un tout petit peu.
Prise à son propre piège, la voilà embarquée dans des situations loufoques.
Camille craignait un peu de s'ennuyer dans un village perdu. Surprise surprise, un meurtre est commis et elle est se trouve en position de suspecte.
Pas question de finir ses jours en prison. Elle décide de mener l'enquête et de trouver le coupable.
Loin d'être un roman policier classique, car le potentiel coupable est vite trouvé, même par ceux ou celles qui n'ont aucun talent de détective (moi, par exemple), c'est surtout une comédie qui fait se sentir bien.
Une héroïne très sympathique, pleine de folie, légèrement gaffeuse qui met de bonne humeur.
Et ça, j'achèteeee.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
blackbookspolar
  12 octobre 2020
« A ce rythme là, je vais finir par avouer le meurtre de kennedy… »
Comme dans tout début de relation de couple, le passage « présentation des parents » est un incontournable. C'est ce que va vivre Camille, journaliste, lors des fêtes de fin d'année, follement éprise de son patron Marc depuis maintenant 8 mois. Elle met tout en oeuvre pour que la rencontre se passe sous les meilleurs auspices : apprentissage en accéléré des méthodes de jeu du bridge pour faire plaisir à belle-maman et recherches philosophiques pour plaire à beau-papa. Malheureusement, rien ne va se passer comme prévu, alors qu'une fête du village est organisée, Camille se voit mêlée à un meurtre. Fernand Guichard, pensionnaire de la maison de retraite du village avale une coupe de champagne servie par la journaliste et s'écroule quasiment instantanément. Il semblerait que le pétillant dissimulait une bonne dose de cyanure. Quel autre choix pour Camille que de mener sa propre enquête pour découvrir qui est vraiment l'assassin? le gendarme Merlot semble persuadé qu'elle est la coupable, mais pourquoi? D'autant plus que Lucie, ancienne petite amie de Marc, est particulièrement envahissante et crie à qui veut l'entendre la culpabilité de sa rivale. Il est temps de percer les mystères et Camille ne compte pas se laisser faire, à bon entendeur.

Une grande première pour moi que le cosy mistery à la française, c'est pour quoi je ne savais pas trop à quoi m'attendre mais ma curiosité m'a poussée à ouvrir ce roman il y a 48 heures pour l'avaler aussi vite! le ton est léger, frais et vraiment addictif. On se prend vite au jeu et l'attachement pour les personnages se fait dès les premières pages : Camille aussi maladroite soit-elle est attendrissante et drôle, quarantenaire amoureuse, elle vit son amour à travers les yeux innocents de l'adolescence. Marc semble tout bonnement être le petit ami parfait. Les beaux-parents sont parfois barbants mais pas moins bienveillants. Bref, un peu cliché non? Peu importe, cette lecture m'a apporté réconfort et douceur après mes deux dernières déceptions livresques . Mon seul regret? de ne pas avoir lu avant On n'attire pas les hirondelles avec du vinaigre, premier tome qui met en lumière le personnage de Camille. Certes, ce n'est nullement handicapant pour la lecture mais quand même, je suis frustrée. C'est ça quand on apprécie hein!

Une bonne dose d'humour, de scènes cocasses et un personnage principal réussi : voilà la recette miracle pour me faire ouvrir ce roman avec l'irrésistible envie de ne le fermer que lorsque je l'aurais terminé. le suspense n'a beau être que peu présent (on devine relativement vite), la lecture n'en n'est pas moins distrayante, chaleureuse et délicieuse. Habituée des romans noirs (voir très noirs), j'apprécie d'autant plus un moment de détente doudou et cocooning, surtout quand il y a tout de même une enquête de menée (évidemment ce n'est pas comparable aux romans policiers et tant mieux!). Ici l'histoire fait surtout le focus sur les personnages et plus principalement sur l'héroïne et ses déboires.

La plume de Juliette Sachs m'a apporté un moment de lecture plus qu'agréable puisque même après l'avoir refermé, je n'arrive pas à oublier ce livre haut en couleur que j'ai dévoré avec délectation. Véritable bouffée d'air frais, on va prendre au second degré les petits bobos de la vie (petite précision : je ne parle pas du meurtre bien sûr) et appréhender les choses avec plus de légèreté. C'est parfois compliqué au quotidien donc pourquoi ne pas prendre un peu de recul en levant la tête du guidon? Métro, boulot, dodo, cette triste expression est parfois le reflet de notre perception du moment, c'est sans compter sur l'auteure qui a su m'apporter de la lumière, de l'éclat et une pointe de naïveté lors de mes pauses lectures. Merci.

