AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2869309570
Éditeur : Payot et Rivages (02/09/1995)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Roman paru en 1975 sous le titre "L'Or des fous".

Juin 1940. Les Allemands avancent sur Paris. La Banque de France a évacué ses réserves d'or. Mais, à la suite d'une erreur de libellé sur un bordereau, deux tonnes d'or sont restées dans une chambre forte à Saint-Ouen.

C'est le coup rêvé pour une bande d'aventuriers qui veulent profiter de la débâcle.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
koalas
  11 décembre 2016
Après les Monte-en-l'air sont là ! Pierre Siniac remet le couvert en argent cinq ans après avec Sous l'aile noire des rapaces, paru en 1975 sous le titre L'Or des fous.
Mais ici, ce n'est pas en altitude mais en pleine barouf de juin 40 que des aventuriers prennent en chasse un fourgon blindé rempli d'or. Seulement en pleine débandade, bombardements, panzers au cul, ça va pas être du gâteau de s'emparer du magot sur les route transformées en foire du Trône. Les ponts sont minés, l'envahisseur armé, les français girouettes et les convoyeurs aux petits soins de leur cargaison, de l'or en barres, du solide enfin presque...
J'avais adoré l' adaptation librement adapté du roman de Pierre Siniac en BD par Laurent Astier et Xavier Dorison paru sous le titre Comment faire fortune en juin 40. Un scénario peaufiné au cordeau avec un bataillon de tocards qui n'ont plus grand chose a voir avec les originaux du roman...qui sont dans la démesure, dans la démultiplication, dans l'énormité où tous les coups mêmes foireux sont permis...
Une équipe de branques qui s'allonge fur à mesure des kilomètres parcourus.. des sacrés gueules de l'emploi, des durs à entuber comme un maréchal des Logis pas facile à déboussoler, un sacré catcheur et d'autres taulards évadés dont un Kabyle et un Corse sans oublier une andouille faux derche.
Sous l'aile noire des rapaces, Une aventure des plus explosives, pile entre Les Douze salopards, le Salaire de la peur, Les Morfalous et Les Monte-en-l'air sont la !
Ce Siniac, c'est de la dynamite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3813
Renod
  11 juin 2018
Quand je lis, je me fais toujours mon petit cinéma personnel. Je me réserve une projection privée dans ma caboche qui mérite d'être qualifiée de salle obscure, la pertinence s'y faisant rare. Au moins personne n'y triture son sachet en plastique ou ne donne de grands coups de genoux nerveux dans mon siège. J'attribue aux personnages un visage parfois connu qui ne les quittera pas jusqu'à la fin du récit. Dans ce roman écrit – ça tombe bien – par un passionné du septième art, c'est un Jean-Paul Belmondo miraculeusement rajeuni et privé de ses Yorkshires qui vient prêter sa bonne figure. Avec son côté bravache et fort en gueule, c'est l'acteur idéal. Je l'imagine vêtu d'un uniforme emprunté à la dépouille d'un soldat français au volant d'un camion volé. Dans ce livre, Pierre Siniac s'inspire de faits historiques qui se sont déroulés en juin 1940. Devant l'avancée des armées allemandes, la Banque de France organise dans l'urgence l'évacuation de ses réserves d'or. L'auteur imagine qu'une partie de cet or a été oubliée et doit être transportée en fourgon à Biarritz. Un convoyeur affranchit un truand qui organise un braquage. Mais la guerre complique tout : la situation est chaotique en pleine débâcle, les routes sont congestionnées de civils, des voies sont réservées aux militaires, des ponts sont détruits pour freiner l'invasion et derrière, des colonnes de panzers s'approchent. Pierre Siniac utilise avec brio ce contexte hors norme pour nous narrer les aventures d'une course poursuite entre un fourgon blindé et des braqueurs ingénieux qui a la particularité de se dérouler à une vitesse moyenne de dix kilomètres heures... Le roman est bourré d'actions et de retournements de situation. Il m'a permis d'apprendre quelques anecdotes sur la Débâcle de 1940, comme l'incendie des réserves de carburant ou la destruction des ponts routiers de la Loire. Allez Bébel, tu peux retourner sucrer les fraises, la séance est finie et merci à Siniac pour ce divertissement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
Kickou
  24 avril 2017
Alors voilà, je vous résume le scénar façon « grande époque » : Une bande de pieds nickelés du genre rapace (d'où le titre), des gus patibulaires (mais presque) décident de braquer un fourgon de la Banque de France avec 2 tonnes de lingots à son bord. Seulement la France vit des heures affreuses, c'est la Débâcle - la vraie - On est en juin 40. Question Histoire (celle avec un grand H), le gars Siniac s'est rencardé auprès d'un fortiche, un nommé Riton Amouroux, une pointure dans son domaine, du coup on est dans le bain, c'est plus véridique que Decaux et Michelet réunis. Bien sûr les péripéties pleuvent, et il y a du sang, de la sueur, mais pas trop de larmes because on est entre hommes. Certes, Il y a un peu de longueurs vu que tous ces franchouillards se débinent dans le même sens, ça bouchonne sérieux pour passer la Loire, pire qu'au péage de Tain-L'Hermitage un 1er aout. Et tout ce merdier avec les Panzers et les Stukas des boches au cul, vous voyez le tableau ? Une Grande Vadrouille sanglante et grand-guignolesque. Ça canarde à tout-va, il y a des tripes sur la chaussée, pendant que se trament les manigances pour le partage du gâteau. Pour ce qui est de l'épilogue, vous m'excuserez mais j'suis pas une balance, je laisse le suspense, je vous dis néanmoins que c'est du lourd, du dantesque même. Voila, sur ce, je remercie les aminches de Babelio : Koalas et Renod qui m'ont tuyauté sur le mec Siniac, merci les gars ce bouquin c'est d'l'or en barre. Allez salut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
encoredunoir
  05 novembre 2017
« Ils sont fous, à la Banque. On n'envoie pas un fourgon d'or sur des routes transformées en foire du Trône. »
Juin 1940 : face à l'avancée des troupes allemandes, la Banque de France transfère ses réserves d'or dans le sud. Dans l'effervescence du moment, un bordereau s'égare. Résultat : deux tonnes de barres d'or oubliées dans un coffre. le 10 juin, alors que débute l'Exode qui jette des centaines de milliers de personnes sur les routes, la Banque de France réquisitionne dans l'urgence un fourgon blindé et une équipe de convoyeurs chargés de redescendre l'or vers Bayonne. Parmi eux, Labeyrie, un peu flambeur, âpre au gain et en cheville avec un ancien catcheur sarrois reconverti dans le braquage. C'est dire si l'affaire les tente. Un type à l'intérieur, un autre à l'extérieur… il ne reste plus qu'à monter une équipe pour organiser l'attaque au bon moment. Mais sur des routes encombrées de charrettes, de bus, de piétons, de cyclistes et autres militaires en débâcle, avec les panzers au cul et l'aviation allemande ou italienne prêtes à faire des cartons, tout ne va pas se passer comme prévu.
Folle équipée d'un attelage hétéroclite de bras cassés, de soldats devenus soldats de fortunes, de taulards évadés, de flics plus ou moins honnêtes et même d'un garde mobile patriote pris en otage, Sous l'aile noire des rapaces est un roman d'aventures sans temps morts dans lequel Pierre Siniac se livre à un véritable jeu de massacre. S'il s'attache à peindre un portrait précis de chacun de ses personnages – portrait d'ailleurs généralement assez cruel, tant aucun ne semble pouvoir trouver grâce aux yeux d'un auteur qui érige ici la misanthropie au rang d'art – Siniac se plaît aussi à les voir se faire dézinguer, et tant mieux si c'est en plus de manière un peu ridicule. Autant dire que du gang de départ qui s'étoffe au fur et à mesure de cette semaine fatale sur les routes de France, il ne restera pas forcément grand-chose au bout.
Et si Siniac n'est pas tendre avec ses personnages, il ne l'est pas non plus avec le reste de la population : bons français qui jettent des tomates sur leurs militaires en déroute avant de se plier servilement aux volontés de faux – mais très korrects – soldats allemands, soldats se rêvant en héros avant de fuir piteusement devant le moindre uniforme ennemi… tout le monde passe à la moulinette de la plume acide d'un auteur qui manie avec un plaisir évident un humour noir acerbe que vient encore rehausser une langue savoureuse.
Sous l'aile noire des rapaces a d'abord paru chez Jean-Claude Lattès en 1975 sous le titre L'or des fous. Rivages lui a offert une deuxième vie vingt ans plus tard. L'opération « Lectures sur ordonnance » lancée pour les trente ans de Rivages/Noir et qui consiste à rééditer des pépites du fonds de l'éditeur (la preuve, il y a même Florida Roadkill dans le lot) est l'occasion de donner une troisième vie à ce roman enthousiasmant et, souhaitons-le, de le faire découvrir à une nouvelle génération de lecteurs, et avec lui le reste de l'oeuvre de Pierre Siniac, auteur discret qui n'a pas eu de son vivant toute la reconnaissance qu'il méritait.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
sacaphoto
  06 juillet 2018
j'adore. Quel style et quelle plongée dans l'histoire
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
KickouKickou   21 avril 2017
C'était l'an 1 de l'anarchie. Y avait du bon pour la canaille (...) Un bistrot encore ouvert dans un moment pareil ! Une sorte de miracle. (16 juin 1940)
Commenter  J’apprécie          60
encoredunoirencoredunoir   05 novembre 2017
Ils sont fous, à la Banque. On n’envoie pas un fourgon d’or sur des routes transformées en foire du Trône.
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
903 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre