AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
La Malédiction Grimm tome 3 sur 3
EAN : 9782747062039
368 pages
Bayard Jeunesse (24/02/2016)
3.87/5   100 notes
Résumé :
Sukie n'a pas la vie facile : depuis le décès de sa sœur, dont le fantôme la suit partout, ses parents ont perdu leur emploi. Tous trois ont dû s'installer dans l'inquiétant manoir de la tante Hepzibah et, pour gagner quelques sous, ils vendent des babioles sur les brocantes. Un jour, deux jeunes gens les approchent, très intéressés par un balai tout à fait banal. Elizabeth et Andreas travaillent en fait pour le Dépôt d'Objets Empruntables de la Ville de New York, u... >Voir plus
Que lire après La Malédiction Grimm, tome 3: Le cauchemar Edgar PoeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,87

sur 100 notes
5
5 avis
4
9 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
2 avis
Une agréable lecture qui nous emporte dans les univers de la littérature fantastique américaine du XIXe siècle principalement. Où l'on côtoie des fantômes, voyage sur des balais et parcourt une bien étrange bibliothèque.

Dans ce tome 3, l'auteur a focalisé l'attention sur une famille, Sukie et ses parents, plutôt que sur les employés du Dépôt des objets de New York. Sukie est une jeune fille fragile car elle a perdu sa soeur récemment, qu'elle perçoit encore à travers son fantôme. La famille est plongée dans le chagrin et dans les difficultés suite à la perte de travail des parents. Ils doivent alors déménager chez une vieille tante qui leur offre l'hospitalité dans son vieux manoir. Ce sera l'occasion pour Sukie de découvrir une part de son passé familial. D'autres fantômes vont se manifester ainsi que des objets au fort pouvoir, parfois maléfique.

Les personnages sont très attachants et bien caractérisés. Le récit est prenant, on a envie d'en savoir davantage et les actions ne manquent pas même si quelques longueurs gâchent un peu l'ensemble.
J'ai particulièrement aimé les références à la littérature américaine et aux romans fantastiques. Le roman regorge de noms d'auteurs et donnent envie de les lire pour plonger dans leurs univers singuliers. Si on évoque Edgar Allan Poe, autant que d'autres noms, je ne vois pas le lien direct avec le titre et suis un peu déçue car je m'attendais à le découvrir davantage encore, sous un aspect nouveau peut-être. Cela dit, ce roman est une invitation à parcourir la littérature américaine de son époque.
Une belle lecture foisonnante de références pour les amoureux des livres!
Commenter  J’apprécie          270
Susannah, dit Sukie, n'a pas la vie facile depuis quelques temps. Une malédiction familiale tue à petit feu certains membres de sa famille depuis des années, et, dans sa génération, c'est sa soeur, Kitty, qui en a été victime. Depuis son décès, le fantôme de Kitty reste présent et protège Sukie. Mais cette aura mystérieuse qui plane autour de la jeune fille n'arrange pas ses relations sociales. Sukie est seule. D'autant plus depuis que ses parents ont perdu leur travail et se sont retrouvés dans l'obligation d'aller vivre au manoir Thorne chez la grand-tante Hepzibah. Pour aider ses parents, Sukie les suit dans les marchés aux puces où ils tentent de vendre quelques objets. C'est dans l'un de ces marchés qu'elle fait la connaissance d'Elisabeth et Andreas, employés au Dépôt d'Objets Empruntables de la Ville de New York. Ils ont l'air très intéressé par un balai quelconque que tient Sukie ainsi que par la capacité de cette dernière à détecter certaines « anomalies » dans des pièces rares. Sukie va se voir embarquer dans un monde fantastique, chapeautée par Elisabeth et Andreas, qu'elle ne soupçonnait pas : le manoir où elle vit est hanté, son balai vole et sa grand-tante Hepzibah n'a pas l'air étonné de tous ces éléments…

Après La malédiction Grimm et L'expédition H.G Wells, je ne pouvais pas faire autrement que de vous présenter le troisième tome de la saga : le cauchemar Edgar Poe. Et je suis très agréablement surprise par ce tome, qui m'a moins rebutée sur sa fin comme l'ont fait les deux premiers.

J'ai beaucoup aimé retrouver l'univers qui m'était cher dans les deux tomes précédents, qui est ici pourtant abordé complètement différemment. On n'entre pas dans les rayonnages du Dépôt d'Objets comme dans les deux premiers tomes, on n'y fait que passer. Sukie ne deviendra pas magasinière là-bas comme les autres héros que nous avons déjà rencontré. En revanche, on découvre bien le Corpus Lovecraft, sous un angle particulier. On ne s'aventure pas vraiment dans le Corpus en lui-même, mais dans une de ses annexes, la Collection Poe : y sont regroupées des maisons hantées sorties des plus grandes fictions d'horreur de tous les temps. Et cette collection est tenue par Elisabeth Rew, l'héroïne de notre premier tome qui a maintenant bien évolué.

Ce sont donc deux points très agréables de ce récit. On retrouve un univers sympathique et plaisant, mais sous une autre forme, histoire de toujours tenir en haleine de lecteur et de lui offrir de la nouveauté. Et on retrouve également des personnages principaux, qui passent cette fois-ci au second plan pour laisser la lumière sur un nouveau héros. Encore une fois le lecteur ne peut donc pas se lasser ou ne pas aimer ce qu'est devenu notre héros, puisque c'est un nouveau.

Ce que j'ai le plus apprécié dans ce roman ce sont toutes les références littéraires qui y sont glissées. Dans le premier tome, on avait plusieurs références à des contes. Dans le second à des histoires de science-fiction. Dans ce dernier, on se retrouve inévitablement devant des références de récits d'horreurs. Notamment Edgar Allan Poe dont est fan le jeune Andreas. C'est une vraie petite mine d'or pour les lecteurs passionnés. Et merci à l'autrice d'avoir précisé à la fin de son roman que toutes les références données sont réelles, à part celles de Laetitia Flint, autrice préférée (mais fictive pour nous) de Sukie dans le récit. J'aurai pu passer des heures à essayer de chercher sinon.

Tandis que dans les deux premiers tomes j'ai un peu tiqué sur la tournure des évènements vers la fin et une histoire d'amour un peu trop gnangnan à mon goût, je ne me suis pas retrouvée dans cette situation cette fois-ci. Un tout petit hic quand même pour le fameux Cole, qui fait partie des harceleurs de Sukie au début, mais fait un gros revirement et devient éperdue d'elle, sans que cela ne choque la jeune fille. Mais à part ça, le reste est mieux tourné. Les évènements se précipitent encore une fois vers la fin alors que l'on se promenait tranquillement au début, mais cela choque moins car suit plus le cours du récit. C'est mieux expliqué, détaillé et cela ne fait pas perdre la crédibilité du tout.

Le Dépôt d'Objet est composé de quatre Collections Spéciales et il nous en reste une à découvrir : la Chrestomathie de Gibson. J'aimerais beaucoup pouvoir aller y faire un tour, seulement je ne sais pas du tout si c'est prévu. Polly Shulman a sorti à environ 2-3 ans d'écart chacun de ses tomes. le cauchemar Edgar Poe est paru en 2016 (version anglophone ou française). Peut-être aurons-nous bientôt le plaisir de découvrir une quatrième aventure dans les tréfonds de la bibliothèque spéciale de New-York ? Aucun indice sur la page de Bayard pour le moment…
Lien : http://lebazarlitteraire.fr/..
Commenter  J’apprécie          50
C'est le troisième et dernier tome de la saga Grimm Legacy et comme les précédents, je l'ai lu en Lecture Commune avec Berellyn du blog the Witch Library. Et on a super bien choisi la période pour le lire : c'était une lecture idéale pour Halloween.

Cette fois encore, on suit un nouveau personnage : Sukie. Ses parents n'ont plus les moyens de vivre dans leur maison et la petite famille emménage dans le manoir de la tante Hepzibah, c'est l'occasion de s'occuper de la vieille dame. Sukie est capable de ressentir les fantômes qui hantent sa nouvelle maison, entre autres. Kitty, sa soeur décédée, la suit partout et la jeune fille est même capable de comprendre ce que l'esprit lui “dit”.
Elle accompagne ses parents à un brocante, et lorsqu'ils la laissent tenir seule leur stand, elle fait la connaissance de monsieur Plumet qui veut lui acheter le balai de sa tante pour une coquette somme, puis peu après, elle rencontre Andrea (le frère de Marc du tome 1) et Elizabeth Rew (l'héroïne du 1er – j'avais d'ailleurs oublié que c'était elle, merci Berellyn pour le rappel :p) qui travaillent au dépôt et veulent également lui acheter le balai. Comme elle refuse, ils se tournent vers d'autres acquisitions comme des boutons de portes d'anciennes maisons.

Dans ce tome-ci, l'auteure a parfaitement réussi à me mettre dans des ambiances telles qu'il y en a dans les histoires fantastiques du XIXeme siècle. On sent que c'est un thème qu'elle maîtrise et ce qui me conforte dans l'idée que ce n' était pas du tout le cas dans l'expédition H. G. Wells avec les voyages dans le temps.
Elle nous plonge dans des histoires de familles passionnantes : j'ai adoré découvrir le récit de Phineas et Hepzibah Toogood, même si je me suis un peu perdue au début dans la généalogie de cette vieille famille.

Outre l'atmosphère un peu sombre, le second point fort de ce roman, ce sont les personnages. Autant dans les deux premiers, les héros m'avaient saoulée (Marc et Anjali dans la malédiction Grimm, Jaya puis Leo dans l'expédition H. G. Wells), autant là, j'ai aimé tous les personnages jusqu'au super vilain… Exception faite de la soeur fantôme, Kitty, que je ne sentais pas.
Je redoutais Andreas, allait-il être aussi exubérant que son frère et ses amis ? Heureusement que non, il est cool, serviable et ne prend pas toute la place.
J'ai adoré Sukie, elle est super attachante. Pareil pour Cole, pourtant au début, l'auteur essaie de nous le faire passer pour le méchant, mais je ne le sentais pas mauvais, un peu taquin avec ce surnom de Sukie-Houuu, pas de quoi fouetter un chat.

L'histoire est bien menée, l'auteure prend le temps de développer ses personnages avant de les faire intégrer le Dépôt d'Objets Empruntable de la ville. Pour les personnages précédents, ça a été super rapide voire même précipité pour Leo (dans l'expédition H. G. Wells), pas ici. Il a fallu attendre le chapitre 15, soit la moitié du roman, pour que Sukie découvre ce lieu – je me suis même demandée à un moment si elle allait s'y rendre ou si elle n'aurait que des interactions à l'extérieur ou téléphoniques avec Andreas et Elizabeth.
Pour moi, le seul bémol est l'atmosphère instaurée au sein du corpus Lovecraft. J'ai trouvé que c'était loupé : je ne me suis pas sentie oppressée, je n'ai pas eu peur de la fameuse créature qu'on entend mais qu'on ne voit jamais, je m'attendais à frissonner un peu et pas du tout. C'est dommage.
Par contre, l'ambiance de l'annexe Poe est idéalement sombre sans l'être trop.

Le cauchemar Edgar Poe est de loin mon préféré de cette trilogie et je suis presque triste de l'avoir terminé.
Un coup de coeur pour ce roman.
Lien : https://psylook.kimengumi.fr..
Commenter  J’apprécie          60
La vie de Sukie est loin d'être rose : après le décès de sa soeur Kitty, des suites d'une longue maladie, ses parents perdent leur emploi et se voient contraints de vendre leur maison pour emménager dans le manoir en ruines de sa vieille tante Hepzibah Toogood. Afin de gagner quelques sous, ils courent les marchés aux puces afin de revendre quelques babioles récupérées ici et là, dans de vieilles maisons destinées à être détruites. C'est là que Sukie fait la connaissance d'Elizabeth et Andreas, travaillant tous deux au Dépôt d'Objets Empruntables de la Ville de New York, une bibliothèque un peu particulière dans laquelle sont conservés des objets aux propriétés étranges issus d'oeuvres fictives. Les deux bibliothécaires se montrent très intéressés par le vieux balai de Sukie. Alors quand un homme aussi inquiétant que malpoli commence à la harceler pour le lui acheter, Sukie s'interroge et découvre qu'il s'agit d'un balai volant issu d'un conte horrifique se déroulant dans le manoir où elle vit avec sa tante et ses parents. Hantée par sa soeur et le fantôme de ses ancêtres et aidée bien malgré elle par ce boulet de Cole, un camarade de classe qui a décidé de lui coller aux baskets, Sukie va essayer de percer le mystère entourant sa famille et dont les membres semblent être les victimes d'une terrible malédiction.

Qu'on se le dise, la 1re de couverture réalisée par Kristjana S. Williams pour Bayard est un des éléments qui a motivé cet achat. Mais avant d'être un bel objet, ce roman associe merveilleux, aventure et enquête dans lesquels s'entremêlent de nombreuses références à la littérature fantastique des XIXe et XXe siècles. le seul reproche que je ferais à ce roman, c'est de ne pas proposer un index où seraient répertoriés toutes les oeuvres citées. Car Polly Shulman m'a donné envie de découvrir Poe, Hawthorne et tant d'autres. Qu'à cela ne tienne, je me ferai un plaisir de le relire afin de consigner précieusement ces nombreuses références littéraires.
Commenter  J’apprécie          50
Quelle joie de se replonger dans l'univers de Polly Shulman avec "Le cauchemar Edgar Poe"! Après les frères Grimm et H.G. Wells, l'auteure choisit cette fois-ci de s'inspirer de l'oeuvre d'Edgar Poe, tout aussi fascinante que morbide. Appréciant beaucoup les nouvelles de cet auteur, j'avais hâte de découvrir quels objets Polly Shulman avait choisi de retenir pour son fantastique "Dépôt d'objets empruntables"...

Contre toute attente, j'ai été assez déçue de constater que l'auteure ne faisait que quelques allusions à Edgar Poe et son oeuvre. Je m'attendais à trouver bien plus de clins d'oeil à son univers tantôt gothique, tantôt horrifique. Comparé aux deux premiers tomes, où Polly Shulman multipliait les références aux oeuvres originales, les clins d'oeil à l'oeuvre de Poe sont ici si peu nombreux qu'il remettent en question le titre même du roman. D'accord, l'auteure réutilise trois ou quatre nouvelles de Poe ("La chute de la maison Usher", "Le scarabée d'or", "Le masque de la mort rouge") mais en aucun cas l'intrigue ne repose sur elles.
En réalité, l'intrigue est centrée sur les romans d'un tout autre auteur... une auteure inventée de toute pièce par Polly Shulman et dont les romans (fictifs eux aussi) conduisent les héros en quête d'un trésor. Il s'agit là de la véritable teneur du roman. Ce n'est qu'en se rendant au Dépôt d'objets empruntables (vers la fin du livre) que les personnages traversent la section consacrée à Edgar Poe.

L'intrigue est plaisante à lire même si elle ne m'a pas semblé aussi aboutie que celle du premier tome.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
- Je ne suis pas sûre de pouvoir lui faire confiance.

Avant, ses copains et lui m'insultaient et me lan

çaient de la nourriture à la cantine. Ils n'ont arrêté

que lorsque Kitty leur a fait avoir une intoxication

alimentaire. Elle ne l'apprécie pas du tout, elle.


- Ça ne m'étonne pas ; les fantômes sont comme

ça, marmonna tante Hepzibah. Comme eux ne

changent plus, ils ne comprennent pas que les

vivants évoluent.
Commenter  J’apprécie          20
Nous sommes des bibliothécaires. Quand nous ne trouvons pas du premier coup ce que nous cherchons, nous n'abandonnons pas. Nous poursuivons nos recherches.
Commenter  J’apprécie          20
N'empêche que j'appréciais qu'on me dise les choses franchement plutôt qu'on ricane derrière mon dos.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Polly Shulman (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Polly Shulman
Payot - Marque Page - Polly Shulman - L'expédition H.G. Wells
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (280) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La malédiction grimm" de Polly Shulman.

Qui est Francie ?

la mère d'Elisabeth
la meilleure amie d'Elisabeth
la poupée d'Elisabeth

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : La malédiction Grimm de Polly ShulmanCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..