En conclusion, vous l'aurez deviné je pense (sinon c'est qu'il y a un problème), Fête de famille fatale est un livre peut-être un peu stéréotypé et léger, mais qu'est-ce qu'il fait du bien ! Un immense merci aux Éditions City pour ce cadeau qui a su, pendant 48 heures m'apporter une bonne dose de sourires et de désinvolture et qui m'a sortie de mes habitudes de lectrice. Si, comme moi vous avez besoin d'une petite sucrerie littéraire, n'hésitez surtout pas à vous procurer ce roman charmant qui saura compenser le temps automnale d'en ce moment, il est sorti le 2 septembre 2020 et mérite qu'on parle de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
AngeliqueLeslecturesdangeliqueAngeliqueLeslecturesdangelique   09 septembre 2020
Je tape contre la porte vitrée de ma cellule pour tenter d'attirer l'attention de mes geôliers. Depuis le temps que je croupis ici, personne ne s'est occupé de moi. Je ne m'attends pas à ce que l'on m'apporte une bière et des cacahuètes. J'ai bien compris que la maison ne fournissait pas ce type de service. Mais m'accorder un verre d'eau et, soyons fou, une excursion aux toilettes, me semble être le minimum au pays des droits de l'homme. Je frappe plus fort contre l'épaisse paroi de verre. Ameuté par mon raffut, un type avec une tronche à faire accoucher une femme enceinte apparaît au bout de l'étroit couloir en ciment gris. Même sous la lumière blafarde des néons, je devins à ses traits crispés qu'il est furieux. Il se précipite vers moi d'une démarche rapide qui fait ballotter le pistolet qu'il porte à la ceinture. À la réflexion, j'aurais sans doute mieux fait de la jouer profil bas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   15 septembre 2020
L’histoire et la philosophie faisaient partie des matières que j’exécrais au lycée (tout comme les mathématiques, la physique, la biologie, le latin, l’anglais…). Alors, j’imagine déjà les discussions ô combien passionnantes qui ne manqueront pas d’égayer cette semaine de vacances. Non seulement je vais crever d’ennui, mais en plus mon inculture sera étalée au grand jour. C’est surtout vis-à-vis de Marc que ça m’embête. Car il n’est pas uniquement mon petit ami. Il est aussi le rédacteur en chef de la Gazette de Perclin. Mon boss, en d’autres termes. Malgré mes grands principes (on ne mélange pas l’amour et le travail, on ne couche pas avec son patron et autre devise du même genre), j’ai succombé à son charme six mois plus tôt. Il faut dire qu’il est bel homme et qu’il ne fait pas ses cinquante ans. Avec ses cheveux poivre et sel et son sourire aux dents blanches et bien alignées, il ressemble à George Clooney.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
audeLOUISETROSSATaudeLOUISETROSSAT   23 octobre 2020
[-C'est juste que j'ignorais que tu étais une experte du tiramisu au chocolat. Jusqu'à présent, les plats que tu m'as cuisinés sortaient plutôt de chez Pic ... Aouch !
Je lui balance un coup de coude dans les côtes avant qu'il ne révèle au grand jour que je possède une carte fidélité "Platinium"chez Picard.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   15 septembre 2020
Une bouffée de bonheur m’envahit. Nous sommes ensemble depuis huit mois et je n’en reviens toujours pas d’avoir rencontré un mec comme lui. Non content d’être sexy et charismatique, il est d’une gentillesse et d’une bienveillance à mon égard qui surpassent de loin tout ce que j’aurais pu rêver chez un homme. Avec lui, j’ai l’impression d’être une princesse. Aujourd’hui, il endosse une nouvelle fois son armure de preux chevalier pour me défendre face à l’affreuse sorcière rousse. Pas de chance, cette dernière a plus d’un tour dans son sac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   15 septembre 2020
Si j’en avais le pouvoir, je me serais volontiers téléportée jusqu’à la salle de bains, histoire de mettre un terme rapide et discret à mon humiliation. Malheureusement, je ne suis pas dans Ma Sorcière bien-aimée et nous sommes obligés de retraverser la salle à manger. Je serre un mouchoir en papier autour de mon doigt pour arrêter le saignement. J’adresse une prière muette à mon ange gardien afin que nous passions inaperçus. Je n’ai aucune envie de devoir révéler à tout le monde à quel point je suis maladroite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : cosy mysteryVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18088 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre