AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070377268
352 pages
Éditeur : Gallimard (11/04/1986)
3.78/5   111 notes
Résumé :
Sir Giles a un siège au Parlement, un château et une femme - mais est-ce qu'on peut appeler ça une femme ? Lady Maud a un siège au carré, un château et un mari - mais est-ce qu'on peut appeler ça un mari ? Sir Giles est impuissant ; Lady Maud n'est pas près d'oublier leur nuit de noces. Elle n'a rien d'une bombe sexuelle mais elle veut un héritier. Comment susciter une brise de désir chez son masochiste de mari ?
Chacun sa méthode. Il suffit, dans le cas prés... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 111 notes
5
1 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis

stcyr04
  01 novembre 2020
Sir Giles, maitre du château Handyman, est le représentant du Worfordshire Sud au Parlement. Pour être plus précis, il n'est que le dépositaire de ladite demeure, par son union avec Lady Handyman. Problème, le mariage n'a jamais été vraiment consommé - le physique hommasse de cette dernière et son caractère autoritaire n'aident pas, le chatelain ayant des appétits qui le portent plus vers les coups de cravache et le bondage. Lady Maud, la quarantaine bien entamée, désirant un enfant pour perpétuer la lignée des maîtres du château, devant le peu d'entrain de son mari, a décidé de demander le divorce. Les dispositions matrimoniales sont claires, pour garder son droit sur le château, Sir Giles doit accomplir son devoir, procréer, et pour que le divorce lui permette de récupérer son bien, Lady Handiman est tenue d'apporter la preuve de l'infidélité de son époux. le lord est prêt à tout pour garder la mainmise sur la bâtisse ou tout au moins sur la valeur qu'elle représente, tout en se soustrayant à ses obligations. Ainsi lui vient l'idée diabolique de faire jouer les rouages politiques aux fins de construction d'une autoroute au milieu du domaine et de raser le château, entrainant l'expulsion des habitants de la gorge de Cleene. À malin, malin et demi, c'est sans compter avec les ressources de son épouse, son caractère combattif, avec le soutient et la dévotion indéfectible du jardinier Blott pour sa maitresse. Commence un authentique combat à mort où tous les (pires) coups sont permis.
Bien franchement, Lord Giles et Lady Handyman sont deux personnages suprêmement antipathiques. L'un est un réactionnaire du pire acabit et l'autre est une authentique hystérique, impérieuse avec çà. On aimerait bien que ça se termine à la déconfiture des deux belligérants, hélas un camp triomphera. le récit est assez désopilant, les paragraphes se répondant, c'est une véritable partie de tennis de ping-pong qui s'engage. L'humour anglais jouant à plein, c'est au final un roman fort distrayant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lilice_brocolis
  18 juillet 2014
C'est le premier Tom Sharpe que j'ai lu et j'ai adoré.
C'est du grand délire du début à la fin, pourtant l'histoire se tient vaguement (bon, elle est complètement loufoque) dans le sens où chaque personnage a des raisons de faire ce qu'il fait, et qu'elle nous sont exposée. Contrairement à d'autres grand n'importe quoi, j'ai trouvé qu'on suivait sans difficulté le déroulement de l'histoire et qu'on avait envie de connaître la suite, ce qui m'a clairement aidé à accrocher.
J'ai surtout beaucoup aimé les personnages, ni gentils ni méchants, avec leurs préoccupations ridicules et diverses qui collent, de manière complètement caricaturale, avec le cadre. Les personnage "secondaires" (tels que le jardinier) sont très bon aussi, ça ne parle pas que de noble et de noblesse (même si c'est quand même le cadre général). le ton ultra-mordant tout du long me plait beaucoup. Par moment graveleux, si ça vous déplaît franchement passez votre chemin.
Mais oui, c'est du grand n'importe quoi avec de la surenchère à chaque chapitre, mais qui a un début, un développement et une fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43
bdelhausse
  29 septembre 2014
Loufoque, déjanté, décalé, vitriolé, cynique, caustique... on peut aller chercher les qualificatifs très loin dès que l'on veut parler d'un roman de Tom Sharpe.
Ici, il passe (de nouveau) à la moulinette la société anglaise, la noblesse, les grands travaux, le désir d'enfants, j'en passe et des meilleures. Se dire que ce roman a été écrit à l'âge de 47 ans (environ), c'est tout à fait incroyable. Un peu comme s'il avait fallu toutes ces années pour que ce monsieur respectable (en témoignent les photos de lui) se débarrasse de son carcan "british" et nous livre son moi profond.
Pour celui-ci, encore, j'ai ri tout seul dans le train. J'avais droit à des regards en coin, il ne fait pas bon lire Tom Sharpe au vu et au su de tous...
Mention spéciale au traducteur, le titre français La Route sanglante du jardinier Blott retranscrit très bien le titre original, Blott on the Landscape.
Un très bon Tom Sharpe qui préfigure la série des Wilt.
Par contre, je viens (en regardant Wikipedia) d'apprendre que Tom Sharpe est mort. Et ça, ça ne me fait pas rire du tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jeeves_wilt
  16 janvier 2017
Excellent comme toujours dirais-je, pseudo oblige, peut-être?
Je me demande pourquoi, il n'y a pas de film de ces livres, c'est un humour british que j'affectionne, je m'imagine toujours les scènes et me dit que ça ressemble assez à un script pour le cinéma...
4* car ça permet de vider l'esprit entre deux livres références, du côté de chez Swann et/ou Les essais par exemple, qui demande de l'attention, et ou l'on rit rarement, c'est un peu comme la pause au boulot...
Commenter  J’apprécie          60
mjaubrycoin
  27 novembre 2015
Avec son humour caustique so british, Tom Sharpe nous raconte les efforts d'un malheureux chatelain qui cherche à se débarrasser à la fois de son chateau et de sa femme en faisant passer une autoroute par le domaine.
Mais la femme en question, Lady Maud, a plus d'un tour dans son sac et elle n'est pas décidée à le laisser faire. Avec l'aide de son jardinier plein de ressources, elle transforme la propriété en parc animalier et réussit à mettre dans sa poche l'employé du ministère envoyé sur place pour régler le problème;
Comme d'habitude chez Sharpe, tout dégènere rapidement en un torrent de quiproquos plus drôles les uns que les autres . On y retrouve le charme typique de la campagne anglaise , l'amour des animaux et ce furieux nonsense qui ravit les amateurs du genre
Ce livre est un parfait remède contre la morosité ;A consommer sans modération
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
jeeves_wiltjeeves_wilt   12 janvier 2017
Rien dans le physique de Maud ne laissait supposer une sexualité particulièrement insatisfaisable, aussi Sir Giles avait-il été surpris, pour ne pas dire peiné, par son interprétation au pied de la lettre de ce qu'il lui avait soufflé, lors de leur lune de miel: il désirait qu'elle l'attache sur le lit et qu'elle le batte. On avait entendu ses cris sur la Costa Brava à un kilomètre à la ronde et cela lui avait valu une conversation embarrassante avec le directeur de l'hôtel. Sir Giles n'avait pas pu s'asseoir pendant le trajet du retour.
P12
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   17 septembre 2013
Être anglais était la vertu suprême et être prisonnier en Angleterre, mieux que d’être libre nulle part ailleurs. Si ça n’avait tenu qu’à lui, la guerre aurait pu durer indéfiniment. Il vivait dans une vaste demeure, avec un parc où il se promenait, une rivière où il pêchait, un potager où il jardinait en un pays idyllique plein de bois, de collines et de femmes blondes dont les maris étaient à la guerre pour sauver le monde d’individus comme lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
patatarte2001patatarte2001   13 mai 2015
Et puis, on ne pouvait pas dire du paysage qu'il était uniformément beau. Lady Maud se trouvait dans le panorama, et quelques fussent ses autres qualités, on ne pouvait décemment la trouver belle. Elle était grosse et lourde, et avait des formes dont quelqu'un avait dit un jour, fort à propos, qu'elles étaient rodinesques. En tout cas, Sir Giles, qui la regardait avec l'objectivité que donnent six ans de mariage, la trouvait phénoménalement laide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   17 septembre 2013
Elle avait accepté sa demande en mariage sans illusion, mais se rendit compte trop tard que son long célibat avait créé chez lui des habitudes et des fantasmes qui l’empêchaient de remplir sa part du contrat. Sir Giles n’était pas fait pour la paternité, tant s’en fallait. Après l’expérience funeste de leur lune de miel, Maud avait tenté une réconciliation, mais en vain. Elle avait essayé la boisson, les plats épicés, les huîtres et le champagne, les œufs durs : il était resté inexorablement impuissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jeeves_wiltjeeves_wilt   15 janvier 2017
J'ai autre chose à vous annoncer, dit enfin Hoskins. Il en pince pour votre légitime.
Sir Giles fit un drôle de bruit.
-Il quoi? s'étrangla-t-il.
-Il s'est épris de Maud, lui expliqua Hoskins. Il m'a dit qu'il la trouvait charmante et délicieuse.
-Charmante et délicieuse? Dit Sir Giles. Maud?
- Et avenante.
-Oh mon Dieu! Je comprends maintenant pourquoi elle arbore l'air satisfait d'un chat qui viendrait d'avaler une souris.
P112
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Tom Sharpe (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tom Sharpe
Disparition de l'écrivain Tom Sharpe
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Hommage à Tom Sharpe (décédé ce 06/06/2013)

Né en ...

1868
1898
1928
1958

6 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Tom SharpeCréer un quiz sur ce livre

.. ..