AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246860556
216 pages
Grasset Jeunesse (08/11/2017)
3.94/5   69 notes
Résumé :
Paris, 1907
Une sorcière kidnappe des enfants pour les emmener sur la lune...
Sous l’apparence trompeuse d’une charmante gouvernante anglaise, Miss Pook convainc la jeune Élise de quitter la Terre pour vivre avec elle dans son château sur la lune.
Mais là-haut, vivent des créatures aussi merveilleuses que maléfiques, et un terrible complot se prépare...
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 69 notes
5
17 avis
4
20 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
1 avis

Stelphique
  11 novembre 2017
Ce que j'ai ressenti:…Extraordinaire envolée enchanteresse…
Laissez votre imagination vagabonder dans les rues de Paris, en 1907, sous les pieds de la Tour Eiffel, et levez un peu vos yeux, vers le ciel…Est-ce qu'une excursion à dos de dragon ne serait pas la plus palpitante des aventures? Et cette destination lunaire, ne serait-elle pas la plus fabuleuse? Et si vous tentiez le temps d'une lecture, de replonger dans les plaisirs de l'enfance insouciante, est-ce que vous suivriez, vous aussi, l'extravagante Miss Pook? Voudriez-vous bien connaître, vous aussi, le secret des Enfants de la Lune?
"Nous ne voulons plus faire partie d'un monde où règnent la cupidité et l'injustice."
J'ai tenté ce voyage fantastique, et je dois dire que je reviens de cette expédition avec des étoiles plein les yeux, et quelques bonnes impressions dans le sac à dos, mais surtout avec un petit carnet bestiaire de créatures légendaires plutôt fourni! Cette première virée sur les anneaux de Goldorillon fût une enrichissante surprise, toute autant qu'un plaisir de faire la connaissance d'êtres de la Nuit, exilés sur la Lune, encrassé sous la poussière terrible de l'oubli…
J'ai adoré la sensibilité et la plume de Bertrand Santini, sa façon de revisiter les mythes et légendes pour émerveiller son jeune public, la portée philosophique et humaine qui se cache entre les lignes. Il a une folle imagination qui joue souvent entre ombres et lumières, balaie toutes les attentes d'un revers de queue de dragon, souffle sur le feu de l'intrépidité et envoie du rêve quand la réalité est trop brutale… Dans les failles de l'extraordinaire, il glisse de jolies pensées pertinentes, tout en injectant une bonne dose d'amour et fait la part belle à ses tourments intérieurs qui habitent la petite enfance…C'est un vrai souffle de fraîcheur que ce premier épisode de ses enfants perdus…Vite, vite la suite, je veux retourner sur la Lune…
"La haine est une défaite, mes enfants."

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          336
Musardise_aka_CthulieLaMignonne
  28 février 2020
Le prix de ce livre d'occasion était tellement attractif que j'ai craqué. Et bien m'en a pris. Je me le réservais pour un moment où je serais enchifrenée, enrouée, fatiguée, épuisée, harassée, mais je n'ai pas eu la patience d'attendre de tomber malade (12h après l'avoir lu, je me retrouvais avec une bonne rhinopharyngite, ce qui prouve que je ne suis pas douée pour ce qui est de planifier mes lectures).

En 1907, à Paris, la jeune Élise voit arriver chez elle une préceptrice dénommée Miss Pook. Celle-ci lui rend la vie beaucoup plus agréable - les parents d'Élise voulant faire d'elle une petite bourgeoise insipide, mais Miss Pook ne l'entendant pas de cette oreille. Et, inutile de vous le cacher, vu le titre et la quatrième de couverture, Élise va se retrouver avec Miss Pook sur la Lune. Elle connaîtra quelques déconvenues (mais je ne vous dirai pas lesquelles), ira de catastrophe en catastrophe (mais nous ne détaillerons pas celles-ci), et fera moult rencontres, bonnes ou mauvaises (dont je ne révélerai pas la nature).

Le style se coule de façon assez étonnante à l'époque de l'histoire, tant qu'on est à Paris ; ce n'est pas sans rappeler Gaston Leroux, par exemple - le Gaston Leroux qui a de l'humour, pas celui de Rouletabille, Rouletabille étant un personnage très ennuyeux, ce que ne sont certainement ni Élise, ni Miss Pook. Puis le ton change un peu lorsque nous sommes sur la Lune ; ce qui ne change pas, c'est l'humour constant et qui fait mouche. Bertrand Santini, contrairement à trop d'auteurs jeunesse, ne se fait pas outrageusement didactique («Tiens, mettons un mot compliqué ici ou là, pour que le "jeune" apprenne quelque chose») ; en revanche, comme il joue beaucoup avec les mythes et légendes, il est probable que de temps à autre, les lecteurs de 10 ans passent à côté de certaines références : pas sûr qu'ils fassent le lien entre le Sphinx et des personnes appelées Jocaste...

C'est bien rythmé, c'est drôle, c'est charmant... même si vers la fin, ça devient plutôt gore, en fait (je préfère prévenir, mais je pense que ça ne devrait pas freiner le plaisir des lecteurs). Bon, tout de même, je me demande encore pourquoi Miss Pook ne cherche à sauver que des enfants parisiens (c'est du pur racisme). Mais passons. Seul gros souci pour ma part : je ne m'attendais pas à ce que ce roman soit le premier d'une série, et ce n'était pas du tout mon but de lire un bouquin dont je ne connaîtrai peut-être jamais la suite. Mais passons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
NicolasFJ
  11 novembre 2017
Un conte merveilleux et sombre, qui démarre comme un Mary Poppins démoniaque, se poursuit comme un Alice au Pays des Merveilles lunaire, et s'achève sur une série de rebondissements très rythmés.
Bertrand Santini semble être parfois solaire (la série Gurty !) parfois lunaire (Hugo de la Nuit) et toujours proche du conte.
On est clairement ici dans la série "Hugo de la Nuit", avec le même regard amer sur l'humanité, et l'envie de se ranger du côté des monstres, qu'ils soient exilés dans la mort ou sur la Lune.
Santini continue à s'affranchir des cadres classiques, en piétinant joyeusement la convenance des contes moraux. Il pousse le bouchon jusqu'à faire exploser son imagination dans tous les sens : l'univers de Miss Pook ne connait aucune limite, sans jamais s'éparpiller ou perdre en cohérence.
S'achevant sur un cliffhanger annonçant une suite titanesque, ce premier tome est très très prometteur !
Commenter  J’apprécie          150
Mladoria
  26 septembre 2020
Reçu il y a quelques jours en occasion, j'avais hâte de découvrir ce titre jeunesse dont la couverture et le contexte m'ont vraiment donné envie. La Belle Epoque, Paris. Une nounou à la Mary Poppins se présente chez les parents de la jeune Elise pour être sa gouvernante. Elise va découvrir des merveilles et voyager jusqu'à la Lune et même rencontrer des être venus d'ailleurs.
Court roman efficace dans son déroulé, plein d'onirisme et de créatures fantastiques, il recèle néanmoins un goût doux amer quand les chapitres de résolution arrivent car il y a là bien plus qu'un conte, une réflexion sur l'identité, sur la vie après la mort, sur le lien du corps et de l'âme.
Le personnage de Goldorillon est tout simplement majestueux et fera rêver tout lecteur qui se plongera dans cette histoire avec un clin d'oeil à L'histoire sans fin.
Le personnage de Miss Pook revêt cette ambivalence que j'aime tellement retrouver surtout en littérature jeunesse, jusqu'à l'héroïne elle même. Curieuse de lire le prochain épisode de cette histoire dans les derniers chapitres laissent clairement le lecteur sur sa faim.
Prêts à embarquer pour une aventure saisissante, alors grimpez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Ileauxtresors
  01 mars 2018
Lu à voix haute en février 2018, Grasset Jeunesse, 13,90€
Paris, 1907. Miss Pook ressemble à bien des égards à Mary Poppins, mais avec une part d'ombre troublante et assortie d'un dragon volant dénommé Goldorillon, dont on ne sait pas bien non plus s'il doit nous rassurer ou nous inquiéter… La petite Élise, auprès de laquelle la jeune femme se fait employer comme gouvernante, est loin d'imaginer les aventures fantastiques et effroyables qui l'attendent ! Contrairement à l'éditeur, qui dévoile des éléments clé de l'intrigue en quatrième de couverture, je n'en dis pas plus pour préserver la surprise de découvrir les péripéties proprement vertigineuses de ce roman…
Le livre est très beau, avec une couverture mate et brillante magnifiquement dessinée. Nous avons tous été vraiment happés par l'intrigue qui est très efficace - le 1er chapitre est incroyable ! le coeur du roman décrit l'univers farfelu, trompeur, voire effrayant de Miss Pook. le tout est parachevé par un final spectaculaire qui vient à la fois bouleverser le cours de l'aventure, la placer sous un jour inattendu, et poser les jalons du tome suivant.
Le roman est conseillé à partir de 10 ans et il peut effectivement être lu par des enfants de cet âge-là, restant plutôt court – 180 pages imprimées en gros caractère, avec des chapitres nombreux et brefs. Cela dit, le texte, très bien écrit, me semble exigeant pour un jeune lecteur ; on dirait que Bertrand Santini s'amuse à utiliser des termes inhabituels, voire incongrus, parce que leur sonorité est amusante: "infundibuliforme", "cacochymes"... Il y a plusieurs lectures possibles et le lecteur adulte voit beaucoup d'allusions ironiques à de grandes évolutions sociales (féminisme, écologie, guerres, clivages sociaux...) que le contexte du début du 20ème siècle permet de mettre en perspective. L'histoire comporte une part de merveilleux, mais aussi une noirceur et un réalisme surprenants dans un roman jeunesse où l'on sent bien que le happy end ne va pas de soi et que tout – absolument tout ! – est possible.
Tout cela n'a pas altéré le plaisir de mes enfants (7 et 8 ans) qui se sont vraiment laissés captiver par l'intrigue et ont ri de bon coeur à plusieurs reprises. Ils ont aussi apprécié les très nombreuses références aux légendes et à la mythologie grecque que nous venons justement d'explorer en détail grâce aux « feuilletons » de Murielle Szac. Les rencontres d'Élise dans l'univers de Miss Pook, loufoques et effrayantes, nous ont rappelé Alice au pays des merveilles et les aventures de Jim Bouton. Nous avons également cru reconnaître beaucoup d'emprunts aux univers de Road Dahl – de Sacrées Sorcières à Charlie et le grand ascenseur de verre en passant par tous ses romans mettant en scène des parents ignobles… Pour ma part, j'ai vraiment apprécié le doute qui entoure le personnage de Miss Pook, mais j'ai trouvé les rebondissements successifs peut-être un peu trop nombreux et radicaux pour être crédibles. Il nous restera à découvrir si le deuxième tome tient toutes ces promesses !
Lien : https://elireblog.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (2)
Ricochet   28 septembre 2018
Ce premier tome bien écrit et rythmé, rempli d'émotions variées sachant toujours s'équilibrer, donne irrésistiblement envie de savoir la suite !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Elbakin.net   05 septembre 2018
Miss Pook et les enfants de la lune s’avère mine de rien un roman Jeunesse déroutant à plusieurs reprises, mais c’est aussi pour cela qu’il nous a séduit. Si vous cherchez une gouvernante bien différente de la normale, on vous la recommande chaudement !
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Musardise_aka_CthulieLaMignonneMusardise_aka_CthulieLaMignonne   27 février 2020
- Mesdames, mesdemoiselles, messieurs ! L'arrivée des véhicules à moteur peut être saluée comme le plus grand des progrès ! Non seulement la locomotion mécanique bouleversera nos relations avec le temps et l'espace, mais elle nous permettra de respirer à nouveau ! Oui, enfin Paris sera bientôt débarrassé des voitures à chevaux, attelages bruyants qui sèment par nos rues ces déjections nocives pour la respiration. Voyez ! Sentez ! La fumée des moteurs n'est ni malsaine, ni malodorante, comparée au crottin qui exhale de titanesques tourbillons morbides et suffocants. Rouler en voiture mécanique, c'est servir le futur de l'humanité. Alors, vive l'automobile qui offrira à Paris un air pur et sain, vive l'avenir et gloire au génie du genre humain !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
IleauxtresorsIleauxtresors   01 mars 2018
Les prochaines années seront le théâtre de grands désastres et de terribles guerres, répondit Miss Pook avec sérieux.
La réponse désarçonna la fillette.
- Et dans cent ans ? demanda-t-elle.
- Le vint et unième siècle sera à nouveau le théâtre de grands désastres et de terribles guerres, répéta Miss Pook. Les hommes sont d’incorrigibles chenapans, sais-tu ? Le passé ne leur sert jamais de leçon.
- Et dans deux cents ans, alors ? insista la fillette.
- Au vingt-deuxième siècle, le calme et la paix régneront sur Terre.
- Enfin ! s’exclama Élise. Les hommes auront-ils appris à vivre ensemble ?
- Pas du tout ! répondit la gouvernance. Simplement, il n’y en aura plus !
Élise écarquilla les yeux.
- Dors bien, maintenant, petit ange !
Miss Pook déposa un baiser sur le front de l’enfant et disparut de la chambre sans un bruit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DavidGiacomaDavidGiacoma   30 mai 2020
Mesdames, mesdemoiselles, messieurs ! L'arrivée des véhicules à moteur peut être saluée comme le plus grand des progrès ! Non seulement la locomotion mécanique bouleversera nos relations avec le temps et l'espace, mais elle nous permettra de respirer à nouveau ! Oui, enfin Paris sera bientôt débarrassé des voitures à chevaux, attelages bruyants qui sèment par nos rues ces déjections nocives pour la respiration. Voyez ! Sentez ! La fumée des moteurs n'est ni malsaine, ni malodorante, comparée au crottin qui exhale de titanesques tourbillons morbides et suffocants. Rouler en voiture mécanique, c'est servir le futur de l'humanité. Alors, vive l'automobile qui offrira à Paris un air pur et sain, vive l'avenir et la gloire au génie du genre humain !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
letilleulletilleul   03 novembre 2017
La frontière entre la partie ensoleillée de la Lune et sa face cachée formait une ligne franche, semblable à la bordure d'un tapis de velours posé sur le sol. Au-delà de cette limite, les ténèbres étaient si profondes qu'elles engloutissaient l'éclat des étoiles. Quiconque avait le malheur de s'y risquer, ne fut-ce que d'un pas, était condamné à errer dans le noir pour l'éternité.
Commenter  J’apprécie          20
StelphiqueStelphique   08 novembre 2017
La haine est une défaite, mes enfants.
Commenter  J’apprécie          280

Videos de Bertrand Santini (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bertrand Santini
Le Yark de Bertrand Santini & Laurent Gapaillard fête ses 10 ans ! La parution d'une édition anniversaire Collector de ce “P'tit relié” est aussi l'occasion de fêter les 10 ans de l'équipe actuelle de Grasset-Jeunesse, composée de Valéria Vanguelov à la direction éditoriale et d'Alice Nussbaum à la direction artistique, qui reviendront sur ces 10 années de collaboration main dans la main !
autres livres classés : sorcièresVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Hugo de la nuit

A côté de quel endroit habite le jeune garçon?

D'une église
D'un supermarché
D'un cimetière
D'une école

8 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Hugo de la Nuit de Bertrand SantiniCréer un quiz sur ce livre

.. ..