AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226312641
Éditeur : Albin Michel (28/01/2015)

Note moyenne : 3.15/5 (sur 10 notes)
Résumé :


Louis II de Bavière est surtout connu pour ses excentricités, son goût du merveilleux et son romantisme échevelé. Un bâtisseur de châteaux féeriques, qui exaltent les légendes médiévales et le génie du Grand Siècle.

Un mélomane envoûté jusqu’à l’obsession par la musique de Wagner, qu’il a sauvé de la faillite et du désespoir, premier mécène du festival de Bayreuth, et confident de sa cousine l’impératrice Sissi, qui partageait son bes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
denisarnoud
  27 janvier 2015
Tour à tour adulé, puis décrié, Louis II de Bavière, personnage romantique s'il en est, a marqué de son empreinte le XIXème siècle européen. Isaure de Saint Pierre nous décrit dans cette biographie un personnage attachant bien que fantasque et excessif.

Baigné dès sa plus tendre enfance dans les légendes germaniques, Louis est un jeune homme profondément attaché à la culture allemande. Très tôt il développe une passion pour la musique de Richard Wagner. Une de ces premières actions en tant que roi est de faire rechercher ce musicien errant, fuyant ses créanciers. Une très forte amitié (amour platonique pour le roi et amitié sincère mais intéressée pour le compositeur) va se nouer entre les deux hommes. Ces deux-là se ressemblent par leurs excès et par leur intransigeance. Louis II n'aura de cesse de faire accepter la musique de son protégé, fermant les yeux sur ces dépenses faramineuses. Une profonde amitié qui malgré les désaccords durera jusqu'à la mort du compositeur.

Louis II n'est pas seulement ce roi excessif admirateur des arts et mécène passionné. Ce roi malgré lui fut très proche de son peuple, qui l'aimait profondément. Défenseur de la paix et favorable à l'unité allemande tant que l'indépendance de la Bavière n'était pas remise en cause, c'est la mort dans l'âme qu'il engagea son royaume au côté de la Prusse dans la guerre contre la France en 1870.

Cette biographie de Louis II de Bavière, émaillée d'extraits de sa correspondance avec Wagner et sa bien aimée cousine Sissi dont il partageait le peu de goût pour la fonction de monarque, nous montre un personnage torturé. Torturé entre son homosexualité et sa ferveur religieuse, entre son amour du peuple et son désir de laisser une trace en bâtissant des châteaux plus coûteux les uns que les autres qui mettront le royaume au bord de la ruine. Torturé entre la haute idée qu'il avait de sa fonction et son peu de goût qu'il avait pour l 'exercer. Une biographie passionnante qui se lit comme un roman tant la personnalité de ce roi est riche et contrastée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ComteTodd
  09 août 2015
«Il faisait très chaud, ce lundi 25 août 1845. le foehn, ce vent du sud, soufflait en rafales et desséchait les feuilles du parc de Nymphembourg.»
Une première phrase, teintée d'images romantiques, qui ouvre la biographie d'un homme non moins mystérieux, Louis II de Bavière. Je me souviens de la passionnante biographie de Jean de Cars qui m'avait donné le sentiment étrange d'un attachement immédiat à ce monarque fantasque, épris d'art et de beauté, incompris et adoré tout à la fois. Grand, le corps élancé, une chevelure noire désordonnée, le regard profondément mélancolique et lointain, ce portrait si troublant d'un rêveur solitaire, la moue doucement triste... Louis II de Bavière est un homme à part. Un original.
Isaure de Saint Pierre réussit à redonner vie à cette figure historique complexe, tout en la purgeant des rumeurs folles qui émaillaient l'existence du monarque bavarois. Elle nous donne à voir la constance d'un homme dans sa bonté, dans son originalité inoffensive (à part peut-être pour les caisses du royaume, ses dépenses folles ont entraîné sa perte), ses rêves de grandeur artistique, profond adorateur de Wagner et protecteur immodéré de ce dernier. En effet, sans l'aide de Louis II de Bavière, Wagner n'aurait pas été le grand compositeur que nous connaissons maintenant.
On retrouve également cette lutte désespérée contre ses penchants naturels, déchirure qui ne cessera de le hanter toute sa vie. Il détestera son homosexualité et tentera de la brider, sans succès.
Souverain pacifiste, détestant la violence, il tentera par tous les moyens de préserver la paix dans son royaume et d'éviter au mieux les conflits armés. L'entrée en guerre de la Prusse contre la France, et la défaite de cette dernière en 1870, le plongera dans une peine profonde.
Son amitié indéfectible avec la princesse Sissi, son mariage raté, la construction de ses châteaux merveilleux d'inspiration wagnérienne, son adoration pour la France et Versailles... et encore beaucoup d'autres facettes de cette personnalité riche et unique à découvrir dans cette biographie passionnante que je vous recommande vivement.
Lien : http://aucrepusculedesmots.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Garoupe
  17 février 2015
Le propre de l'être humain n'est-il pas de rêver ? C'est un peu ce qu'il perd en grandissant et ce qu'a su garder Louis II de Bavière : enfant dans l'âme toute sa vie, succombant à toutes ses tentations (charnelles, artistiques…), il n'a pas été retenu par l'Histoire comme un roi mais comme un être fantasque, un peu fou, s'agrippant farouchement à ses rêves.
C'est ce roi là qu'Isaure de Saint Pierre décrit dans cette biographie romancée, forcément romancée pour un roi romantique, cousin de Sissi, admirateur devant l'éternel de Wagner auquel il aura (presque) tout passé : frasques sexuelles, demandes incessantes de subsides et de paiement de ses dettes, sautes d'humeur… La relation de Louis II et de Wagner prend des proportions dans la vision de l'histoire d'Isaure de Saint Pierre qui en font l'épicentre de son récit. Au-delà de Wagner, Louis II entretient avec le théâtre et l'opéra une passion telle, à la limite de la relation amoureuse, qu'il finit par exiger d'assister seul aux représentations dans une salle vide de tout autre spectateur que lui.
Ses rêves de grandeur artistique qui se seront matérialisées dans deux projets phares de son règne, d'une part sa générosité vis-à-vis de Wagner et d'autre part ses projets de construction de châteaux plus somptueux les uns que les autres, auront finalement eu raison de lui : face à la gabegie orchestrée par Louis II, ses ministres vont organiser son internement puis son assassinat.
Entre sa prise de pouvoir et sa déchéance, Louis II aura été un roi tour à tour aimé par ses sujets prompts à lui pardonner ses excès et détesté par les mêmes quand il répond trop favorablement et trop outrancièrement aux demandes de Wagner ou quand il fait mine de ne pas vouloir prendre fait et cause pour la Prusse et Bismarck contre la France en 1870.
Louis II aura marqué à la fois l'apogée du Royaume de Bavière (qui n'aura existé qu'une grosse centaine d'années, entre 1805 et 1918) et le début de son déclin qui commence en 1870 et son intégration à la Confédération de l'Allemagne du Nord de Bismarck et se poursuit immédiatement après avec son entrée dans l'Empire allemand en 1871.
C'est avec les rêves (ou les ambitions) qu'on crée les grands destins. Louis II fait indéniablement partie de ces êtres capables de soulever des montagnes grâce à leur indéfectible volonté. On pourra regretter qu'Isaure de Saint Pierre s'intéresse finalement peu aux enjeux politiques de l'époque, certes limités aux vues hégémoniques de Bismarck et réduits à la portion congrue de la volonté même de Louis II qui, s'il ne se désintéressait pas de ces questions, avait des choses à l'esprit beaucoup plus importantes à ses yeux que ces questions de diplomaties et d'étiquette.

