AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Rémi Cassaigne (Traducteur)
EAN : 9782330143732
304 pages
Éditeur : Actes Sud (06/01/2021)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Nova et Mercy ont à peine seize ans, mais cela fait déjà bien longtemps qu’elles ont perdu leur innocence. Sous le couvert de la nuit, elles s’enfuient à bord d’une voiture volée, laissant derrière elles le foyer pour jeunes filles où une autre adolescente vient de disparaître. Que fuient-elles ? Et pourquoi ?
Tara est retrouvée sans vie en bas d’un immeuble. Selon sa famille, il s’agit d’un suicide. Mais quelque chose ne colle pas dans le récit de ses parent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
LZ
  24 février 2021
Une vie de poupée, mais pas une vie de princesse. Une poupée plutôt désarticulée, malmenée et violentée… Erik Axl Sund, cet auteur suédois qui en cache deux en vérité, offre une lecture bien sombre de ce que peut être la vie de jeunes filles dans le monde d'aujourd'hui.
Un polar sous-titré Mélancolie grise et qui fait partie de la nouvelle trilogie des deux comparses Jerker Eriksson et Håkan Axlander Sundquist : Mélancolie noire a démarré en 2015 par Les corps de verre et se poursuit donc avec Une vie de poupée sorti en janvier 2021.

Le premier chapitre s'ouvre en italique sur l'arrivée d'une jeune fille, mineure isolée, en Suède dans un camp de réfugiés et ça démarre mal : « Blottis-toi dans ton lit givré d'aiguilles de sapin, petite fille noire, si noire au-dehors et à l'intérieur, si froide et gelée que le noir t'engloutit tout entière. Tu es une putain et une meurtrière. »
Elle, c'est Mercy. Elle a fui le Nigeria, en proie aux exactions islamistes et aux attaques par Boko Haram contre sa famille, chrétienne, et son père, homosexuel. Après un affreux périple à travers l'Europe, elle rejoint la Suède. Et finit par atterrir au Chaudron, un foyer pour jeunes filles abusées sexuellement. Elle va y rencontrer Nova, jeune suédoise, elle aussi à la dérive, victime d'abus et d'un maître-chanteur au sein de son cercle familial. Nova et Mercy vont former un duo fusionnel et combatif « à la vie, à la mort, à la prostitution ! ». C'est le début d'une échappée sauvage et violente où elles n'ont plus rien à perdre. Elles rêvent de soleil et d'une vie à Sunset Beach en Californie… elles ne trouveront que violence, pornographie et désolation.
Derrière ce duo, Erik Axl Sund tisse un décor bien sombre et effrayant : celui de la pédo-pornographie et de la cybercriminalité. Autour du duo gravitent des personnages qui contribuent à nous plonger dans un univers désolant : Love Martisson, directeur du foyer et thérapeute, qui carbure aux anti-dépresseurs et aux somnifères ; Freja, cette jeune fille du foyer qui a disparu sans laisser de traces… ; Kevin Jonsson, policier solitaire à la Criminelle, spécialiste des méthodes de traque des pédophiles sur internet ; Tara, cette jeune fille retrouvée morte au pied de son immeuble et dont le suicide maquillé est le point de départ d'une enquête sur le Marionnettiste, prédateur sexuel qui sévit auprès de tout ce petit monde…
Une enquête glaçante où les personnages sont rattrapés par leur passé et où chaque fuite en avant se termine dans un abîme encore plus sordide… Une écriture incisive et morcelée, par courts chapitres où l'on passe d'un personnage à l'autre ou d'une époque à l'autre. Cela rythme le récit mais il faut rester attentif pour suivre tous les détails et chaque histoire.
Des détails et des histoires qui peuvent parfois – souvent même – donner la nausée, tant ils sont crus, violents et cruels. Un polar à réserver aux âmes non sensibles assurément.
A éviter aussi si vous ne supportez pas les diatribes violentes contre les hommes ; ces derniers en prennent vraiment pour leur matricule dans ce roman :
« Ils sont responsables de neuf accidents de la route sur dix. Et ils aiment faire souffrir les animaux… Sur mille personnes qui aiment baiser avec d'autres espèces, par exemple des vaches, des chèvres, des chiots ou des petits poussins sans défense, neuf cent quatre-vingt-dix-neuf sont des hommes, et la femme qui accepte de se faire enfiler par une bite de cheval y a été forcée par un homme.
– Ils ont inventé les viols en réunion, les bombes atomiques et les chaises électriques.
– Mais qu'est-ce qui leur a donc pris ?
– Ils ont tellement confiance en eux-mêmes. Ils savent tout sur tout. Mais ua fond, ils ne sont qu'une grosse erreur, un raté de l'évolution. Oui, la seule chose positive chez eux, c'est que genre un milliard de fois par jour ils se tabassent ou se démolissent. Pourquoi ont-ils seulement le droit de vote ?
– Tuer dix hommes choisis au hasard, c'est empêcher quarante-huit actes violents, dit-elle. Dont des meurtres et des abus sexuels sur enfants. Tous les hommes devraient, dès l'instant de leur naissance, être encouragés au suicide ». (p. 365) et (p.10)
A noter : ce roman peut être lu de façon tout à fait indépendante du premier opus de la trilogie, Les corps de verre.
Lien : https://deambulationsrennais..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Holon
  29 janvier 2021

Une vie de poupée de Erik Axl Sund est un polar nordique à la fois magnifique et d'une brutalité à lire. Ici on parle de pédopornographie et des âmes noirs qui profite pour l'argent et le sexe pour assouvir cette clientèle abominable qui la plupart du temps avec un vernis d'honnêteté et d'une vie communautaire exemplaire. Ici nous avons deux jeunes filles de quatorze ans, une qui viens du Moyen-Orient et l'autre d'une famille suédoise pris dans l'engrenage de la prostitution juvénile et enrôlés dans des films porno. Les enquêteurs de la police sont au bout du rouleau par tant d'horreurs qu'ils visionnent pour leurs enquêtes. Un roman super bien écrit presqu'un poème tant que les mots et l'espoir qu'il suscite, malgré les larmes de mon coeur à lire cette prose je peux dire que ce bouquin est une oeuvre d'art que j'ai tenu tout au long de cette lecture. Un livre évènement une abomination de notre époque avec une ampleur que je ne soupçonnais pas.
Commenter  J’apprécie          130
koatiraleur
  26 février 2021
Une descente dans les bas-fonds de la perversion et l'abjection ! « Une vie de poupée » (sous-titre : Mélancolie grise) est le second opus de la nouvelle trilogie du duo Erik Axl Sund autour de la mélancolie (le premier « Les corps de verre » (sous-titre : Mélancolie noire) est paru en 2015).
C'est un roman noir, très noir qui se déroule de novembre 2012 à juin 2013 ; des chapitres très courts ; qui alternent entre présent et passé ! impossible de lire « en diagonale »… chaque phrase, chaque mot comptent… la description des personnages est sans concession ; leurs perversions sans limite !
Les deux adolescentes Nova et Mercy, ont eu une enfance fracassée… Mercy, est une réfugiée qui a fui les atrocités de Boko Haram et Nova a fui sa famille. C'est un récit très dense, (comme les autres livres de ces auteurs), un récit d'une noire innommable, le reflet d'une partie de la société suédoise qui n'a rien à voir avec les clichés habituels dont auteurs mettent en lumière ces zones d'ombre. Je me trompe peut-être, mais il y a un engagement politique sous-jacent dans leurs récits. On ne peut pas résumer ce livre en quelques mots, chaque personnage, chaque détail a son importance. Une petite mise en garde pour les personnes sensibles, non pas qu'il y ait une débauche d'hémoglobine, mais les descriptions de certains sévices sont assez violentes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nath74gri
  19 février 2021
Une vie de poupée d'Erik Axl Sund est réservé à un public averti.
En effet, les thèmes abordés et les scènes violentes avec des jeunes filles, voir de très jeunes filles dans le milieu de la prostitution, de la pédo-pornographie, peut vraiment déstabiliser le lecteur.
On suit principalement deux jeunes filles, Nova, suédoise qui est tombée très jeune sous l'emprise d'un pédophile, et Mercy native du Nigéria, victime de Boko Haram, arrivée en Suède en tant que sans papier, qui se retrouve seule et qui va se prostituer pour essayer de s'en sortir. Elles font connaissance dans un foyer et rêvent d'une vie loin de là et pour ça sont prêtes à tout.
Des enquêteurs de police sont sur la piste de ces pédophiles et Kevin, dont son père vient de mourir, en fait une affaire personnelle.
Le roman est fait de façon très particulière, les chapitres alternent entre la vie présente de Nova et Mercy, leur passé, Kevin et son enquête et son passé également, un des pédophile dans son présent et par moment c'est un peu dur de suivre les événements.
Mais l'intrigue nous tient tout le long du roman, et l'abomination des faits nous pousse à faire défiler les pages pour vite sortir de cette ambiance violente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Livrepoche
  05 mars 2021
Quand on me dit qu'un roman est dur, cela titille ma curiosité. J'aime quand un auteur ne s'auto-censure pas de peur de déplaire à un lectorat peut-être trop sensible. Une vie de poupée parle de pédo-pornographie et de pédo-prostitution. Et le duo Erik Axl Sund (alias Jerker Eriksson et Håkan Axlander Sundquist) ne se prive pas de nous mettre le nez dans la merde du monde. Et ça pue. Ça tort le ventre et le malaise plane tout au long de la lecture d'Une vie de poupée.
Une des forces de ce roman, c'est la narration éclatée. Je conseille d'être concentré un minimum car les auteurs basculent d'une scène à l'autre, différents personnages, différentes époques, des pièces de puzzle disparates qui ne forme une image qu'à la fin.
Et tandis qu'on pense être dans un roman brut de décoffrage, vulgaire, racoleur, Erik Axl Sund y ajoute une portée sociale et romanesque très plaisante. On en apprend pas mal sur le laxisme judiciaire de la Suède. J'ai beaucoup aimé. Une vie de poupée est sous-titré Mélancolie grise et je vois dans leur bibliographie qu'Erik Axl Sund ont un autre roman sous-titré Mélancolie noire, sans lien apparent, mais forcement lié dans un certain sens.
Lien : http://livrepoche.fr/une-vie..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
clairesalanderclairesalander   20 janvier 2021
Nova raconte la première fois où elle a couché pour de l'argent. Ca avait fait mal mais l'homme, malgré les gémissements qu'elle poussait, avait dit que c'était fantastiquement bon.
Qu'il avait bien vu qu'elle aimait ça.
Après, Nova avait tout simplement décidé de trouver ça bon. En d'autres termes, elle avait décidé de devenir actrice et elle avait tout de suite compris qu'elle était douée. Nova, putain, qui n'était bonne à rien et allait entrer en troisième avec des notes au-dessous de la moyenne partout, sauf en anglais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
rkhettaouirkhettaoui   07 janvier 2021
Quand il regarde un film, il a souvent un papier et un crayon sous la main, prêt à noter les erreurs de script ou les anachronismes, ce qu’on appelle des goofs.
Ce n’est pas juste pour s’amuser, c’est aussi pour exercer sa faculté d’observation, qui lui sert dans son travail. Mais sa feuille est toujours blanche sur la table quand les dernières scènes de Requiem pour un massacre défilent sur son ordinateur.
Le personnage principal, petit garçon au début du film, mais qui à présent ressemble à un petit vieux, pénètre dans la forêt de sapins et rejoint les partisans.
La forêt l’engloutit.
La nature l’emporte toujours. L’homme ne peut pas gagner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
clairesalanderclairesalander   22 janvier 2021
Mercy sait que ça commence à faire mal après quatre, et que la limite de la douleur est à vingt-deux.
Mais c'est entre quatre et vingt-deux que ça compte. C'est son billet pour sortir d'ici. Les quatre premiers, c'est pour les frais, la nourriture, le loyer, etc.
Vingt-deux, c'est un verre de champagne pour se consoler.
Elle lance "Next one" à la cantonade dans la pièce remplie d'étrangers.
Ils savent qui elle est. La jeune, la Noire. La nouvelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EdieEdie   09 janvier 2021
L'esthétique est brute, image nette et filles naturelles. Blomman n'a peut-être pas inventé la poudre, mais il sait ce que les gens veulent. C'est la fille du voisin qu'on veut baiser. Plus les fantasmes sont proches de la réalité, plus fort ils font vibrer la corde sensible.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   07 janvier 2021
Il avait choisi le film : Le facteur sonne toujours deux fois, avec Jessica Lange et Jack Nicholson. La première séquence est une longue scène de sexe, en sueur, sur une table de cuisine. Ils étaient comme pétrifiés, il était mort de honte. Juste au moment du générique de fin, il avait bâillé, s’était étiré et comme par hasard avait posé le bras sur ses épaules. Mais il était bien temps. La lumière était revenue, le charme était rompu, et il avait bien serré sa parka pour dissimuler son érection naissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Erik Axl Sund (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erik Axl Sund

MP 2014-05-07-156-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Erik Axl Sund - Trauma.
autres livres classés : pedopornographieVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2049 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre