AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782371420052
226 pages
Chambre au Loup (01/02/2019)
4.12/5   4 notes
Résumé :

Les mémoires d’un enfant de trois ans, une traversée
de « l’immense quatrième année de la vie » : Le personnage principal, David, a trois ans et demi. le lecteur voit le récit se dérouler en partie à travers le flot de conscience de David lui-même. David cherche un lézard en hiver. Il appelle les oiseaux pour leur donner du pain. Les champs, la ville s’étendent, tout est à découvrir.
La terrasse et les lauriers qui bordent la... >Voir plus
Que lire après La Campagne d'Ouvre-mondeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Je ne me souviens pas de l'année de mes quatre ans. Ni même de celles qui l'ont précédés. Et rien ou peu, de celles qui suivirent, pendant trois ou quatre ans environ. de ce laps de temps ne survivent que des flous artistiques et des incertitudes de situations. Ne subsistent qu'un vide presque global, un trou enveloppé de brouillard, un coup d'éponge sur un tableau noir; rien pour accrocher un passé au portemanteau d'une école maternelle. Je me suis souvent senti orphelin de ces années-là évaporées de ma mémoire. Seules semblaient surnagés certains souvenirs particuliers: ceux greffés par les dires de proches qui se souvenant pour moi, firent remonter à la surface des anecdotes qui me semblent presque des artéfacts.

Et pourtant j'ai grandi, j'ai fais ma vie normalement, je me suis construit au mieux durant ces années primordiales de la petite enfance.

Reste pourtant ce trou mémoriel jamais comblé. Passèrent sous mes yeux ces recueils de mots enfantins, ces entassements souvent réussis de perles dédiées à l'enfance. Souvent drôles jamais explicatives, j'en fus cependant très friand des années durant même si, sur ma faim, souvent.

Ma vie côtoie des petits bouts d'hommes et de femmes, hauts comme trois pommes qui à leur tour peuplent mon âge adulte de mots d'enfants, fruits de logiques inattendues et incompréhensibles. Que se passe t'il dans nos chères têtes blondes à ces instants là ? Je suis, souvent, incapable de répondre.

Quand est passé sous mes yeux un fragment de 4 de couverture attachée à "Une campagne d'Ouvre-monde": "Les mémoires d'un enfant de trois ans, une traversée de "l'immense quatrième année de la vie"", je me suis dis, tiens, çà, c'est pour moi. Dont acte..

Le roman est la quête initiatique d'un bout de choux haut comme trois pommes. David est dans sa quatrième année de vie. le lecteur va le suivre six mois durant. Il filera d'un pas de plus en plus assuré dans sa compréhension du monde qui l'entoure, au fil de ses réussites, de ses expériences et de ses erreurs. Dominique Sels, l'auteure, va le montrer à l'assaut d'une vie, la sienne, qu'il commence à entrevoir en tant que décideur. Fini l'acteur passif quand s'élargit l'horizon au-delà des "pas-ronds" (traduire les parents) et que des interactions nouvelles apparaissent avec l'Ailleurs, la Ville et son métro, la Campagne et ses Animaux, la Maternelle et les Autres....

La structure du roman est très particulière, pour le moins atypique et est, par conséquence, très originale. Cet état en fait sa principale force. Dominique Sels s'essaie avec réussite à être au plus près des pensées, actes, interrogations et paroles de son petit héros. On est très près de la narration à la première personne du singulier. On y serait encore au plus près si l'auteure n'avait pas fait le choix de l'explicatif en parallèle. Mais çà roule très bien comme çà, aussi. Ce que doit comprendre le lecteur passe par un effort d'attention soutenu posée sur des phrases paradoxalement simples. Perdre le fil des raisonnements de David c'est perdre tout le sel d'un récit envahi par l'humour, l'inattendu et le curieux.

Un désir de tout décrypter de ce qu'il voit, sent et touche mène David. Il lui faut croquer dans tout ce qui bouge ou pas, jusqu'à plus faim; dévorer, comprendre, assimiler, ingurgiter, régurgiter au mieux. La Vie, généreuse mais un peu brouillonne, lui a offert un grand sac rempli de milliers de puzzles aux pièces éparpillées, mélangées les unes aux autres, à charge pour lui de faire le tri, d'assembler. Quel boulot, l'erreur est humaine.

A chaque pas en Aventurier s'associent au choix: une réussite et un sourire, une maladresse et un doute, une erreur et une colère, une nouvelle incompréhension et un soupir de désespoir. David agglutine des faits, crée dans la foulée des structures mentales complexes qui tiennent la logique adulte ou qui, brinquebalants, fruits de raisonnements mal équilibrés lui font commettre des "mots d'enfants" hilarants et inattendus. Sa logique tient une route, la sienne; si elle est en accord avec celle adulte qui aide en arrière-plan, c'est l'autoroute; si elle est de bric et de broc c'est le chemin vicinal hasardeux et souvent l'impasse qui génère pleurs et colère. Il tâtonne, commet des erreurs, comprend de travers, assimile logiquement.

Le roman nous fait comprendre pourquoi le monde de l'enfance parait si immense, devient peau de chagrin vu par un adulte. L'enfant le perçoit si plein de "touts intrigants"(un ticket de métro poinçonné) qui ne sont plus que des "riens insignifiants" par exemple beaucoup plus tard. le petit, rêveur et imaginatif, perçoit un invisible que l'adulte cartésien a oublié.

Si j'osais une comparaison: "La campagne de l'Ouvre-monde" me parait être une quête initiatique qui ressemble, de par sa forme, à celles que l'on trouve dans maints récits de science-fiction. le héros avance peu à peu vers un moi en accord avec une situation dont il ne comprend pas tout. L'auteure use ainsi d'une méthode de progression classique en SF. le roman n'est pas SF mais son cheminement et sa progression y ressemblent, fortement.

Excellent voyage en pays d'enfance que celui auquel nous convie l'auteure. J'ai souvent ri, réfléchi et me suis penché sur un passé presque absent de mon existence.

Merci à Dominique Sels, Babelio, Masse Critique et les Ed. de la Chambre au loup pour leur confiance.
Lien : https://laconvergenceparalle..
Commenter  J’apprécie          111
Mon deuxième partenariat de l'année et sincèrement, une jolie petite surprise. Lorsque j'avais pris connaissance de son résumé lors de ma sélection pour la masse critique Babélio, je me suis dit que cette lecture serait intéressante pour plusieurs raisons. Tout d'abord, voir le monde à travers les yeux d'un enfant est toujours une magnifique aventure à lire et à comprendre. Enfin, savoir comment fonctionne ce petit garçon avait une utilité bien particulière. En effet, depuis bientôt quinze mois, je suis tonton d'une petite princesse qui à son tour, commence à découvrir le monde et le moment où elle pourra placer des mots sur chaque chose approche à grand pas. Je pensais recevoir quelques conseils par l'intermédiaire de ce livre mais non. Je vais devoir me former à son contact et je ferais de mon mieux pour répondre à toutes ses questions, pour être sûr que chaque mystère placé sur son chemin, par la vie, sera dévoilé de la meilleure façon qu'il soit. D'ici là, revenons à cette lecture et de suite, mes fameuses listes.

Points négatifs :

- Les répétitions. Je me doute bien que pour ce type de littérature, elles sont sûrement indispensables mais par moment, répéter des phrases entières dans le paragraphe suivant, ou la page d'après, cela devient très vite pénible. A mes yeux, elles alourdissent le texte et j'étais bien content lorsque j'arrivais sur des parties où elles étaient absentes.

- Les longueurs. J'en ai trouvé trois. Lorsque David s'étonne de ne trouver aucun animal dans la campagne, au tout début de ce livre, je n'ai pu m'empêcher de trouver cet ensemble terriblement mignon. Par contre, dès qu'il arrive en ville afin d'intégrer sa classe scolaire, je m'y suis un tantinet ennuyé. Pareil pour l'épisode du toboggan en spirale et concernant le dernier chapitre… Là encore, de l'ennui s'est fait sentir. Dommage.

- La plume de l'auteur. Je l'a trouve particulière et jusqu'à la fin de ce livre, ce constat m'a dérangé.

Points positifs :

- le personnage principal, David. Que ce petit bout est terriblement attachant. Certes, c'est un petit gars avec un sacré caractère suite à la découverte du monde qui se trouve autour de lui mais il se montre particulièrement drôle lorsqu'il comprend à moitié des expressions utilisées par les adultes. Lorsque cet enfant décide de les reprendre à sa sauce, cela peut donner des expressions très drôles et grâce à lui, j'ai passé un excellent moment. D'ailleurs, je me demande si ma nièce sera capable de se lancer dans de tels comportements si jamais elle n'arrive pas à comprendre le sens de certains mots. Personnellement, je ne suis pas pressé de le savoir.

En conclusion, une lecture fort sympathique qui peut aussi bien intéressé les parents, qu'ils soient jeunes ou vieux, ou les membres de leur famille qui s'intéressent de près à leur progéniture, comme moi, qui suis tonton. Après, c'est une lecture qui peut s'adresser aussi à quelques curieux mais une chose est sûre, ce livre fait du bien par sa légèreté.
Commenter  J’apprécie          20
Dominique Sels est un écrivain français qui écrit des romans, des essais, des chroniques et des pièces de théâtre. "La Campagne d'Ouvre-Monde" est son septième et dernier roman.
Ce livre raconte le monde vu à travers les yeux d'un enfant dans sa quatrième année. On y découvre son entourage (ses parents, ses grands-parents, sa maîtresse,...). Cette histoire nous transporte de Paris au Perche et dans la Beauce.
Les thèmes abordés sont la petite enfance et les premières avancées dans le monde du langage parlé et lu. Nous observons au fur et à mesure de notre lecture, sa prise de conscience du temps, de l'espace et de la pensée.
Ce livre devrait être lu par tous les parents et par tous les personnels en contact avec les enfants pour comprendre certaines de leurs réactions bien décryptées par Dominique Sels.
Merci pour cette découverte Babelio et les Editions de la Chambre au Loup.
Commenter  J’apprécie          30


Les plus populaires : Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (5) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3654 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}