Lien : http://wp.me/p2X8E2-ni
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sandrine68
  07 novembre 2018
J'ai lu cette biographie après avoir visité 3 châteaux en Bavière. Elle m'a permis de mieux appréhender la personnalité de ce roi hors normes. S'il est plutôt mal à l'aise en public et peu avide de pouvoir, Louis II exercera pourtant à la mort de son père ses fonctions le mieux possible. Fervent admirateur de Wagner, qu'il soutiendra dans ses créations toute sa vie, il a plutôt une âme d'artiste et on comprend après la visite de ses châteaux qu'ils sont son oeuvre. être sombre, hanté par son homosexualité vécue avec une grande culpabilité, il voudra toujours être aussi pur que les chevaliers des légendes qui ont bercé son enfance. Il rompra ses fiançailles avec une soeur de l'impératrice Sissi tout en restant toute sa vie très proche de sa cousine. On comprend que sa folie, qui l'a fait destituer, n'est qu'un prétexte pour se débarrasser d'un roi jugé dépensier; et il est vrai que ses constructions ont coûté des fortunes! un personnage somme toute attachant et plein de bonté.
Commenter  J’apprécie          10
brinvilliers
  06 mars 2015
Louis II de Bavière fût roi sans le vouloir. le pouvoir ne l'intéresse pas, ce sont ses ministres qui gouvernent. Louis II aime les arts et reconnaîtra le talent de Wagner qui va devenir l'un des ses amis les plus fidèles. Toutefois Wagner profitera des largesses de Louis II, ce qui créera des récriminations de ses ministres. Louis II est aimé par ses sujets malgré ses frivolités, il n'est pas surnommé pour rien le roi des rêves. Il sera accusé de folie, enfermé et sa mort sera des plus étrange. Un destin tragique raconté avec brio par l'auteur.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
brinvilliersbrinvilliers   05 mars 2015
Assis dans la loge royale à côté de son cousin Grackl, le roi assista à une nouvelle représentation de Tahensaüsen . Richard put désormais se consacrer plus calmement aux répétitions de Tristan, mais il avait compris la leçon : désormais, il lui faudrait compter avec la malveillance des barons et de l'opinion publique. Louis était le roi, certes, mais il n'était pas tout puissant en son royaume.
Commenter  J’apprécie          20
LadyStardustLadyStardust   14 novembre 2016
Lettre de Louis II à Wagner:
J'écarterai à jamais de votre tête les médiocres soucis de la vie quotidienne.
Je vous ménagerai la paix à laquelle vous aspirez afin que vous puissiez librement déployer les ailes puissantes de votre génie dans le pur éther de votre art enivrant.
Vous avez été, sans le savoir, la seule source de mes joies et, dès ma tendre adolescence, mon ami, celui qui, comme nul autre, aura su parler à mon coeur; mon meilleur maître, mon éducateur.
Je veux de mon mieux m'acquitter de toute ma dette envers vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LadyStardustLadyStardust   14 novembre 2016
Ce furent les dépenses insensées de Louis qui fournirent le prétexte rêvé à ceux de ses ministres qui voulaient le déposer.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : bavièreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
695 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre