AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Oristelle Bonis (Traducteur)
EAN : 9782714443182
408 pages
Belfond (07/02/2008)
3.17/5   98 notes
Résumé :
Le Docteur Dafydd Woodruff mène à Cardiff, Pays de Galles, une existence paisible aux côtés de sa femme. Seule ombre au tableau: le couple ne parvient pas à avoir d'enfants.
Lorsqu'il reçoit une lettre en provenance du Grand Nord canadien - ce pays où quinze ans plus tôt il avait trouvé refuge - lui annonçant qu'il est le père de jumeaux, sa vie vole en éclats. Dafydd, qui jure ne pas avoir eu de relation avec la mère des enfants, décide alors, pour sauver so... >Voir plus
Que lire après Fleur de glaceVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,17

sur 98 notes
5
1 avis
4
6 avis
3
8 avis
2
4 avis
1
0 avis
on m a offert ce livre il y a déjà 1 an et demi et bon j ai attendu.... pfiou, j aurais pu attendre encore finalement 😂
Est ce que quand on lit un livre on peut garder l'introduction et les 10 dernières pages et faire abstraction de tout le res5e du livre? Non.... bon pas de chance parce que là c est la seule chose qu il faut conserver dans ce roman.
L histoire en elle même est plate et sans aucun intérêt. On assiste, spectateur à la vie inintéressante de daffyd, sa vie en Angleterre et sa vie passée au Canada. C est une succession de platitude, de scène de sexe ( assez nul d ailleurs), et de vide intersidéral.
Il y a peu sur un groupe, la question suivante était posée: une bonne fin peut elle sauver un livre bof? Très clairement ici la réponse es non, c est impossible. J avais parlé de Carlos Ruis zafon lors de cette question ou je ne savais pas trop où me positionner car l écriture es belle mais le rythme très lent mais une fin formidable ici, je n ainpas d hésitation. l'écriture est banale et seule l évocation de la mort des chiens l a fait ressentir une véritable émotion.

Les personnages, on va en parler un peu... caricaturaux c est le mot qui me vient à l esprit. Daffyd, l anglais un peu prude, sheila, l'hystérique folle que tout le monde craint, ian le médecin junkie, les jumeaux en quête d un père... bref voilà voilà... pas grand chose à en dire, c est très cliché. Parfois ça fonctionne parfois non.

Bon j arrêté là vous l'aurez compris je n ai pas apprécié ce livre.
Commenter  J’apprécie          80
Ce livre, j'en attendais plus. Pensant passer un bon moment, j'ai commencé à déchanter et à piquer du nez sur la table au bout de 80 pages.

Déjà, le nom du personnage principal, "Daffyd" me donnait envie d'ajouter "Uck" pour en faire "Daffy Duck". C'est vous dire.

Dommage que le roman parte en somnifère parce que le début avait bien commencé (normal, pour un début, de commencer, me direz-vous).

Ensuite, tout fou l'camp quand Daffyd arrive dans ce patelin perdu dont j'ai oublié le nom pour tenter de comprendre comment il a eu un enfant.

Sautant tout le reste du récit, je me suis attelée à la fin (au moins savoir), ne gardant que les 100 dernières pages.

Heu, c'était encore trop, alors, j'ai vraiment fait la fin. Elle ne m'a pas déçue, elle était bonne, étonnante, stupéfiante et bien trouvée.

Bête que seule la fin et les premières pages du début soient bonnes.

Donc, je vous conseille, si vous voulez l'acheter, de déchirer les premières pages, ainsi que les dernières et de n'emporter qu'elles...

Oh, je plaisante ! Vous allez vous faire tuer par le vendeur ! Passez votre chemin, économisez l'argent et achetez autre chose.
Lien : http://the-cannibal-lecteur...
Commenter  J’apprécie          122
Ce livre est dans ma PAL depuis quelque chose comme quinze ans et c'est uniquement le #booklanta qui me l'a fait ressortir pour son thème Froid dans le dos. Côté glace, on est servi avec la majorité du roman dans le Grand Nord, ce Canada gelé où la lumière atteint un maximum d'une heure par jour en plein coeur de l'hiver. J'avoue chercher encore le pourquoi du titre mais ça, c'est le choix de l'autrice après tout. le glace d'accord, mais pour Fleur je n'ai pas compris. C'était un bon moment de lecture, ça se lit facilement mais je n'ai pas non plus été passionnée. L'alternance passé/présent est intéressante et donne un bon rythme dans la première partie, on ne s'ennuie pas dans la lecture même si ce n'est pas un coup de coeur mais passé la moitié j'ai commencé à me perdre un peu, ça traîne trop en longueur. Certains personnages m'ont un peu perturbé, les réactions de la femme de Dafydd ne m'ont pas paru très réalistes. Après je ne maîtrise pas le sujet de la paternité surprise d'un mari suite à une erreur de jeunesse mais je ne sais pas, ça m'a dérangé. Et ce prénom, parlons-en : Dafydd ?? J'ai lu malgré moi "David" pendant au moins le premier quart de roman, impossible de m'y faire ! Ce prénom existe réellement au pays de Galles ?
Bon, le côté positif de cette lecture, c'est que ce pavé est ENFIN sorti de son étagère et qu'il ne va pas y retourner et donc : faire de la place ! Et tout ça en validant deux challenges, que demander de plus.
Commenter  J’apprécie          40
Ce livre est magnifique. J'ai adoré.
Les paysages glacés et enneigés du Canada qui nous sont décrits sont juste fascinants. L'intrigue autour du personnage principal est très prenante, sans oublier la détestable Sheila qui apporte du piquant à l'histoire. Un joli moment de lecture

Commenter  J’apprécie          110
J'ai choisi ce livre dans ma PAL dans l'optique de continuer à lire en décembre quelques titres sur le thème de Noël et de l'hiver pour mon club de lecteurs. Et je n'ai pas regretté mon choix. Fleur de glace est un roman à la fois très prenant et dépaysant. Nous sommes à Cardiff, dans les Pays de Galles, en 2006. le docteur Dafydd Woodruff, bien installé, autant dans sa vie professionnelle que personnelle, voit tout à coup son quotidien bouleversé par une lettre en provenance de Moose Creek, dans les territoires du Nord au Canada. Sheila Hailey lui apprend ainsi qu'il serait le père de ses jumeaux. Il y a quinze ans, le chirurgien a tenté en effet d'oublier là-bas une erreur opératoire qui avait coûté la vie à un petit garçon. Mais Dafydd Woodruff est persuadé de ne jamais avoir eu de rapports sexuels avec Sheila, l'infirmière en chef revêche de l'hôpital où il exerçait alors. Un test ADN confirme sa paternité. Tandis que son couple est au bord du naufrage, Dafydd décide de se rendre sur les lieux, afin de voir Sheila et les enfants. En parallèle, le lecteur est projeté en 1992 et fait la connaissance du jeune Dafydd, fraîchement débarqué à Moose Creek. Petit à petit, les événements se confrontent et les pièces du puzzle se mettent en place. Un peu perdu, le chirurgien reprend malgré tout ses marques dans ce lieu qu'il a laissé presque à l'identique quelques années plus tôt et s'attache aux adolescents dont il admet être le père biologique. La science ne peut pas se tromper. A Cardiff, la vie de Dafydd ne cesse par ailleurs de plonger dans le chaos. Sa femme a peu ou prou quitté le domicile conjugal et souhaite vendre leur maison, traînant depuis le test ADN et les dénégations de son mari le sentiment d'avoir été trahie. Dafydd vit un enfer mais quelque chose semble bouger en lui… Et j'ai beaucoup aimé, moi lectrice des Racontars du froid de Jorn Riel par exemple, toute cette ambiance des territoires du Nord qui me fascinent, la galerie de personnages secondaires et hauts en couleurs que Dafydd côtoie, notamment ce vieil homme appelé Ours Qui Dort et l'ami aux lourds secrets, Ian. A Moose Creek, chacun a conscience du danger que représentent le froid et la nature. On boit, on se drogue parfois, on vit dans la saleté sans trop y prêter attention. Tout le monde se connaît ou est amené à se croiser un jour. le monde est aussi petit que le territoire est vaste. Et si Dafydd avait en fait laissé son coeur encore un peu plus loin, dans le nord, pendant son séjour auprès d'un vieil homme et d'une femme nommée Uyarasuq ?
Lien : https://leslecturesdantigone..
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Négligeant les conseils des aînés, il avait décidé de ne pas prendre la motoneige. Comme la plupart des garçons de son âge, il adorait faire rugir un moteur mais depuis quelque temps il lui préférait le son de ses pensées. Il aimait les grondements et les craquements de la banquise, le souffle de la bourrasque, le crissement de ses mukluks sur la neige, à chaque pas - et réussir à progresser ainsi par ses propres moyens lui donnait le sentiment d'être maître de la situation.
Commenter  J’apprécie          20
Il était écartelé entre le désir de vivre lui aussi l'expérience de la paternité et la terreur que lui inspiraient ces créatures incompréhensibles.
Commenter  J’apprécie          80
Cette lumière qui venait de s'allumer, très loin là-bas, était insupportable. Fragmentée, elle se dispersait sur sa rétine telle des gouttelettes de mercure dont les éclats le faisaient terriblement souffrir.
Commenter  J’apprécie          20
L'ours était là, tout près. Il avait du les entendre ou sentir leur présence et lui aussi avait rebroussé chemin. Pour les suivre. Malgré le jour finissant, le garçon distinguait déjà le triangle que formaient la truffe et les yeux noirs de l'animal.
Commenter  J’apprécie          10
L'alcool est le poison le plus répandu sur la planète.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : grand nord canadienVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (282) Voir plus



Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
149 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre

{* *}