AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266281518
Éditeur : Pocket (12/09/2019)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Soit une ville immense, sombre et secrète, fondée par un peuple minéral plus secret encore — les gargouilles. De mémoire d’homme, les guildes rivales des Alchimistes et des Mécaniciens s’y livrent une lutte d’influence acharnée. Or les Mécaniciens semblent enfin en passe de l’emporter, prêts à imposer sur la cité un ordre nouveau, brutal.
Automate douée de conscience, unique en son genre, Mattie est la création d’un Mécanicien ambigu. Bien qu’émancipée, elle ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  15 octobre 2019
Quelle sombre et mélancolique conte que cette Alchimie de la pierre. Avec la touche de poésie qui fait souffler dans mon esprit un vent de nostalgie pour quelque chose qui jamais ne fût.
Ekaterina Sedia base son récit sur une ville de pierre créée par des gargouilles vivantes. Avec le temps, ces dernières se sclérosent et finissent par se statufier, diminuant d'autant la mémoire de l'espèce.
Mécaniciens et Alchimistes se battent pour la majorité au Parlement et imposer leur point de vue, métal et rouages contre plantes et athanor. Garants de la modernisation, les Mécaniciens l'emportent à présent. Les petites gens, elles, font comme dans toutes les sociétés : elles tâchent de s'en sortir sans attirer l'attention des puissants. Pourtant la colère gronde chez les mineurs avec la demande toujours croissante de charbon nécessaire aux multiples fabriques et créations de l'ordre mécanique.
Et au milieu, Mattie, automate féminin créé par Lohari. Elle s'est émancipée et est devenue une talentueuse alchimiste mais ne peut se libérer définitivement de l'emprise de son créateur qui possède la clé pour la remonter.
L'auteure aborde de nombreux thèmes traités de façon originale dans ce beau roman. Il y a la question de l'évolution des temps, qui fait penser à la révolution industrielle du XIXème siècle qui secoua les masses laborieuses, leurs emplois menacés par la mécanisation. le débat court de nouveau aujourd'hui avec la révolution numérique et l'arrivée des intelligences artificielles. D'ailleurs Mattie en tant qu'automate doué de conscience en est le symbole.
La sclérose des gargouilles annonce la fin d'une époque, la pierre originelle cédant le pas au métal et à l'ingénierie humaine.
Le personnage de Mattie, avec son petit coeur cliquetant composé tel une oeuvre d'art horlogère de minuscules rouages dentelés est des plus fascinants. J'aurais aimé en savoir plus sur sa confection et comment la conscience d'elle-même est survenue. Intelligente et dotée de plus d'empathie que bien des humains de chair et de sang, elle lutte pour son indépendance et pour son intégrité corporelle en tant que femme, toute automate qu'elle est. Ekaterina Sedia fait de son héroïne une véritable féministe. Soumise à l'emprise de son créateur, qu'elle hait autant qu'elle apprécie des qualités, en butte souvent aux préjugés d'autrui puisqu'elle n'est "qu'une ferraille", son bon coeur se soulève aussi pour les opprimés et les exclus, comme ces Orientaux ostracisés comme étrangers arrivés à la ville prendre leur travail aux braves citoyens (tiens, j'ai déjà lu ce type de discours, et pas que dans un ouvrage SFFF!). Ou le Fumeur d'âmes, indispensable à la société mais banni par crainte de ses capacités, et les gargouilles condamnés à l'extinction si rien ne vient mettre un terme à leur transformation.
Beaucoup de bons ingrédients dans cette Alchimie de la pierre que l'auteure a savamment mélangés avant d'en sublimer l'essence dans les cornues de son imagination. La qualité d'écriture ne fait pas défaut et les émotions ressentis par Mattie passent très bien des pages au lecteur. le roman me laisse le coeur un peu lourd et mélancolique après cette lecture onirique et surprenante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Stelphique
  08 octobre 2019
Ce que j'ai ressenti:
▪️L'alchimie comme passion.
En ce Mois de l'Imaginaire, pourquoi ne pas se laisser tenter par une histoire fabuleuse, mélange de Steampunk et de magie? L'univers de ce monde, qui prend vie sous nos yeux grâce à l'imagination débordante de Ekaterina Sedia, est soumis à la dualité des Alchimistes et des Mécaniciens, dans une ville où les gargouilles veillent à travers la pierre et nous parlent en confidences italiques, où le pouvoir fait rage et complots, où la robotique est quotidienne et prend une place prépondérante… C'est une ville peuplée d'ombres et de lumières, de machines et de fantômes, et il y règne un climat électrique de tensions diverses. Mattie est une automate suréquipée et sur le point, d'être émancipée. Elle se passionne pour l'alchimie, et par ce biais, elle sera l'espoir de tant d'âmes. Mais ce ne sera pas du goût de tout le monde…Autant vous le dire maintenant, c'est fantastique et carrément dément de lire une histoire aussi dense dans une ambiance gothique mystérieuse! Quelle imagination et que de beautés dans la plume de Ekaterina Sedia! Elle nous envoûte avec de très jolies descriptions et une poésie voluptueuse. J'ai aimé l'atmosphère prégnante qui se dégage de ce roman, avec toutes les petites touches de fabuleux qui viennent égayer la noirceur de la vie politique de cette cité.
"Du coup, je m'interroge: faut-il un désastre pour nous rassembler? Sommes-nous si égoïstes, si recroquevillés sur nos petites vies personnelles? Cette société a-t-elle encore une raison d'exister?"
▪️La féminité comme envol.
Mattie, c'est mon atout Coeur. Ni humaine, ni robot écervelé, elle est un personnage qui incarne la différence, l'avant-garde, le féminisme et le renouveau. Tant de qualités dans ce bout de femme, et pourtant, elle n'est à sa place dans aucune dynamique sociale ou politique, elle est une étrangeté qui dérange. Elle est unique. Avec cette sensibilité et cette capacité à ressentir la douleur, que son inventeur, Loharri, lui a programmé, son coeur qui tictacte et sa volonté de fer, Elle comprend le monde mieux qu'une machine, peut être plus intensément qu'une humaine, et de ce fait, elle se révèle être une femme plus forte. Ses atouts sont sa force et sa faiblesse. Et à trop laisser entendre son coeur, certains pourraient avoir envie de le faire taire…A jamais…C'est une jolie rencontre, avant tout. Cette Mattie, c'est le coeur de ce roman, et elle est aussi, mon « crush » du moment.
"Je vous jure que ma féminité est aussi enracinée que la vôtre."
▪️Et chercher encore, la clef…
La clef du bonheur se trouve peut être là: dans une histoire hors du commun, avec une héroïne hors-norme, et le plaisir exquis d'avoir une si belle plume au service de cet imaginaire. Mattie court après sa clef, la clef de son indépendance et c'est une quête noble. J'étais de tout coeur avec cette fille mécanique pour qu'elle atteigne ses objectifs et quelle arrive enfin à détenir ce trésor. Un rêve de liberté, c'est toujours beau à lire, surtout s'il est emballé dans une poésie virevoltante. J'ai adoré toute ces étapes de transformations, les chuchotements des gargouilles, le cheminement du personnage principal. J'ai été sous le charme de la première à la dernière ligne.
"Faute d'ustensile, elle écrasa tant bien que mal les figues avec ses doigts en murmurant les mots secrets appris d'Ogdéla-des mots qui, selon sa tutrice, guérirait le coeur du monde à condition de les prononcer avec une conviction suffisante."
Ma note Plaisir de Lecture 9/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
LePamplemousse
  25 avril 2017
Avant toute chose je remercie chaleureusement Babelio et les éditions le Bélial pour cet envoi. J'ai reçu ce roman à la couverture sublime mais aussi un marque-page assorti de toute beauté.
Si vous n'êtes pas familiarisés avec l'univers steampunk, ce roman superbement écrit et merveilleusement traduit vous fera découvrir un monde dans lequel le pouvoir est divisé entre les alchimistes et les mécaniciens, un monde dans lequel les automates côtoient les lézards, un univers où les gargouilles ont un oeil sur tout, perchées au fait des toits quand les enfants araignées creusent les galeries des mines…
Dans cet univers, la pierre affronte le métal, les automates semblent doués d'une certaine forme de vie mais les vivants eux, paraissent parfois manquer des sentiments les plus élémentaires.
Au milieu de tout ce chaos, Mattie, une automate émancipée devenue alchimiste, tente d'aider ceux qui lui demandent de l'aide. Elle soigne, elle essaie de guérir les blessures mais aussi d'apaiser les âmes, comme celles qui vivent à travers le Fumeur d'âmes.
Ce chassé-croisé de personnages complexes pour permet de parcourir une ville en plein changement, d'être les spectateurs d'une époque en pleine évolution, voire en pleine révolution, car bientôt des conflits vont surgir et mettre la ville à feu et à sang.
L'auteur décrit magnifiquement cette ville de pierre et d'acier, où les préjugés sont légions, où le bien-être des puissants vaut bien qu'on sacrifie des vies, où tout étranger, toute personne considérée comme différente est à la fois perçue comme inférieure et hautement menaçante.
J'ai aimé la poésie qui se dégage de ces pages, ce récit de la fin d'un monde et du début d'autre chose, où le passé ne peut être complètement détruit et où l'avenir ne semble pas encore savoir de quoi il sera fait.
J'ai savouré ces pages, ce roman bien que très riche n'a que peu de pages (260 p.) et cela permet à l'auteur de ne pas nous perdre en route dans son univers foisonnant et particulièrement émouvant.
Une découverte que j'ai savouré avec un plaisir immense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
boudicca
  18 mai 2017
Les auteurs russes n'étant pas franchement légion dans les rayons fantasy/science-fiction de nos librairies, c'est avec curiosité que je me suis penchée sur cette « Alchimie de la pierre », premier roman d'Ekaterina Sedia traduit en France. Un roman dont l'action est relativement limitée à la fois dans l'espace et le temps puisque les événements relatés s'échelonnent sur tout au plus quelques semaines et n'ont pour théâtre qu'une seule et même ville (en dehors de laquelle nous n'avons que très peu d'informations). L'univers élaboré par l'auteur est cela dit suffisamment bien étoffé pour que le lecteur ne se sente nullement oppressé ou frustré par cette limitation du décor. Il faut dire que la cité possède un certain nombre de particularités à même de titiller la curiosité de n'importe qui. Il y a d'abord cette opposition manifeste entre les membres de l'ordre des Alchimistes et celui des Mécaniciens, ce dernier semblant pour le moment avoir l'avantage sur son rival mais devant composer avec l'hostilité grandissante d'une partie de la population. Il y a aussi les gargouilles, créatures à l'origine de la création de la ville possédant autrefois des pouvoirs extraordinaires mais aujourd'hui menacées de disparaître dans l'indifférence quasi générale. Et puis il y a cette automate unique en son genre, Mattie, vers laquelle les gargouilles décident de se tourner en ultime recours pour tenter de mettre fin à la malédiction qui menace de les détruire. L'intrigue s'articule autour de ces deux fils rouges qui sont évidemment étroitement liés : d'abord l'enquête menée par la jeune femme pour tenter d'empêcher le processus de pétrification des gargouilles ; ensuite l'essor d'un mouvement populaire de grande ampleur désireux de renverser l'ordre établi.
Nous avons donc affaire à un univers de fantasy où l'alchimie n'est pas qu'une simple science mais comporte aussi une touche de magie et dans lequel évolue un bestiaire assez inattendu. On peut notamment citer ces étranges lézards utilisés comme sortes de bêtes de somme, ou encore les homoncules nés de mélanges alchimiques, sans oublier le Fumeur d'âmes, figure incontournable de la cité, chargé d'aspirer les fantômes des défunts avec lesquels il se retrouve ensuite forcé de vivre. A ces créatures s'ajoutent évidemment les gargouilles, spectatrices (presque) invisibles des mutations qui traversent leur cité et auxquelles l'auteur donne à plusieurs reprises la parole, optant alors pour une narration à la première personne. le monde dépeint par Ekaterina Sedia emprunte aussi beaucoup à l'imaginaire steampunk, l'influence grandissante des Mécaniciens entraînant la prolifération de machines de toutes sortes : chenilles mécaniques arpentant les rues, automates plus ou moins conscients et intelligents, super calculateur censé trouver une solution à n'importe quel problème soumis... Cette esthétique est d'ailleurs renforcée par les illustrations de Nicolas Fructus, qu'il s'agisse de celle (très réussie) de la couverture ou de celles ornant les débuts de chaque chapitre. L'opposition entre la pierre et le métal n'est toutefois qu'une thématique parmi les nombreuses exploitées par l'auteur, de la xénophobie à la place des femmes dans la société, en passant par les conséquences de l'automatisation du travail ou du terrorisme. le traitement de tous ces sujets sur fond de révolution populaire donne au roman un petit côté politique qui aurait pu être vraiment intéressant si l'auteur avait fait preuve d'un peu plus de finesse dans son traitement.
Si l'on peut difficilement trouver à redire au message véhiculé ici par Ekaterina Sedia (dénonciation de l'exploitation, du racisme, de la mise sous tutelle des femmes...), on peut en revanche souligner le manque d'une véritable réflexion de fond qui limite considérablement l'implication du lecteur, celui-ci ne trouvant finalement pas grand chose pour nourrir sa propre pensée. Reste à aborder la question des personnages, le principal point fort du roman résidant à mon sens dans son héroïne. Que la perspective d'avoir pour protagoniste une automate ne vous rebute pas car en dépit de son statut de « machine » (dans lequel elle ne se reconnaît absolument pas), Mattie apparaît comme bien plus humaine que tous les êtres de chair et de sang mis en scène dans le roman. Difficile de ne pas s'attacher à cette jeune femme capable de faire preuve d'une profonde empathie pour les autres (qu'ils soient humains, automates ou gargouilles) et passant par toute une palette d'émotions au fil des pages. La relation entretenue entre Mattie et son créateur, Loharri, est à ce titre des plus intéressantes, la jeune femme éprouvant pour son « maître » des sentiments très ambigus, mélange d'amour et de haine lié à sa volonté de s'émanciper pour de bon sans pour autant pouvoir se départir d'un certain respect mâtiné de crainte à son encontre. Car en dépit de son statut d'automate et de femme libre, Mattie reste toujours soumise au bon vouloir de son créateur, seul possesseur de la clé à même de la « remonter » et donc d'assurer sa survie (un peu à la manière de l' « automate de Nuremberg » de Thomas Day). Outre le duo Mattie/Loharri, le seul qui parvient à véritablement toucher le lecteur est le Fumeur d'âmes, les autres personnages se révélant trop peu développés pour s'attirer la sympathie du lecteur.
« L'alchimie de la pierre » est donc un roman de bonne facture qui séduit à la fois par la singularité de son héroïne et par son décor mêlant habilement esthétique steampunk et éléments relevant de la fantasy. de même on peut saluer l'originalité des thématiques abordées, quand bien même toutes ne sont pas traitées avec la même profondeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Musardise
  05 mai 2018
Dans un duché politiquement instable s'affrontent pour le pouvoir deux guildes, les Mécaniciens et les Alchimistes. Mattie est une automate d'un genre spécial, autant dire une intelligence artificielle, créée par un Mécanicien. Elle est parvenue à obtenir de celui-ci une certaine indépendance, sous conditions, et a réussi à se faire admettre dans la guilde des Alchimistes. Pour une raison que le lecteur ignorera, les Gargouilles, fondatrices de la Cité, s'adressent à Mattie pour lui commander un remède qui les délivrera de la malédiction qui pèse sur elles et les transforment lentement mais inéluctablement en pierre. Mattie va donc mener deux quêtes de front : celle qui doit conduire à libérer les Gargouilles, et sa propre quête, qui doit la mener à son émancipation complète. Pour cela, elle doit absolument se procurer la clé que possède son maître et sans laquelle il lui est impossible de remonter son mécanisme, telle celui d'une montre, toute seule - et ne pas être remonté, pour un automate, voilà qui signifie la mort, ou du moins l'inertie complète.
Ekaterina Sedia a multiplié les sujets : conflit politique, lutte des classes, émancipation des femmes, racisme, utilisation des machines et de l'intelligence artificielle et, bien entendu, la question de la discrimination des automates au sein d'une société gouvernée par des humains. Mais tous ces sujets, à force de s'entrecroiser, perdent chacun en intensité et ne sont pas réellement traités. L'auteure se perd quelque peu en intrigues secondaires, et le récit a tendance à devenir répétitif. Sans doute un roman plus court eût-il possédé plus de force. L'histoire des Gargouilles n'est qu'effleuré, tandis qu'on s'attarde sur une vague histoire d'amour entre Mattie et un Mécanicien, qui n'a pas grand intérêt. Il est tout de même dommage que la thématique de l'intelligence artificielle ne soit pas creusée !
Pourtant, l'univers créé par Ekaterina Sedia a de quoi séduire et certains personnages attisent particulièrement notre intérêt. Bon, qu'on ne s'y trompe pas : malgré la présence d'automates dans le récit, on n'est pas dans du steampunk - pas d'uchronie ici, ni de ces références qu'affectionne particulièrement le genre. Mais justement, l'auteure a su inventer un monde hybride et foisonnant, mais qu'elle n'a pas exploité suffisamment pour que le roman nous tienne en haleine. C'est d'autant plus dommage que la fin, contre toute attente, s'avère tout à fait réussie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240

critiques presse (1)
Elbakin.net   31 janvier 2017
L’Alchimie de la Pierre n’est pas qu’un délicieux petit bonbon, une jolie carte postale steampunk aux allures de fable, il s’agit bien d’une oeuvre plus profonde qu’il n’y paraît et dotée certes d’un bel écrin.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   08 octobre 2019
Faute d'ustensile, elle écrasa tant bien que mal les figues avec ses doigts en murmurant les mots secrets appris d'Ogdéla-des mots qui, selon sa tutrice, guérirait le cœur du monde à condition de les prononcer avec une conviction suffisante.
Commenter  J’apprécie          70
StelphiqueStelphique   07 octobre 2019
Du coup, je m’interroge: faut-il un désastre pour nous rassembler? Sommes-nous si égoïstes, si recroquevillés sur nos petites vies personnelles? Cette société a-t-elle encore une raison d’exister?
Commenter  J’apprécie          130
MusardiseMusardise   08 mai 2018
Nous escaladons les briques rugueuses de la façade. Leurs bords émiettés s’amollissent sous nos doigts griffus. Tels des kystes, elles saillent du mur pour nous offrir des prises commodes. Nous aurions pu emprunter les échelles d'incendie ; nous arions pu grimper, grimper, devant les visages impassibles des murs, leurs fenêtres cataractées de volets ; nous aurions pu bondir dans la joyeuse cacophonie du métal corrodé et les murmures à peine audibles de la rouille délogée par notre ascension. Nous aurions pu voler.
Mais non, nous restons plaquées contre ce mur, la joue pressée contre les briques chaudes ; le filigrane de l’âge et du temps à leur surface s'imprime sur notre peau, une peau d'un gris acier tel le ciel tempétueux. Nous nous reposons, accrochées au mur, les bouts de nos doigts nichés dans les cavités confortables, comme si on les avait fabriquées, ces briques, pour nous faciliter l'escalade. Nous avons presque atteint le toit pentu, rougi de tuiles en forme d'écailles de poisson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MusardiseMusardise   10 mai 2018
Sur ces entrefaites, Mattie prit congé. Elles sortait quand il lui vint à l'idée que, par gentillesse pour Loharri, elle aurait pu lui offrir ce qu'il voulait sans oser le demander : toucher ses cheveux, écouter tictaquer son cœur. Elle aurait pu lui tenir compagnie dans le noir, aux heures mortes entre nuit et aube où ses démons le torturaient. Il aurait peut-être évoqué ce qu'il taisait d'habitude : pourquoi il l'avait fabriquée, et pourquoi la volonté de sa création de vivre seule, d'étudier, de se détacher de lui, le déprimait à ce point. Le problème, c'est qu'elle préférait ignorer les réponses à ces questions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AmaranthAmaranth   26 mai 2017
- Tu tictaques, jeune fille, dit-il en penchant la tête vers son épaule. Tu devrais peut-être te faire examiner.
- Non. C'est mon coeur et ça n'a rien d'anormal.
- Je plaisantais.
Ses dents lancèrent un éclair blanc dans le noir.
- Tu es une automate, pas vrai ? Je n'en avais jamais vue d'aussi futée.
- Assez pour oublier que mon coeur fait du bruit.
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Ekaterina Sedia (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2862 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre