AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Oristelle Bonis (Traducteur)
EAN : 9782714443182
408 pages
Éditeur : Belfond (07/02/2008)

Note moyenne : 3.14/5 (sur 81 notes)
Résumé :
Le Docteur Dafydd Woodruff mène à Cardiff, Pays de Galles, une existence paisible aux côtés de sa femme. Seule ombre au tableau: le couple ne parvient pas à avoir d'enfants.
Lorsqu'il reçoit une lettre en provenance du Grand Nord canadien - ce pays où quinze ans plus tôt il avait trouvé refuge - lui annonçant qu'il est le père de jumeaux, sa vie vole en éclats. Dafydd, qui jure ne pas avoir eu de relation avec la mère des enfants, décide alors, pour sauver so... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
paleoliticgirl
  09 janvier 2019
on m a offert ce livre il y a déjà 1 an et demi et bon j ai attendu.... pfiou, j aurais pu attendre encore finalement 😂
Est ce que quand on lit un livre on peut garder l'introduction et les 10 dernières pages et faire abstraction de tout le res5e du livre? Non.... bon pas de chance parce que là c est la seule chose qu il faut conserver dans ce roman.
L histoire en elle même est plate et sans aucun intérêt. On assiste, spectateur à la vie inintéressante de daffyd, sa vie en Angleterre et sa vie passée au Canada. C est une succession de platitude, de scène de sexe ( assez nul d ailleurs), et de vide intersidéral.
Il y a peu sur un groupe, la question suivante était posée: une bonne fin peut elle sauver un livre bof? Très clairement ici la réponse es non, c est impossible. J avais parlé de Carlos Ruis zafon lors de cette question ou je ne savais pas trop où me positionner car l écriture es belle mais le rythme très lent mais une fin formidable ici, je n ainpas d hésitation. l'écriture est banale et seule l évocation de la mort des chiens l a fait ressentir une véritable émotion.
Les personnages, on va en parler un peu... caricaturaux c est le mot qui me vient à l esprit. Daffyd, l anglais un peu prude, sheila, l'hystérique folle que tout le monde craint, ian le médecin junkie, les jumeaux en quête d un père... bref voilà voilà... pas grand chose à en dire, c est très cliché. Parfois ça fonctionne parfois non.
Bon j arrêté là vous l'aurez compris je n ai pas apprécié ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
belette2911
  28 avril 2012
Ce livre, j'en attendais plus. Pensant passer un bon moment, j'ai commencé à déchanter et à piquer du nez sur la table au bout de 80 pages.
Déjà, le nom du personnage principal, "Daffyd" me donnait envie d'ajouter "Uck" pour en faire "Daffy Duck". C'est vous dire.
Dommage que le roman parte en somnifère parce que le début avait bien commencé (normal, pour un début, de commencer, me direz-vous).
Ensuite, tout fou l'camp quand Daffyd arrive dans ce patelin perdu dont j'ai oublié le nom pour tenter de comprendre comment il a eu un enfant.
Sautant tout le reste du récit, je me suis attelée à la fin (au moins savoir), ne gardant que les 100 dernières pages.
Heu, c'était encore trop, alors, j'ai vraiment fait la fin. Elle ne m'a pas déçue, elle était bonne, étonnante, stupéfiante et bien trouvée.
Bête que seule la fin et les premières pages du début soient bonnes.
Donc, je vous conseille, si vous voulez l'acheter, de déchirer les premières pages, ainsi que les dernières et de n'emporter qu'elles...
Oh, je plaisante ! Vous allez vous faire tuer par le vendeur ! Passez votre chemin, économisez l'argent et achetez autre chose.
Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
pit31
  30 juillet 2019
Quelle magnifique histoire. Dafydd est malmené aussi bien dans son couple que par ses anciennes relations du grand nord.
Mais après avoir résolus toutes ces énigmes la fin se termine bien.
Il retrouve la femme qu'il aime vraiment et un fils. Il lâche tout ce qu'il a à Cardiff pour vivre mieux et plus simplement.
Très beau roman qui se lit très facilement. Je l'ai apprécié.
Commenter  J’apprécie          80
antigoneCH
  19 décembre 2019
J'ai choisi ce livre dans ma PAL dans l'optique de continuer à lire en décembre quelques titres sur le thème de Noël et de l'hiver pour mon club de lecteurs. Et je n'ai pas regretté mon choix. Fleur de glace est un roman à la fois très prenant et dépaysant. Nous sommes à Cardiff, dans les Pays de Galles, en 2006. le docteur Dafydd Woodruff, bien installé, autant dans sa vie professionnelle que personnelle, voit tout à coup son quotidien bouleversé par une lettre en provenance de Moose Creek, dans les territoires du Nord au Canada. Sheila Hailey lui apprend ainsi qu'il serait le père de ses jumeaux. Il y a quinze ans, le chirurgien a tenté en effet d'oublier là-bas une erreur opératoire qui avait coûté la vie à un petit garçon. Mais Dafydd Woodruff est persuadé de ne jamais avoir eu de rapports sexuels avec Sheila, l'infirmière en chef revêche de l'hôpital où il exerçait alors. Un test ADN confirme sa paternité. Tandis que son couple est au bord du naufrage, Dafydd décide de se rendre sur les lieux, afin de voir Sheila et les enfants. En parallèle, le lecteur est projeté en 1992 et fait la connaissance du jeune Dafydd, fraîchement débarqué à Moose Creek. Petit à petit, les événements se confrontent et les pièces du puzzle se mettent en place. Un peu perdu, le chirurgien reprend malgré tout ses marques dans ce lieu qu'il a laissé presque à l'identique quelques années plus tôt et s'attache aux adolescents dont il admet être le père biologique. La science ne peut pas se tromper. A Cardiff, la vie de Dafydd ne cesse par ailleurs de plonger dans le chaos. Sa femme a peu ou prou quitté le domicile conjugal et souhaite vendre leur maison, traînant depuis le test ADN et les dénégations de son mari le sentiment d'avoir été trahie. Dafydd vit un enfer mais quelque chose semble bouger en lui… Et j'ai beaucoup aimé, moi lectrice des Racontars du froid de Jorn Riel par exemple, toute cette ambiance des territoires du Nord qui me fascinent, la galerie de personnages secondaires et hauts en couleurs que Dafydd côtoie, notamment ce vieil homme appelé Ours Qui Dort et l'ami aux lourds secrets, Ian. A Moose Creek, chacun a conscience du danger que représentent le froid et la nature. On boit, on se drogue parfois, on vit dans la saleté sans trop y prêter attention. Tout le monde se connaît ou est amené à se croiser un jour. le monde est aussi petit que le territoire est vaste. Et si Dafydd avait en fait laissé son coeur encore un peu plus loin, dans le nord, pendant son séjour auprès d'un vieil homme et d'une femme nommée Uyarasuq ?
Lien : https://leslecturesdantigone..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Etpourquoipasquatre
  25 septembre 2020
Ce livre est dans ma PAL depuis quelque chose comme quinze ans et c'est uniquement le #booklanta qui me l'a fait ressortir pour son thème Froid dans le dos. Côté glace, on est servi avec la majorité du roman dans le Grand Nord, ce Canada gelé où la lumière atteint un maximum d'une heure par jour en plein coeur de l'hiver. J'avoue chercher encore le pourquoi du titre mais ça, c'est le choix de l'autrice après tout. le glace d'accord, mais pour Fleur je n'ai pas compris. C'était un bon moment de lecture, ça se lit facilement mais je n'ai pas non plus été passionnée. L'alternance passé/présent est intéressante et donne un bon rythme dans la première partie, on ne s'ennuie pas dans la lecture même si ce n'est pas un coup de coeur mais passé la moitié j'ai commencé à me perdre un peu, ça traîne trop en longueur. Certains personnages m'ont un peu perturbé, les réactions de la femme de Dafydd ne m'ont pas paru très réalistes. Après je ne maîtrise pas le sujet de la paternité surprise d'un mari suite à une erreur de jeunesse mais je ne sais pas, ça m'a dérangé. Et ce prénom, parlons-en : Dafydd ?? J'ai lu malgré moi "David" pendant au moins le premier quart de roman, impossible de m'y faire ! Ce prénom existe réellement au pays de Galles ?
Bon, le côté positif de cette lecture, c'est que ce pavé est ENFIN sorti de son étagère et qu'il ne va pas y retourner et donc : faire de la place ! Et tout ça en validant deux challenges, que demander de plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
pit31pit31   25 juillet 2019
Il se rallongea sur le matelas défoncé en essayant de trouver une position confortable. Des petits débris durs lui piquaient les fesses. Il passa une main dessus pour les identifier. On aurait dit des miettes ou des saletés semées là par quelqu'un qui aurait oublié d'enlever ses bottes boueuses. Ce ne serait sûrement pas pire dans le mobile-home pouilleux de Hogg, quelques saloperies qu'y aient perpétrées son prédécesseur, "Môsieur, le docteur Odent". Un de ses voisins lâcha un pet. Dafydd pesta et tourna le dos à la cloison, les genoux ramenés contre son torse afin de se protéger d'autres attaques imprévues. Il dormit à poings fermés, mais pas longtemps, et reprit conscience brutalement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pit31pit31   29 juillet 2019
Sa mort va représenter un sacré manque à gagner pour toi, espèce de salope, pensa-t-il, en ravalant une nouvelle fois l'injure. Depuis qu'il avait découvert la cause principale du déclin physique, mental et financier de Ian, Sheila lui était plus antipathique que jamais. Il essayait de combattre cette aversion, mais les pulsions de violence qu'elle lui inspirait ne lui simplifiaient pas la tâche, surtout sachant ce dont elle l'accusait. Elle avait le don de le rendre brutal ; il aurait voulu la frapper et cette fureur inconnue le troublait. Autant qu'il s'en souvienne, jamais il n'avait eu envie de s'en prendre physiquement à qui que ce soit. Il se demandait parfois si ces fantasmes ne répondaient pas à d'obscures motivations sexuelles, mais non : la colère, le dégoût, l'indignation suffisaient à expliquer cette réaction. Sheila était malveillante et il la haïssait, elle et ce qu'elle était devenue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pit31pit31   27 juillet 2019
"Menteur, siffla-t-elle. Espèce de sale menteur."
Il en resta sans voix. Cela ne pouvait pas être vrai. Les mots inscrits sur le papier dansaient devant ses yeux mais il parvint à déchiffrer son nom, celui de Mark Hailey, et le chiffre : 99,9 %. A ce niveau de correspondance, la probabilité de paternité devenait une certitude absolue.
"Pourquoi avoir choisi de mentir ? demanda Isabel sur un ton très calme et très froid. J'ai toujours pensé que tu étais quelqu'un d'intelligent et de sensé. Je t'ai tendu je ne sais combien de perches pour que tu dises la vérité et je l'aurais acceptée. Tu as couché avec cette nana il y a des années, et après ? Ce n'est pas un drame. Une grossesse accidentelle, ça peut arriver à tout le monde. Si seulement tu avais admis que tu n'étais pas au courant, que tu étais ivre, qu'elle t'avait entraîné, violé, n'importe quoi." Elle haussait le ton et autour de leur table tout le monde faisait silence. "Tu aurais même pu me dire que tu étais fou de cette femme et que tu y pensais encore. J'aurais tout accepté si au moins tu avais été franc. Mais non. Tu t'es contenté de rabâcher que tu ne l'avais jamais touchée. Tu n'a rien voulu admettre. C'est insultant, pour moi. Comment oses-tu me traiter ainsi ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dupuisjlucdupuisjluc   01 avril 2012
Il était écartelé entre le désir de vivre lui aussi l'expérience de la paternité et la terreur que lui inspiraient ces créatures incompréhensibles.
Commenter  J’apprécie          70
pit31pit31   28 juillet 2019
La pièce, d'une saleté répugnantes, disait clairement que son occupant n'attendait plus rien de la vie. Ian tendit à Dafydd un verre de whisky et ils s'assirent à la table de la cuisine, encombrée d'assiettes en carton pleines de restes en décomposition et de boîtes de pâtée pour chien vides. Surprenant le regard consterné de Dafydd, Ian se leva pour aller chercher un sac-poubelle, poussa dedans tout ce qui traînait sur la table et le fourra dans un coin. Thorn se traîna jusque là-bas pour gratter le plastique avec insistance.
"Il a faim, non ?" ne put s'empêcher de dire Dafydd.
Au lieu de répondre, Ian alluma une cigarette et le regarda à travers les volutes de fumée qu'il recrachait par la bouche et par le nez.
"Tu peux m'expliquer ce qui te ramène ici ? demanda-t-il en insistant lourdement sur chaque mot. Il était maigre comme un clou, à part le ventre distendu et ballonné qui saillait de façon incongrue sous son torse creux.
"Tu n'en as pas la moindre idée ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : grand nord canadienVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
120 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre