AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782888902560
192 pages
Éditeur : Paquet (26/01/2009)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Forgée dans les cieux par les divinités japonaises, l'épée légendaire Kusanagi, aussi connue sous le nom de "Faucheuse d'Herbe", possède une longue et sanglante histoire, passant de mains en mains et changeant les destins au cours des siècles, avant de finalement trouver le repos dans le temple d'Atsuta. Mais l'épée à Atsuta est une fausse, une imitation destinée à contrer ceux qui voudraient l'u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Alfaric
  23 septembre 2018
Ce tome 15 regroupe tous les épisodes de la mini-série intitulé "La Faucheuse d'Herbe 2 : Voyage au Temple d'Atsuta" (juillet 2000 à janvier 2001), et on ne va pas se mentir c'est encore une fois un bon voire un très bon tome !
Après un prologue consacré à la mythologie japonaise, nous retrouvons le prêtre Sanshobo, Usagi et Gen qui veulent couper l'herbe sous le pied de tous les conspirateurs qui souhaitent s'emparer de la légendaire épée Faucheuse d'Herbe en remplaçant la fausse par la vraie au Temple d'Atsuta (voir tome 12). Sauf que depuis le temps qu'on les espionne ils sont pris rapidement pris en chasse par les ninjas neko (= chats) et les ninjas komoris (= chauves-souris) qui s'entre-déchirent pour s'emparer du très convoité trésor national et être les premiers à le ramener à Hijiki le Sombre Seigneur dans l'espoir d'entrer dans ses bonnes grâce. Ce que personne ne sait, c'est que Chizu veut elle le rendre à la mer pour que personne ne puisse l'utiliser à des fin politiques, et qu'elle a fort à faire entre son lieutenant Kageru qui veut devenir kashira à sa place, et Saru son ancienne subordonnée toujours en quête de vengeance depuis la mort de son amant (voir "Les Déserteurs" dans le tome 14). Chizu est donc tantôt l'alliée tantôt adversaire de la Team Usagi, et tout ce beau se retrouve dans le ferme d'Ikeda qui une fois de plus se retrouve au cœur de la lutte pour le pouvoir suprême... Sanshobo ancien samouraï retrouve son suzerain et Ikeda ancien général retrouve son vassal, mais la Faucheuse d'Herbe agit comme l'Anneau Unique et le seigneur repenti est de nouveau soumis à la tentation de rejoindre et remporter le game of thrones nippon. Tout n'est donc pas bien qui finit bien, car nous savons tous comment se termine l'histoire pour Boromir ^^
Par contre c'est bizarre, la traduction de Natalie Sinagra jusqu'à alors impeccable comporte ici quelques erreurs (« elle » devenant « il ») et quelques maladresses (des tournures modernes et familières pour des personnages qui ont toujours fait preuve de courtoisie et de politesse caractéristique de l’Ère Edo).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Presence
  11 mars 2016
Ce tome contient les épisodes 39 à 45, initialement parus en 2000/2001, écrits, dessinés et encrés par Stan Sakai. Ces épisodes sont en noir & blanc. le présent tome s'ouvre avec une introduction de Greg Rucka. Il vaut mieux avoir les précédents tomes avant de lire celui-ci, en particulier les numéros 11 et 12.
Prologue - Pendant le règne de l'empereur Keiko, le prince Yamato-Dake se rend dans le village de la princesse Miyazu qu'il souhaite épouser. Alors que les réjouissances vont bon train, il est sollicité par un habitant d'un autre village pour aller combattre un kami particulièrement destructeur. Il confie son épée Murakumo-No-Tsurugi (aussi appelée Kusanagi, c'est-à-dire Grasscutter en anglais).
Conformément à la décision prise à l'issue du tome précédent, Miyamoto Musashi, Murakami Gennosuke et le prêtre Sanshobo entreprennent le voyage pour se rendre au sanctuaire Atsuta afin d'y placer Grasscutter en lieu et place de la réplique qui s'y trouve. Plusieurs autres factions souhaitent se rendre propriétaire de l'épée : le clan ninja Neka (avec à sa tête Kachira Chizu), le clan ninja Komori (chauve-souris), Kitanomo (le familier d'une sorcière décédée), et un mystérieux ninja qui en a après Chizu.
A priori le lecteur éprouve un moment de doute quand il prend connaissance du titre : Grasscutter II, en se demandant s'il fallait vraiment une suite au premier du nom. Il ne s'agit ni d'un remake, ni d'une prolongation artificielle, mais bien de la fin du récit précédent, c'est-à-dire du voyage pour mettre cette épée symbolique en sûreté. Comme annoncé auparavant, il appartient au trio (Yojimbo, Gennosuke et Sanshobo) de rallier le sanctuaire. Mais ils se retrouvent le point de mire de différentes factions, ayant chacune leur intérêt à s'emparer de l'épée, pour des raisons politiques. En bon conteur, Stan Sakai introduit un exposé de la situation et des événements précédents en début du deuxième épisode, alors qu'un ninja explique à sa cheffe Chizu ce qu'il en sait. C'est suffisant pour que ceux qui ont lu le tome 12 se souviennent de tout, par contre ça n'en remplace pas la lecture.
Comme pour le tome Grasscutter, il s'agit donc d'une histoire complète, bénéficiant d'un épisode d'introduction (celui consacré au combat de Yamato-Dake contre le kami), suivi d'un solide récit s'étalant sur 6 épisodes de 24 pages. La structure du récit est simple et efficace : le trio de héros chemine vers le sanctuaire, et il est intercepté par les ninjas Neko. Stan Sakai a prévu de nombreuses péripéties, et relance l'intrigue par de nombreux rebondissements. Ainsi les poursuivants se font eux-mêmes rattraper par un clan rival (celui des Komori, c'est-à-dire chauve-souris en japonais), souhaitant faire un autre usage de Kusanagi, et il rôde dans les parages encore d'autres personnages déjà rencontrés avant.
Le lecteur peut s'étonner d'assister à plusieurs hasards fort opportuns pour la narration, que ce soit le retour comme par hasard du général Ikeda, ou encore du ninja Saru qui a une dent contre Chizu et qui apparaît comme par hasard à un moment très opportun. Un habitué des romans de sabre japonais identifie là les licences narratives propres à une construction feuilletonnante. Il peut soit estimer que les ficelles sont trop grosses et que le scénariste insulte son intelligence, soit accepter cette particularité culturelle et apprécier les autres composantes du récit. L'épisode d'introduction rappelle que Stan Sakai dispose d'un bon niveau de culture sur cette époque du Japon. En prime, l'histoire prend la forme d'un conte certes linéaire, mais aussi divertissant.
Une fois passé cette introduction qui fait le lien avec celles du tome 12 "Grasscutter" (premier du nom), le lecteur se retrouve dans une course poursuite pleine de périls et d'embûches. Comme à son habitude Stan Sakai sait donner l'impression de se trouver dans un Japon féodal, encore peu peuplé, où les déplacements s'effectuent surtout à pied, sur des chemins plus ou moins empruntés. le lecteur apprécie de cheminer aux côtés d'Usagi avec 2 amis, en traversant des forêts et des clairières. L'effet de dépaysement fonctionne à plein, avec un retour à une époque où les voyages étaient plus hasardeux, moins confortables, et où les repas et les périodes de repos étaient tributaires du gibier et des fermes sur le chemin.
Une fois accepté les hasards bien pratiques, le lecteur se retrouve immergé dans une situation où chaque faction peut s'emparer de l'épée, du fait de sa supériorité numérique, de sa chance, ou d'un revers de fortune pour son adversaire. Il apprécie les combats, les armes et l'inventivité des ninjas, et les courses éperdues. Comme à son habitude, Sakai ne représente pas les blessures, ni le sang qui coule, et ceux qui passent l'arme à gauche arborent un rictus risible en rendant leur dernier souffle, afin que ces aventures restent tout public (une autre particularité narrative à accepter).
Bien sûr les ninjas sont capables de réaliser des prouesses défiant le sens commun, mais aussi la plausibilité. Ils sont surentraînés, ce qui leur permet de courir sans se reposer des heures durant. Ils bondissent d'arbre en arbre avec une agilité confondante leur permettant de passer de branche en branche silencieusement et à des hauteurs vertigineuses. Ils sont capables d'entendre le bruit le plus ténu, et ils sont très peu efficaces en combat, face aux héros. Stan Sakai fait à nouveau apparaître des ninjas du clan Komori (ayant pour totem la chauve-souris) qui possèdent des ailes de chauve-souris. le lecteur a le choix de prendre cette particularité au premier degré (des individus mutants disposant d'ailes), ou comme une métaphore de leur agilité acquise par un entraînement exceptionnel. Quoi qu'il en soit, l'auteur respecte la cohérence narrative interne de sa série, puisqu'ils sont déjà apparus, et qu'ils s'inscrivent dans le même registre narratif que les kamis.
Avec son approche graphique simplifiée et ses animaux anthropomorphes (aux caractéristiques tellement épurées qu'on ne reconnaît pas toujours l'animal), Stan Sakai assure un spectacle maîtrisé. Les différentes bâtisses (la maison D Ikeda, le temple de Sanshobo, ou encore le repaire de Chizu) présentent une architecture réaliste et crédible, de constructions en bois. Les tenues vestimentaires sont simples et plausibles, sans affèterie. Les postures et les mouvements sont naturels, uniquement accentués pendant les affrontements physiques. Les expressions des visages sont un peu appuyées pour mieux faire apparaître l'état d'esprit des personnages, sans en devenir caricaturales et sans manquer de nuance ou d'à-propos.
Stan Sakai prend soin de chorégraphier les affrontements physiques, sans qu'ils n'en deviennent des ballets. Cela veut dire qu'il ne s'agit pas d'une suite de cases pour épater la galerie avec des poses dramatiques, ou des angles de vue dramatisant le coup qui va être porté, mais que l'artiste veille à la cohérence des mouvements et des placements des personnages. D'une case à l'autre, il y a une suite logique dans la posture et dans l'endroit où se trouve chaque personnage. Qui plus est, les déplacements de chacun se font en fonction de l'endroit où se déroule la scène. le lecteur n'éprouve jamais l'impression qu'ils se trouvent sur une scène vide de décor, avec juste une toile de fond. Ils doivent prendre en compte les obstacles, et le relief du terrain.
D'un manière plus discrète, Stan Sakai intègre des éléments historiques relatifs à la vie de tous les jours, que ce soit le dénuement des pièces (presqu'aucun ameublement), les objets de la vie quotidienne (l'oreiller en bois, l'âtre dans la maison D Ikeda, les ustensiles pour cuire les aliments). le lecteur peut également apprécier l'urbanisme de la ville de Nagoya, ou les pièces d'ornementation du jardin du sanctuaire.
Ce deuxième tome consacré à l'embarrassante épée Kusanagi apporte une résolution satisfaisante à la question de savoir que faire de cette relique tant convoitée et risquant de provoquer une instabilité politique. le récit se présente sous la forme d'une grande aventure, avec course-poursuite, affrontements physiques, ninjas et actes de bravoure, sans oublier un questionnement sur la meilleure stratégie à adopter. Sous réserve de supporter les conventions du genre (coïncidences bien pratiques, édulcoration de la violence physique, existence de ninjas avec des ailes), le lecteur peut apprécier à sa juste valeur cette intrigue bien troussée, alerte, avec quelques pincées d'humour et de tragédie, sur fond d'intrigue politique, dans une reconstitution historique plaisante sans être pesante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
antoineperroud
  15 janvier 2014
L'épopée de l'épée légendaire « Kusanagi » (Faucheuse d'Herbe) n'est pas finie. le prêtre Sanshobo, à qui la charge de protéger cette relique a été confiée, sent qu'il est temps de l'amener à sa vraie place, le Temple d'Atsuta. La mission est périlleuse, la précieuse lame intéresse les différentes factions luttant pour le pouvoir impérial. Sanshobo demande à Usagi Yojimbo de l'aider dans sa tâche. le voyage sera dangereux et rempli de rebondissements, les fantômes des ennemis d'hier se mêlant à ceux d'aujourd'hui.
Les aventures d'Usagi Yojimbo, le lapin samouraï, est le parfait exemple de la diversité de la bande-dessinée américaine. En effet, celle-ci ne se résume pas aux super-héros en collant ou aux histoires « underground » parfois extrêmes. Stan Sakai fait partie de la génération des Jeff Smith (Bone) et autres Terry Moore (Strangers in Paradise), des auteurs qui ont voulu garder leur indépendance pour produire sans contraintes éditoriales des récits originaux. Usagi Yojimbo est une série jeunesse comparable, toute proportion gardée, à Johan et Pirlouit de Peyo. Sous la forme de récits d'aventures classiques, Stan Sakai décrit le monde tel qui l'est ; il y a certes les gentils et les méchants, mais la frontière entre les deux n'est pas toujours aussi nette qu'on voudrait bien le croire. Dans ce tome 15, Usagi, samouraï suivant le bushidô à la ligne, sera obligé de pactiser, pour un moment, avec une fraction ennemie et sera confronté à l'assassin de son ancien maître, lui-même partagé entre ses ambitions passées et son honneur. L'histoire et les personnages sont bien plus complexes que le trame générale le suggère.
Le style de Stan Sakai se caractérise par une très grande lisibilité et un sens du découpage très développé. En quelques cases, il parvient à rendre compréhensible une mêlée générale ou à réaliser une séquence muette de plusieurs pages. Comme en attestent les personnages anthropomorphes, Usagi Yojimbo n'est pas une série réaliste. Cependant, tous les détails (vestimentaires, architecturaux, culturels) sont réalistes. Stan Sakai attache une grande importance à la véracité de l'univers qu'il décrit ; la plupart de ses scénarios trouvent leur origine dans la cosmogonie japonaise et autres les légendes populaires nippones. L'apparence sympathique des personnages (anthropomorphisme oblige) est trompeuse, ce n'est pas du Disney ! Les combats sont nombreux et les victimes s'additionnent. Malheureusement, et c'est fréquent dans les médias américains, la violence est un peu trop « propre » : on se découpe à l'épée et étrangement le sang ne coule pas. Pourtant, le dessinateur montre les conséquences des combats en dessinant une petite « âme » qui s'envole au-dessus de chaque cadavre, c'est déjà plus que dans la majorité des titres américains.
Ce tome 15 s'inscrit bien dans la lignée de la série : aventures, combats et humour sont au rendez-vous. Chaque personnage - même secondaire - va se retrouver devant ses choix et ses responsabilités. Un récit très bien construit associé à un dessin efficace, tout ce qui fait une bonne BD.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   04 septembre 2018
[Gen] Je déteste les belles journées. Elles finissent toujours par mal tourner.
Commenter  J’apprécie          180
AlfaricAlfaric   24 octobre 2018
- Monseigneur !
- Lève-toi, Inushiro. Je ne suis plus un seigneur à présent... mais un paysan. Je suis content de te revoir mon ami. Mais tu voyages avec compagnons intéressants... deux samouraïs... et un ninja neko. Dans quoi t'es -tu fourré, Inushiro ?
Commenter  J’apprécie          10
AlfaricAlfaric   04 octobre 2018
- Elle nous a trompés ! Que penses-tu d'elle maintenant, Usagi ?
- Nous voulions la tromper aussi... Elle l'a juste fait avant nous !
- Ouais, bon... heu... C'est pas pareil !
Commenter  J’apprécie          10
AlfaricAlfaric   04 octobre 2018
- Attention, il se bat comme un démon !
- Je ne suis pas un démon, mais je serais ravi de vous envoyer en enfer !
Commenter  J’apprécie          20
AlfaricAlfaric   04 octobre 2018
La vie d'un ninja n'est faite que de douleurs et de souffrances.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Stan Sakai (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stan Sakai
Découvrez une fable de science-fiction étrange et fascinante avec "Kanon au bout du monde", manga culte de Kyo Yoneshiro !
Depuis qu?une nuée d?extraterrestres s?est abattue sur le pays, une sempiternelle pluie tombe sur Tokyo. le peuple vit désormais séparé en deux : ceux qui vivent à la surface, et des privilégiés vivant sous terre. Kanon, jeune femme qui travaille dans un petit café, fait partie de ceux de la surface. Sous ses airs fragiles, elle cache en réalité un caractère pour le moins unique : malgré la situation du monde, son unique préoccupation est Sôsuke Sakai, l?homme qu?elle aime en vain depuis le lycée. Des retrouvailles inattendues lui permettront-elles d?enfin conquérir le coeur de son idole ? Rien n?est moins sûr... Car Sôsuke, véritable héros national engagé dans la lutte contre l?invasion des « gelées », est de surcroît un homme marié... Kanon aura-t-elle le courage de courir après cet amour interdit ?
Plus d'infos : http://akata.fr/actus/annonce-kanon-au-bout-du-monde
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/AKATAmanga Instagram : https://www.instagram.com/akatamanga/ Facebook : https://www.facebook.com/akata.fr/
+ Lire la suite
autres livres classés : samouraïsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
194 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre