AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782882535092
128 pages
Éditeur : Luce Wilquin (09/10/2015)

Note moyenne : 1.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Et là je sens que je souris de toute ma bouche, de tous mes yeux, de tous mes cheveux, de tout mon corps. Et j'ai une énorme, une terrible, une folle envie de la prendre dans mes bras, et je me bats contre moi-même et contre le bonheur qui monte, je me bats pour le faire, pour la prendre dans mes bras, et je me bats pour ne pas le faire, la prendre dans mes bras, et je me dis : «Non, non, attends encore, attends encore un peu. Si tu le fais tout de suite, ce sera fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ydamelc
  05 octobre 2015
Sept nouvelles, de trois à une trentaine de pages, sur le désir.
Nous passons d'une situation à une autre assez brusquement, c'est assez déconcertant, très difficile à suivre. Beaucoup de choses sont suggérées, voir extrêmement complexes ..., trop pour moi en tout cas...Je veux bien faire fonctionner mon imagination, mais ici, c'est franchement ou trop subtil ou pas assez clair .
Ce livre a été écrit sur une autre planète que la mienne, ça c'est sûr !
J'ai eu beau essayer de m'accrocher, je n'ai pas tout compris. La fin de chaque nouvelle reste un mystère pour moi. J'en suis encore toute interloquée et un grand point d'interrogation doit planer au-dessus de ma tête.
J'ai parfois ris aux éclats tellement les situations, l'écriture, m'ont parus loufoques, bizarres, absurdes, extraterrestres. J'en conclus que le désir est bien propre à chacun. Celui d'Emmanuèle Sandron est à des années-lumière du mien, dans sa description en tout cas.
Je remercie Babelio et les éditions Luce Wilquin pour l'envoi de cet ouvrage, à l'occasion de la masse critique de septembre 2015. Il aura eu au moins le mérite de me dégourdir les méninges et les zygomatiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
willymjg
  02 novembre 2015
Je m'interdis d'arracher les deux rosiers dans les vignes, laissant leurs pétales fanés couvrir la Place des Innocents.
A l'ombre du grand hêtre, Heidegger jouait au volley dans la cour voisine… Je le regardais, un grand chapeau sur la tête…cachant ainsi mon regard fouillant l'allée du labyrinthe voisin… Quelques cigales folles de chaleur se crapahutaient au son d'une étrange mélopée… me faisant songer aux Lamentations de Jérémie jouées au violoncelle seul dans l'église de Saint-Julien-le-Pauvre…
S'il est bon de s'interdire, le désir, lui se glisse sur la crinière de l'homme-lion… Ce n'est pas de pomme qu'il sera gavé… mais de deux grains d'un pinot blanc, doux et juteux offerts par la femme-félin toute croupe offerte aux vagues vertes des vignobles voisins.
La petite chatte passe et repasse de son pas souple…la queue toujours bien droite, bien perpendiculaire…
Elle est belle…
Une serpillière imaginaire la récure… tout en trottinant…
« Oh RASSURE-TOI, JE NE TE MANGERAI PAS TOUT DE SUITE ! » m'a-t-elle dit, en me tendant son dernier recueil de nouvelles…
J'ai éclaté de rire.
-Mais je ne me laisserais pas faire !
Sa main a effleuré la mienne, comme pour dire : je te comprends, ne t'en fais pas. Elle a eu un sourire très beau, un sourire de Madone… carnassière.
« SI JE DEVAIS ECRIRE la chronique d'UN TEXTE EROTIQUE, il ne se passerait rien » dis-je en la regardant dans les yeux…
Dès son départ, je me précipitai dans la cuisine où une débauche de fruits m'attendait… me remémorant les parfums d'un jardin inexploré…
Ivre de toutes ces suggestions, le chroniqueur, en manque d'imagination se vautra dans une paresse lascive… laissant à sa feuille blanche la virginité…
d'une vierge …aujourd'hui effarouchée.
PS : L'explorateur sortit de la jungle fier de ses trophées… de ses souvenirs… mais aussi de sa prouesse d'être parvenu à déchiffrer ce qui se passe dans la tête d'une écrivaine à la chevelure flamboyante… et ce n'est pas en page 69 !

Lien : http://lesplaisirsdemarcpage..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
labibliothequedurat
  02 novembre 2015
Je m'interdis d'arracher les deux rosiers dans les vignes, laissant leurs pétales fanés couvrir la Place des Innocents.
A l'ombre du grand hêtre, Heidegger jouait au volley dans la cour voisine… Je le regardais, un grand chapeau sur la tête…cachant ainsi mon regard fouillant l'allée du labyrinthe voisin… Quelques cigales folles de chaleur se crapahutaient au son d'une étrange mélopée… me faisant songer aux Lamentations de Jérémie jouées au violoncelle seul dans l'église de Saint-Julien-le-Pauvre…
S'il est bon de s'interdire, le désir, lui se glisse sur la crinière de l'homme-lion… Ce n'est pas de pomme qu'il sera gavé… mais de deux grains d'un pinot blanc, doux et juteux offerts par la femme-félin toute croupe offerte aux vagues vertes des vignobles voisins.
La petite chatte passe et repasse de son pas souple…la queue toujours bien droite, bien perpendiculaire…
Elle est belle…
Une serpillière imaginaire la récure… tout en trottinant…
« Oh RASSURE-TOI, JE NE TE MANGERAI PAS TOUT DE SUITE ! » m'a-t-elle dit, en me tendant son dernier recueil de nouvelles…
J'ai éclaté de rire.
-Mais je ne me laisserais pas faire !
Sa main a effleuré la mienne, comme pour dire : je te comprends, ne t'en fais pas. Elle a eu un sourire très beau, un sourire de Madone… carnassière.
« SI JE DEVAIS ECRIRE la chronique d'UN TEXTE EROTIQUE, il ne se passerait rien » dis-je en la regardant dans les yeux…
Dès son départ, je me précipitai dans la cuisine où une débauche de fruits m'attendait… me remémorant les parfums d'un jardin inexploré…
Ivre de toutes ces suggestions, le chroniqueur, en manque d'imagination se vautra dans une paresse lascive… laissant à sa feuille blanche la virginité…
d'une vierge …aujourd'hui effarouchée.
PS : L'explorateur sortit de la jungle fier de ses trophées… de ses souvenirs… mais aussi de sa prouesse d'être parvenu à déchiffrer ce qui se passe dans la tête d'une écrivaine à la chevelure flamboyante… et ce n'est pas en page 69 !

Lien : http://lesplaisirsdemarcpage..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
figolune
  01 octobre 2015
J'avais sélectionné ce livre lors d'une masse critique à cause de ces quelques mots " Nouvelles qui explorent le désir". Et malheureusement, autant le dire immédiatement, je suis passée totalement à côté. Je n'ai pas compris.
Je crois que ce livre est trop "conceptuel", trop abstrait, trop...Autre. Explorer le désir, soit. Mais c'est tellement obscur, tellement peu clair, c'est bien plus un exercice d'écriture qu'un exercice de lecture. Ce genre de livre ressemble à ce qu'on pourrait produire dans un atelier d'écriture sans prendre en compte le fait qu'en face, il y aura un lecteur, et qu'il faut qu'il soit touché, et qu'il comprenne.
Je crois que ce livre pourrait être rangé dans le "contemporain conceptuel". Avec les tableaux avec des traces de peintures et d'objets indéfinis, avec les musiques sans mélodies, avec la danse immobile. Certains aiment, certains comprennent, certains adhèrent. Pas moi. Et malheureusement, je crains que ce ne soit le cas du plus grand nombre.
Commenter  J’apprécie          20
Lectures_et_gourmandises
  09 octobre 2015
Le livre est un recueil de 7 nouvelles sur le désir sous toutes ses formes.
Ma lecture avait plutôt bien commencé par les trois premières nouvelles tout en subtilité, en poésie.
Puis les suivantes m'ont de moins en moins plu : des passages très rapides sans grand intérêt parfois... pour en arriver à la dernière nouvelle "Hautelas" qui elle m'a franchement pas emballée du tout : trop de suggestions, trop "tout", un désir qui ne correspond pas forcément à l'idée que je m'en fais, mais il faut de tout pour explorer le désir, je le conçois.
Toutefois, j'ai trouvé l'écriture de l'auteure intéressante, poétique sur certaines visions du désir, assez subtile également. Elle suggère les choses assez habilement sans en dire trop pour laisser au lecteur sa part d'imagination à apporter à ces récits.
Une couverture très simple, on ne comprends qu'à la fin du livre, la présence des cigales colorées, mais je trouve cette image intéressante.
Ce livre m'a laissée dubitative. Je ne peux pas dire qu'il ne m'a pas plu, mais franchement je ne peux pas dire qu'il me plaise également. C'est un bilan mitigé, une vision du désir trop approximative, Je suis restée sur ma faim.
Je remercie Babelio et les éditions Luce Wilquin pour l'envoi de cet ouvrage, à l'occasion de la masse critique de septembre 2015.
Lien : http://lecturesetgourmandise..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Lectures_et_gourmandisesLectures_et_gourmandises   09 octobre 2015
" Et puis je mange des petits bouts d'elle, je mange des petits bouts d'elle en sondant le noir de la nuit. Et puis, je me lève. Et puis c'est là, maintenant."
Commenter  J’apprécie          40
figolunefigolune   01 octobre 2015
Et je me dis : " Non, non, attends encore, attends encore un peu. Si tu le fais tout de suite, ce sera fait, et le bonheur de la première fois sera derrière toi, il ne sera pas devant toi comme maintenant, jouis, profite de l'idée de ce bonheur qui vient, qui n'est pas encore là, mais qui va arriver, là, maintenant, tout de suite, tantôt, plus tard."
Commenter  J’apprécie          10
figolunefigolune   01 octobre 2015
Tu continues à voir Sarane. Il le faut, pour suspedre ta chute, de temps en temps. Dès que tu le quittes, tu recommences à tomber. Petit à petit, tu vas un tout petit peu mieux quand même.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : désirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Emmanuèle Sandron (3) Voir plus




Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
294 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre